Navigation – Plan du site

Guillaume Tiffon, Frédéric Moatty, Dominique Glaymann, Jean-Pierre Durand (dir.), Le piège de l’employabilité. Critique d’une notion au regard de ses usages sociaux.

Numa Friaisse
Le piège de l'employabilité
Guillaume Tiffon, Frédéric Moatty, Dominique Glaymann, Jean-Pierre Durand (dir.), Le piège de l'employabilité. Critique d'une notion au regard de ses usages sociaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2017, 256 p., ISBN : 978-2-7535-5474-0.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quatre décennies, la question de l’emploi est au centre des discussions politiques, économiques et académiques. Face aux transformations des systèmes productifs, à l’apparition d’un chômage de masse devenu structurel et l’incapacité de la classe politique à le résorber, s’est diffusée depuis le milieu du XXe siècle la notion d’employabilité (c’est-à-dire la capacité d’obtenir un emploi), qui ces dernières années a pris de plus en plus d’ampleur. Présenté par les acteurs politiques et économiques comme l’un des moyens permettant de minimiser les « incertitudes » liées à l’évolution du marché du travail, le développement de l’employabilité constitue l’un des objectifs majeurs des politiques publiques de l’emploi depuis ces trente dernières années. Que ce soit à travers la formation scolaire ou professionnelle, les individus sont invités à augmenter leur employabilité, en d’autres termes d’acquérir une certaine capacité d’adaptation face aux transformations du monde du travail. Et c’est bien en réponse à cette injonction à l’employabilité que le présent ouvrage tente d’apporter un éclairage critique.

2Dirigé par Guillaume Tiffon, Frédéric Moatty, Dominique Glaymann et Jean-Pierre Durand, sociologues du travail membres du centre Pierre Naville, cet ouvrage propose d’interroger les « conditions d’émergence » de la notion d’employabilité, tout comme ses significations à travers ses multiples usages contemporains. Pour y répondre, les auteurs ont réuni pas moins de 24 contributeurs, éclairant chacun à leur manière la mobilisation de l’employabilité au sein de différents contextes sociaux. Se côtoient plusieurs approches méthodologiques (analyse statistique, entretiens semi-directifs, observation directe) permettant d’enrichir la réflexion sur cette question. L’ouvrage est découpé en trois axes thématiques : « employabilité et formation », « employabilité et insertion professionnelle » et « employabilité et système d’emploi », précédé d’un propos introductif de l’économiste Bernard Gazier proposant une approche sociohistorique de la notion d’employabilité.

  • 1 On retrouve une des premières références à « l’entreprise de soi » dans Michel Foucault, Naissance (...)

3Ainsi, dans le préambule, il nous rappelle à quel point ce terme est polysémique en présentant une typologie distinguant sept définitions de l’employabilité telle qu’elle a pu être envisagée au gré des contextes sociohistoriques. Apparue aux États-Unis au début du XXe siècle, elle revêt une dimension individuelle et consiste en une évaluation quantitative d’une série d’items reposant sur des caractéristiques allant de la condition physique à l’acquisition du permis de conduire. En France, l’employabilité émerge dans le discours public au cours des années 1960 et renvoie à une dimension collective, c’est-à-dire qu’elle propose de prendre en compte non seulement les caractéristiques individuelles des demandeurs d’emploi, mais également le contexte macroéconomique et l’état du marché du travail dans lequel ils évoluent. Toutefois, face au développement du chômage de masse (tournant des années 1970-1980), cette définition laisse place à « l’employabilité – initiative » qui met au premier rang la question de la responsabilité individuelle, intégrant la notion de « capital humain » à entretenir dans une perspective proche de « l’entrepreneuriat de soi »1. Les contributions qui suivent s’attachent ainsi largement à analyser l’employabilité comme un moyen de responsabiliser les individus.

4En effet, dans le premier axe dédié à la formation, les différentes contributions vont dans le sens de cette dernière définition. Que ce soit à propos de la certification professionnelle (Fabienne Maillard), des étudiants en Master en Institut d’administration des entreprises (Stéphanie Mignot-Gérard, Constance Perrin-Joly, François Sarfati, Nadège Vézinat) ou encore du champ de la formation professionnelle continue (Louis-Marie Barnier, Jean-Marie Canu, Francis Vergne – Joshua Grabener), on retrouve cette vision de l’employabilité comme outil de responsabilisation des individus qui doivent se comporter tels des « entrepreneurs de leurs propres carrières ». Ainsi, obtenir une certification professionnelle, ou un diplôme ne semble plus suffisant, car l’employabilité, tel qu’elle se dessine dans ces contributions doit sans cesse s’actualiser afin de s’adapter au plus près des exigences d’un marché du travail qui ne cesse de se transformer, selon les recruteurs. On peut par exemple citer les développements de Jean Frances qui montre que l’accession au poste de maître de conférences ne repose plus seulement sur la détention d’un diplôme de troisième cycle. Les jeunes docteurs doivent également faire la preuve de leur « excellence académique » (financement par contrat doctoral du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, publication dans des revues prestigieuses, post-doctorat à l’étranger au sein d’institutions reconnues) et de leurs « compétences managériales » (savoir travailler en équipe, être capable de « monter » des projets de recherche type ANR ou H2020).

5Le second axe s’intéressant à l’insertion professionnelle est également éclairant sur la manière dont l’employabilité est pensée par les acteurs sociaux concernés. À propos des professionnels des structures de l’insertion par l’activité économique (Clément Gérôme) il est important de noter à quel point l’évaluation de la « distance à l’emploi » des bénéficiaires se base essentiellement sur des dispositions individuelles et non par rapport à un contexte économique et politique défavorable. Lynda Lavitry montre ainsi comment les « modes de catégorisation » des conseillers Pôle emploi se basent en partie sur des dispositifs sociotechniques (outils informatiques, note interne), mais également sur les valeurs de la classe moyenne dont ils font partie pour évaluer la « distance à l’emploi » des individus. Encore une fois, l’employabilité ne semble relever que de la responsabilité des individus, et non du contexte macroéconomique ou politique.

  • 2 Bob Jessop, “Towards a Schumpeterian workfare state ? : preliminary remarks on post-fordist politic (...)
  • 3 L’État « workfariste » peut être compris comme l’antithèse de l’État-providence. C’est-à-dire qu’au (...)
  • 4 Ce terme renvoie à l’idée d’une diminution de la souveraineté des États-nations au détriment d’orga (...)

6Concernant le troisième axe traitant des systèmes d’emplois, le constat est sans appel. Dans le premier chapitre, Stéphane Bouquin reprend les développements du sociologue britannique Bob Jessop2 à propos des modèles socio-économiques contemporains. Il revient ainsi sur le fait que nous sommes passés d’un « Welfare State keynésien » inscrit dans une dimension nationale et caractérisé par une régulation de l’activité économique, un soutien de la demande et de la consommation à un « État workfariste3 et schumpétérien » qui se traduit par une perspective postnationale4 promouvant de façon permanente l’innovation et la flexibilité et où les pouvoirs publics interviennent du côté de l’offre pour accroître la compétitivité des entreprises. D’un autre côté, Dominique Glaymann s’interroge sur l’« inemployabilité des jeunes » comme construction sociale. En effet, l’auteur montre comment toutes les politiques publiques ayant trait à l’insertion professionnelle des jeunes (compris dans sa définition statistique) ont conduit à stigmatiser cette population. Ainsi, le fait de devoir subventionner des emplois (type « emploi-jeune ») renforce l’idée d’inexpérience et de faible productivité que peuvent se faire les employeurs à propos de cette catégorie. Cela se traduit par une insertion professionnelle plus laborieuse que les autres classes d’âge, bien qu’au sein de cette population d’importantes différences subsistent entre qualifiés et non qualifiésMSI2018-09-07T14:55:00M. Dans la dernière contribution de cette partie, Benoît Scalvinoni revient sur la manière dont la CFDT et la CGT se sont appropriés, ou non, la notion d’employabilité au niveau confédéral et la manière dont cela a pu être appliqué à l’échelle locale. Il montre comment la CFDT prône une « sécurisation des parcours professionnels » reposant sur un meilleur accompagnement des mobilités professionnelles alors que la CGT s’axe plutôt sur un « nouveau statut du travailleur salarié » tout comme sur la « sécurité sociale professionnelle » qui instaure un « état professionnel de la personne » détaché de sa situation de travail.

7Enfin, Guillaume Tiffon offre une conclusion générale synthétisant les différentes contributions présentes dans cet ouvrage. S’il y a bien une chose à retenir, c’est que la notion d’employabilité reflète un profond « glissement idéologique » qui fait peser sur l’individu la responsabilité de ses difficultés à s’insérer sur le marché du travail. Pour l’auteur, cela permet de faire oublier que quarante ans de réformes issues des classes politiques de gauche comme de droite n’ont abouti à aucune amélioration de la stabilité de l’emploi. L’injonction à l’employabilité entraîne ici une série de questionnement. Du point de vue de la formation, les individus sont considérés, et doivent se considérer comme « les entrepreneurs de leur propre destin » et entretenir un « rapport instrumental » au savoir. Mais l’obtention d’un diplôme semble ne plus suffire, puisque l’auteur évoque le fait que les individus vont devoir revoir leurs ambitions (de carrière et de salaire) à la baisse dans un contexte de chômage de masse offrant aux entreprises la possibilité de redoubler d’exigence vis-à-vis des embauches. Car, comme le rappelle l’auteur, « en reportant sur l’individu la responsabilité de ce qui relève d’un problème structurel, cette idéologie fait alors diversion : fondamentalement, sa fonction n’est pas de résorber le chômage, comme cela est bien souvent avancé, mais de permettre aux employeurs de continuer à jouir des “bienfaits” de l’armée de réserve sur la rentabilité du capital » (p. 247).

8Dans le contexte actuel, où les réformes du Code du travail, des statuts professionnels et de culpabilisation des plus précaires vont bon train, cet ouvrage constitue une bonne occasion de prendre de la distance sur la notion d’employabilité qui, par ailleurs, ne cesse de prendre de l’ampleur au sein des politiques publiques comme au sein du discours managérial. La diversité des contributions appréhende ainsi l’usage et le sens de l’employabilité dans une pluralité de « mondes sociaux ». En définitive, elles interrogent la notion d’employabilité d’une manière critique, c’est-à-dire « à voir sur quel type d’évidences, de familiarités, de modes de pensée acquis et non réfléchis reposent les pratiques que l’on accepte ».

Haut de page

Notes

1 On retrouve une des premières références à « l’entreprise de soi » dans Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France : 1978-1979, Paris, Seuil, 2004.

2 Bob Jessop, “Towards a Schumpeterian workfare state ? : preliminary remarks on post-fordist political economy”, Studies in Political Economy, n° 40, 1993 : p 7-39.

3 L’État « workfariste » peut être compris comme l’antithèse de l’État-providence. C’est-à-dire qu’au sein de ce système, l’individu bénéficiant d’une allocation chômage est contraint d’accepter un poste et des conditions de travail d’une grande précarité, parfois de manière totalement bénévole.

4 Ce terme renvoie à l’idée d’une diminution de la souveraineté des États-nations au détriment d’organismes supranationaux tels que l’Union européenne ou l’OCDE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Numa Friaisse, « Guillaume Tiffon, Frédéric Moatty, Dominique Glaymann, Jean-Pierre Durand (dir.), Le piège de l’employabilité. Critique d’une notion au regard de ses usages sociaux.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27306

Haut de page

Rédacteur

Numa Friaisse

Doctorant en Sociologie, Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA), Université de Bourgogne – Franche-Comté (UBFC).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page