Navigation – Plan du site

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine

Valentin Potier
La France périurbaine
Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2018, 128 p., ISBN : 978-2-13-079912-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression consacrée par Télérama : Xavier de Jarcy, Vincent Rémy, « Comment la France est (...)

1Auteurs de quelques travaux communs, les sociologues Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé signent en 2018 un petit volume dans la collection « Que sais-je ? », portant sur La France périurbaine. On aurait pu s’attendre à ce qu’un tel sujet soit traité par des géographes tant ces derniers ont accaparé pendant de nombreuses décennies la notion de périurbain, mais cet ouvrage adopte clairement une démarche de sociologue qui vise à dresser un portrait synthétique de la périurbanisation. Le constat de départ des deux auteurs est double. D’abord, ils insistent sur l’image négative qui est souvent associée au périurbain : il ne serait que l’espace de l’égoïsme, de la destruction des territoires ruraux, en un mot le reflet d’une « France moche »1. Par ailleurs, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé regrettent que le périurbain ne soit un domaine consacré de la sociologie que depuis fort peu de temps, à savoir depuis le début du XXIe siècle.

  • 2 Bernard Kayser, La Renaissance rurale, Paris, Armand Colin, 1990.
  • 3 Hervé Marchal, Jean-Marie Stébé, « Le pré-urbain, un territoire refuge aux confins du périurbain él (...)

2Mais avant tout, qu’est-ce que le « périurbain » ? Les auteurs restent assez classiques dans leur définition : sont considérées comme périurbaines les communes dont 40% des actifs travaillent dans un pôle urbain adjacent. Les deux sociologues font également le point sur toutes les définitions et tous les concepts qui se rapprochent, voire se confondent avec le périurbain, définitions qui ont d’ailleurs suscité de nombreux débats. Ainsi, la « rurbanisation » est définie par les uns comme un processus d’urbanisation du monde rural, quand d’autres y voient la preuve d’une « recomposition des sociétés rurales » (p. 20), à la suite des travaux de Bernard Kayser2. Aujourd’hui, les géographes utilisent plus fréquemment la notion de tiers-espace pour définir un espace « ni ville, ni campagne, mi-ville, mi-campagne » (Martin Vanier, cité p. 39), car elle serait moins stigmatisante que l’idée d’un périurbain vu uniquement comme un sous-produit de l’urbain. Quant aux auteurs de ce livre, ils ont eux-mêmes participé à ces riches débats, en proposant la notion de pré-urbain, espace qui se trouverait à la périphérie du périurbain et qui ne répondrait aux caractéristiques ni des milieux ruraux (dans lesquels la population est plus âgée, et où il y a moins d’immeubles aux biens locatifs), ni des milieux urbains (dans lesquels il y a plus de zones pavillonnaires et un étalement urbain plus dynamique). Le pré-urbain n’a fait l’objet que de très récentes études3 et est perçu comme un « territoire encore mal connu » (p. 43).

3Après ce panorama épistémologique, qui fait la part belle aux analyses des géographes, le propos se fait plus sociologique. L’étalement urbain est largement étudié à partir des constructions pavillonnaires, même si le périurbain ne peut pas se résumer à une succession de pavillons. L’attrait pour ces logements individuels serait le fait d’un habitus culturel (p. 52). Les habitants du périurbain, qui sont les acteurs de l’étalement urbain, partagent une culture commune : vivant éloignés des centres villes, ils sont des navetteurs, obligés d’utiliser une voiture individuelle pour leurs mobilités quotidiennes. Il y a une « identité du mouvement », partagée par les périurbains. Cependant, ces derniers sont accusés d’être particulièrement pollueurs ou de voraces consommateurs d’espaces, comme en témoignent les propos du géographe Augustin Berque, qui dénonce la dilapidation du « capital écologique de l’humanité » (cité p. 59). Toutefois, certaines études interrogent et nuancent ces accusations. La géographe Hélène Nessi, et d’autres à sa suite, a souligné que les habitants du périurbain sont moins pollueurs que certains habitants des centres villes ; quant aux excès de consommation d’espace causés par l’étalement urbain, ils sont également à relativiser : en effet, cet étalement est limité et contrôlé par la loi, notamment celle de 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain (loi SRU). Cette loi met en place des Plans locaux d’urbanisme qui encadrent les constructions à l’échelle des communes.

4Le chapitre suivant s’éloigne un peu du titre du livre. De la France périurbaine, on passe à la périurbanisation du monde. La périurbanisation de la France est mise en regard avec des phénomènes similaires à l’étranger. Précisons que les comparaisons se bornent à l’Europe occidentale et aux États-Unis. En Allemagne, les politiques publiques limitent la diffusion de la ville : on privilégie notamment la construction dans les friches urbaines, afin que les nouveaux bâtis n’empiètent pas trop sur les terres agricoles. Aux États-Unis, la périurbanisation (que les Anglo-Saxons appellent la suburbanization) est un phénomène ancien, porté par le rêve américain qui encourageait à posséder une maison individuelle. Il est peu limité par le gouvernement car il n’y a pas de politique d’aménagement urbain planifiée par l’État. Le développement de l’automobile, notamment avec la Ford T de Henri Ford, a dynamisé ce modèle.

5Après cette analyse de la périurbanisation à l’échelle mondiale, l’avant-dernier chapitre revient en France. Il s’agit de mettre en avant les différents défis liés au périurbain. Le premier défi est celui du vieillissement de la population : le fractionnement de l’espace urbain (séparation des espaces résidentiels, de loisir, de travail, etc.) induit par la périurbanisation apparaît en effet inadapté aux besoins des personnes âgées. Celles-ci ont par ailleurs du mal à réaménager les pavillons selon leurs besoins sans des travaux coûteux (par exemple, faire installer une salle d’eau au rez-de-chaussée lorsqu’elles peinent à monter les escaliers). Le deuxième problème, qu’Éric Charmes a appelé en 2011 la « clubbisation », tient à la sélection sociale que les autorités locales opèrent dans certaines communes périurbaines. « [L]’objectif souvent assumé par les élus » (p. 89) est de mettre en valeur les aménités de la commune, qui ne doit pas accueillir n’importe qui. Le vivre-ensemble passe alors au second plan. Le dernier défi est celui de la gentrification en cours des espaces périurbains. Cette gentrification ne prend pas les mêmes modalités qu’en centre-ville : pour les classes aisées, il ne s’agit pas de réhabiliter un bâti existant mais de construire de nouveaux pavillons. D’ailleurs, il faudrait plutôt parler de « niches de gentrification » car la gentrification ne s’opère pas dans l’ensemble de l’espace, comme on peut l’observer dans certains centres villes.

  • 4 Éric Charmes, « Une France contre l’autre ? », La Vie des idées, 5 novembre 2014, en ligne : https: (...)

6L’ultime chapitre s’intéresse aux controverses de la France périurbaine, à savoir les débats qui opposent des universitaires sur le sujet du périurbain. Pour le géographe Jacques Lévy par exemple, l’espace périurbain serait un espace de repli sur soi, ce qui impliquerait une hausse des votes en faveur des extrêmes politiques, et d’abord vers le Front national. Les sociologues critiquent cette analyse qu’ils considèrent comme caricaturale. Un second débat est celui amené par un autre géographe, Christophe Guilluy, qui dénonce une fracture de plus en plus marquée entre la France métropolitaine, intégrée à l’économie-monde, et la France des périphéries, enclavée et marginale, dans laquelle se trouverait le périurbain. Cette analyse est perçue par certains géographes, tel Éric Charmes, comme trop schématique4. En pointant ces controverses, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé mettent en avant les études les plus récentes portant sur le périurbain. Ils visent aussi à mettre en garde contre les « jugements hâtifs » (p. 103) que des chercheurs ou des médias peuvent parfois poser sur le périurbain.

7L’étude de Hervé Marchal et de Jean-Marc Stébé est bienvenue : elle permet à la fois de synthétiser les connaissances géographiques sur le périurbain et de mettre en avant les analyses, souvent moins connues, qu’apporte la sociologie. Quelques points suscitent cependant des réserves : d’abord, la multitude de concepts utilisés conduit parfois à une confusion, et les nuances ne sont pas toujours évidentes, ou sont insuffisamment expliquées. De plus, les auteurs insistent beaucoup sur les aspects résidentiels de la France périurbaine, et notamment sur les pavillons. Or, même s’ils en sont un élément important, il ne paraît pas possible de réduire la périurbanisation à un étalage de pavillons – ce que laisse pourtant presque penser la couverture de l’ouvrage. Enfin, compte tenu du format réduit imposé par la collection, cette synthèse consacrée à un phénomène important pour la France contemporaine semble parfois perdre son sujet : pourquoi les seules études de cas présentées portent-elles sur des villes états-uniennes comme Los Angeles plutôt que sur des villes françaises ? En définitive, malgré ces quelques réserves, ce « Que sais-je ? » constitue une bonne introduction au sujet, qui tend à réhabiliter l’image parfois encornée de la périurbanisation.

Haut de page

Notes

1 Selon l’expression consacrée par Télérama : Xavier de Jarcy, Vincent Rémy, « Comment la France est devenue moche », Télérama, 12 février 2010, disponible en ligne : https://www.telerama.fr/monde/comment-la-france-est-devenue-moche,52457.php.

2 Bernard Kayser, La Renaissance rurale, Paris, Armand Colin, 1990.

3 Hervé Marchal, Jean-Marie Stébé, « Le pré-urbain, un territoire refuge aux confins du périurbain éloigné », Métropolitiques, 30 octobre 2017, en ligne : https://www.metropolitiques.eu/Le-pre-urbain-un-territoire-refuge-aux-confins-du-periurbain-eloigne.html.

4 Éric Charmes, « Une France contre l’autre ? », La Vie des idées, 5 novembre 2014, en ligne : https://laviedesidees.fr/Une-France-contre-l-autre.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentin Potier, « Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27507

Haut de page

Rédacteur

Valentin Potier

Professeur certifié d’histoire-géographie. Titulaire d’un master recherche et chargé de TD en histoire médiévale (Reims - URCA).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page