Navigation – Plan du site

Jean-Claude Métraux, La migration comme métaphore

Laurent Gilson
La migration comme métaphore
Jean-Claude Métraux, La migration comme métaphore. Troisième édition précédée de "Le voile et le linceul", Paris, La Dispute, coll. « Mondialisations », 2018, 290 p., préface de Jean Furtos, ISBN : 978-2-84303-287-5.
Haut de page

Texte intégral

1Il est des livres qui resteront impérissables tant le regard qu’ils portent sur le monde est pétri d’acuité, de justesse, mais aussi – et surtout – d’une profonde humilité. La migration comme métaphore en fait assurément partie. Dans cette troisième édition de son ouvrage phare, initialement paru en 2011, Jean-Claude Métraux invite une nouvelle fois le lecteur à le suivre dans un cheminement aussi fécond qu’original dont le postulat de base, résonnant au détour de chaque page, est d’emblée posé : « Nous sommes tous des migrants ».

2Si la formule a de quoi séduire, l’auteur n’en fait en rien une panacée : pas question ici de faire œuvre de réductionnisme en proclamant une identité universelle des vécus ; il s’agit plutôt d’envisager la migration comme « une métaphore heuristique » (p. 23) visant à déconstruire et à déplacer des évidences quant à nos représentations usuelles de ceux que l’on affuble du nom de « migrants ».

  • 1 Ce nouvel avant-propos est suivi de la splendide préface de Jean Furtos, « Identité de destin », dé (...)

3Avant de pénétrer dans le cœur de l’ouvrage, on épinglera tout particulièrement cet avant-propos inédit1 : « Le voile et le linceul ». Aux antipodes d’un simple préambule supplémentaire, ce beau texte prend à bras-le-corps la question du terrorisme en s’adressant explicitement à « la droite dure » (p. III) et à ses velléités ségrégationnistes comme sécuritaires. Jean-Claude Métraux s’attache ainsi à analyser les trajectoires d’auteurs d’attentats, en France et en Belgique, en les considérant sous l’angle migratoire, non pas au sens de la migration géographique (la plupart d’entre eux étant français ou belges de naissance), mais bien au prisme de la contrainte quotidienne que représente l’exercice de vivre dans deux mondes de sens et d’appartenance distincts : d’un côté, le « monde d’origine », souvent celui de la famille proche et lointaine ; de l’autre, le « monde d’accueil », c’est-à-dire l’ensemble des institutions et des processus de socialisation qui structurent nos sociétés. Sans espace laissé à la construction plurielle, l’individu est écartelé entre ces deux mondes, incessamment renvoyé qu’il est à des prétendues origines dans celui-ci, et à son manque de loyauté dans celui-là. Si bien que de nombreux descendants d’immigrés se retrouvent exclus de la société qui les a vus naitre ou de leur appartenance familiale, voire des deux à la fois ; tel est le processus que l’auteur subsume sous le concept de « double marginalisation ».

  • 2 Insistons sur le fait que les conclusions de cette mise en perspective, somme toute exploratoire, c (...)

4Violences, délinquances ou addictions peuvent alors apparaitre pour ces jeunes comme des chemins pour s’extraire de cette existence vidée de toute reconnaissance en se construisant une « appartenance tierce », laquelle signe l’avènement d’une « radicalisation de leur double marginalisation ». Il arrive néanmoins que certains franchissent un autre pallier du couloir de l’exclusion pour trouver, dans l’allégeance à l’État Islamique et dans l’attentat suicide, la fierté d’une appartenance, au demeurant séditieuse, doublée d’un capital de reconnaissance accru, ainsi que l’ultime geste qui anéantira définitivement le peu de liens qui subsistaient avec leurs anciens mondes2.

5La première partie s’ouvre sur une biographie de migrant, et pas n’importe laquelle : celle de l’auteur lui-même. Le premier chapitre nous renseigne sur l’expérience migratoire de Jean-Claude Métraux dans l’intimité d’une écriture à la sensibilité proustienne. C’est en effet à travers les méandres de son histoire familiale et de ses pérégrinations professionnelles qu’il met très finement en lumière les désenchantements et atermoiements qui jalonnent l’exil.

6Toute personne qui migre est inéluctablement confrontée à l’arrachement d’une partie d’elle-même qu’il lui faudra accepter, comprendre et transformer. C’est en ce sens que le parcours migratoire se séquence en une série de moments-clés dont l’enchaînement peut, selon les conditions dans lesquelles il s’établit, être la source de profondes souffrances psycho-sociales. Ces étapes constituent autant de processus nécessaires à l’élaboration du deuil, consubstantiel à la perte et « pierre angulaire de toute migration » (p. 58). Tel est l’objet du second chapitre dans lequel Métraux passe chronologiquement en revue ces points de passage – Vivre dans un monde et en être ; Quitter ce monde ; Passer d’un monde à l’autre ; Entrer dans un autre monde ; Vivre dans un autre monde ; Être de cet autre monde –, ainsi que les facteurs qui favorisent ou au contraire entravent ce travail de deuil.

7L’auteur mobilise ici, entre autres concepts, la notion particulièrement opératoire d’intégration créatrice. Cette dernière se distingue radicalement de l’intégration telle qu’elle est imaginée et véhiculée dans de nombreux discours, c’est-à-dire comme un impératif d’assimilation complète dont le rejet reviendrait à faire œuvre de communautarisme. Tout au contraire, l’intégration créatrice consiste dans la reconnaissance de son monde d’avant, de son histoire et de son héritage pour mieux appréhender l’imprégnation dans son monde d’accueil et les transformations qui s’ensuivront.

8Dans la mesure où nous ne cessons de passer d’un monde à l’autre au cours de notre existence, nous migrons tous à travers le temps ou l’espace, parfois les deux (certains de façon plus pénible que les autres). Cette première partie fait écho aux multiples histoires de tout un chacun et nous invite, en filigrane, à explorer notre passé afin d’en repérer les traces migratoires, si volatiles soient-elles, pour finalement prendre la mesure de la mosaïque qu’est l’agrégation de nos appartenances qui s’entremêlent, ne cessent d’évoluer et de nous transformer.

  • 3 Bien que Jean-Claude Métraux se réfère à la situation particulière de la Suisse dans le premier cha (...)

9La seconde partie se compose de trois chapitres qui s’apparentent, grosso modo, à une histoire critique des politiques migratoires3. L’auteur brosse ainsi un tableau diachronique de ce que d’aucuns ont appelé les « modèles d’intégration » mis successivement en place à destination des populations immigrées, et dont la légitimité s’est chaque fois fondée sur des arguments et sur la collaboration de scientifiques. Psychiatres, médecins, juristes, anthropologues, etc. ont en effet contribué de longue date, main dans la main avec les pouvoirs publics, à la production « d’expertises » sur ce nouvel objet qu’était – qu’est encore aujourd’hui – l’étranger. Mais derrière la scientificité proclamée de ces études, s’est développé un véritable « modèle des déficits », reprenant et ancrant de plus belle l’idée selon laquelle l’étranger, l’immigré ou le migrant ; bref, l’autre, ne peut être décrit ou même envisagé qu’en termes de manquements, de lacunes ou de retard à combler (au niveau, par exemple, de la scolarité, de la morale, des mœurs…).

10Si Métraux pointe judicieusement du doigt cet orientalisme (dont il constate à la fois la continuité et l’échec dans l’interculturalisme contemporain) tantôt explicite, tantôt latent, qui investit et balise la constitution de nos politiques sociales à l’égard des étrangers, il le fait avec finesse et rigueur en s’appuyant sur une documentation abondante. Sa critique n’en est que plus incisive et n’épargne ni les décideurs politiques, ni les scientifiques. Bien plus, il s’interroge également sur son propre rôle de thérapeute et, du même coup, invite ses collègues à porter un regard réflexif sur l’asymétrie relationnelle dont leurs formations, leurs institutions, leurs représentations se font le véhicule quotidien. Là commence aussi le « devoir de mémoire » (p. 131) de l’Occident à l’égard des pays du Sud.

  • 4 Si Jean-Claude Métraux empreinte aux analyses de nombre d’anthropologues (Mauss, Caillé, Godbout et (...)

11Après ce dynamitage en règle de nos prénotions, vient la reconstruction. C’est ce à quoi s’attèle l’auteur dans la troisième partie de l’ouvrage. S’interrogeant sur les moyens de restaurer un lien social défaillant, l’auteur opère un détour par l’anthropologie fondamentale pour explorer les différents modes d’échange de paroles qui ont cours dans la société, dont il dresse une typologie4 : les « paroles monnaies » d’abord, qui ne possèdent guère plus de valeur que leur sens littéral, tant et si bien qu’elles peuvent être utilisées par et à destination de n’importe qui. À l’inverse, les « paroles sacrées » relèvent de l’intimité la plus profonde, la plus secrètes et ne circulent que dans un cercle très restreint puisque leur divulgation risquerait de mettre à mal l’identité constitutive d’une famille, d’un couple, d’un « nous ». Les « paroles précieuses », enfin, se placent quant à elles sous le signe de l’alliance. Elles en dévoilent suffisamment sur l’émetteur pour le lier au récepteur et ainsi imprimer les pages d’une relation dans la réciprocité et la confiance qui caractérisent les rapports entre « alliés » (p. 185).

12Pour l’auteur, ce sont ces dernières paroles qui permettent de faire un premier pas dans la restauration du lien social en contexte de soin. Il s’agit en effet de s’engager dans une pratique qui autorise la confidence, l’intimité, le dévoilement de soi en reconnaissant ainsi pleinement aux usagers un pouvoir d’agir dans la relation et, partant, la possibilité de s’impliquer dans l’échange. Autrement dit, l’offre de « paroles précieuses » consiste à donner l’opportunité à l’autre de dire et d’éprouver ses souffrances dans la co-construction d’un cadre thérapeutique vecteur de sens, de confiance, de respect et de mutualité.

13À l’instar du succès rencontré lors de la parution de l’ouvrage, l’accueil de cette nouvelle édition sera, à n’en pas douter, des plus favorables de la part des travailleurs de l’ombre, pourtant en première ligne dans la gestion des violences inhérentes aux situations d’exil : assistants sociaux, médecins, thérapeutes et autres professionnels de l’aide pourront y trouver des paroles aussi bouleversantes que fortificatrices émanant d’un collègue indéfectiblement engagé dans sa pratique et, au-delà, dans les profonds enjeux sociétaux qu’elle recèle.

14Car il ne faut pas l’oublier : l’auteur est avant tout un praticien – psychiatre de formation – qui n’hésite d’ailleurs pas à exemplifier et à enrichir son propos par un savoir expérientiel de haut vol. Du reste, si les idées avancées semblent se diriger en priorité vers la sphère de l’accompagnement social et thérapeutique, on devine aisément à quel point elles mettent le doigt sur des blessures qui traversent l’intégralité de nos sociétés contemporaines et dont l’hémorragie déborde largement le strict cadre de l’aide professionnelle.

15On ne peut qu’espérer que les écrits de Jean-Claude Métraux continuent de se frayer un chemin à travers les frontières du temps et de l’espace pour être lus, commentés et enrichis par le plus grand nombre, et peut-être même, moyennant une tout autre démarche, par les premiers concernés. Ceux à qui l’on fait porter la différence comme un stigmate suppuré que les mots peinent à panser ; ceux-là aussi qu’on condamne à s’exiler dans leur altérité. Tel est, à mon sens, le message le plus puissant de ce texte : concevoir et penser l’altérité dans la vivacité des sujets plutôt que contenue dans l’immuabilité d’un objet, afin d’en faire autre chose que la figure de proue abîmée et ternie du radeau des « gens de la mer », ou le drapeau en berne des territoires des « gens de la terre ».

Haut de page

Notes

1 Ce nouvel avant-propos est suivi de la splendide préface de Jean Furtos, « Identité de destin », déjà présente dans la première édition de 2011. Du reste, on notera également la très belle « lettre aux gens de la mer » faisant office de postface et dans laquelle l’auteur revient sur les réactions consécutives à la première parution de ce travail en s’adressant directement à ses lecteurs et à ceux qui l’ont rendu possible : patients, voyageurs, travailleurs sociaux, universitaires, thérapeutes… – et la liste est encore longue. Ce courrier aux multiples destinataires (ou à destination de la multitude) est immédiatement suivi par la préface à l’édition italienne de l’ouvrage écrite par Antonio d’Angiò (traduit par Francine Rosenbaum) qui offre au lecteur un retour réflexif sur la pensée de Métraux, ainsi qu’une invitation à son prolongement au terme d’un texte empreint de rigueur au moins autant que d’amitié.

2 Insistons sur le fait que les conclusions de cette mise en perspective, somme toute exploratoire, constituent autant de clés et d’outils pour penser la complexité des processus d’entrée dans une carrière (au sens de Becker) de « djihadisme », et jettent in fine les bases d’une analyse qui récuse et contourne tout à la fois une essentialisation des cultures et des religions, comme le recours excessif à la nosographie psychiatrique. Dans la mesure où ces phénomènes, incontestablement contemporains, ne manquent pas d’être instrumentalisés et commentés par nos dirigeants sous un vocabulaire martial et culturaliste au profit d’objectifs électoralistes, il est plus qu’urgent de prolonger et d’enrichir une telle analyse par des travaux de toute discipline afin de comprendre les ressorts sociaux, économiques, politiques, historiques et anthropologiques qui sous-tendent de tels parcours ; face à ces défis, « il nous faut changer de cap », conclut Métraux (p. XIII).

3 Bien que Jean-Claude Métraux se réfère à la situation particulière de la Suisse dans le premier chapitre, les gros traits de son analyse décrivent néanmoins le mouvement général qu’ont suivi les pays européens (à quelques exceptions près) dans l’instauration de leurs différentes politiques migratoires.

4 Si Jean-Claude Métraux empreinte aux analyses de nombre d’anthropologues (Mauss, Caillé, Godbout etc.), c’est particulièrement sur les œuvres de Maurice Godelier et de Marshall Sahlins que cette typologie des paroles prend appui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gilson, « Jean-Claude Métraux, La migration comme métaphore », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27314

Haut de page

Rédacteur

Laurent Gilson

Étudiant en master 2 d’anthropologie, Université catholique de Louvain, Belgique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page