Navigation – Plan du site

Pierre Blanc, Terres, pouvoirs, conflits. Une agro-histoire du monde

Ronan Crézé
Terres, pouvoirs et conflits
Pierre Blanc, Terres, pouvoirs et conflits. Une agro-histoire du monde, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 384 p., ISBN : 9782724622201.
Haut de page

Texte intégral

1En explorant l’agro-histoire du monde, Pierre Blanc propose de considérer la terre comme un objet central des conflits politiques dans une analyse qui s’étend du XVe siècle jusqu’à nos jours. Il cherche à comprendre comment la propriété foncière participe à l’histoire des territoires. Bien que chaque situation nationale soit distincte, l’auteur regroupe des États au sein de chapitres qui recouvrent une zone géographique spécifique (souvent un continent). Chaque chapitre est découpé en deux parties. La première rappelle la construction historique de l’inégalité foncière jusqu’aux XVIIIe et XIXe siècles ainsi que l’empreinte laissée par les régimes politiques sur les structures agraires. La seconde se focalise sur l’impact de cette configuration foncière sur l’histoire politique contemporaine de la région (notamment leur rôle dans les affrontements entre diverses mouvances politiques, dans l’application de réformes agraires, dans la construction identitaire des groupes sociaux, etc.). S’il ne prétend pas être exhaustif, Pierre Blanc veut « mettre en lumière le caractère universel de mécanismes par delà les phénomènes propres à chaque espace politique » (p. 142). Son propos consiste donc à démontrer que « le déséquilibre foncier […] a représenté un puissant moteur de l’histoire récente » (p. 12) sans en faire le seul facteur explicatif des conflits. Afin d’éviter « l’effet catalogue », nous aborderons les principaux axes de réflexion qui émergent de notre lecture en nous appuyant sur quelques illustrations très bien détaillées par l’auteur.

  • 1 Les nobles possédaient les terres, les paysans les cultivaient et les religieux étaient chargés des (...)
  • 2 Ces deux types de contrats sont une « sorte d’intermédiaire dans l’évolution entre le régime féodal (...)
  • 3 Régime de propriété privée où les hacendados (des notables européens ou des créoles, principalement (...)

2Tous les continents sont concernés par les processus de concentration foncière, à l’exception de l’Amérique du Nord et de quelques rares espaces qui relèvent encore du droit coutumier ou du nomadisme. Pour comprendre l’enjeu que représente la terre, Pierre Blanc nous convainc de l’intérêt d’une approche historique pour percevoir l’importance qu’a pu avoir la problématique agraire dans la trajectoire politique des États. Historiquement, deux modalités de concentration des terres sont distinguées. Le mode endogène concerne surtout l’Europe, la Chine ou le Japon tandis que le mode exogène apparaît dans les territoires colonisés ou envahis par des puissances extérieures. C’est vrai d’abord au Moyen-Âge (du moins en Europe ou en Asie) puisque cette époque se caractérise par des formes durables de gestion des activités agricoles telles que le servage, qui soumettait complètement des paysans à l’autorité des propriétaires des terres. En Europe, par exemple, la concentration foncière endogène résulte des tensions internes aux États qui ont conduit à un type d’organisation sociale structuré en trois ordres1. Cette organisation politique et foncière se caractérisait par un accaparement des terres et du pouvoir par les nobles, et par un servage imposé aux paysans, privés de propriété et de libertés. L’entrée dans la modernité et l’émergence de nouveaux régimes politiques favorisent d’autres formes d’organisation telles que le fermage, le métayage2 et plus tard le régime de propriété privée, lequel a pris toute son ampleur au cours du XXe siècle. Le mode exogène de concentration foncière résulte en particulier de la conquête de nouveaux territoires ou de l’acquisition de terres par les vainqueurs lors des conflits militaires. La colonisation du Nouveau monde par les Européens a été propice à l’extension du régime foncier de propriété privée. Là aussi, l’analyse historique est pertinente car elle révèle l’impact de la colonisation sur les régimes fonciers puisque les Européens ont imposé la propriété privée et concentré les terres entre les mains d’une oligarchie foncière en Amérique du sud, en Asie et aussi en Afrique. En Amérique du sud (où les peuples amérindiens autochtones concevaient la terre comme une ressource appartenant à la collectivité), la concentration foncière s’est progressivement consolidée à travers l’extension du système des haciendas3. Cette structure agraire s’est ancrée et maintenue sur le long terme grâce aux régimes autoritaires qui s’alliaient aux propriétaires terriens. Le Guatemala est ainsi devenu la « figure typique de la république bananière » (p. 113) puisque la dualité foncière y était très forte. En 1950, 2% des exploitations concentraient 72% des terres cultivables, ceci grâce aux collusions entre le pouvoir dictatorial et les compagnies privées (p. 114).

  • 4 Les réformes agraires peuvent prendre plusieurs formes. Elles consistent souvent à redistribuer les (...)
  • 5 L’Afrique du Sud a été colonisée par les Néerlandais et les Anglais qui s’approprièrent les terres (...)
  • 6 Pour opérer une « révolution verte », le commandant Marcos (arrivé au pouvoir en 1965) a voulu colo (...)
  • 7 Le cas de l’Arabie Saoudite est à ce titre éclairant puisqu’après avoir réalisé des investissements (...)
  • 8 Les sécheresses de 1965 et 1966 incitèrent le gouvernement à lancer une « révolution verte » pour a (...)
  • 9 L’Indonésie est désormais le premier producteur mondial avec 9 millions d’hectares qui y sont dédié (...)

3Si cette inégalité foncière est largement présente dans l’histoire sur tous les continents, elle n’a pas eu la même incidence dans tous les pays et sous tous les régimes politiques. Ainsi, lors des épisodes d’exode rural et de développement de l’industrie, les inégalités d’accès à la terre sont moindres et peu conflictuelles. À l’inverse, dans les sociétés à dominante rurale (notamment lors des poussées démographiques), la « faim de terres » s’exprime par le mécontentement paysan qui prend diverses formes (soulèvements populaires, guérillas armées, etc.). Le manque de terre légitime alors des stratégies visant à augmenter la surface de terres arables : soit une répartition plus équitable des terres à travers des réformes agraires4, soit l’annexion de nouvelles terres cultivables, par la force ou par la conquête de nouveaux espaces. La colonisation s’explique donc en partie par cette volonté de répondre à la question agraire. Elle prend principalement deux formes : celle de peuplement (comme en Afrique du Sud ou en Algérie où les colons sont venus occuper le territoire conquis5) ou celle d’exploitation (comme au Soudan où l’Angleterre a engagé des investissements pour produire du coton destiné à son industrie textile). La conquête de terres se restreint parfois aux frontières nationales lorsque l’État « colonise » des espaces vierges (tels que l’île de Mindanao aux Philippines6) ou encore des terres où sont installées des minorités ethniques ou religieuses (c’est ainsi qu’en Chine le pouvoir maoïste a cherché à siniser le Tibet et la province du Xinjiang). Désormais que la grande majorité des États ont obtenu leur indépendance, certains privilégient l’achat de terres dans des pays étrangers afin de sécuriser leurs approvisionnements en denrées agricoles7. Lorsque la conquête de nouvelles terres n’est pas envisageable, la stratégie agricole vise à augmenter la productivité. Les « révolutions vertes » (notamment celle engagée en Inde8) poursuivent ainsi l’objectif de répondre aux difficultés de la population à se nourrir en améliorant les rendements de la production. Si les conflits liés à l’accès à la terre débouchent sur des configurations diverses, Pierre Blanc remarque cependant une tendance à la concentration des terres. Le dualisme opposant grands propriétaires et paysans continue de s’étendre de nos jours à de nouveaux acteurs que sont les grandes entreprises du secteur agroalimentaire. Les investissements massifs réalisés par des compagnies étrangères provoquent un nouvel accaparement des terres (comme c’est le cas en Indonésie avec l’huile de palme9).

4Tout au long de l’ouvrage, l’auteur démontre que le prisme foncier demeure une dimension à ne pas négliger dans l’analyse du pouvoir et des conflits. Cette approche historique est pertinente pour comprendre les conflits passés autant que pour appréhender les tensions politiques actuelles entre et au sein des États. L’analyse gagnerait certainement à être complétée par une étude d’autres motifs d’appropriation de l’espace. En effet, les terres agricoles représentent 10% de la surface du globe mais les 90% restant font aussi l’objet de luttes pour leur appropriation (notamment pour l’accès aux ressources naturelles comme l’énergie, l’eau, les minerais, etc.). S’il serait intéressant de s’atteler à cette tâche, cette remarque n’enlève rien à la qualité de l’étude réalisée par Pierre Blanc. Il présente ici un travail précis et stimulant s’appuyant sur de nombreuses références qui donnent l’envie et les moyens d’approfondir chaque thème abordé.

Haut de page

Notes

1 Les nobles possédaient les terres, les paysans les cultivaient et les religieux étaient chargés des affaires spirituelles.

2 Ces deux types de contrats sont une « sorte d’intermédiaire dans l’évolution entre le régime féodal et le capitalisme agraire » (p. 24). Le propriétaire délègue la culture de la terre à des paysans en échange d’une partie de la récolte (métayage) ou du paiement d’un loyer (fermage).

3 Régime de propriété privée où les hacendados (des notables européens ou des créoles, principalement) sont propriétaires des terres et délèguent le travail à des Indiens ou des migrants qui doivent s’approvisionner dans les magasins (tiendas) appartenant aux hacendados. Certains travailleurs peuvent eux-mêmes devenir propriétaires d’un lopin en s’acquittant de tâches sur les terres de l’hacienda.

4 Les réformes agraires peuvent prendre plusieurs formes. Elles consistent souvent à redistribuer les terres issues des grandes propriétés (privées ou publiques) aux paysans sans terre. Elles peuvent être associées à la mise en place d’un seuil maximal de surface que peut posséder chaque propriétaire afin de mieux répartir les terres agricoles entre les paysans.

5 L’Afrique du Sud a été colonisée par les Néerlandais et les Anglais qui s’approprièrent les terres au détriment des autochtones. Dès 1913, le Natives Land Act réservait la propriété foncière aux Blancs, qui possédaient ainsi 92% des terres (le reste représentant les réserves où étaient cantonnées les Noirs). Le régime d’Apartheid instauré en 1948 a encore renforcé cette ségrégation raciale (p. 286). En Algérie, la France installa une colonie de peuplement à partir des années 1830 en vue de prendre possession du territoire par « l’épée et la charrue » (p. 291) selon les termes du général Bugeaud (à la tête des troupes françaises pendant la guerre de conquête entre 1840 et 1847). Les colons français remplacèrent les usages fonciers traditionnels (en propriété collective dans les plaines, et privées dans les oasis et les montagnes) par un système de propriété privée qui profita principalement aux colons français venus de métropole puisqu’ « au maximum de la colonisation, 40% des terres étaient détenues par des intérêts français » (p. 292).

6 Pour opérer une « révolution verte », le commandant Marcos (arrivé au pouvoir en 1965) a voulu coloniser les nouveaux espaces vierges d’îles telles que celle de Mindanao. Mais cette île n’était pas inhabitée puisqu’y résidaient des communautés paysannes musulmanes qui avaient longtemps fonctionné selon le système des baranguays (« espaces communautaires où les familles usufruitières de la terre vivaient sous l’autorité d’un datu [qui] prélevait un tribut en échange d’une protection et de quelques investissements », p. 153). Alors que la propriété des terres de Mindanao avait été transférée à l’État philippin durant l’occupation américaine, Marcos a distribué les sols à des paysans catholiques, ce qui mécontenta les paysans musulmans et favorisa l’irrédentisme musulman soutenu par des organisation politiques (certaines d’entre-elles ont d’ailleurs sombré dans le terrorisme islamiste).

7 Le cas de l’Arabie Saoudite est à ce titre éclairant puisqu’après avoir réalisé des investissements très importants pour augmenter la production dans des terres très arides, le royaume a opté pour l’acquisition de terres à l’étranger. Après 1973, d’importants investissements furent à l’origine du développement des cultures céréalières en plein désert grâce à l’irrigation permise par l’extraction de l’eau des nappes phréatiques. « La surface cultivée passa de 285 000 hectares en 1973 à 1,6 million d’hectares en 2000 » (p. 279), faisant de l’Arabie Saoudite une puissance exportatrice de céréales. La nouvelle stratégie en vigueur depuis 2008 vise l’autosuffisance et privilégie l’acquisition de terres dans des pays étrangers. Ces investissements s’appuient sur des entreprises nationales soutenues par des fonds souverains et ils sont réalisés dans certains États (notamment ceux faisant partie de la Conférence islamique) pour importer des produits agricoles tout en étendant la sphère d’influence du royaume à des pays proches d’un point de vue culturel et religieux.

8 Les sécheresses de 1965 et 1966 incitèrent le gouvernement à lancer une « révolution verte » pour accroitre la productivité et les rendements agricoles en important des semences améliorées, en introduisant des intrants tels que les engrais et en développant des systèmes d’irrigation (p. 181).

9 L’Indonésie est désormais le premier producteur mondial avec 9 millions d’hectares qui y sont dédiés. Les entreprises publiques indonésiennes comme les compagnies privées étrangères en ont fait une terre de conquête (notamment des entreprises chinoises et coréennes) en empiétant sur les îles qui étaient les moins peuplées et couvertes par la forêt tropicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Crézé, « Pierre Blanc, Terres, pouvoirs, conflits. Une agro-histoire du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26950

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page