Navigation – Plan du site
Vie et mort des agencements sociaux

Vie et mort des agencements sociaux

De l'origine des institutions
Virginie Tournay, Vie et mort des agencements sociaux. De l'origine des institutions, PUF, coll. « la politique eclatee », 2009, 389 p., EAN : 9782130579120.
Notice publiée le 14 juillet 2010

Présentation de l'éditeur

L'auteur interroge ici la nature de l'institution : est-elle une espèce comme une autre ? Peut-on la concevoir comme une forme particulière de solidarités humaines soumise à la sélection naturelle ? Répondre à cette question suppose d'étudier les agencements sociaux à partir de leurs mouvements en faisant varier notre focale d'observation. Un peu comme un biologiste qui veut caractériser une myriade de cellules en culture et découvre, de près, que les frontières s'effacent, deviennent imprécises et inconsistantes. L'institution ne semble plus qu'une détermination parmi d'autres assemblages sociaux possibles. Ce collectif isolable et délimité apparaît alors comme une matière sociale en mouvement, dénuée de bords et de coutures...

Haut de page