Navigation – Plan du site

Mazyar Khoojinian, Les Turcs à la mine. L’immigration turque dans l’industrie charbonnière belge (1956-1970)

Maria Voichita Grecu
Les Turcs à la mine
Mazyar Khoojinian, Les Turcs à la mine. L'immigration turque dans l'industrie charbonnière belge (1956-1970), Louvain-la-Neuve, EME Editions, 2018, 402 p., ISBN : 978-2-8066-3636-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les accords bilatéraux de main-d’œuvre signés avec les pays européens entre 1961 et 1974, s’inscriv (...)

1Pour l’historien des migrations, le monde minier représente un terrain d’enquête particulièrement fécond. Ce constat, confirmé par plusieurs travaux de recherche, est patent dans le cas de l’immigration turque en Belgique, dont l’étude permet d’examiner à nouveaux frais la manière dont une politique de main-d’œuvre décidée par le patronat minier aboutit à une politique d’immigration. Mazyar Khoojinian, docteur en histoire contemporaine, approfondit cette question dans son ouvrage consacré à l’immigration turque de travail dans la Belgique de la première moitié des Golden sixties, période au cours de laquelle la Turquie devient le principal bassin de recrutement des mines de Wallonie et de Flandre, surpassant la Grèce, le Maroc ou l’Algérie. Le livre entend contribuer à l’histoire de l’immigration turque en Belgique et à l’histoire des migrations turques vers l’Europe à l’époque des accords bilatéraux1, en apportant un nouvel éclairage sur les enjeux au cœur de la construction d’une politique d’immigration dans un contexte de concurrence intra-européenne sur le marché de l’importation de la main-d’œuvre étrangère non ou peu qualifiée.

2Au carrefour d’une histoire à la fois politique et sociale de l’immigration et d’une histoire ouvrière, le livre propose une analyse « sous le prisme de la confrontation, de l’agencement et de l’articulation de politiques migratoires […], ainsi que des “chaînes d’interdépendance” qui relient l’ensemble des acteurs de cette configuration migratoire » (p. 8). Fidèle à une conception éliassienne du social, l’auteur nous fait voir l’entrelacement à plusieurs échelles des politiques et des dispositifs de gestion, d’encadrement et de contrôle de la main-d’œuvre turque, et décrypte les logiques pratiques ainsi que les rapports de force à l’œuvre dans leur élaboration, sans oublier de prêter attention aux capacités d’action des migrants. À partir d’un dépouillement minutieux de nombreux fonds d’archives publiques et privées, en grande partie inédites ou peu exploitées, l’ouvrage éclaire les efforts déployés par les États belge et turc, le patronat minier et ses instances représentatives, les organisations syndicales, les associations et autres collectifs à base locale pour gouverner et, au bout du compte, fixer une migration de travail que l’on a voulu au départ temporaire et pragmatique.

3Les chapitres 1 et 2 retracent les prémices de l’immigration turque de travail en Belgique et dressent un panorama historique et statistique de ce phénomène. Les charbonnages font de premières tentatives pour élargir leur périmètre de recrutement vers la Turquie le lendemain de la catastrophe de Marcinelle, survenue le 8 août 1956 et soldée par la mort de 252 mineurs, dont plus de la moitié étaient des Italiens. Révélatrice de l’état de vétusté de l’outil industriel, cette tragédie renchérit le coût de l’embauche dans les mines et compromet brusquement et définitivement l’importation de travailleurs italiens à laquelle l’industrie charbonnière avait amplement recours depuis 1946. Mais si le recrutement en Turquie s’annonce prometteur, il tarde à se mettre en place en raison du contexte politique national et moyen-oriental. Ce n’est qu’en 1963 que la Fédération charbonnière de Belgique (la Fédéchar) réussit à installer un centre de recrutement à Ankara et démarre l’embauche par contingent de plusieurs milliers d’ouvriers turcs. Près de 14 000 travailleurs sont ainsi acheminés vers les houillères de Belgique jusqu’en décembre 1965, date à laquelle les recrutements massifs à l’étranger sont suspendus au profit du reclassement du personnel provenant des mines en cours de fermeture. Khoojinian examine les dispositifs de ce recrutement par voie officielle et relève, entre autres, les pratiques de corruption au sein de l’Office turc de travail et de placement (İİBK) mais aussi l’efficacité de celui-ci en matière de sélection des candidats : une fois arrivés en Belgique, très peu refusent de travailler ou sont recalés aux examens médicaux effectués par les sociétés minières. L’auteur met au jour les carences en matière d’accueil, de formation et d’encadrement des ouvriers étrangers, le manque d’interprètes, ainsi que l’insalubrité et le surpeuplement d’une grande partie des phalanstères et des logements collectifs réservés aux mineurs. Khoojinian dresse ensuite le portrait sociologique de cette main-d’œuvre masculine qui, malgré la combattivité et l’investissement dans le travail dont elle fait preuve, manifeste des signes précoces d’instabilité. Le turn-over des effectifs turcs, provisoirement moins élevé que celui des salariés d’autres nationalités, s’intensifie rapidement et devient un problème majeur que les sociétés minières et les États belge et turc tâcheront d’endiguer et de pallier en légiférant et en proposant diverses solutions pratiques.

4Dans le chapitre 3, l’auteur décrypte les pratiques administratives ainsi que les politiques publiques et privées visant à renforcer le contrôle sur la main-d’œuvre turque, et il analyse leur évolution, par tâtonnements et ajustements réciproques, à la lumière de deux phénomènes connexes : l’immigration touristique et le débauchage de main-d’œuvre. Favorisés par la conjoncture économique et politique internationale, ces deux phénomènes sont au cœur des enjeux de la politique d’immigration belge. Près d’un cinquième du total des effectifs de mineurs turcs mis au travail entre 1963 et 1965 sont des « touristes » arrivés en Belgique par leurs propres moyens, par des réseaux de passeurs ou encore par le recrutement informel opéré par les sociétés minières. Khoojinian dégage les mécanismes et les différentes catégories d’acteurs de cette « chaîne migratoire parallèle » (p. 39) qui se met en place dès 1962 et qui permet aux charbonnages d’accéder à une main-d’œuvre malléable et bon marché. Il analyse le traitement politique dont fait l’objet l’immigration touristique en se penchant sur les affaires de « trafic de main-d’œuvre » et les situations d’« urgence humanitaire », dont la gestion appelle à une coopération entre différents acteurs aux intérêts parfois opposés. Mais si, pendant une période, les charbonnages jouent de leur pouvoir pour demander la clémence des autorités publiques en faveur de l’immigration touristique, ils se révèlent impuissants face aux défections de main-d’œuvre. Qu’il s’agisse d’initiatives de recherche d’emploi plus ou moins assistées par les réseaux familiaux et communautaires, ou d’activités de débauchage entre entreprises effectuées par l’entremise d’agents recruteurs, les départs des ouvriers turcs vers la RFA et les Pays-Bas sont nombreux et difficiles à stopper. L’auteur examine les mesures envisagées pour protéger un secteur aux prises avec la pénurie de main-d’œuvre et met au jour l’échec de l’harmonisation des politiques migratoires au sein du Benelux, ainsi que les pratiques illégales de rétention de passeport auxquelles recourent certaines sociétés minières.

5Les tentatives de régulation de l’immigration touristique et de répression de l’activité de débauchage attestent de l’importance des logiques sécuritaires dans l’élaboration d’une politique d’immigration à l’égard des Turcs. Les derniers chapitres (4 et 5) reviennent sur cette question et traitent de la façon dont l’immigration de travail turque devient un problème public. En s’intéressant d’abord à l’image médiatique des migrants turcs, Khoojinian souligne sa dégradation progressive sous l’effet de la publicisation d’affaires de trafic variées, d’accidents de la route, de bagarres ou d’outrages aux bonnes mœurs, et montre comment cette stigmatisation prépare l’essor de la figure de l’étranger indésirable, dominante à partir des années 1970. Il analyse ensuite minutieusement les pratiques, les formes et les institutions d’encadrement social visant à surveiller, stabiliser et intégrer ces migrants – notamment par la promotion du regroupement familial. Il met en exergue le rôle singulier que joue l’État turc dans cette entreprise, qui finit par s’ancrer durablement en Belgique à travers l’élargissement de ses services diplomatiques, la mise en place de cours de langue et de culture turque, ainsi que le développement de lieux de culte musulman.

  • 2 Anton Perdoncin développe cette idée dans sa thèse de sociologie (en cours). Voir son article « (Po (...)

6Faisant valoir la richesse des sources disponibles, l’ouvrage obéit à une ambition monographique qui a ses vertus et ses limites. On peut regretter, en l’occurrence, l’absence de comparaison avec l’immigration marocaine de travail dans les mines – nationalisées – du Nord-Pas-de-Calais (qui démarre également au début des années 1960), et d’une réflexion théorique plus poussée sur les enjeux qui président à l’importation de main-d’œuvre étrangère pendant une période de récession charbonnière (qui contribue, dans le cas de la France, à la fermeture des mines et à la déstructuration du groupe ouvrier)2. On peut regretter aussi le manque d’outils synthétiques de description et d’analyse des phénomènes étudiés, susceptibles de faire ressortir plus nettement les axes qui structurent l’ouvrage. Ces remarques n’enlèvent pourtant rien à la qualité de la recherche menée par Mazyar Khoojinian, qui restitue la complexité du processus d’élaboration des politiques publiques et privées à l’égard des travailleurs turcs en Belgique, tout en soulignant la diversité des situations selon les bassins et les sociétés minières.

Haut de page

Notes

1 Les accords bilatéraux de main-d’œuvre signés avec les pays européens entre 1961 et 1974, s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie étatique visant à résorber le chômage en Turquie. Voir Nermin Abadan-Unat, Turks in Europe. From Guest Worker to Transnational Citizen, New York, Berghahn Books, 2011.

2 Anton Perdoncin développe cette idée dans sa thèse de sociologie (en cours). Voir son article « (Post)Colonial Migrations between States and Companies. Maroccan Workers in Europe”, in Muriam Haleh Davis et Thomas Serres (dir.), North Africa and the Making of Europe. Governance, institutions and culture, Londres, Bloomsbury, 2017, p. 67-89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Voichita Grecu, « Mazyar Khoojinian, Les Turcs à la mine. L’immigration turque dans l’industrie charbonnière belge (1956-1970) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27107

Haut de page

Rédacteur

Maria Voichita Grecu

Anthropologue, EHESS CMH. Elle a étudié le processus de déstructuration du groupe des mineurs de fond de la Vallée du Jiu et la transformation des modes de vie des couches ouvrières en Roumanie après 1989.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page