Navigation – Plan du site

Marie-Françoise Durand (dir.), Espace mondial. L’atlas 2018

Emilien Legendre
Espace mondial
Marie-Françoise Durand (dir.), Espace mondial. L'atlas 2018, Les Presses de Sciences Po, 2018, 271 p., préface de Bertrand Badie, ISBN : 978-2-7246-2295-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ont collaboré à cet ouvrage des membres de l’Atelier de cartographie de Sciences Po (Thomas Ansart, (...)
  • 2 Également le titre d’un cours donné à Sciences Po Paris par Bertrand Badie depuis 2015.
  • 3 Voir Badie Bertrand, Le Temps des humiliés. Pathologie des relations internationales, Paris, Odile (...)
  • 4 Notion formulée dans le rapport du PNUD de 1999 : ce sont des « biens matériels et symboliques dont (...)

1« Penser le monde dans sa mobilité, dans son interdépendance et dans son intégration », représenter la fluidité, « sortir des figures classiques de l’ennemi, de la frontière et des identités exclusives » (p. 9) pour voir le social au-delà du politique, et les relations entre sociétés et acteurs, au-delà des États-nations et des relations internationales, tel est le défi des auteur.e.s de cet atlas1. En choisissant de représenter l’« espace mondial »2, ils et elles nous invitent à un renouvellement intellectuel et scientifique. Dans cet espace, la situation de chacun dépend de celle de son voisin, « tout le monde voit tout le monde », les plans d’identification se chevauchent (local, régional supranational, transnational) et aucun groupe ou État ne saurait être laissé de côté ou méprisé sans que son humiliation ne menace la sécurité globale3. On sort donc de la conception classique, westphalienne, des relations internationales, selon laquelle on étudiait les États, leurs territoires juxtaposés et leur puissance respective dans le jeu compétitif mondial ; il s’agit désormais de prendre réellement en compte l’interdépendance des États et le besoin d’une plus grande intégration des sociétés au niveau international, ainsi que la nécessité d’une juste répartition et d’une protection des « biens publics mondiaux »4.

  • 5 Les États-Unis en 2013, la Russie en 2010, le Brésil en 2009 et la Chine en 2008.
  • 6 « Les espaces-temps du monde » et « représenter l’espace mondial », p. 11-17.

2Suivant ce changement de paradigme géopolitique, on ne trouve plus dans l’Atlas 2018 de dossier spécial focalisé sur un pays – comme cela se faisait dans les précédentes éditions5, coordonnées depuis 2008 par Marie-Françoise Durand –. En contrepartie, une plus grande place est laissée aux cartes, parfois étendues sur une double page, comme celles très réussies portant sur les migrations en Méditerranée (p. 82-83), sur les victimes de groupes armés (p. 142-143), sur l’évolution du couvert forestier (p. 168-169), et encore celle des principales institutions régionales (p. 208-209). La grande diversité de projections cartographiques permet d’appréhender notre monde de différents points de vue et à travers diverses focales, mais également de s’informer sur des thématiques connexes aux sujets abordés, qui font l’objet d’encarts utiles (consacrés par exemple à « la maladie hollandaise », dans la section sur le développement, au lien entre « genre et insécurité », dans celle sur le genre et la sexualité, ou à la « Chine en Afrique », dans celle sur les pays émergents). Ces derniers exemples témoignent du souci pédagogique qui anime les auteur.e.s de l’atlas. Dans le même sens, deux des textes introductifs6 reviennent sur l’histoire de la mondialisation et l’évolution que celle-ci a induite dans la science géographique, avant de livrer au lecteur la méthode qu’utilisent les cartographes et des clés pour comprendre la fabrication d’une carte (sources, échelles, points de vues, règles de la sémiologie graphique). En dehors de ces aspects épistémologiques, nous retrouvons à la fin de chaque entrée de l’atlas une courte bibliographie et des renvois aux thèmes proches qui permettent d’approfondir tel ou tel sujet, alors que les mots-clés et concepts scientifiques majeurs sont accentués dans le texte et définis dans un lexique placé à la fin de l’ouvrage.

  • 7 Ce chiffre récent dépasse celui de 2016 donné dans l’Atlas. Voir : Le Monde.fr et AFP, « Le nombre (...)
  • 8 On notera d’ailleurs la place donnée dans cette partie à la traite orientale, souvent mise de côté (...)

3Les sujets dont traite cet atlas sont répartis en six grands thèmes : contrastes et inégalités ; mobilités ; stratégie des acteurs transnationaux ; (in)sécurités ; ressources ; tentatives de régulations. Ainsi, pour la première fois dans cette édition, les mobilités et les ressources apparaissent comme des thématiques structurantes. Le choix des mobilités s’explique d’abord par la catastrophe humanitaire qu’a représentée la crise migratoire qui s’est développée en Méditerranée à partir de 2013-2014, et qui a atteint son apogée en 2015, avec plus d’un million de migrants arrivés en Europe lors de cette seule année (et 3 000 à 5 000 morts ou disparus par an entre 2014 et 2017). En 2017, pour la cinquième année consécutive, le nombre de personnes déplacées de force dans le monde a ainsi battu un nouveau record, atteignant un effectif de 68,5 millions7. Or ces migrations contemporaines sont une donnée essentielle de l’espace mondial, dans lequel ces 258 millions de migrants constituent un facteur incontournable d’« hybridation des sociétés » et de création de réseaux transnationaux. Toutefois, les autres dossiers de ce thème montrent que la majorité de ces personnes sont en réalité des déplacés internes, et que la plupart d’entre eux ne quittent pas leur continent, voire leur propre pays. Ils donnent en outre à cette crise une profondeur historique, en la comparant à d’autres crises migratoires du XXe siècle et en évoquant les « mobilités d’hier » (traites d’esclaves8, émigrations vers les Amériques au XIXe) et les grandes migrations de travail de l’après-guerre, sans pour autant la relativiser.

  • 9 Les migrations environnementales devraient concerner plus de 143 millions de personnes en Afrique s (...)

4Les migrations environnementales9, quant à elles, nous rapprochent du thème des ressources naturelles et du changement climatique, qui constitue un deuxième point nodal de l’Atlas 2018. Plusieurs ressources cruciales sont ainsi envisagées : l’eau douce, l’alimentation, la diversité biologique et d’autres biens publics mondiaux dont le partage et la sauvegarde sont nécessaires à un développement durable, alors même que nous sommes entrés dans l’ère de l’Anthropocène. Si les conséquences généralement envisagées du changement climatique nous affectent peu directement, la carte de la montée des océans et des risques côtiers (p. 172) rappelle par exemple au lecteur ou à la lectrice qu’un danger bien réel menace les côtes mêmes de l’Europe (notamment dans la Manche et en mer du Nord, aux Pays-Bas).

  • 10 Organisation mondiale du commerce, Association des nations de l’Asie du Sud-Est, Organisation des p (...)
  • 11 Difficultés de régulations du commerce international d’ailleurs évoquées dans l’atlas (p. 219), jus (...)

5Ainsi, il n’est pas étonnant de retrouver en dernière partie de l’ouvrage un thème consacré au multilatéralisme, au droit et aux négociations internationales, qui ont pour but de normer les interdépendances au niveau mondial. Au sein de l’espace mondial, le multilatéralisme ne se réduit plus à une « technique de coopération entre au moins trois Etats » (p. 202) : avec la multiplication des acteurs institutionnels comme informels (OMC, ASEAN, OPEP, G20, groupes d’amis, conférences thématiques, ONG, FTN10), on parle désormais de « gouvernance » à tous les niveaux géographiques afin d’insister sur la nécessité de règles solidaires de fonctionnement. Une idée qui semble quelque peu utopique, si on lit l’entrée « Réguler le commerce mondial » (p. 218-221) au regard de la crise commerciale actuelle entre les États-Unis et l’Europe11, et si l’on considère les difficiles suites données à la COP21 sur le climat.

6Le numérique est un autre sujet très actuel mis en valeur dans l’édition 2018 de l’atlas. Dans le thème consacré aux « contrastes et inégalités », les « fracture(s) numérique(s) » retiennent notre attention : d’abord, parce que les cartes permettent de saisir la dimension physique du net – les câbles sous-marins, la localisation des serveurs racines et des data centers –, puis parce que l’internet est envisagé comme un facteur d’inégalités croissantes12 dans ce monde « hyper-réticulé », pouvant affecter jusqu’à la citoyenneté des personnes (accès inégal à l’information, ou aux pratiques et mobilisations citoyennes innovantes permises par l’internet). Alors même que ce nouvel outil peut permettre de renouveler nos démocraties (« démocraties numériques ? », p. 118), il pose néanmoins un évident problème de gouvernance, abordé dans la partie de l’atlas consacrée aux acteurs transnationaux : les « géants du web » bénéficient d’une position de monopole qui leur permet d’être aussi influents et parfois aussi riches que certains États (tout en se jouant des normes fiscales, salariales et environnementales), et la question de la protection des données privées est devenue un enjeu majeur face aux scandales liés à leur utilisation pour des buts politiques (scandale Cambridge Analytica, au printemps 2018) ou économiques. La question des manipulations de l’information révèle également une part sombre de l’internet, menaçant tout discours médiatique et représentant même une source de danger supplémentaire pour nos institutions13. La double nature du phénomène de l’internet est ici bien exposée.

  • 14 Une carte porte, certes, sur les cent premiers ports de marchandises dans le monde (p. 221), mais e (...)

7Les Presses de Sciences Po nous livrent donc un ouvrage de grande qualité, dont le nouveau format met en valeur les cartes et les graphiques tout en rendant la lecture plus agréable. L’Atlas 2018 de la mondialisation garde sans nul doute un prisme géopolitique et n’évite pas les grandes problématiques sur le terrorisme, les transformations de la guerre ou le besoin de « paix durables », mais il ne s’y limite pas, comme le montre la diversité des « contrastes et inégalités » abordés : richesse, développement et démographie, démocratie, genre, maladies, savoirs, religions, etc. – avec des nombres parfois choquants pour le lecteur non averti (« au moins 1,8 milliard de personnes consomment une eau contaminée par des matières fécales », p. 36). Cette production reste très actuelle sans succomber à la tentation journalistique, son but premier étant pédagogique. L’histoire y est d’ailleurs très associée à la géographie, dans les définitions de chaque sujet comme dans certains dossier précis (« les États et le transnational » p. 94-95, « Miettes d’empires » p. 96-98, « Mobilisations identitaires et religieuses » p. 111-114). Dans cette étude des logiques réticulaires de l’espace mondial, on aurait peut-être pu souhaiter voir davantage mises en avant des cartes portant sur les flux et les hubs aériens et maritimes14, mais aussi sur les villes – envisagées majoritairement à travers leurs expansions démographiques et physiques, alors qu’elles pouvaient également trouver leur place dans la partie sur les inégalités, ou sur les régulations avec la montée en puissance de la diplomatie des villes. Néanmoins, cet ouvrage représente une mine d’information pour un étudiant comme pour toute personne s’intéressant aux dynamiques actuelles de notre monde et aux défis de demain, tout en alliant l’utile à l’agréable.

Haut de page

Notes

1 Ont collaboré à cet ouvrage des membres de l’Atelier de cartographie de Sciences Po (Thomas Ansart, Benoît Martin, Patrice Mitrano, Anouk Pettès, Antoine Rio) ainsi que, pour les textes, des professeurs associés : Mélanie Albaret, Delphine Allès, Philippe Copinschi, Marie-Françoise Durand, Lucille Maertens et Delphine Placidi-Frot.

2 Également le titre d’un cours donné à Sciences Po Paris par Bertrand Badie depuis 2015.

3 Voir Badie Bertrand, Le Temps des humiliés. Pathologie des relations internationales, Paris, Odile Jacob, 2014.

4 Notion formulée dans le rapport du PNUD de 1999 : ce sont des « biens matériels et symboliques dont chacun est dépositaire pour la survie de tous et dont les fonctions sont menacées par le partage souverain » (biodiversité, patrimoine culturel de l’humanité, sécurité alimentaire, etc.) ; cité p. 238.

5 Les États-Unis en 2013, la Russie en 2010, le Brésil en 2009 et la Chine en 2008.

6 « Les espaces-temps du monde » et « représenter l’espace mondial », p. 11-17.

7 Ce chiffre récent dépasse celui de 2016 donné dans l’Atlas. Voir : Le Monde.fr et AFP, « Le nombre de personnes déplacées dans le monde atteint le record de 68,5 millions en 2017 », Le Monde.fr, 19/06/2018, en ligne : https://www.lemonde.fr/international/article/2018/06/19/le-nombre-de-personnes-deplacees-dans-le-monde-atteint-le-record-de-68-5-millions-en-2017_5317415_3210.html?.

8 On notera d’ailleurs la place donnée dans cette partie à la traite orientale, souvent mise de côté ou oubliée : 17 millions d’esclaves africains ont été déportés vers le Maghreb et le Moyen-Orient entre le VIIe et le XXe siècle.

9 Les migrations environnementales devraient concerner plus de 143 millions de personnes en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Amérique latine d’ici l’an 2050 (selon la Banque mondiale).

10 Organisation mondiale du commerce, Association des nations de l’Asie du Sud-Est, Organisation des pays exportateurs de pétrole, Groupe des vingt (rassemblant dix-neuf pays et l’Union européenne), Organisations non gouvernementales, Firmes transnationales.

11 Difficultés de régulations du commerce international d’ailleurs évoquées dans l’atlas (p. 219), jusqu’en 2018. Pour davantage de contexte, voir : https://www.touteleurope.eu/actualite/relations-ue-etats-unis-un-debut-de-guerre-commerciale.html.

12 Données fournies par l’atlas : en 2016, 67% de la population rurale mondiale vivait dans une zone couverte par un réseau mobile et 53% de la population mondiale n’utilisait pas internet (75% des Africains).

13 Voir également : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/manipulations-de-l-information/article/rapport-conjoint-caps-irsem-les-manipulations-de-l-information-un-defi-pour-nos.

14 Une carte porte, certes, sur les cent premiers ports de marchandises dans le monde (p. 221), mais elle arrive tardivement dans l’ouvrage, reste de petite taille et intervient dans la partie consacrée aux régulations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilien Legendre, « Marie-Françoise Durand (dir.), Espace mondial. L’atlas 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27622

Haut de page

Rédacteur

Emilien Legendre

Élève en master 2 d’études européennes et internationales à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page