Navigation – Plan du site

Stefano Petrucciani, Marx critique du libéralisme

Jean Zaganiaris
Marx critique du libéralisme
Stefano Petrucciani, Marx critique du libéralisme, Sesto San Giovanni, Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2018, 137 p., ISBN : 978-88-6976-141-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier livre de Stefano Petrucciani, professeur de philosophie politique à l’université La Sapienza de Rome, a une double ambition. À partir d’une lecture rigoureuse des textes de Marx et d’un travail de contextualisation précis, la première partie restitue les critiques adressées par l’auteur du Capital à la pensée libérale de son temps. Ensuite, l’auteur met en perspective les idées marxistes avec les théories de la justice élaborées au cours du XXe siècle, particulièrement celle de John Rawls et le marxisme analytique anglo-saxon. La question mérite en effet d’être posée : existe-t-il une théorie de la justice dans l’œuvre de Marx, élaborée à partir des critiques adressées au libéralisme ?

2Le libéralisme n’est pas forcément synonyme de capitalisme. Il renvoie aux conceptions de la liberté politique que l’on retrouvait à la fin du XVIIe siècle dans les écrits de Hobbes et Locke. Si ces auteurs ont concentré leurs réflexions sur la façon d’assurer aux individus la protection contre la violence et la sauvegarde des biens, Stefano Petrucciani précise qu’ils n’ont par contre guère pensé à « l’accès aux biens nécessaires à la vie, à la participation aux fruits du travail commun » (p. 13). C’est à partir de cette aporie que l’auteur se penche sur les critiques adressées par Marx aux droits de l’homme. Ces derniers protègent peut-être les « citoyens » mais pas « l’homme comme membre de la société civile » (p. 22). N’étant pas accompagnés de droits sociaux permettant à chacun d’avoir des moyens de subsistances suffisants et de ne pas subir en fonction de sa classe sociale l’exploitation économique, les droits politiques ne sont pas des garanties suffisantes pour une vie bonne en société. C’est en ce sens que Marx considère le « droit de propriété » comme étant « [la plus] trompeuse des libertés », qui cache en réalité « la consécration de l’esclavage ». L’égalité politique des droits de l’homme se traduit concrètement par une inégalité de classe, et la participation du peuple à la souveraineté trouve sa concrétisation dans une société où le rapport de proximité à la politique est conditionné par le niveau de richesse et d’éducation inégalement redistribué. « L’égalité politique » et « l’esclavage civil » sont les deux faces d’une même pièce qui ne pourront être dépassées qu’avec l’instauration de ces modes de vie coopératifs énoncés par Marx dans ses commentaires de l’État et anarchie de Bakounine.

3La deuxième partie de l’ouvrage relie Marx avec le monde contemporain et interroge la dimension éthique de la critique adressée au libéralisme. Récusant toute approche moralisante, Marx met néanmoins le doigt sur les échanges injustes entre capital et travail qui engendrent l’exploitation. Stefano Petrucciani analyse les auteurs qui ont vu dans la pensée marxiste une éthique de la liberté à portée universelle. Il souligne que, chez Marx, « l’émancipation de la classe des prolétaires est l’émancipation de la société entière » (p. 57) et évoque la pensée de philosophes tels que Gerald A. Cohen qui ont élaboré certaines théories de la justice non rawlsiennes. Selon Cohen, on trouve chez Marx un principe proclamant que « nul n’a le droit de posséder les moyens d’existence à titre privé, ni d’exclure les autres de l’accès à ces moyens » (p. 64). Ce n’est pas tant l’équité qu’il s’agit d’établir à partir des principes de justice mais l’égalité réelle entre les individus, tant sur le plan économique que social. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille renoncer à la liberté. Stefano Petrucciani rappelle que la pensée de Marx oppose une autre conception de la liberté à la pensée libérale, passant par une autodétermination consciente vis-à-vis de l’aliénation et de l’exploitation qui se réalise dans la société civile (et ne se limite pas à des droits abstraits dont ne jouit pas l’ensemble de la population).

  • 1 Isaiah Berlin, Éloge de la liberté, [1969], Paris, Pocket, 1990, p. 43-44 ; sur cet aspect de la pe (...)

4Si l’on ne peut que souligner la pertinente lecture que Stefano Petrucciani fait de Marx et la qualité de ses analyses au sujet de l’éthique marxiste de la liberté, autorisant à parler d’un concept socialiste de liberté, nous ne rejoignons pas pour autant ses critiques adressées aux idées du penseur libéral Isaiah Berlin, notamment au sujet de la séparation entre les « libertés positives » (freedom to) et les « libertés négatives » (freedom from). Ce dernier, fin lecteur de Marx par ailleurs, avait souligné que les libertés négatives des individus, c’est-à-dire ces aires de non-ingérence où l’on est censé disposer de la liberté de choix, ne doivent pas être entravées par des forces extérieures, notamment économiques : « Que valent les droits si l’on n’a pas le pouvoir de les faire respecter ? Il me semblait qu’on avait tout dit ou presque des vicissitudes de la liberté individuelle, sous le règne d’une concurrence économique débridée – sur la condition masses laborieuses, citadines notamment, sur la misère, la maladie et l’ignorance, conditions dans lesquelles le droit des pauvres et des faibles à dépenser leur argent comme bon leur semble ou à poursuivre des études n’était qu’un odieux simulacre»1. À notre avis, la pensée de Marx aurait gagné également à être mise en perspective avec les conceptions éthiques de Berlin, dont les propos sur les libertés négatives sont loin de se limiter au droit de propriété. Les rapports entre la liberté démocratique et la liberté socialiste sont par compte mis en avant. Stefano Petrucciani précise que la liberté socialiste égalitaire est dans une certaine mesure une composante de la liberté démocratique. Toutefois, les décisions démocratiques n’étant pas toujours compatibles avec la justice sociale, la liberté socialiste possède certaines spécificités qui lui sont propres. Elle implique d’accorder aux citoyens l’exercice d’un contrôle sur leur vie commune, de privilégier l’égalité à l’équité et de promouvoir la coopération entre les individus. Peut-être aurait-il fallu rajouter, à partir des écrits du jeune Marx, que la liberté socialiste implique également une praxis révolutionnaire susceptible d’être activée par les prolétaires au sein d’un régime d’exploitation ? Quoi qu’il en soit, les trois concepts de liberté (libérale, démocratique et socialiste) dont parle Petrucciani représentent aussi des conceptions idéal-typiques qui pourraient très bien être combinées dans la réalité sociale. Nous pourrions même nous interroger à partir de sa typologie d’un concept de liberté traditionnaliste, réactionnaire, voire non démocratique. Même si l’on peut avoir un regard critique sur ces penseurs, allant du contre-révolutionnaire Joseph de Maistre au réactionnaire Carl Schmitt, il est difficile d’occulter leur place au sein de la philosophie politique et de ne pas évoquer de quelle façon complexe ils représentaient la liberté. Leur pensée s’est construite avant tout contre ce qu’ils percevaient être une forme d’aliénation.

5Ces remarques n’enlèvent bien entendu rien à la qualité du livre de Stefano Petrucciani, dont le mérite est d’avoir montré une actualité assez inédite de Marx, en soulignant que la pertinence de ses critiques adressées au libéralisme était susceptible de constituer une théorie de la justice.

Haut de page

Notes

1 Isaiah Berlin, Éloge de la liberté, [1969], Paris, Pocket, 1990, p. 43-44 ; sur cet aspect de la pensée de Berlin, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage, Jean Zaganiaris, Penser l’obscurantisme aujourd’hui, par-delà Ombres et Lumières, Casablanca, Afrique Orient, 2009, p. 24-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Stefano Petrucciani, Marx critique du libéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 octobre 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27067

Haut de page

Rédacteur

Jean Zaganiaris

Enseignant-chercheur, EGE Rabat, Université Mohammed VI Polytechnique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page