Skip to navigation – Site map

Philippe Bourdin, Stéphane Le Bras (dir.), Les fausses nouvelles. Un millénaire de bruits et de rumeurs dans l’espace public français

Stéphanie Pirez-Huart
Les fausses nouvelles
Philippe Bourdin, Stéphane Le Bras (dir.), Les fausses nouvelles. Un millénaire de bruits et de rumeurs dans l'espace public français, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2018, 212 p., ISBN : 9782845168114.
Top of page

Full text

1Ce recueil collectif, en se penchant sur un thème d’actualité, réaffirme la place de l’historien dans la société de son temps. À l’heure où les fake news fleurissent et deviennent un outil de communication politique, la question de l’opinion publique et de la circulation de l’information devient cruciale.

2L’ouvrage réunit dix réflexions menées au cours d’une table-ronde et une journée d’étude tenues les 23 et 24 mars 2018 ; la publication a donc été menée en moins de six mois, un temps record en histoire qui montre à la fois l’engagement des directeurs de publication dans ce sujet et l’intérêt qu’il suscite tant chez les chercheurs que parmi le grand public. L’ensemble est publié sous la direction de Philippe Bourdin, spécialiste d’histoire politique et culturelle à l’époque de la Révolution française, et Stéphane Le Bras, dont les recherches portent sur l’histoire du commerce à l’époque contemporaine. Les articles qui le composent, de taille homogène, sont regroupés en trois parties, agençant les études de manière chronologique.

3La première partie aborde « les origines de l’opinion publique » en trois articles à la démarche bien différente les uns des autres. Les auteurs montrent comment l’opinion publique émerge et quelles formes elle recouvre à mesure des évènements traversés. Jean-Luc Fray, citant entre autres Claude Gauvard et Nicolas Offenstadt, rappelle que la question de l’espace public et de la rumeur intéressent très tôt les médiévistes. Il revient longuement sur la sémantique, distinguant clairement la fama de la rumor. Soucieux du contexte des sociétés étudiées, il pose la question du rôle du surnaturel et de la foi dans la construction des fausses nouvelles. Pierre-Yves Beaurepaire examine à nouveaux frais des journaux d’évènements, habituellement sources de citations. Son étude s’appuie sur trois auteurs aux profils hétérogènes, dont la proximité avec le pouvoir influe sur les bruits relayés, et invite à poursuivre l’enquête avec une cartographie des sources des rumeurs. Par exemple, l’analyse du journal Mes loisirs de Hardy, libraire parisien de la rue Saint-Jacques, montre que les activités de ce dernier le conduisent dans plusieurs lieux de la capitale, comme le Palais-Royal ou les Tuileries, et le placent au contact de nombreuses personnes susceptibles de fournir des indications topographiques, à l’exemple de Sartine, lieutenant-général de police de Paris. Hervé Leuwers présente la pensée de Camille Desmoulins pour qui la dénonciation est un devoir civique et qui défend une totale liberté de presse, même lorsqu’elle se trompe et accuse à tort. D’après l’auteur, Camille Desmoulins perçoit la presse comme l’expression de la souveraineté des Français, un élément fondamental en contexte révolutionnaire.

4La seconde partie est consacrée à la période contemporaine. Cet ensemble de quatre articles propose une étude de sources diversifiées, montrant la multiplication des vecteurs d’informations et donc de fausses nouvelles, dont des photographies, étudiées par Hélène Guillot, dans le contexte de la Première Guerre mondiale. Elle montre par quels biais les autorités militaires ont utilisé ce nouvel outil à des fins de propagande. Tout comme Bastien Cabot qui analyse la rumeur dans le milieu ouvrier, elle insiste sur la nécessité de contextualiser l’information diffusée pour mieux la déconstruire, en particulier en s’attachant à la détermination de l’auteur du moyen de communication. Stéphane Le Bras démontre comment on instrumentalise un évènement ancien pour justifier un évènement contemporain, à travers l’exemple de la révolte de vignerons languedociens réutilisée en 1976 par le même groupe professionnel. En utilisant les libelles parlés de la Restauration, François Ploux explique dans quelle mesure les Français s’intéressent à la politique, aussi bien en analysant les faits et gestes de la royauté que via les émigrés rentrés d’exil.

5Enfin, la troisième partie, intitulée « Contrepoints », accueille des textes qui se démarquent des précédents : les auteurs adoptent une démarche différente de la perspective historique qui prévaut dans les autres études et renvoient à des éléments davantage familiers d’un lecteur même non historien, une initiative bienvenue et enrichissante des directeurs de l’ouvrage que nous souhaitons souligner. Didier Desormeaux, grand reporter pour France TV, dépeint la construction de la fake news depuis le point de vue du journaliste et comment son émergence a transformé son métier : création de chaînes d’information en continu, de groupes de spécialistes en charge de la déconstruction des rumeurs. Il met l’accent sur le rôle d’Internet dans la diffusion des fausses nouvelles qui permet une massification de la diffusion à une échelle inégalée jusque-là. Vincent Michelot, universitaire, est sollicité régulièrement par les médias, aussi bien de presse écrite que radiophonique, et intervient comme expert en analyse de la vie politique des États-Unis, thème qu’il utilise ici comme étude de cas. Il rappelle que le concept de fake news est initié et popularisé par l’actuel président des États-Unis et explique que cette démarche est légale dans ce pays, en raison du premier amendement de la Constitution qui protège la liberté d’expression. Enfin, pour Éric Favey, président de la Ligue française de l’enseignement, les nouvelles ne sont pas des informations car elles ne sont ni sourcées ni contextualisées ; des éléments fondamentaux mis en exergue par plusieurs autres contributeurs de l’ouvrage. Il souligne l’importance de la laïcité pour former des citoyens et insiste sur le rôle de l’école, qu’il définit comme le lieu pour « apprendre à penser librement et par soi-même » (p. 190). S’il cite l’EMI (Éducation aux Médias et à l’Information), il est surprenant de voir que la fonction de professeur-documentaliste est complètement occultée. La circulaire de mission rénovée en 2017 rappelle, en effet, que le professeur-documentaliste est « enseignant et maître d’œuvre de l’acquisition par tous les élèves d’une culture de l’information et des médias »1. L’Éducation aux Médias et à l’Information est donc au cœur des missions de ce professionnel, afin de « permettre aux élèves d’exercer leur citoyenneté dans une société de l’information et de la communication, former des “cibercitoyens” actifs, éclairés et responsables de demain »2.

  • 3 On pense par exemple aux travaux réunis par Maîté Billoré et Myriam Soria: Billoré Maîté, avec une (...)

6Ainsi, ce recueil d’articles hétéroclites à première vue offre en réalité des regards diversifiés démontrant avec brio l’existence de fausses nouvelles à toutes les époques et comment elles se construisent. L’initiative est novatrice, les sources mobilisées sont variées et la participation d’auteurs extérieurs à la communauté des chercheurs universitaires permet de changer de focale, fournissant ainsi des explications originales qui complètent les analyses scientifiques. La démarche interdisciplinaire porte donc incontestablement ses fruits et encourage à poursuivre l’enquête. Toutefois, on regrette la maigre place faite au Moyen Age et l’absence du début de l’époque moderne3. De même, on relève l’absence des réseaux sociaux dans ce panorama, précisée dès l’introduction et assumée par les auteurs, qui « n’ont pas la prétention de l’exhaustivité », préférant mettre l’accent sur les contextes possibles d’émergence des fake news et les causes qui président à leur diffusion (p. 25). Néanmoins, ces deux manques doivent être perçus comme un appel aux historiens à s’emparer de ce sujet et à développer ce champ de recherche qui n’en est qu’à ses prémices.

Top of page

Notes

1 http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=114733.

2 http://eduscol.education.fr/cid72525/presentation-de-l-emi.html.

3 On pense par exemple aux travaux réunis par Maîté Billoré et Myriam Soria: Billoré Maîté, avec une introduction de Claude Gauvard : Soria Myriam (dir), La Rumeur au Moyen Age. Du mépris à la manipulation, Ve-XVe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2011.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Pirez-Huart, « Philippe Bourdin, Stéphane Le Bras (dir.), Les fausses nouvelles. Un millénaire de bruits et de rumeurs dans l’espace public français », Lectures [Online], Reviews, 2018, Online since 15 October 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27450

Top of page

About the author

Stéphanie Pirez-Huart

Doctorante en histoire médiévale sous la direction de Corinne Beck à l’Université Polytechnique des Hauts-de-France, elle travaille sur les interactions entre espace rural et espace urbain à partir de l’exemple de Valenciennes.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page