Navigation – Plan du site

Magali Guaresi, Parler au féminin. Les professions de foi des député.e.s sous la Cinquième République (1958-2007)

Maud Navarre
Parler au féminin
Magali Guaresi, Parler au féminin. Les professions de foi des député.e.s sous la Cinquième République (1958-2007), Paris, L'Harmattan, coll. « Humanités numériques », 2018, 298 p., préface de Françoise Thébaud, ISBN : 978-2-343-13946-3.
Haut de page

Texte intégral

1Comment les femmes élues députées sous la Cinquième République légitiment-elles leur candidature ? Contribuent-elles à changer les normes en vigueur parmi les parlementaires ? Telle est la problématique mise au travail dans ce livre issu d’une thèse d’histoire contemporaine soutenue en 2015 à l’Université de Nice.

2L’étude originale se situe au croisement de l’histoire, de la science politique et des sciences du langage, puisque l’auteure analyse plus de 700 professions de foi d’élu.e.s à l’Assemblée nationale entre 1958 et 2007. Le corpus comprend presque toutes les professions de foi des femmes élues députées durant la période et un échantillon d’hommes, sélectionnés de manière à atténuer les effets de contexte (pour une profession de foi féminine, l’auteure sélectionne une profession de foi masculine déposée pour la même élection). On ignore en revanche si l’homme sélectionné appartient à la même tendance politique ou présente les mêmes caractéristiques sociologiques que la femme candidate (âge, catégorie socioprofessionnelle, etc.). Sur le plan méthodologique, la démarche s’inscrit dans l’objectif de construire des « humanités numériques » : les professions de foi sont étudiées à partir d’un logiciel d’analyse logométrique. Héritière de la lexicométrie, la logométrie permet d’étudier les discours à la fois de manière globale et locale, selon l’environnement lexical immédiat. La logométrie permet aussi de combiner une analyse quantitative (récurrences d’un terme) et qualitative (repérer les thématiques abordées dans les professions de foi). On mesure ainsi tout le potentiel de la méthode : des centaines de textes peuvent être étudiés et comparés, afin d’identifier les points communs et les spécificités de chacun.

3L’étude de Magali Guaresi livre deux enseignements principaux. D’une part, la manière dont les femmes se présentent dans les professions de foi diffère des hommes ; d’autre part, leurs présentations varient selon les périodes historiques, non pas tant en fonction des forces politiques dominantes, mais plutôt selon les régimes de genre en vigueur. On peut ainsi retracer une histoire du genre, montrant des identités féminines et des rapports sociaux de sexe légitimes en politique au fil du temps.

4Globalement, les femmes ne parlent pas le même langage politique que les hommes. Des différences significatives apparaissent. Pour se légitimer en politique, les députées mobilisent leurs compétences issues de la sphère privée (mère, épouse, allocutaire privilégiée des femmes et des personnes vulnérables dans une logique de care). Une différence apparaît toutefois dans les discours des femmes de gauche : ces dernières valorisent davantage le militantisme en faveur des droits des femmes que les élues de droite. Les femmes n’utilisent pas le champ lexical de la lutte politique : elles peuvent difficilement mobiliser ce registre car elles risqueraient d’apparaître comme trop masculines et ainsi, de ne pas suivre les normes d’une féminité subordonnée dans le champ politique. On voit ainsi que si les femmes peuvent pénétrer l’espace parlementaire, c’est au prix d’une maîtrise de soi, en particulier, d’une présentation en tant que subalterne dans l’espace politique, alors que les hommes peuvent utiliser le registre de la conquête politique et du combat. Des termes comme « lutte », « défenseur », etc. reviennent plus souvent dans leurs présentations. De même, les femmes se réfèrent moins souvent aux institutions politiques : elles utilisent peu des notions comme République, France, État, législature ou encore investiture. Privées de ces mots pour se conformer à leur identité de genre, les femmes entretiennent leur marginalité.

5Ces conclusions globales doivent toutefois être nuancées. Trois périodes se distinguent selon les rapports de genre qui prévalent en politique et dans la société civile. La première (1958-1973) se caractérise par l’occultation du genre des candidates. Les femmes se présentent comme des expertes de thématiques féminines (les lycées, le logement, …), mais tues en tant que telles. « En somme, la parole des candidates produit sans l’énoncer explicitement une identité genrée : celle d’une féminité largement tue, essentiellement suggérée en creux par le rejet des pratiques discursives politiciennes et le repli privilégié sur certains domaines d’expertise conformes à la division sexuelle », écrit Magali Guaresi (p. 118). Autre preuve de cette féminité « en creux », ces pionnières soutiennent des mesures spécifiques en faveur des femmes (réforme des régimes matrimoniaux, par exemple), alors qu’aucun programme politique à l’époque ne le propose.

6La deuxième période se caractérise par une politisation des questions de genre (1978-1988), mais paradoxalement, les femmes qui deviennent députées se contentent d’y faire allusion à hauteur de ce que promettent les programmes électoraux de leur parti. Elles ne pratiquent pas la surenchère. Les présentations féminines mettent davantage en avant le militantisme des candidates. Leurs discours se politisent. Les femmes veulent faire gagner leur camp dans un contexte électoral qui voit la France basculer à gauche pour la première fois sous la Cinquième République. Elles n’hésitent pas à le dire dans leurs professions de foi. Toutefois, les présentations se distinguent encore, les femmes valorisant l’action politique qu’elles pourraient impulser si elles étaient élues, tandis que les hommes insistent plus sur les débats d’idées.

7La dernière période (1993-2007) voit réactivée la rhétorique de la complémentarité des sexes alors que les revendications en faveur d’un partage équitable des mandats électoraux selon le sexe (parité) se développent. Les femmes surfent sur l’idée de la crise de la démocratie représentative : elles valorisent les présupposées qualités féminines qui permettraient d’améliorer la relation entre élus et citoyens. Les femmes se présentent comme plus proches des habitants, plus soucieuses de leurs besoins, plus à l’écoute, etc. Les hommes, eux aussi conscients du discrédit qui pèse sur les élus, préfèrent dans un premier temps jouer la carte de l’hypervirilité. Ils mettent en avant leur volonté d’agir avec poigne dans des domaines régaliens comme l’immigration, la sécurité, l’Union européenne, pour essayer de compenser la réputation d’impuissance des pouvoirs publics. En 2002, le genre s’éclipse des professions de foi, car l’éviction surprise du candidat socialiste du second tour de l’élection présidentielle provoque un resserrement des thématiques abordées autour des enjeux spécifiques à chaque tendance politique. Les caractéristiques personnelles des candidats passent au second plan. Lors des élections de 2007, les hommes s’emparent aussi de la rhétorique de la proximité, coupant l’herbe sous le pied aux femmes qui utilisaient ce discours pour se légitimer. Les professions de foi ne montrent plus de thématiques alternatives qui permettraient aux femmes de retourner le stigmate de la féminité en politique.

8L’étude de Magali Guaresi apporte un éclairage intéressant quant aux registres de légitimation utilisés par les femmes élues à l’Assemblée nationale. À l’issue de la lecture, on ne peut que reconnaître la précision des analyses, la finesse des descriptions des thématiques utilisées par les unes et les autres selon les contextes. L’analyse logométrique montre toute sa portée descriptive. Néanmoins, l’étude telle qu’elle est restituée dans le livre demeure trop restreinte à son objet (les professions de foi) et à son analyse technique selon deux variables principales : le sexe et la période historique. D’abord, on peine à saisir le rôle des professions de foi dans le métier de député. En particulier, on aimerait connaître leurs effets pratiques : s’agit-il seulement de déclarations (cf. l’expression bien connue en politique : « les promesses n’engagent que ceux qui les croient »), de bonnes intentions affichées, ou bien les professions de foi engagent-elles des pratiques réelles (et donc distinctes selon le sexe) ? Bref, que révèlent les professions de foi du métier d’élu ?

9Ensuite, les mécanismes de construction des professions de foi ne sont pas interrogés, laissant croire que les textes rédigés le sont uniquement par les candidat.e.s. Or, on peut supposer qu’en période de forte concurrence entre partis, le contrôle, voire l’écriture des professions de foi par les instances militantes, est plus fort qu’en période électorale moins concurrentielle. De même, quelle place occupe l’entourage (assistants parlementaires, collègues élus ou militants, amis, famille, …) dans la rédaction de ces textes ? Les élus ne les font-ils pas relire avant de les valider ? Dans quelle mesure ces relectures influencent-elles les présentations de soi et la mise en conformité du texte avec les représentations attendues de la féminité en politique ?

10Enfin, il manque dans l’analyse quelques variables essentielles pour comprendre la présentation des identités sexuées. D’une part, l’expérience politique des candidates (novices ou sortantes, par exemple) : les élues novices se conforment-elles aussi souvent et facilement à ces représentations du genre ? Font-elles émerger des figures alternatives de féminité ? D’autre part, il aurait été intéressant de comparer les identités féminines mobilisées par les candidates non élues afin de voir si ces manières de se présenter divergent et si ces divergences influencent les chances d’être élue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Magali Guaresi, Parler au féminin. Les professions de foi des député.e.s sous la Cinquième République (1958-2007) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 octobre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27061

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page