Navigation – Plan du site

Nancy Delhalle, Théâtre dans la mondialisation. Communauté et utopie sur les scènes contemporaines

Christian Malaurie
Théâtre dans la mondialisation
Nancy Delhalle, Théâtre dans la mondialisation. Communauté et utopie sur les scènes contemporaines, Lyon, Presses universitaires de Lyon, PUL, coll. « Théâtre et société », 2017, 214 p., ISBN : 978-2-7297-0926-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Duchet (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979, 220 p.
  • 2 Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, 1989, 1167 p.
  • 3 Olivier Barra, « Lectures sociocritiques du théâtre », in Études littéraires, vol.43, n°3, 2012.
  • 4 Pierre Bourdieu, « Éléments d’une théorie sociologique de la perception artistique », revue interna (...)

1L’ouvrage de Nancy Delhalle s’inscrit dans la sociocritique appliquée ici aux études théâtrales. Se revendiquant des travaux fondateurs de Claude Ducher1 en littérature aux débuts des années 70, mais aussi de Marc Angenot2 dans les années 80, et des écrits plus récents d’Olivier Bara3 concernant le théâtre, l’auteur emprunte aussi largement à l’approche institutionnelle de Pierre Bourdieu4. La thèse défendue ici vise à démontrer que le début du XXIe a vu le champ théâtral entrer dans une phase de mutation qui transforme à la fois les conditions matérielles et les modèles esthétiques de la création contemporaine. L’auteur s’interroge alors sur la manière dont les œuvres théâtrales des créateurs actuellement les plus reconnus dans le champ théâtral (Jan Fabre, Jan Lauwers, Romeo Castelluci, Pippo Delbono) s’inscrivent dans le nouveau contexte de la globalisation culturelle, et comment elles ont contribué en partie à le construire.

  • 5 Jacques Dubois, « L’institution du texte », La politique du texte. Enjeux sociocritiques. Pour Clau (...)

2La recherche ici présentée de manière très fouillée, tant du point de vue de l’analyse sociologique que de l’analyse esthétique du théâtre actuel, vise donc à comprendre « ce qui se dit du social au théâtre ». S’inspirant aussi de la pensée de Jacques Dubois5 en littérature, la méthode employée par Nancy Delhalle vise notamment à associer la sociocritique à l’analyse institutionnelle bourdieusienne : « l’action du social sur l’œuvre et de l’œuvre sur le social est médiatisée par une institution ». Au bout du compte, il s’agit pour elle de pouvoir concilier et articuler une sociologie externe (les œuvres théâtrales dans le champ) et une sociologie interne des œuvres elles-mêmes (caractéristiques formelles, style, etc.), ce qui n’est jamais une chose facile dans l’analyse des productions artistiques.

3L’auteur nous invite, ce faisant, à remettre en cause le cadre de pensée de la production qui a prévalu pendant des siècles car il est restrictif de concevoir celle-ci au sein des seules frontières nationales. Il est nécessaire également de sortir du cadre transnational initié au nom de la diversité culturelle, dans les années 1970, à travers par exemple en Europe, les créations de Peter Brook et d’Ariane Mnouchkine, pour penser aujourd’hui le champ théâtral à l’ère de la mondialisation. Prenant en compte, le contexte actuel du développement exponentiel du commerce mondial et de la globalisation économique et financière, l’auteur souligne à juste titre l’importance de plus en plus conséquente de la circulation internationale du théâtre, à l’échelle de la mondialisation en cours. Celle-ci transforme les modes de production et de diffusion des œuvres théâtrales, mais aussi l’esthétique des spectacles produits. Il s’agit alors de mieux comprendre (comme le souligne l’auteur en reprenant la terminologie bourdieusienne) le « champ d’accueil » et le « champ d’origine » des œuvres théâtrales aujourd’hui créées.

  • 6 L’auteur montre notamment le rôle important joué par une structure comme le Kaaitheater à Bruxelles (...)

4Désormais, c’est au sein d’un espace mondial que doit donc être pensées les nouvelles relations qui s’instaurent entre les créateurs, les directeurs de structures publiques et privées, mais aussi la critique (le plus souvent médiatique), qui structurent le champ théâtral. Pour autant, la globalisation n’exclut pas le poids important du local dans l’émergence et la reconnaissance des artistes les plus dominants. L’auteur en s’attachant à décrire précisément le parcours artistique singulier de chacun des créateurs dominant aujourd’hui le champ théâtral (Jan Fabre, Jan Lauwers, Romeo Castelluci et Pippo Delbono), montre que la plupart de ces artistes sont originaire des Flandres6, où les arts plastiques font institution dans la culture. Des facteurs locaux ont donc aussi permis de faire émerger dans les années 1980, puis de positionner de manière dominante ses artistes, dans le champ théâtral mondial, depuis les années 2000. Ouvert à la fois à la langue et à la culture anglophone, les directeurs de lieux artistiques et culturels flamands, dès les années 1980, ont su constituer des réseaux de lieux de diffusion à l’échelle mondiale. De ce fait, ils se sont donnés les moyens d’attirer les artistes novateurs, mais aussi de trouver le soutien des politiques et des mécènes.

5Définissant les paramètres pertinents pour comprendre le « théâtre de la mondialisation » Nancy Delhalle démontre de manière claire, quels ont été les facteurs de la transformation du théâtre. Parmi ceux-ci, nous retiendrons d’abord le poids de plus en plus important des réseaux de production et de diffusion à l’échelle internationale, tant du point de vue de la coproduction des spectacles, que de leur influence sur leur notoriété. Le système culturel mondial, qui se développe aujourd’hui à travers les cultures urbaines dans les grandes métropoles du monde, a besoin désormais d’artistes-stars programmés dans de grands festivals puissamment médiatisés (Avignon restant le festival majeur). Chaque festival focalise, tour à tour et pour un temps donné, l’attention mondiale à la fois sur la dernière création de tel ou tel « grand artiste » mais surtout, sur la grande ville qui accueille ce festival, attirant un flux touristique accru.

6Avec l’acquisition du capital culturel à l’échelle internationale, la figure même de l’artiste de théâtre se modifie. Au metteur en scène assumant la lecture critique de textes dramatiques déjà produits que l’on connaissait depuis les années 60, se substitue aujourd’hui l’artiste-auteur, assumant à la fois la mise en scène, mais aussi parfois le jeu théâtral (en tant qu’acteur) et surtout l’écriture du spectacle lui-même. Devenus de véritables stars, touchant un public nombreux grâce à une large médiatisation, les créateurs de spectacle « mondialement reconnus » bénéficient aujourd’hui de puissants « effets de distinction », qui leur permet de dominer le champ théâtral contemporain.

  • 7 William John Thomas Mitchell, (2009), Iconologie, image, texte, idéologie, [1986], Paris, Ed. Les P (...)

7Avec la globalisation de la création s’inventent aussi de nouveaux modèles esthétiques qui échappent en partie au modèle national, à l’influence réciproque de telle ou telle culture sur telle ou telle autre. Ainsi, la question de la transformation des formes théâtrales se pose au plan esthétique en analysant le phénomène de dissolution de « la frontière entre les arts », et en particulier, en tenant compte du poids de plus en plus important de l’image, et plus largement des arts plastiques dans les arts de la scène (par exemple l’influence de la performance sur le jeu théâtral). S’appuyant notamment sur l’iconologie de W.J.T. Mitchell7, l’auteur nous livre des réflexions puissantes sur la question du conflit de l’image et du texte au théâtre. Évoquant en détail la démarche esthétique de chaque artiste étudié, Nancy Delhalle montre que les thèmes récurrents qu’ils partagent sont ceux de la « mort » et de la « catastrophe ». Dans leurs spectacles ils mettent le « sens en retrait » pour mieux souligner l’importance du « corps » et du « pulsionnel » dans la vie humaine.

  • 8 La démédiation, est une notion qui désigne la manière dont un média disparaît, non de lui-même, mai (...)
  • 9 La 59e édition du Festival d'Avignon s'est déroulée du 8 juillet au 27 juillet 2005, sous la direct (...)
  • 10 Daniel, Bougnoux, (2006), La crise de la représentation, Paris, La Découverte.

8Revendiquant un art tourné vers la « beauté à distance de l’idéologie », tous ces artistes à leur manière veulent affirmer une autonomie de l’art détaché du social. Cependant, et l’auteur fait ressortir ici une contradiction féconde dans cette forme de démarche artistique, en mettant en formes la question du « mal », en évoquant dans leur dramaturgie la « catastrophe », en insistant sur la « tristesse », l’« impuissance », la « dépression » de l’homme d’aujourd’hui, ces artistes adressent à leur public (utilisant largement la puissance du visuel et du sonore), une violente critique du monde actuel qui déstabilise plus d’un amateur de théâtre. S’opère ainsi aujourd’hui la « démédiation »8 de la relation des œuvres aux publics entraînant de fortes politiques sur la définition de l’objet théâtral. Pour illustrer ce phénomène, l’auteur consacre de nombreuses pages très intéressantes sur ce que la presse a appelé « la querelle d’Avignon »9 en 2005, qui reste à cet égard emblématique. Plus avant, l’auteur engage alors un débat (que l’on aurait souhaité plus approfondi) sur la question de la représentation au théâtre en s’appuyant notamment sur les travaux de Daniel Bougnoux10 qui a montré combien la convention du « comme si » cédait la place aujourd’hui à un « univers strictement sensible », ou l’« être en scène n’est même plus un signifiant auquel le spectateur peut associer des représentations ou des significations ». Pour autant, il ne s’agit pas, pour elle, de « condamner » ces démarches mais plutôt de comprendre que celles-ci renouent avec les utopies, mettant en avant la puissance de l’imaginaire.

9Au-delà de la critique attentive de ces formes artistiques contemporaines, Nancy Delhalle nous invite alors à y lire aussi, plus largement, les enjeux majeurs de la société contemporaine, notamment en termes existentiels. Ainsi, la saturation des signes et des sensations présentés sur scène par les artistes « réfractent » et non reflètent, l’afflux de plus en plus massif des données proposées à tout un chacun par les technologies d’information et de communication, à l’échelle de la mondialisation capitaliste. Nous plaçant, de manière individuelle, face à la « saturation » des données conduisant certaines et certains à des pathologies graves, un sentiment d’absence d’issues possibles à tendance à conduire chaque individu à un ressenti d’« impuissance » et de «saturation ». Ici les gestes artistiques proposés par les artistes prennent toute leur valeur en proposant une « construction utopique » qui transfigure ces ressentis en jouant le rôle d’un « commun » dans un monde marqué par la « désymbolisation ».

10On ne saurait donc trop recommander cet ouvrage, dont la démarche rigoureuse replace clairement la question de la transformation des modes de production et des modèles esthétiques des œuvres artistiques, à un moment donné de l’histoire, en rapport avec la vie sociale.

Haut de page

Notes

1 Claude Duchet (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979, 220 p.

2 Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, 1989, 1167 p.

3 Olivier Barra, « Lectures sociocritiques du théâtre », in Études littéraires, vol.43, n°3, 2012.

4 Pierre Bourdieu, « Éléments d’une théorie sociologique de la perception artistique », revue internationale des sciences sociales », vol.20, n°4, 1968, pp 640-664

5 Jacques Dubois, « L’institution du texte », La politique du texte. Enjeux sociocritiques. Pour Claude Duchet (Jacques Neefs et Marie-Claire Repars, dir.), Presses universitaires de Lille, 1992, pp. 125-144. URL : http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/18-reeditions-d-articles/170-l-institution-du-texte, page consultée le 09 octobre 2018.

6 L’auteur montre notamment le rôle important joué par une structure comme le Kaaitheater à Bruxelles, dirigé par Hugo De Greef tourné vers la coproduction internationale notamment vers les États-Unis, et aussi des politiques comme les ministres flamands de la culture Patrick Dewael et Hugo Weckx faisant des artistes expérimentaux des années 1980, des « cartes de visites », et de véritables représentants de la culture flamande à l’étranger.

7 William John Thomas Mitchell, (2009), Iconologie, image, texte, idéologie, [1986], Paris, Ed. Les Prairies ordinaires.

8 La démédiation, est une notion qui désigne la manière dont un média disparaît, non de lui-même, mais sous la présence d’autres médias. En particulier, la démédiation s’observerait parmi les pratiques émergentes qui ne parviennent pas toutes à s’instituer.

9 La 59e édition du Festival d'Avignon s'est déroulée du 8 juillet au 27 juillet 2005, sous la direction depuis 2004 d'Hortense Archambault et Vincent Baudriller. L'artiste associé à cette édition, Jan Fabre, présentait quatre spectacles : « (L'histoire des larmes » et « Je suis sang » à la Cour d'honneur du Palais des papes et « L'empereur de la perte » et « Le Roi du plagiat » au Théâtre municipal, ainsi qu’une exposition « For intérieur » à la Maison Jean Vilar. Cette saison est connue pour avoir suscité des polémiques et de vives réactions de la part de certains spectateurs, médias, intellectuels, etc., au point que le journal Libération évoquait La querelle d'Avignon en une de son édition du 23-24 juillet 2005. Cette édition a donné naissance à des ouvrages comme Le cas Avignon 2005 coordonné par Georges Banu et Bruno Tackels, et Sur le pont d'Avignon de Régis Debray.

10 Daniel, Bougnoux, (2006), La crise de la représentation, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Malaurie, « Nancy Delhalle, Théâtre dans la mondialisation. Communauté et utopie sur les scènes contemporaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27321

Haut de page

Rédacteur

Christian Malaurie

Enseignant HDR en anthropologie de l’art et du design, chercheur associé (CLARE ARTES), université Bordeaux-Montaigne. Ses recherches portent sur les rapports des images, aux corps, à l’espace et aux territoires.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page