Navigation – Plan du site

Jay F. Rosenberg, Philosopher. Kit de démarrage

Alfio Nazareno Rizzo
Philosopher
Jay F. Rosenberg, Philosopher. Kit de démarrage, Genève, Éditions Markus Haller, coll. « Inférences », 2018, 270 p., préface de Pascal Engel ; traduit de l'anglais par Florian Cova, ISBN : 978-2-940427-34-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous signalons : Jay F. Rosenberg, Accessing Kant. A Relaxed Introduction to the Critique of Pure R (...)
  • 2 Jay F. Rosenberg, The Practice of Philosophy. A Handbook for Beginners, Englewood Cliffs (NJ), Pren (...)
  • 3 « L’étudiant qui sort de l’enseignement scolaire était habitué à apprendre. Il pense maintenant qu’ (...)

1Jay Frank Rosenberg (1942-2008) était professeur de philosophie à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Ancien élève du philosophe américain Wilfrid Stalker Sellars, Rosenberg a publié une dizaine de livres et des nombreux articles de métaphysique, d’épistémologie, de philosophie du langage et d’histoire de la philosophie (notamment sur Kant1). Quarante ans après la première publication2, vient de paraître en France Philosopher. Kit de démarrage. Introduit par la préface de Pascal Engel, l’ouvrage de Rosenberg se présente comme un manuel d’introduction à la pratique philosophique. Rosenberg parle de pratique à la manière de Kant, qui affirmait qu’il est impossible d’apprendre la philosophie mais que l’on peut apprendre à philosopher3.

2Si le livre se veut un Kit de démarrage, il s’adresse pourtant aussi bien aux débutants qu’aux philosophes confirmés. L’auteur introduit la pratique philosophique à travers l’usage de l’argument et de la critique en acte. Il s’agit d’une perspective différente. Rosenberg invite son lecteur à sortir du cadre ordinaire d’un raisonnement sans la logique et à dépasser la tendance psychologique qui lui fait accepter les arguments les plus favorables et ignorer la cohérence du raisonnement. Dans l’approche logico-formelle de Rosenberg, l’argument philosophique « n’est pas seulement une suite d’affirmations dont on tire des conséquences : il a aussi pour rôle de nous faire envisager des réponses possibles » (Pascal Engel, p. 21). Vu le caractère introducteur du livre, l’auteur ne fournit que des rudiments de logique et de théorie du raisonnement, dans un style sans fioritures, mais où l’ironie trouve quand même sa place. L’objectif de l’ouvrage est de donner des éléments de méthode pour la compréhension formelle des arguments et d’apprendre une stratégie générale pour pratiquer une philosophie qui se soucie surtout de bien penser.

3Rosenberg développe une méthode de type argumentative dans la lignée de la tradition logico-formelle américaine. Cette approche peut sembler difficile à un lecteur européen, mais en réalité elle représente le complément idéal aux approches notionnelles et historiques pratiquées habituellement. Pour l’auteur, apprendre à philosopher c’est apprendre à argumenter. Pour bien philosopher, il faut donc savoir lire et critiquer les arguments implicites et explicites d’une réflexion philosophique. Ainsi, Rosenberg nous invite à relever le point central de la discussion, à distinguer le rôle de l’argument et à l’aborder sans détour. Les treize chapitres qui composent le Kit sont ponctués d’exemples qui clarifient l’argumentation de l’auteur.

4Dans l’introduction, après avoir présenté la philosophie comme une pratique et une discipline, Rosenberg commence par présenter l’exemple du bateau de Thésée. Cette expérience de pensée, très connue dans l’Antiquité, aborde de manière originale le problème de l’identité. Elle fait référence à la légende évoquée dans les Vies des hommes illustres où Plutarque raconte le combat de Thésée contre le Minotaure. À son retour, les Athéniens ont gardé son bateau. Les parties du navire ont été remplacées progressivement pour le préserver, à tel point qu’aucune planche d’origine ne subsiste. La question est donc de savoir s’il s’agit toujours du même bateau ou si c’est un bateau différent.

5À travers cet exemple, Rosenberg fait référence au débat sur le thème de l’identité, sans rentrer dans les plis du problème. En fait, l’expérience de pensée du bateau de Thésée devient l’exemple idéal pour montrer au lecteur qu’on peut faire valoir son propre jugement à travers un usage correct et une critique attentive des différents arguments (dans le cas présenté, il y une position matérialiste, selon laquelle il y a un changement d’identité, ou une position formaliste, selon laquelle l’identité est conservée). Ainsi, il n’y a qu’une seule règle, à savoir : « Toute opinion pour laquelle on peut donner des raisons est bienvenue en philosophie, mais une fois qu’un propos a été appuyé par un argument, les critiques qui s’ensuivent doivent se confronter à cet argument » (p. 61).

6Dans la suite de l’ouvrage, il y a deux grands moments. La première partie, qui porte sur l’analyse de l’argument, prépare à la deuxième centrée sur la lecture et la critique des essais philosophiques. La méthode d’analyse développée dans la première partie permet au lecteur d’acquérir les instruments nécessaires pour exercer de manière critique son propre jugement à partir de l’argument. Le travail demandé par l’auteur peut sembler difficile, mais sans le moindre doute nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une démarche indispensable, souvent ignorée dans l’enseignement de la philosophie. Dans l’échange dialectique, au moment de soutenir ou réfuter un argument philosophique, il faut s’attacher à la structure logique de l’argumentation et, à partir de l’analyse de cette structure, construire un enchaînement logique cohérent pour aboutir à une conclusion nécessaire. Enfin, avant de critiquer une pensée philosophique pour son contenu on peut en critiquer sa logique : si la structure logique ne tient pas, on a beau exposer nos idées, un penseur avisé saura trouver la faille pour faire tomber notre argumentation.

7Ce processus appris, il est possible de critiquer un philosophe de différentes manières. C’est l’objectif développé dans la deuxième partie de l’ouvrage. Notons que deux interludes philosophiques séparent ces deux parties, moments de pause appréciables que l’auteur offre au lecteur et qui donnent du souffle à la réflexion. Rosenberg se confronte d’abord à la critique de l’essai philosophique puis, dans le chapitre final, il propose six façons de lire un philosophe. La réflexion suit une progression logique qui, partant de l’argument, débouche sur la pensée du philosophe. Dans cette progression, l’élément central de la méthode critique reste toujours l’argument, celui-ci étant le cœur de la structure logique. Il s’agit, nous n’hésitons pas à le répéter, d’un procédé qui peut sembler difficile, parfois même mécanique et froid, mais qui représente une approche complémentaire aux méthodes habituelles, notamment l’exercice du commentaire (ou de l’explication) de texte dans l’enseignement traditionnel de la philosophie. Rosenberg nous apprend à critiquer la pensée du philosophe à partir de son système d’argumentation et pas seulement à partir de son contenu.

8Le Kit de démarrage de Rosenberg est un ouvrage qui mérite de trouver sa place sur l’étagère d’un étudiant de philosophie et même d’un philosophe confirmé. Il s’agit d’un livre qui creuse profondément les plis de la philosophie analytique tout en restant accessible à n’importe quel lecteur. C’est un ouvrage philosophique qui apprend à bien penser et, par cela, qui renouvelle la façon de lire et de critiquer les ouvrages philosophiques. Finalement, le livre de Rosenberg nous rappelle que celui qui entend philosopher est obligé de se tenir à l’intérieur du cercle de la raison, contrairement à celui qui affirme de faussetés, et ne peut pas s’affirmer philosophe.

Haut de page

Notes

1 Nous signalons : Jay F. Rosenberg, Accessing Kant. A Relaxed Introduction to the Critique of Pure Reason, Oxford, Oxford University Press, 2005.

2 Jay F. Rosenberg, The Practice of Philosophy. A Handbook for Beginners, Englewood Cliffs (NJ), Prentice-Hall, 1978. L’ouvrage a été republié dans deux autres éditions révisées et augmentées en 1984 et 1996. La traduction en français pour l’édition Markus Heller a été effectuée par Florian Cova.

3 « L’étudiant qui sort de l’enseignement scolaire était habitué à apprendre. Il pense maintenant qu’il va apprendre la Philosophie, ce qui est impossible car il doit désormais apprendre à philosopher », I. Kant, Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale. Annonce du programme des leçons de M. E. Kant durant le semestre d’hiver 1756-1766, trad. de M. Fichant, Paris, J. Vrin, 1973, p. 68-69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfio Nazareno Rizzo, « Jay F. Rosenberg, Philosopher. Kit de démarrage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 20 septembre 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26640

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page