Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2006Jean Peneff, La France malade de ...

Jean Peneff, La France malade de ses médecins

Yann Faure
La France malade de ses médecins
Jean Peneff, La France malade de ses médecins, Les Empêcheurs de penser en rond, 2005, 357 p., EAN : 9782846711388.
Haut de page

Notes de la rédaction

Pour compléter la lecture de l'ouvrage de Jean Peneff, on peut visiter le site internet qui accompagne cette recherche : http://perso.wanadoo.fr/peneff-medecine/offre.htm

Texte intégral

1Contrairement à ce que laissent présager le titre racoleur et la page de couverture, ce livre n'est pas un pamphlet contre la médecine ni un essai polémiste. C'est un ouvrage majeur de sociologie qui déplace l'axe traditionnel du questionnement disciplinaire sur la santé. Dense, inventif, contre intuitif au possible, il est susceptible de fournir une ligne de repères aussi stimulante que féconde pour toutes formes de réflexion sur l'institution médicale. En sciences sociales, on cherchera à valider ou à réfuter ses propos. On mènera des contre-enquêtes, on approfondira un point ici ou là. On se positionnera en affirmant que « Peneff l'avait vu » ou au contraire qu' « il l'avait démontré un peu vite ». Mais on ne pourra plus tout à fait procéder comme avant, car cet ouvrage porte en lui un double renouvellement, à la fois méthodologique et théorique qu'il sera désormais impossible d'ignorer.

2De prime abord, on croirait pouvoir ranger ce travail du côté des théories d'Illich en compagnie de quelques autres critiques radicaux. On aurait bien tort. Le canevas empirique est autrement plus serré et l'objectif incomparablement plus subtil. Mais voilà, les conclusions de J. Peneff mettent mal à l'aise. Personne n'est véritablement prêt à assumer la déconstruction du mythe du médecin : vocation, dévouement, désintérêt, compétence, scientificité, sagesse, éloquence, confidentialité, etc. Chercheur ou non, nous partageons l'idéologie positiviste. Chercheur ou non, il nous faut bien autoriser l'accès du soignant à notre corps pour être soigné et corrélativement lui accorder notre confiance ou souffrir. Qu'à cela ne tienne, J. Peneff n'entend pas s'attaquer aux praticiens, ni même à la médecine. Il met à nu, patiemment, méticuleusement, les rouages de l'institution qui s'intercale entre les hommes et leur « art ». Ce simple démontage, pourtant, suffit à activer nos résistances et le prix du travail à effectuer pour le suivre dans son raisonnement manifeste l'emprise de la croyance et le pouvoir d'imposition de la médecine en matière de représentations.

3Il est modérément pertinent de détailler ici l'inventaire des thématiques abordées par l'auteur tant nos propres préjugés nous interdisent face à de tels énoncés d'accorder foi à l'objectivité de l'auteur : l'auto administration de la profession médicale, la stimulation de la demande médicale par l'offre, les profits induits par le secret médical, la politisation de la profession et la défense des revenus, la gestion de l'euthanasie à l'hôpital, la production des applications de la science, etc. Le grand mérite de J. Peneff réside dans sa capacité à trouver une cohérence à l'ensemble de ces interrogations et, conséquemment, à nous en fournir une intelligibilité.

4Dans son introduction, l'auteur nous laisse croire qu'il ne s'agit pas véritablement d'un livre de sociologie, qu'il se sent surtout animé par des intentions militantes. Il doute également que sa discipline soit apte à répondre aux sollicitations des médecins pour améliorer leurs pratiques. Dès lors, on s'attend à un ouvrage sans réelle méthodologie. Or, c'est tout le contraire qu'on constate. J. Peneff commence par un examen critique des notions de « maladies » et de « santé » au cours duquel il met à jour la polysémie de la notion. Il poursuit par une réflexion sur les conditions d'enregistrement des données par les institutions chargées des statistiques médicales (INSEE, INSERM). Il insiste sur le flou des taxinomies courantes, les biais possibles dans les mesures des inégalités de santé et propose en sociologue, le remplacement de l'évaluation de la « santé » par l'évaluation de « l'activité médicale ».

5Dans le chapitre suivant, l'investigation s'organise sur la base d'un corpus de 12 livres dont l'enquêteur rappelle les propriétés sociales des auteurs (essentiellement des hauts fonctionnaires qui ont assumé à un moment donné des responsabilités dans la gestion de l'assurance maladie) avant de recouper les principaux enseignements thématisés au moyen d'une mise en tableau. Cette opération permet à la fois de cumuler et d'évaluer le jeu entre les constats, intuitions et points de vue issus des différentes sources. De là, la gamme des terrains à fouiller, des hypothèses possibles et des questions à trancher. L'ensemble des critiques semble dessiner une dégradation généralisée du système sanitaire mais J. Peneff affirme sa ligne directrice : « Inutile de chercher le complot d'adversaires dissimulés ou le travail de sape de forces opposées qui serait à l'origine de cet état de fait. Il faut plutôt accuser un ensemble de processus lancés à une autre époque et qui ne correspondent plus à l'organisation sociale contemporaine ».

6Pour étayer l'idée qu'en matière de médecine comme ailleurs, la demande est créée par l'offre, le chercheur s'appuie sur les travaux des économistes de la médecine. Il documente le propos, l'historicise. Pour dépasser la clôture du « colloque singulier », il dépouille les écrits biographiques des médecins généralistes et se centre sur le récit des pratiques. Pour saisir les règles non écrites de l'exercice médical quotidien, il convoque avec érudition les sociologues américains (Freidson, Becker, Hughes, Strauss, Ansprach, Timmermans) et l'école française de Baszanger à Herzlich sans oublier Pinell, Memmi et tous ceux qui ont travaillé sur la profession. Le recours aux historiens - O. Faure, Peter, Hatzfeld, Vergez - est récurrent. J. Peneff ne se prive d'aucun outil et surtout pas des siens : ceux de l'observation de terrain, utilisés avec une maîtrise aboutie. Tour à tour brancardier, faux malade, visiteur médical, il pénètre en ethnographe dans les lieux les plus fermés. Il entraîne avec lui ses étudiants : l'un s'infiltre comme cobaye pour des tests médicamenteux, l'autre s'immisce à la CNAM pour vérifier les feuilles de sécurité sociale et le troisième, C. Andréo, s'installe en réanimation. L'option retenue par J. Peneff, en adepte de l'école de Chicago, est de récolter des informations plutôt que de collecter des discours. Son attitude se caractérise par une méfiance absolue que certains dénonceront comme de la suspicion paranoïaque mais où l'on peut surtout lire une curiosité d'enquêteur pointilleux et l'esprit critique du scientifique obstiné. Par-dessus tout, elle exprime le rejet total et sans compromis des commandes institutionnelles et des sujétions qui les accompagnent.

7L'Economie, l'Histoire, les Observations de terrain composent le triptyque de la méthode sociologique déployée dans ce livre, discipline à laquelle l'auteur croit pouvoir échapper alors même qu'il se plie à ses normes les plus rigoureuses. Car les expériences évoquées dans ces pages sont reproductibles - à chacun de se munir d'un petit carnet. Les arguments sont réfutables et s'appuient, comme il se doit, sur les apports cumulés de la connaissance savante. Mais il est vrai que l'auteur est agacé par les recettes et les procédés de ses condisciples. Il fustige l'évitement systématique des enjeux économiques par les sociologues centrés sur la relation malade/médecin. Il leur reproche aussi de se singulariser en ne tenant quasiment jamais compte des origines sociales des praticiens et des patients dès lors qu'il s'agit de confrontation thérapeutique. Et surtout de faire preuve d'une attitude excessivement timide face aux rhétoriques professionnelles validées sans le moindre effort de distanciation.

8En retour, on pourrait critiquer chez J. Peneff, à certains moments de son ouvrage, l'effet involontaire d'accusation produit à l'encontre des médecins. Car si le corps professionnel dispose d'instruments efficaces pour défendre ses avantages, ses positions et occulter les buts qu'il poursuit, si le cynisme et la mauvaise foi existent bel et bien, les dispositions éthico-pratiques des médecins ne constituent pas une invention consciente et délibérée. Ceux-ci ont sans doute, réellement, intériorisé un système de valeurs et de principes qu'ils jugent légitimes, quand bien même celui-ci serait parfaitement conforme avec leurs propres intérêts. Ne conviendrait-il pas dès lors d'éviter de placer trop de calculs rationnels dans la tête de ces agents et d'accorder sa part heuristique à une théorie de l'incorporation ?

9Un point particulièrement intéressant du livre tient dans la révélation de la difficulté, voire de l'impossibilité structurelle, qu'il y aurait à se procurer certains chiffres, ceux de la consommation médicale en fonction des variables sociologiques liées à l'appartenance de classe. L'auteur fournit un faisceau d'indices convergents prouvant presque que cette élision masquerait la nature actuelle de l'assurance maladie : une entreprise de redistribution à l'envers qui « ferait payer l'addition aux travailleurs pauvres » au profit des consommations médicales déraisonnables des classes moyennes et des classes supérieures. Le tout produit par la dynamique de la profession médicale, aveugle aux effets de son propre mouvement de maintien d'une autonomie et d'un monopole. Il aura donc fallu un concours de circonstances hasardeux dans la biographie de J. Peneff, sociologue engagé auprès des classes populaires laborieuses, fils de vétérinaires, en affinité avec les interactionnistes de Chicago et rompu aux méthodes d'observations participantes pour l'amener au seuil de sa retraite de chercheur à réussir cette critique improbable de l'organisation médicale. Un résultat inespéré obtenu précisément parce que l'investigation ne le visait pas. Enfin, pour déjuger l'auteur, il faudrait produire les fameuses données manquantes. Gageons que ça n'arrivera pas, que les intérêts contrariés par l'entreprise du sociologue concourront à son effacement, notamment en faisant passer ce volume pour un livre de plus, caricatural et sans originalité. C'est justement ce pourquoi il faut absolument le lire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Faure, « Jean Peneff, La France malade de ses médecins », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 mars 2006, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/267 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.267

Haut de page

Rédacteur

Yann Faure

Yann Faure est ATER en sociologie à l'Ecole centrale de Lyon et doctorant au GRS (Groupe de recherche sur la socialisation, CNRS, Lyon-2, ENS-LSH).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search