Navigation – Plan du site

Laurent Baridon et Pierre Vaisse (dir.), Du texte à l’image. L’interprétation savante des œuvres d’art

Aurélie Arena
Du texte à l'image
Laurent Baridon, Pierre Vaisse (dir.), Du texte à l'image. L'interprétation savantes des œuvres d'art, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2018, 200 p., ISBN : 9782729709273.
Haut de page

Texte intégral

1Explorer les modalités des rapports entre texte et image, les déterminer et les fixer est un enjeu méthodologique central et fondateur de l’histoire de l’art ; en raison, d’une part, de l’hybridité originelle de la discipline, prise entre l’écrit cher à l’histoire et les formes visuelles de son objet d’étude, et d’autre part à l’activité même de l’historien de l’art, qui met en mots (sous forme de récits académiques normés) le résultat de ses recherches sur les images. Cette thématique suscitant régulièrement de nouvelles approches, l’ambition de Laurent Baridon et de Pierre Vaisse, en dirigeant ces mélanges offerts à François Fossier au terme de dix-sept années de professorat à l’université Lyon 2, n’est pas de proposer une solution définitive et univoque qui se fonderait sur les travaux foisonnants de l’ancien chartiste. Il s’agit plutôt d’interroger la place à accorder à l’écrit dans l’étude des images et le genre des textes à prendre en compte, en exposant la richesse méthodologique d’un tel lien et quelques manières choisies d’en user.

2Les quinze contributions de l’ouvrage évoquent et prolongent les temps forts de la carrière de celui pour lequel elles sont rassemblées. La pertinente analyse, par Rémi Labrusse, de la notion de grammaire appliquée à l’ornement, autour de l’ouvrage de l’architecte et professeur allemand Johann Eduard Jacobsthal, paru en 1874, rappelle le sujet de la thèse d’État de François Fossier soutenue en 1994, Architecture et décor, en même temps qu’elle souligne la fonction pédagogique et esthétique du vocable. Les réflexions de Julien Defillon sur l’inadéquation de la notion d’authenticité appliquée à la restauration des bâtiments historiques évoquent, quant à elles, son poste de directeur des études historiques à l’Institut Français de restauration des œuvres d’art de l’Institut du Patrimoine. Les objets d’études abordés sont compris dans une large chronologie (du Vème siècle avant notre ère à la fin du XXème, avec une prédilection quantitative pour le XIXème siècle) et sont issus des beaux-arts comme des arts appliqués.

  • 1 Entre 1825 et 1875, de nombreux peintres séjournent dans le village de Barbizon, en bordure de la f (...)

3Le texte, dans sa diversité, apparaît comme vecteur du contexte nécessaire à l’établissement de l’historicité de l’objet artistique. Sylvie Aubenas montre comment les lettres récemment acquises par la Bibliothèque nationale de France ont permis d’éclairer les biographies des photographes Adalbert (1812-1871) et Eugène Cuvelier (1837-1900), et notamment leurs relations avec les peintres de Barbizon pour lesquels ils réalisèrent des clichés dans la forêt de la Fontainebleau1. Stéphane Loire montre quant à lui comment la critique contemporaine fournit de précieux éléments de compréhension aux tableaux humoristiques traitant de la vie maritime que le peintre François-Auguste Biard (1799-1882), inspiré par ses voyages exotiques et les récits qu’il en tire.

4Si le texte, en tant que source indirecte pour l’historien de l’art, le renseigne sur les aspects biographiques ou sociologiques de son objet d’étude, il est aussi une source d’inspiration plastique et iconographique plus ou moins directe dans le travail des artistes. Christine Peltre nuance ainsi la réputation d’ethnographe faite au peintre académique Jean-Léon Gérôme (1824-1904), en relevant les similitudes de ses tableaux orientalistes avec les romans d’Edmond About (1828-1885), écrivain avec lequel il partage ses excursions orientales. À l’inverse, Pierre Vaisse suggère que l’esthétique des peintres pompiers a influencé la poésie de Victor Hugo, dans une analyse iconographique et stylistique de son poème Le Rouet d’Omphale. Les délicats rouages de l’inspiration artistique ainsi explorés laissent penser qu’elle (et peut-être, elle seule) peut proposer une équivalence entre visible et lisible ; que l’ut pictura poesis naît pendant le processus de création. La contribution d’Ingrid Junillon est à ce titre particulièrement intéressante, mettant au jour l’influence baudelairienne des livres d’artistes du peintre hollandais Jens Lund (1871-1924). À l’aube du XXème siècle, ses Fleurs métamorphosées aux lignes art nouveau, réalisées à Paris et éditées à Copenhague, doivent autant à l’esthétique des correspondances qu’à une illustration inspirée du titre des Fleurs du Mal. Les brefs poèmes en prose rédigés par l’artiste pour accompagner ses fleurs plaident pour une appropriation des racines littéraires de sa démarche.

  • 2 Matthäus Merian (1593-1650), originaire de Bâle, fait carrière en tant que graveur et éditeur à Fra (...)
  • 3 Joseph Cornell (1903-1972) est un artiste américain célèbre pour ses boîtes, véritables assemblages (...)

5Le lien entre texte et image est parfois plus distant, notamment lorsque les illustrations d’un récit commencent à mener, portées par leur succès, une vie propre. C’est ainsi que Cyril Devès montre comment les illustrations des textes apocryphes de Don Quichotte témoignent à la fois du succès de l’histoire de Cervantès (publiée en 1605 et 1615) et légitiment les suites de divers auteurs. Daniel Alcouffe nous rappelle quant à lui que s’inspirer de récits historiques n’est pas l’apanage des peintres d’histoire : l’auteur rapproche l’originalité iconographique des vantaux d’un cabinet d’ébène conservé au Louvre à une gravure de Matthieu Merian2 parue dans les Historischer Chroniken de Johann Ludwig Gottfried (1630) une quinzaine d’années auparavant. Ce faisant, il nous met sur la voie de l’importance des bibliothèques des artistes ou de leurs commanditaires. Thierry Dufrêne la souligne également après avoir trouvé la source iconographique de la Léda atomica du peintre surréaliste Salvador Dali (1904-1989) en La Cassiopée de l’atlas de Bayer (1603) reproduite dans Les étoiles et les curiosités du ciel de Camille Flammarion (1882). Joseph Cornell3 possédait l’ouvrage dans son imposante bibliothèque ; une découverte qui permet de préciser les sentiments d’admiration et de rivalité artistique qu’entretenait Dali à son égard.

6Suivant le fil d’Ariane qui mène des images au texte, l’historien de l’art met en exergue, d’une part la vie conjointe des images et des écrits qui dévoile les angles saillants d’une culture, et d’autre part le pouvoir de l’un sur l’autre, l’image pouvant légitimer ou donner à voir un texte de manière particulière à une audience donnée. L’analyse des vignettes romantiques de la célèbre revue L’Artiste, mêlant belles lettres et beaux-arts par un usage extensif de la gravure, qu’effectue Ségolène Le Men, montre comment l’engouement pour les caractéristiques plastiques des vignettes peut influencer, d’abord la lecture du roman qui progressivement s’en orne, puis sa perception par le public, invité à reconnaître l’œuvre par cette seule illustration dans les comptes rendus de la revue. De la même manière, Damien Chantrenne montre comment les décors d’opéras réalisés par le peintre décorateur et fresquiste Pierre Paul Sevin (1645-1710) durant sa période italienne, certes accueillent l’intrigue, mais éclairent également la dimension politique de ces représentations : il s’agit d’offrir aux yeux des dirigeants politiques, en l’occurrence Christine de Suède, une synthèse des plus importants courants artistiques de l’époque. Le texte et l’image peuvent donc s’influencer sur les plans culturel, iconographique et politique, mais aussi sémantique. La contribution de Laurent Baridon sur quelques lettres figurales de l’illustrateur et caricaturiste Jean-Jacques Grandville (1803-1847) montre comment l’image peut surdéterminer sémantiquement le texte lorsqu’elle en constitue et anime les lettres mêmes. Au lieu de laisser le rapport texte-image ouvert à une pluralité de sens à déterminer par des facteurs exogènes, les mises en scènes de lettres anthropomorphes ou phytomorphes permettent à Grandville d’ouvrir, au-delà des mots lisibles, sur un discours visible et souvent engagé sur le statut de l’illustrateur.

7Une pertinente interrogation sur l’absence de textes à associer aux images fait également l’intérêt de ces mélanges. Si le cas des dessins étrangement muets des vitraux du bras sud du transept de l’abbatiale Saint-Denis, réalisés par l’architecte en charge de sa restauration, François Debret (1777-1850), que nous expose Jean-Michel Leniaud, s’explique par l’actualité des scènes représentées comparée au travail historique de sa restauration, le mutisme des artefacts celtes de l’âge de fer engendre une approche différente. Les druides ayant interdit la formulation écrite de leurs savoirs et leurs mythologies, Franck Perrin se met en quête de la signification et des inflexions stylistiques du motif de la feuille de gui, d’une part en opérant des rapprochements plastiques avec d’autres artefacts, et d’autre part en s’attachant aux sources écrites secondaires : les témoignages de Lucain et Pline l’Ancien. Pour ce faire, l’auteur élague ces témoignages indirects de leurs caractéristiques stylistiques, prévient de leurs penchants culturels et les remet rigoureusement en contexte afin d’accéder à l’information la plus brute possible. En d’autres termes : il analyse finalement le texte comme une image.

  • 4 Pour d’autres réflexions sur la dualité apparente de la discipline, et sa supposée dette aux autres (...)

8Les notions et les genres explorant la coprésence du texte et de l’image sur un même support constituent un hors-champ de l’étude. Exit affiches, bandes dessinées et phototexte (liste non-exhaustive), ainsi que l’étude des discours spécifiques qui en émanent. Ces contributions concernent l’historien d’un certain art, qui entretient avec le texte une relation traditionnelle de complémentarité méthodologique, et est moins le fait d’une relation hiérarchisée ou d’une systématique quête des origines que d’un jeu de reflets permettant de reconstituer l’objet d’étude de la manière la plus complète possible. La pratique de l’histoire de l’art, faisant avec l’image et le texte, semble à la lecture de ces exemples plutôt se trouver à la croisée des sources qu’à celle des disciplines4.

Haut de page

Notes

1 Entre 1825 et 1875, de nombreux peintres séjournent dans le village de Barbizon, en bordure de la forêt de Fontainebleau. À la recherche d’un paysage originel, ils peignent sur le motif dans la célèbre forêt ; une pratique qui est alors l’objet des quolibets de la critique.

2 Matthäus Merian (1593-1650), originaire de Bâle, fait carrière en tant que graveur et éditeur à Francfort-sur-le-Main.

3 Joseph Cornell (1903-1972) est un artiste américain célèbre pour ses boîtes, véritables assemblages à partir d’objets trouvés, très influencé par le style surréaliste.

4 Pour d’autres réflexions sur la dualité apparente de la discipline, et sa supposée dette aux autres champs académiques constitués auxquels elle se réfère, voir notamment : Lilianne Louvel et Henri Scepi (dir.), Texte/image — Nouveaux problèmes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Colloque de Cerisy, « Interférences », 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Arena, « Laurent Baridon et Pierre Vaisse (dir.), Du texte à l’image. L’interprétation savante des œuvres d’art », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 octobre 2018, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27563

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Arena

Aurélie Arena prépare actuellement une thèse en histoire de l’art contemporain à l’université de Strasbourg, sous la direction de Valérie da Costa, sur l’œuvre de l’artiste allemande Hannah Höch (1889-1978) dans son rapport à la technique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page