Skip to navigation – Site map

Michel Wieviorka, Hervé Le Bras, Rebecca Lemos Igreja, France Guérin-Pace, Elena Filippova, Diviser pour unir ? France, Russie, Brésil, États-Unis face aux comptages ethniques

Jawad Bouadjadja
Diviser pour unir ?
Michel Wieviorka, Hervé Le Bras, Rebecca Lemos Igreja, France Guérin-Pace, Elena Filippova, Diviser pour unir ? France, Russie, Brésil, États-Unis face aux comptages ethniques, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, series: « interventions », 2018, 204 p., ISBN : 9782735124152.
Top of page

Full text

1Un an après avoir contribué à un MOOC sur le racisme et l’antisémitisme1 puis à un ouvrage collectif s’en inspirant2, Hervé Le Bras et Michel Wieviorka reconduisent leur collaboration. Les deux chercheurs s’attaquent cette fois à un objet qui les a durement opposés entre 2007 et 2011 : les « statistiques ethniques ». Wieviorka faisait alors partie d’un Comité pour l’évaluation des discriminations et de la diversité (Comedd), comité créé sous la présidence de Nicolas Sarkozy et chargé de développer des instruments de mesure efficaces de la « diversité ». Le Bras était, quant à lui, membre de la Commission alternative de réflexion sur les statistiques ethniques et les discriminations (Carsed), une commission de chercheurs contre le Comedd et « résolument opposée à ces mêmes “statistiques” tenues pour signifier le “retour de la race” »3 (p. 31). Parmi les membres de la Carsed, nous retrouvons Elena Filippova et France Guérin-Pace, deux des auteurs du présent ouvrage. Ce dernier s’apparente alors à une conjuration des conflits entre chercheurs : il ne s’agit ainsi plus de produire des connaissances pour les opposer à un camp adverse mais de collaborer afin de « sérieusement examiner les débats » autour des comptages ethniques et d’en « tirer des enseignements pour la France » (p. 14). Issu d’un programme de recherche ayant réuni des chercheurs brésiliens, états-uniens, français et russes entre 2011 et 2015, ce livre explore des exemples étrangers de statistiques ethniques afin d’identifier leurs possibles écueils et d’interroger leur application à un contexte français caractérisé par son « modèle républicain » (p. 18).

2C’est au regard de ce « modèle républicain » que Wieviorka s’attache, dans un premier temps, à décrire l’émergence des débats sur les statistiques ethniques en France. Le sociologue part du postulat suivant : les comptages ethniques, parce qu’ils assigneraient « une identité collective particulière autre » aux personnes, seraient incompatibles avec notre modèle républicain, ce dernier « ne voulant voir dans l’espace public que des individus “libres et égaux en droit” » (p. 18). Ainsi, les débats sur les comptages ethniques en France entre 2007 et 2011 seraient le produit de plusieurs brèches ouvertes au cœur du « modèle républicain canonique » (p. 21) : son universalité aveugle aux identités collectives a été jugée incapable de répondre aux inégalités singulières auxquelles se heurtaient une série d’acteurs. Et si ces dénonciations ont débuté dans les années 1960, c’est la lutte contre les discriminations des années 1990 et 2000 qui a fini d’encourager les débats autour de l’usage public des statistiques ethniques. Le Bras tient, pour sa part, à nous mettre en garde : contrairement à un argument récurrent en faveur de ces statistiques, l’usage politique des catégories de sexe, de handicap et de territoire dans le cadre de politiques publiques ne comporte pas les mêmes risques que l’usage possible de catégories ethno-raciales. L’auteur identifie alors trois inconvénients majeurs dans l’usage des catégories ethno-raciales, présents à très moindre mesure pour les autres catégories : les catégories ethno-raciales sont plus difficiles à définir, ont un « impact performatif » (p. 65), et s’avèrent enfin susceptibles de provoquer la rancœur des « Blancs pauvres » (p. 48) et leur adhésion aux thèses d’extrême droite. Sachant qu’il existe d’ores et déjà des moyens de lutter contre les discriminations racistes à travers des biais détournés tels que les quartiers prioritaires de la ville (QPV), Le Bras estime que l’usage des catégories ethno-raciales comporte plus d’inconvénients que d’avantages. Les textes liminaires de Wieviorka et de Le Bras font ainsi apparaitre les conditions de l’apparition d’un débat sur les comptages ethniques en France et énoncent leurs possibles périls. Ces périls correspondent d’ailleurs aux écueils soulevés dans les textes suivants, qui présentent l’usage de statistiques ethniques publiques dans les recensements fédéraux de trois pays étrangers : la Russie, le Brésil et les États-Unis.

3Pour la Russie, Filippova identifie un recueil de données ethno-raciales dès le premier recensement de l’empire de Russie en 1897. Si ce recensement s’appuie sur la langue maternelle des personnes recensées, les guerres et révolutions du début du XXe siècle ont encouragé l’émergence d’un « critère ethnique » (p. 80). Les personnes sont désormais invitées à auto-déclarer leur appartenance, mais la tâche revient ensuite aux ethnologues russes de les répartir en fonction des « nationalités » (ou « ethnies ») qu’ils ont eux-mêmes relevées. Ainsi, et c’est le premier important écueil relevé par Filippova, des personnes se sont vu imposer des appartenances, inscrites sur différents documents civiques, qui ont eu un effet performatif sur les identités collectives. En outre, chaque nation (comme unité territoriale en Russie) étant administrée par les représentants d’une « nationalité », revendiquer une appartenance ethnique pouvait relever d’un enjeu politique, et non plus seulement d’un enjeu identitaire. Enfin, dernier écueil, l’impossibilité persistante de faire figurer de multiples appartenances dans les recensements, et cela malgré les demandes récentes des ethnologues. Pour le cas du Brésil, Rebecca Lemos Igreja identifie le premier recensement brésilien en 1872, recensement au sein duquel les catégories ethno-raciales apparaissent déjà en référence à la couleur de peau. Cette désignation a perduré après l’abolition de l’esclavage (1888), la couleur de peau demeurant un vecteur opérant de distinction, notamment un signe extérieur de richesse ou de pauvreté. Au cours du XXe siècle, le pays demeure parcouru par des inégalités socio-économiques très fortes entre Blancs et Métis ou Noirs. C’est pour corriger ces inégalités que des politiques de discrimination positive ont été mises sur pied dans les universités brésiliennes dès les années 2000, réservant des places pour les candidats noirs et métis sur la base – comme pour le recensement – d’une auto-déclaration de la couleur de peau. Mais face aux fausses déclarations, les universités ont dû faire appel à des commissions de vérification phénotypique des candidats, rappelant ainsi la « tension constante entre les nécessités sociales de la catégorisation de la race et le risque de sa “biologisation” » (p. 138). Pour Igreja, même si ces politiques antidiscriminatoires doivent passer par des catégorisations et comptages, ces catégories présentent des risques et restent tributaires de constructions historiques largement déconnectées des enjeux actuels de lutte contre les discriminations. L’inadéquation des catégories ethno-raciales avec les enjeux contemporains est précisément le point principal abordé par Filippova et Guérin-Pace dans leur examen des statistiques ethniques états-uniennes. Comme au Brésil, les catégorisations ethno-raciales apparaissent durant la période de l’esclavage, lors du premier recensement de 1790. Si elles différencient initialement les personnes libres des personnes esclaves, la distinction entre Blancs et Noirs finit par s’imposer au cours du XIXe siècle : outre la catégorie « Blanc », existe alors les catégories « Colored (devenu ensuite Mulatto) et Black » auxquelles viennent plus tard s’ajouter les catégories « “Chinese” et “Indian” » (p. 148). Ni l’abolition de l’esclavage, ni les immigrations des XIXe et XXe siècles n’ont invalidé ces catégories, toujours présentes dans le recensement états-unien. Et malgré l’ajout de questions sur l’appartenance ethnique, il est toujours demandé aux personnes recensées de s’identifier à partir des cinq catégories raciales, pourtant jugées peu pertinentes par certains groupes : c’est notamment le cas de personnes qui se désignent aux États-Unis comme hispaniques ou arabes. Les deux chercheures concluent donc à « l’extrême difficulté pour les populations immigrées de s’inscrire dans une hiérarchie raciale qui leur est étrangère » (p. 160).

  • 4 Boniface Pascal, « “Diviser pour unir ?” – 3 questions à Michel Wieviorka », Le blog de Pascal Boni (...)

4À travers l’exploration des contextes étrangers, l’ouvrage est finalement parcouru par la nécessité de ne pas laisser des catégories historiques s’imposer au détriment d’enjeux contemporains complexes. Ces catégories ethno-raciales publiques semblent, en effet, souvent plus dépendantes d’automatismes hérités de l’histoire et de facilités statistiques qu’elles ne se mettent véritablement au service des luttes pour l’égalité. À la fin de la lecture de cet ouvrage, une question peut subsister : constitue-t-il une opposition à l’usage de statistiques ethniques en France ? Répondre catégoriquement « oui » à cette interrogation reviendrait à négliger quelques points. En premier lieu, cet ouvrage expose avant tout des obstacles et non d’inexorables incompatibilités : si ces catégories devaient être mobilisées en France, il faudrait veiller à ce qu’elles entrent en adéquation avec le modèle républicain, avec la complexité et la diversité des sentiments d’appartenance identitaire, et qu’elles se mettent frontalement au service des luttes pour l’égalité. En second lieu, les mises en garde des auteurs portent uniquement sur les comptages ethniques qui pourraient être introduits par des institutions politiques et publiques et non sur des « études ponctuelles, et privées »4. Néanmoins, il demeure difficile d’affirmer que l’ouvrage n’est pas indirectement traversé par une opposition aux statistiques ethniques. Comment expliquer autrement le fait que les potentiels avantages de ces comptages ne soient jamais évoqués ? Ainsi, l’absence d’exploration des bénéfices possibles des statistiques ethniques tend à mitiger « sinon l’objectivité, du moins l’équilibre de l’opération » (p. 14) ambitionnés par les auteurs.

Top of page

Notes

1 https://www.fun-mooc.fr/courses/fmsh/121001/session01/about#.

2 Wieviorka Michel (dir.), Antiracistes. Connaître le racisme et l’antisémitisme pour mieux les combattre, Paris, Robert Laffont, 2017.

3 Une référence à l’ouvrage produit par la Carsed : CARSED, Le retour de la race. Contre les « statistiques ethniques », La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2009.

4 Boniface Pascal, « “Diviser pour unir ?” – 3 questions à Michel Wieviorka », Le blog de Pascal Boniface (Mediapart), 20 juin 2018, en ligne : https://blogs.mediapart.fr/pascalboniface/blog/200618/diviser-pour-unir-3-questions-michel-wieviorka.

Top of page

References

Electronic reference

Jawad Bouadjadja, « Michel Wieviorka, Hervé Le Bras, Rebecca Lemos Igreja, France Guérin-Pace, Elena Filippova, Diviser pour unir ? France, Russie, Brésil, États-Unis face aux comptages ethniques », Lectures [Online], Reviews, 2018, Online since 09 October 2018, connection on 13 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27215

Top of page

About the author

Jawad Bouadjadja

Doctorant en sociologie, Université Paris Descartes – CANTHEL/PHILéPOL.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page