Navigation – Plan du site

Anne Barrère, Cédric Frétigné (dir.), « La revue Recherche & formation a 30 ans », Recherche et formation, numéro spécial, 2018

Gilles Pinte
La revue Recherche & formation a 30 ans
Anne Barrère, Cédric Frétigné (dir.), « La revue Recherche & formation a 30 ans », Recherche & Formation, numéro spécial, 2018, 106 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 979-10-362-0026-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Institut national de recherche pédagogique.
  • 2 Institut français de l’éducation. Créé en 2011 au sein de l’École normale supérieure de Lyon, l’IFÉ (...)

1Anne Barrère et Cédric Frétigné, coordinateurs de ce numéro spécial, évoquent les raisons d’un anniversaire « auquel nous aurions pu tout à fait échapper » en se posant la question de l’utilité de fêter les 30 ans d’une revue. Après avoir rappelé la naissance de la revue dans le giron de l’INRP1 puis son développement au sein de l’IFÉ2 et d’ENS Éditions, ils justifient cette démarche mémorielle : « Faire le point sur le projet – en tension – de la revue et de son devenir était […] une motivation centrale, alors même qu’elle accompagne depuis trente ans les heurs et malheurs de la formation des maîtres en France et de la professionnalisation de l’université. Revue de recherche à destination des formateurs, revue formatrice pour les chercheurs des instituts de formation, revue en recherche de rapports à la formation hybrides, conjuguant exigence académique et capacité à parler des expériences et aux expériences, Recherche et formation reste à certains égards le produit de ces contradictions, qui la dépassent, mais aussi la font exister » (p. 10).

2Le numéro est construit en quatre parcours de lecture de textes choisis à partir d’une sélection réalisée par les membres de l’équipe de rédaction et de trois entretiens de responsables de cette équipe.

3Le premier article d’Anne Barrère et de Valérie Lussi Borer, « Recherche et formation : le projet », questionne l’articulation entre recherche et formation dans le champ éducatif depuis trois décennies à travers des fragments d’articles de numéros des premières années. Ces extraits d’articles rédigés entre autres par Antoine Prost, Bernard Charlot, Jean-Louis Derouet ou encore Jacky Beillerot ont le point commun d’alimenter le débat sur les liens entre les résultats de la recherche et les pratiques de formation. Les auteures reconnaissent que, dans les premiers articles de la revue, coexistent à la fois reconnaissance et critique des recherches appliquées. Durant la première décennie de la revue, l’intérêt pour la recherche-action paraît être un moyen d’articuler la recherche à la formation, de lier activité théorique et pratique sociale. Dans les années 2000, le débat se déplace sur la nature et la place des savoirs entre pratique, formation et recherche pour tenter de dépasser la vieille opposition entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

  • 3 Cros Françoise, « Ciel, qui suis-je : chercheur, formateur, ni l’un ni l’autre ou les deux à la foi (...)

4Le deuxième parcours de lecture proposé par Rachel Gasparini précise la problématique des liens entre la recherche et la formation des maîtres à partir de quatre articles qui retracent l’évolution des questionnements autour de la professionnalisation des enseignants et du rôle de la recherche en éducation dans leur formation initiale et continue. Rachel Gasparini illustre la crainte des enseignants et des chercheurs face à l’utilisation des expérimentations dans une logique d’imposition de pratiques normalisatrices. Elle reprend un questionnement de Françoise Cros dans un article de 1989 : « Jusqu’où peut aller un chercheur en éducation dans la valorisation de la recherche ? Il est compétent sur le contenu des travaux de recherche et, comme on considère généralement que celui qui sait est capable de faire-savoir, cet expert sur le contenu risque fort d’être consacré formateur »3 (p. 17).

5L’article de Lise Demailly sur la formation continue des enseignants, publié en 1991, reste vraiment d’actualité puisqu’il souligne que la formation continue des enseignants est conçue de manière scolaire dans sa forme : « Le programme est très peu négociable, il est défini par une légitimité supérieure aux formateurs et aux formés et la formation est obligatoire. Or ce modèle de la forme scolaire est contradictoire avec la conception d’une formation continue relevant d’un acte volontaire » (p. 31). Lise Demailly appelle à engager une formation de type interactif-réflexif pour développer de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques professionnelles.

  • 4 Rayou Patrick et Legros Valérie, « Entretien ». Recherche et formation, n° 58, 2008, p. 57-69.

6Dans un troisième parcours de lecture intitulé « perspectives analytiques », Valérie Barry s’intéresse à trois concepts mobilisés dans les numéros de la revue depuis les années 2000 : l’identité, l’activité et la pratique réflexive. L’identité, en tant qu’objet dynamique, pose la question de son mode et de son processus de production. En tant qu’outil d’analyse et que sujet d’études, l’identité interroge le chercheur sur le degré de stabilité de la notion ; l’identité est-elle un sentiment, un processus, ou bien une entité complexe et mouvante : « C’est dans l’épreuve de la discontinuité de soi et de la fragilisation, dans l’écart entre les aspirations et les possibilités de réalisation, dans l’éloignement des fondements psychiques internes et du lien social, que se révèle la question de l’identité » (p. 49). Pour Valérie Barry, la notion d’identité comme outil et objet de recherche entraîne, dans les années 2000, un déplacement de l’intérêt pour le travail, en termes d’organisation, de dysfonctionnement ou d’innovation, vers un intérêt pour l’activité réelle des enseignants. C’est l’analyse de l’activité qui pourrait permettre aux chercheurs de penser et de construire des outils transversaux à plusieurs champs de recherche. Pour les enseignants, l’activité, dans ses caractéristiques sociales, interindividuelles et individuelles, permet de revisiter et de repenser leurs pratiques professionnelles. Mais l’analyse de l’activité n’est pas un allant de soi pour Patrick Rayou, qui s’exprime dans un entretien paru dans le numéro 58 de la revue : « Très rares sont les personnes qui peuvent d’emblée réaliser cette alternance : agir, prendre du recul et modifier [leurs] pratiques »4 (p. 63). Ainsi faut-il aussi des passeurs pour regarder autrement ses propres gestes.

  • 5 Prost Antoine, « Jalons pour une histoire de la formation des adultes », Recherche et formation, n° (...)

7Cédric Frétigné propose un dernier parcours de lecture en s’intéressant à des textes qui portent sur la formation initiale et continue d’autres publics que les enseignants. Parmi les grandes thématiques dont la revue s’est fait l’écho, nous pouvons citer celles de la socialisation professionnelle et de la transition école-travail ou encore de l’analyse de pratiques en travail social. Une autre problématique qui mérite de s’y arrêter un instant est celle de l’éducation permanente. L’auteur reprend un article d’Antoine Prost en 2006 intitulé « Jalons pour une histoire de la formation des adultes (1920-1980) » qui montre comment la formation des adultes se développe à partir des mouvements laïques ou confessionnels d’éducation populaire pour devenir progressivement un métier, perdant alors une partie de ses idéaux : « Dans cette évolution, la distance entre la formation initiale et la formation permanente s’est accrue ; les liens se sont distendus ; l’espoir passé dans la formation d’adultes pour régénérer les méthodes de l’Éducation nationale s’est révélé vain. Et la professionnalisation de la formation ronge le bénévolat et le militantisme qui faisaient de la formation des adultes non pas un métier mais une cause »5. Dans sa conclusion, Cédric Frétigné s’interroge sur la méthode utilisée afin d’éviter les lourdeurs d’un inventaire de textes choisis. Il parle de « coups de sonde » pour expliquer sa sélection d’articles et précise que l’exercice « permet de faire un point d’étape, de lire ou de relire des textes qui ont compté dans l’histoire de la revue et qui ont contribué à structurer des champs de recherche (et aussi parfois des champs de pratiques professionnelles)... [Ces textes] participent – au côté de très nombreux autres – à synthétiser un nombre conséquent de recherches, à éclairer des angles aveugles et à frayer de nouvelles voies pour des travaux ultérieurs » (p. 73).

8La fin de ce numéro est consacrée à trois interviews de personnalités qui ont été des compagnes ou compagnons de route de la revue à un moment ou un autre de son histoire. Raymond Bourdoncle évoque les raisons de la création de la revue dans le contexte du début d’universitarisation de la formation des instituteurs. Anne-Marie Chartier interroge les objectifs de la revue et son impact sur les formateurs des futurs enseignants, et plus généralement sur celui des recherches sur les pratiques enseignantes. Enfin, Michel Bois constate que beaucoup d’articles n’ont pas pris une ride mais que se pose la question du revers de la médaille : « Avons-nous beaucoup avancé et quelle a été l’efficacité des recherches présentées dans la revue lorsque l’on considère les évolutions du système éducatif ? » (p. 94).

9Ce numéro est intéressant parce que beaucoup d’articles de la revue ont traité depuis 30 ans des métiers de l’enseignement ; un retour diachronique sur les problématiques liées à ce domaine professionnel permet donc de voir que les débats sur certains sujets ne sont pas éteints. Quelles compétences transmettre aux jeunes enseignants ? Quelle place donner à la formation continue ? En quoi la recherche en éducation peut permettre le développement des compétences des enseignants ? Comment analyser ses pratiques ? Autant de questions qui justifient et autorisent un anniversaire sous forme de bilan d’étape.

Haut de page

Notes

1 Institut national de recherche pédagogique.

2 Institut français de l’éducation. Créé en 2011 au sein de l’École normale supérieure de Lyon, l’IFÉ a pris la suite de l’INRP dissout en 2010.

3 Cros Françoise, « Ciel, qui suis-je : chercheur, formateur, ni l’un ni l’autre ou les deux à la fois ? », Recherche et formation, n° 5, 1989, p. 9-23.

4 Rayou Patrick et Legros Valérie, « Entretien ». Recherche et formation, n° 58, 2008, p. 57-69.

5 Prost Antoine, « Jalons pour une histoire de la formation des adultes », Recherche et formation, n° 53, 2008, p. 11-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinte, « Anne Barrère, Cédric Frétigné (dir.), « La revue Recherche & formation a 30 ans », Recherche et formation, numéro spécial, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27234

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page