Navigation – Plan du site

Isabelle Mallon, Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi

Frédérique Giraud
Vivre en maison de retraite
Isabelle Mallon, Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2005, 288 p., EAN : 9782868478597.
Haut de page

Texte intégral

1Dans Vivre en maison de retraite - Le dernier chez soi, Isabelle Mallon souhaite remettre en cause les représentations des maisons de retraite qui les assimilent volontiers à des lieux privilégiés de vieillesse dépendante, et propose de décentrer le regard habituellement porté sur ces institutions. Les images fantasmées des maisons de retraite ne correspondent pas à la réalité : ce ne sont plus aujourd'hui des espaces où l'existence privée est impossible, le paradigme goffmanien d'analyse de l'institution asilaire n'est plus congruent avec la réalité. Il devient alors heuristique d'analyser la possible construction d'un monde privé au sein de l'institution et les nouvelles définitions du soi qui en résultent. De quelle façon les résidents parviennent-ils ou non à reconstruire, dans la maison de retraite, un monde privé, et ce faisant comment se maintient ou se reconstruit leur identité personnelle ?

2Dans la très éclaireante première partie de l'ouvrage, invitant le lecteur à une inversion du regard porté ordinairement sur les maisons de retraite, Isabelle Mallon plaide pour une analyse « par le bas », dans laquelle il s'agit de saisir les résidents comme des sujets, des acteurs de leur vie et de leur vieillissement. L'hypothèse de départ étant que les personnes vivant en institution sont capables de construire un chez-soi, il faut pouvoir accéder au discours des acteurs pour la tester, pour donner à voir le sens que prend pour les résidents la vie en institution, et montrer si et comment ils font usage de leur autonomie.

3La seconde partie s'intéresse aux manières dont les personnes âgées s'intègrent à l'institution et parviennent à y récréer une existence équilibrée. La vie en institution impose une réorganisation complète de l'existence, une recomposition de la vie quotidienne.

4L'auteure propose une typologie des manières dont les résidents parviennent à recréer un monde personnel en maison de retraite. Certains résidents réussissent à rééquilibrer leur vie, en s'investissant dans l'univers nouveau de la maison de retraite, soit dans toutes les activités proposées par l'institution en tant que simple consommateur des loisirs, des clubs et des sorties, soit comme animateurs. En effet, certains résidents, qui ont intégré l'institution au tout début de leur retraite, animent eux-mêmes des activités et cherchent parfois à soulager le service. Ils peuvent devenir ainsi des rouages majeurs de l'institution mettant à sa disposition leurs compétences personnelles et professionnelles à la cuisine, à la lingerie... De sorte que pour ces personnes, l'espace à soi dans l'institution peut être l'espace collectif tout entier.

5Certaines personnes veulent au contraire « mener une vie personnelle au sein de la maison de retraite », leur existence n'est pas tournée vers la communauté et leur enjeu principal est de préserver leurs habitudes, leur espace personnel. Pour ces personnes, la chambre constitue le centre du monde, le lieu d'une intimité préservée. Bien souvent, ces personnes ont souhaité leur entrée en maison de retraite, effectuant un « choix stratégique ». L'entrée précoce en maison de retraite est choisie par anticipation, parce que l'institution est spécialisée dans la prise en charge du vieillissement. Ces personnes mettent en place un argumentaire pour justifier leur décision afin de convaincre leurs enfants mais aussi des personnels de la justesse de leurs décisions. Cette entrée volontariste en maison de retraite est pour elles la clé de l'adaptation et le moyen de s'opposer à la perte de leur autonomie. L'institution est tenue à distance, la vie collective est subordonnée à une vie personnelle remplie d'activités nomades hors de l'institution.

6Un troisième type de rapport à l'institution est celui des personnes qui n'arrivent pas à s'adapter et à se sentir chez elles dans l'institution. Elles ne parviennent pas à reconstruire un monde stable au sein de la maison de retraite. Le plus souvent ces personnes y ont été placées en raison d'un handicap, d'un accident de santé ; le placement a été vécu comme trop rapide. Le fait que ces personnes ne puissent pas reconstruire un chez-soi dans l'institution se manifeste par exemple par un refus de décorer la chambre et de la construire comme espace personnel. Par ailleurs, les activités en collectivité sont refusées, en ce que la collectivité apparaît d'abord comme une communauté de personnes dépendantes.

7Ces trois mondes sont structurés autour de deux axes : au premier axe correspond l'organisation de l'existence dans l'institution par l'investissement ou le non-investissement des espaces à la fois privés et collectifs, et hors de l'institution ; le deuxième axe oppose l'instrumentalisation de l'institution à la soumission à l'institution. Lorsqu'on croise ces deux axes, apparaissent alors quatre façons de vivre l'institution : l'intégration dans la communauté, la reconstitution d'une existence « normale », la résistance aux contraintes institutionnelles et la fuite hors du lieu.

8Dans la troisième et dernière partie de l'ouvrage, Isabelle Mallon s'intéresse aux dynamiques identitaires des résidents des maisons de retraite. La personne n'est pas uniquement modelée par les contraintes institutionnelles dans lesquelles elle est plongée, elle ne fait pas forcément sienne l'identité statutaire que lui assigne la maison de retraite: elle s'adapte ou entre en résistance avec elle. De plus, elle met en œuvre par elle-même, à l'aide de certains autruis significatifs, en priorité la famille qui constitue une instance centrale dans la reconstitution de l'identité, des dynamiques identitaires de maintien de rencontre.

9Le statut de résident peut être revendiqué comme un élément déterminant de l'identité personnelle. C'est le cas notamment des résidences en famille, qui mobilisent au service de l'institution leurs compétences personnelles et professionnelles. Ainsi l'un des résidents revendique qui le statut de plongeur qui l'autorise, vis-à-vis du personnel, à obtenir un statut de résident privilégié.

10Le plus souvent, le maintien d'une identité personnelle s'effectue dans un effort de mise à distance du statut de résident par un effort de personnalisation des relations avec le personnel. Il s'agit pour les personnages de court-circuiter l'assignation statutaire, de minorer la place de l'institution dans la construction de soi et de recourir à d'autres autruis significatifs.

11Finalement, le vieillissement apparaît comme une donnée majeure de la construction identitaire des personnes âgées en maison de retraite. L'énonciation du vieillissement est une transaction biographique entre soi et soi-même. La vie en institution nécessite un retour sur soi dans la manière de mener sa vie quotidienne. Toutes ces personnes ne parviennent pas nécessairement à construire une identité stable. L'institution est-elle déterminante dans cette transaction biographique ? Vieillir en établissement d'hébergement est-il différent de vieillir à domicile ? L'entrée en institution a-t-elle valeur de transition biographique ? L'entrée en maison de retraite avec le déménagement qu'elle suppose, le partage des meubles parfois avec ses enfants, mais surtout avec la réorganisation des activités autour des loisirs met en lumière des changements et permet de mesurer le travail du vieillissement. Cela est particulièrement net lorsque l'entrée en maison de retraite est le résultat d'une série d'événements ayant ébranlé l'identité de la personne, avec par exemple une suite d'hospitalisations. Contraignant la personne à réorganiser sa vie, à limiter ses activités, la maison de retraite peut être une rupture. Le processus de vieillissement se déploie de façon très diversifiée chez les personnes âgées, selon leurs ressources personnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Isabelle Mallon, Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 07 mars 2006, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/269

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page