Navigation – Plan du site

Philippe Bourdin et Jean-Claude Caron (dir.), L’homme politique et la presse. De Camille Desmoulins à Émile de Girardin

Roxane Bonnardel-Mira
L'homme politique et la presse
Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron (dir.), L'homme politique et la presse. De Camille Desmoulins à Émile de Girardin, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Histoires croisées », 2018, 264 p., ISBN : 978-2-84516-795-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par Philippe Bourdin et Jean-Claude Caron, cet ouvrage expose les réflexions présentées au colloque intitulé « L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet » qui s’est tenu au Centre d’histoire « Espaces et Cultures », les 8 et 9 septembre 20161. Il porte l’ambition d’interroger le rôle ambivalent des journaux dans la fabrique des hommes politiques, « ces hommes de plume et de papier » (p. 17). L’ouvrage compte quinze communications qui se concentrent sur une séquence d’intenses bouleversements politiques et sociaux, de l’essor de la presse sous la Révolution française – lors de laquelle l’espace public est remodelé par les nouvelles libertés d’expression – jusqu’à la monarchie de Juillet, période de cohabitation entre une presse officielle et une presse contestataire qui témoigne de la vitalité partisane. La « tradition tribunicienne de la presse française » (p. 12) marque ces années, avant que la création de La Presse par Émile de Girardin en 1836, dont l’objectif est de diffuser des informations et non plus de publier une opinion, introduise une profonde césure qui annonce « l’avènement de la civilisation du journal »2. L’ouvrage, en quête des « figures d’élus sculptées dans ces montagnes de papier » (p. 17), entend dépeindre les ressorts de cette tradition, particulièrement bousculée durant un petit demi-siècle de renouvellement des pratiques de la presse.

2La première partie, intitulée « les bornes de la liberté », interroge les conditions de l’exercice de la presse ainsi que « l’éthique du danger » (p. 29) qui anime certains journalistes. Elle questionne l’effet des pratiques rhétoriques révolutionnaires, notamment la calomnie et la dénonciation, sur les identités politiques. Maité Bouyssy explore la manière dont Barère rend compte des évènements de l’Assemblée dans Le Point du jour. À la fois homme politique et publiciste, Barère est un rigoureux défenseur de la liberté d’expression ; il se sent investi d’un devoir de transmission des débats de l’Assemblée vis-à-vis de son audience. Il revendique l’éthique de la transparence, qui se traduit par un « professionnalisme sans professionnalisation » (p. 28). Michel Biard s’intéresse quant à lui au journal d’Hébert, Le Père Duchesne, dont le ton évolue à partir de l’automne 1792 : abandonnant le registre « du petit théâtre », dans la lignée de la littérature populaire, son propos se durcit et participe à un « jeu de massacres » (p. 41). Hébert déploie une « éthique du danger », pratique de la presse dont Michel Biard décortique les ambivalences. À la suite de l’évincement des girondins, affaiblis par la calomnie et les insultes ad hominem, les attaques nominales se raréfient dans le Père Duchesne. Si Hébert n’est finalement pas épargné par les violences politiques au déclenchement desquelles il participe, il modère néanmoins ses attaques contre la Montagne. L’étude des pratiques dénonciatrices se poursuit dans le chapitre que Stefan Lemny et Jérémy Maloir consacrent à la trajectoire de Jean-Louis Carra, « l’orateur des Jacobins ». Les auteurs explorent les ressorts de la combativité dénonciatrice de Jean-Louis Carra, qui appelle de ses vœux l’avènement d’une liberté indéfinie, à la condition qu’elle se place au service de la morale et de la vigilance démocratique. Laurent Nagy montre que cette radicalité persiste en 1817 avec des semi-périodiques patriotes, dont L’Homme gris, encouragés par le comte Descazes, ministre de la police, qui compte sur leur influence pour affaiblir les ultraroyalistes. Avant d’être réprimée en 1818, cette presse subversive a permis la réintroduction du passé révolutionnaire et impérial dans la monarchie. Corinne Dora, enfin, s’interroge sur les prises de positions du doctrinaire Royer-Collard, tantôt défenseur de la liberté d’expression, tantôt censeur, luttant contre la « licence de la presse » ; elle clôture cette partie sur les restrictions qui contraignent la liberté de la presse.

3À travers une série de portraits, la seconde partie décortique la figure du notable, acteur et sujet de la presse. Annie Duprat démêle les usages de la presse de Rosalie Jullien, lectrice assidue et spectatrice régulière à l’Assemblée nationale, qui suit les évènements révolutionnaires puis la campagne d’Italie et participe ainsi à la diffusion des informations auprès de ses proches. Les traces laissées par Rosalie Jullien permettent à Annie Duprat d’estimer le rôle de la presse dans la politisation très rapide des Français et des Françaises. De son côté, Anaïs Nagel suit la trajectoire de Laveaux, journaliste au Courrier de Strasbourg entre 1791 et 1793, qui parvient à faire entendre les idées du jacobinisme auprès des lecteurs Strasbourgeois. Pour Laveaux, le journalisme est aussi l’occasion de gagner une notoriété nationale lors de son combat contre le maire Dietrich. Philippe Bourdin restitue aussi les ressorts d’une presse locale en étudiant les journaux auvergnats. Ces feuilles peinent à fidéliser un lectorat et leur ligne éditoriale manifeste parfois une certaine inconstance. Les journaux auvergnats interprètent les évènements nationaux et s’approprient les personnalités publiques pour forger les divisions partisanes locales. Cette fonction est également perçue par Vladislava Sergienko, qui examine l’interprétation que la presse locale donne du retour de Mounier à Grenoble en 1789 : l’action locale de Mounier et sa tentative d’entrainer la province dans l’opposition à l’Assemblée sont soutenues par Les Affiches du Dauphiné ; en revanche, elles sont la cible des critiques de la Vedette des Alpes devenu le Journal patriotique. Vladislava Sergienko en conclut que la presse dauphinoise a porté atteinte à l’image de Mounier et miné son action politique régionale, si bien qu’il s’est exilé en 1790. Inversement, la presse peut également bâtir des carrières politiques et fabriquer des candidats, comme l’observe Gonzague Espinosa-Dassonneville. D’abord dénigré par les journaux ministériels ultras, le général Lamarque se défait progressivement de son image de bonapartiste dangereux. Il repense sa stratégie médiatique en 1827 pour ne pas se couper de l’électorat modéré et est élu député en 1828. La retranscription de ses discours dans la presse contribue à sa popularité. Enfin, Cyril Triolaire signe une étude sur l’imprimeur Jean-Joseph-Marie Ignon, dont la trajectoire permet de saisir le rôle joué par un « acteur ordinaire » de la révolution dans l’espace politique révolutionnaire. Ignon construit la crédibilité du Journal de la Lozère et son enracinement à Mende dans la durée en donnant des gages de loyauté à l’administration locale et en acceptant « le costume de l’homme d’ordre », quitte à endosser aussi celui de « l’homme aux ordres » (p. 154).

4La troisième partie se concentre sur les journaux catholiques, dont les idées conservatrices voire réactionnaires ne s’opposent en rien à la modernité du support médiatique. Guillaume Colot brosse les évolutions de l’activité de cette presse catholique, qui se manifeste bruyamment lorsque l’Assemblée légifère sur les sujets religieux. Interdits entre 1793 et 1795, les journaux catholiques sont étroitement contrôlés par l’administration avant de disparaitre en 1803, avec la signature du Concordat. Estelle Berthereau-Brunsau Cuello s’intéresse à Pierre-Sébastien Laurentie, journaliste roturier qui se veut « faiseur d’opinion » plus que porte-parole d’un homme politique en particulier. En suivant le parcours de Laurentie, elle interroge l’état de la presse ultra-catholique dissidente et son positionnement ambigu, à la marge du pouvoir, mais du côté des puissants qui la financent et rendent possible la professionnalisation de ses journalistes. Cette ambivalence se retrouve dans le parcours de Louis de Bonald. Auteur de nombreux articles pamphlétaires, il est nommé président de la commission de la censure en 1827. Ce théoricien du conservatisme social préfère « l’honneur de la presse » à « [sa] chimérique liberté » (p. 217). Ses prises de position, moins linéaires qu’elles n’y paraissent selon Flavien Bertran de Balanda, lui attirent l’animosité des journalistes. Sylvain Milbach retrace enfin le parcours médiatique du comte de Montalembert. Isolé à la Chambre, celui-ci verse volontiers dans la provocation pour rendre ses idées ultramontaines audibles. Paradoxalement, il doit son succès médiatique aux journaux adverses et parvient à s’imposer comme orateur du catholicisme parlementaire, en dépit des mésententes qu’il entretient avec les autorités religieuses.

5Pas à pas, cet ouvrage expose la complexité de l’exercice du métier de journaliste, qui évolue dans un régime de « liberté contrôlée » (p. 245). Deux moments forts de bouillonnement apparaissent nettement : la période révolutionnaire, d’une part, et le tournant des années 1830, d’autre part, qui amorce la professionnalisation progressive des journalistes. L’attention portée à des objets d’étude autres que parisiens est grandement appréciable puisqu’elle met en lumière le décalage entre presse nationale et presse régionale. L’apport principal de cet ouvrage est l’éclairage proposé sur le rôle de la presse dans la personnalisation de la vie politique, et sur sa tendance à « diffus[er] des identités politiques sous des formes agonistiques » (p. 240). Dans un monde de presse que les directeurs de l’ouvrage qualifient « d’affaire d’hommes », Rosalie Jullien est la seule femme mentionnée, et l’étude de son parcours permet d’interroger les usages de la presse et l’appropriation des identités politiques qu’elle contribue à sculpter. Ainsi, publicistes et hommes politiques s’avèrent unis sous le signe de l’interdépendance, et la presse ne peut assurément pas se résumer à une simple fonction de caisse de résonnance.

Haut de page

Notes

1 http://chec.uca.fr/article479.html.

2 Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxane Bonnardel-Mira, « Philippe Bourdin et Jean-Claude Caron (dir.), L’homme politique et la presse. De Camille Desmoulins à Émile de Girardin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26921

Haut de page

Rédacteur

Roxane Bonnardel-Mira

Élève de l’ENS Paris-Saclay.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page