Navigation – Plan du site
L'archipel de l'ingénierie de la formation

L'archipel de l'ingénierie de la formation

Transformations, recompositions
Loïc Brémaud, Catherine Guillaumin (dir.), L'archipel de l'ingénierie de la formation. Transformations, recompositions, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2010, 364 p., EAN : 9782753510784.
Notice publiée le 26 août 2010

Présentation de l'éditeur

Que s'est-il passé depuis vingt ans sur ce que l'on a pu considérer longtemps comme le " continent de l'ingénierie de la formation ", disposant un temps de sa cohérence propre, de définitions en voie de stabilisation, d'un corpus théorique évolutif, d'auteurs de référence, d'activités codifiées, de formations universitaires formant aux fonctions de ce champ d'activité reconnu? Plusieurs auteurs dès la fin des années 90, notamment lors du colloque de Dijon en 1997, constatent son éclatement. Sur quoi reposerait cette position, quels seraient alors les facteurs enclenchant des forces centrifuges, quel processus socio historique mènerait à cet apparent éclatement du champ de l'ingénierie de la formation ? Nous dirigeons-nous au contraire vers de nouvelles recompositions, un nouvel ensemble plus complexe, non plus continent, mais archipel, c'est-à-dire monde composé de plusieurs entités, formant configuration (Elias, 1981), faisant système? Pour tenter de répondre à toutes ces questions, des sociologues, juristes, historiens, politistes, chercheurs en sciences de l'éducation, spécialistes et institutionnels de la formation professionnelle se sont rencontrés lors du colloque " l'archipel de l'ingénierie de la formation " des 22 et 23 janvier 2009 à l'université Rennes 2. Deux phénomènes majeurs ont accéléré la transformation de ce champ ces dix dernières années: la montée en puissance de la régionalisation de la formation professionnelle et l'institutionnalisation récente du couple " individualisation/certification ". La géographie de cet " archipel " se redessinerait sur trois niveaux, un niveau macro, " l'ingénierie des politiques territoriales et sectorielles de formation ", un niveau méso ou " ingénierie des systèmes de formation en entreprise ", et un niveau micro ou " ingénierie des dispositifs de gestion des parcours de professionnalisation ". À chaque niveau ou " île ", ses " îlots ", c'est-à-dire ses ingénieries de formation spécifiques. Cet ouvrage se propose donc d'offrir une relecture du monde de l'ingénierie de la formation, à travers une pensée en archipel que Deleuze (1989) décrit comme l'affirmation d'un " monde en processus aux bords déchiquetés ".

Haut de page