Navigation – Plan du site

Robert Darnton, A Literary Tour de France. The World of Books on the Eve of the French Revolution

Paul-Arthur Tortosa
A Literary Tour de France
Robert Darnton, A Literary Tour de France. The World of Books on the Eve of the French Revolution, Oxford, Oxford University Press, 2018, 358 p., ISBN : 9780195144512.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Robert Darnton, Bohème littéraire et révolution. Le monde des livres au XVIIIe siècle, Paris, Galli (...)
  • 2 Voir notamment Robert Darnton, The Busissness of Enlightenment. A Publishing History of the Encyclo (...)

1Robert Darnton est l’une des principales figures de l’histoire du livre au XVIIIe siècle. Son œuvre se caractérise par un décentrement du regard, traditionnellement focalisé sur les grandes figures littéraires, au profit de nombreux acteurs obscurs mais néanmoins essentiels du monde du livre : vulgarisateurs, colporteurs et autres « écrivaillons » oubliés qu’il qualifie élégamment de « Rousseaux des ruisseaux » et qu’il souhaite « ramener à la vie » (p. viii)1. De même, à rebours d’une histoire abstraite se réduisant à l’analyse des textes, il insiste sur la dimension matérielle des livres, présentés comme des biens sur un marché fortement concurrentiel2. Ces idées se retrouvent dans A Literary Tour de France qui retrace le voyage de Jean-François Favarger, représentant commercial de la Société typographique de Neuchâtel (STN), une maison d’édition suisse. Le 5 juillet 1778, Jean-François Favarger s’engage dans un voyage qui durera cinq mois. Il doit sillonner de nombreuses villes provinciales françaises afin de remplir plusieurs missions pour son employeur : régler les éventuelles affaires liant la STN aux acteurs locaux ; se renseigner sur le marché du livre et ses principaux acteurs ; signer des contrats et échanger des livres avec d’autres éditeurs. Jean-François Favarger est un acteur clé car il rencontre les trois principaux types d’acteur du monde du livre : les grands éditeurs fortunés, installés dans les grandes villes et qui vendent des livres légaux ; les petits éditeurs, qui survivent aux marges en échangeant des livres avec leurs collègues ; enfin les colporteurs et autres vendeurs ambulants, qui vivent grâce à des marchés inaccessibles aux deux premières catégories

2L’ouvrage est composé selon une logique à la fois géographique et thématique, suivant le parcours de Favarger. Le premier chapitre, « Neuchâtel », présente la STN et son agent. Ce dernier possède une éducation solide mais ne semble pas avoir une grande maîtrise rhétorique. Protestant, il est suspect en France, ce qui l’amène à rechercher la fréquentation de ses coreligionnaires en terre étrangère. Le chapitre suivant est centré sur la première étape française de Favarger, la ville de Pontarlier, qui donne lieu à un exposé sur les modalités du trafic de livres à la frontière franco-suisse. Ce dernier était orchestré par les éditeurs suisses, soumis à des règles moins strictes que leurs collègues français, qui inondaient le marché hexagonal d’ouvrages bon marché. La contrebande prenait alors deux formes principales. Premièrement, la livraison clandestine d’ouvrages illégaux par des passeurs – souvent des paysans payés quelques sous – qui empruntaient les cols des Alpes. Deuxièmement, le maquillage d’ouvrages illégaux sous la couverture de livres autorisés, les éditeurs comptant sur la superficialité de l’inspection opérée par les agents des douanes. Ces entreprises de contrebande étaient cependant incertaines, et même coûteuses quand les cargaisons étaient saisies.

3Les deux chapitres suivants, consacrés à Lons-le-Saunier et Bourg-en-Bresse, montrent les stratégies mises en œuvre par Favarger pour évaluer la fiabilité des éditeurs locaux et recouvrir les dettes que certains ont contractées envers la STN. En arrivant dans un lieu inconnu, l’employé suisse consulte l’Almanach de la ville afin d’identifier ses collègues, qu’il classe ensuite en fonction de la confiance qu’ils lui inspirent et de leur solvabilité supposée. Cette activité est essentielle car il est fréquent que des partenaires de la STN cessent de payer leurs commandes, invoquant une banqueroute réelle ou factice. Le récit s’arrête ensuite un moment à Lyon, haut lieu de la contrefaçon de livres. Le plus souvent, la contrefaçon n’a pas pour but de déjouer la censure ou de diffuser des ouvrages subversifs – l’auteur rappelle par exemple que l’Encyclopédie ne fait plus du tout peur aux autorités en 1778 – mais plutôt de contourner les contraintes économiques qui pèsent sur la production livresque. En effet, pour des raisons institutionnelles, les éditeurs parisiens disposent d’un quasi-monopole sur la production de livres légaux. L’activité de contrefaçon vient dont répondre à la forte demande, qui s’exprime en particulier dans les grandes villes de province. Malgré l’activité de la chambre syndicale de Lyon, chargée de surveiller le commerce du livre, les éditeurs suisses parviennent à acheminer de nombreux livres piratés dans la capitale des Gaules.

4Poursuivant le voyage de Favarger, Darnton consacre ensuite un chapitre à Avignon. Tout d’abord, il souligne l’importance du « commerce d’échanges » de livres : les éditeurs échangeaient entre eux des ouvrages afin de diversifier leur offre, de s’adapter à la demande et des minimiser le risque de saturation du marché, en se constituant une collection riche mais comportant peu d’exemplaires du même ouvrage. Dans les années qui précèdent la visite de Favarger, Avignon est décrit comme un « paradis de la contrefaçon » (p. 99) car son passé papal la soustrait aux règlementations françaises ; cette situation évolue cependant à partir des édits de 1777, qui renforcent la chasse à la contrefaçon et prévoient l’ouverture d’une chambre syndicale à Nîmes. Dans ses lignes consacrées au sud de la France, Darnton propose une biographie de deux collègues français de Favarger, Gaude et Buchet, présentés comme incarnant les deux principales stratégies des éditeurs provinciaux. Les premiers, disposant de ressources suffisantes pour ne pas avoir à prendre de risques, contentent de réaliser de petites commandes, souvent de livres légaux ; les autres, par nécessité ou par appât du gain, tentent d’entretenir des affaires au-delà de leurs capacités, signent plus de lettres de change qu’ils ne peuvent en honorer et finissent par faire faillite.

5Darnton se consacre ensuite aux étapes de Toulouse, Bordeaux, La Rochelle et Poitiers. Il souligne les répercussions économiques de la Guerre d’indépendance américaine sur l’Ouest français mais insiste surtout sur l’ordre gouvernemental de 1783 : désormais, toute cargaison d’ouvrages venant de l’étranger doit d’abord être inspectée à Paris avant d’être livrée à son destinataire. Un tel détour est évidemment mauvais pour la STN, qui voit les coûts de transport de sa marchandise exploser. Le dixième chapitre, à mon sens le plus fascinant, est centré sur la petite ville de Loudun, lieu de rencontre entre les éditeurs suisses et la foule interlope et bigarrée des colporteurs et autres vendeurs ambulants. Ces derniers écumaient les routes du Royaume, vendant livres et autres objets dans les métropoles comme dans les campagnes les plus reculées : grâce à leur commerce « sous le manteau » (p. 186), les vendeurs ambulants constituaient des acteurs essentiels de la diffusion littéraire. Le plus souvent, ils ne disposaient pas de domicile fixe, ce qui leur permettait de ne pas honorer leurs nombreuses dettes. Bien que conscients de ce problème, les éditeurs ne pouvaient pas totalement se passer d’eux car ils étaient leurs seuls vecteurs de diffusion des livres vers les milieux ruraux et populaires. Darnton relate ensuite la rencontre de Favarger avec la petite bourgeoisie du centre de la France, incarnée par un certain Lair, à la fois propriétaire viticole, enseignant, éditeur et auteur. Cependant, la situation économique des petits bourgeois s’avérant relativement précaire, le Suisse en ressort déçu et quitte cette région qui ne lui offre pas de perspectives. Le chapitre suivant, consacré à Besançon, donne à voir un couple d’éditeur dans lequel la femme joue un rôle crucial et reprend l’activité de son mari après le décès de ce dernier.

  • 3 Par exemple p. 23-24 et 44.
  • 4 Robert Darnton s’oppose ainsi à la thèse soutenue dans Elizabeth Eisenstein, Grub Street Abroad. As (...)

6Dans le dernier chapitre, l’auteur revient sur la méthode mise en œuvre dans son ouvrage et sur ses limites. L’ambition de Robert Darnton est clairement inspirée de la microstoria : aller « des petits détails aux conclusions générales » (p. xii). Ainsi, il admet que les cas étudiés, s’ils ne sont pas statistiquement représentatifs, sont néanmoins hautement révélateurs du monde du livre de l’époque3. De même, il reconnaît que, faute de sources suffisantes, il est impossible de dresser une histoire de la « littérature vécue », c’est-à-dire des expériences personnelles de lecture. L’auteur propose néanmoins une liste des « best-sellers » du XVIIIe siècle, ce qui l’amène à identifier les deux principaux vulgarisateurs de la philosophie des Lumières : Mercier, auteur de l’An deux mille quatre cent quarante, d’inspiration rousseauiste, et l’abbé Raynal, auteur d’une Histoire philosophique influencée par Diderot. Cette attention portée au volume des ventes est justifiée par la prééminence des intérêts économiques sur l’engagement idéologique, résumée par la trajectoire professionnelle du principal protagoniste qui, après sa carrière à la STN, quitte le monde de l’édition et devient… épicier. Cette idée est réaffirmé par l’auteur qui souligne que « [le] premier objectif [des éditeurs] était l’argent » : les radicaux vendaient des sermons tandis que les conservateurs proposaient des libelles subversives4.

  • 5 Le lecteur curieux peut par ailleurs accéder à de nombreux documents numérisés sur le site de l’aut (...)

7L’adoption d’un plan géographique donne l’impression au lecteur de suivre le commis suisse, mais entraîne quelques répétitions – en particulier sur les textes de 1777 et 1783, maintes fois évoquées en des termes similaires. Ce choix est d’autant plus surprenant que Darnton explique que les goûts littéraires des lecteurs n’étaient pas véritablement marqués par des spécificités locales (p. 281). Ce livre n’en est pas moins remarquable par la précision de ses descriptions, la justesse de ses analyses et la richesse des sources mobilisées5.

Haut de page

Notes

1 Robert Darnton, Bohème littéraire et révolution. Le monde des livres au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1983, édition française et remaniée de The Literary Underground of the Old Regime, Cambridge, Harvard University Press, 1982.

2 Voir notamment Robert Darnton, The Busissness of Enlightenment. A Publishing History of the Encyclopédie, 1775-1800, Cambridge, Harvard University Press, 1979.

3 Par exemple p. 23-24 et 44.

4 Robert Darnton s’oppose ainsi à la thèse soutenue dans Elizabeth Eisenstein, Grub Street Abroad. Aspects of the French Cosmopolitan Press from the Age of Louis XIV to the French Revolution, Oxford, Clarendon, 1992.

5 Le lecteur curieux peut par ailleurs accéder à de nombreux documents numérisés sur le site de l’auteur : http://robertdarnton.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Robert Darnton, A Literary Tour de France. The World of Books on the Eve of the French Revolution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27483

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page