Navigation – Plan du site

Yves Chevrel, Yen Maï Tran-Gervat, Guide pratique de la recherche en littérature

Cécile Rousselet
Guide pratique de la recherche en littérature
Yves Chevrel, Yen-Maï Tran-Gervat, Guide pratique de la recherche en littérature, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Les fondamentaux de la Sorbonne Nouvelle », 2018, 178 p., ISBN : 9782878549799.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne-Isabelle François et Yen-Maï Tran-Gervat, Guide pratique des exercices comparatistes, Paris, P (...)
  • 2 Yves Chevrel, L’Étudiant chercheur en littérature : guide pratique, Paris, Hachette, 1992.
  • 3 Yves Chevrel, La littérature comparée, Paris, Presses Universitaires de France, 1989.
  • 4 Cet ouvrage a été réédité à plusieurs reprises, et traduit dans de très nombreuses langues, dont l’ (...)

1Dans leur Guide pratique de la recherche en littérature, Yves Chevrel et Yen-Maï Tran-Gervat confirment le souci didactique qui est le leur, mettant par écrit un très grand nombre de conseils qu’ils jugent pertinents pour l’apprentissage de la recherche en littérature. Maîtresse de conférences en littérature comparée à la Sorbonne Nouvelle, Yen-Maï Tran-Gervat avait déjà réussi le tour de force de baliser clairement et rigoureusement des pratiques complexes avec son Guide pratique des exercices comparatistes1. Professeur émérite à l’IDEX Sorbonne Université, Yves Chevrel s’est quant à lui distingué par son attachement à la valorisation disciplinaire de la littérature comparée avec L’Étudiant chercheur en littérature2 et La littérature comparée3 – ouvrage considéré comme canonique par les comparatistes4. Désormais, les deux auteurs proposent un guide exploitable non seulement comme un manuel qui s’attache, dans une démarche résolument pédagogique, à présenter les principes de la recherche dans le champ de la littérature, mais aussi en tant que panorama d’une science littéraire en permanente mutation.

  • 5 Des exemples autour du cas des Regrets de Joachim Du Bellay, ou encore de Madame Bovary de Gustave (...)
  • 6 Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (dir.), La Traversée des thèses. B (...)

2Véritable guide « pratique », cet ouvrage donne dès le premier chapitre des informations précises sur l’état de la recherche en littérature en 2017. Puis s’en suivent des chapitres respectivement dédiés à l’œuvre littéraire et aux grandes orientations de la recherche, qui ont le mérite – outre les conseils pratiques relatifs à la construction d’un sujet de recherche – de guider l’étudiant dans l’analyse d’un texte en posant quelques jalons indispensables, tels que la question de la prise en compte de l’auteur d’une œuvre ou de sa réception5. Reprenant les actes du colloque sur La Traversée des thèses. Bilan de la recherche doctorale en littérature française du XXe siècle6, quelques paragraphes accompagnent même l’étudiant désireux d’approfondir ses recherches dans le cadre d’une thèse de doctorat.

3Les chapitres 4 et 5 prodiguent ensuite des conseils logistiques très précis : des questions de bibliographie au conseil d’utiliser une feuille A4 uniquement sur son verso pour prendre des notes sur les ouvrages, en passant par l’utilisation d’un espace de stockage en ligne (p. 104-105) ou même la manière de trier ses notes de lecture sur un ordinateur pour mieux les recenser et les retrouver (p. 106). Ces chapitres montrent notamment l’intérêt des ressources numériques, et donnent des indications pour exploiter au mieux les bibliothèques et les médiathèques. Là encore, deux exemples de parcours de recherche sont proposés – sur le baroque et sur la Pléiade.

4Finalement, le chapitre 6 poursuit en répondant à un grand nombre d’interrogations qu’un étudiant en littérature pourrait se poser – de « dans quelles bibliothèque (proche ou lointaine) se trouve tel ouvrage ou telle revue ? » ou « comment tel patronyme se prononce-t-il ? » à « comment distinguer le “fictif” du “réel” [dans un texte littéraire] ? » – avant de passer au dernier chapitre, consacré aux questions de rédaction et de présentation d’une recherche à plus proprement parler. Sont alors abordées les questions techniques relatives à la correction de la langue, à la mise en page d’un mémoire de recherche, à la typographie des citations et des notes bibliographiques, de même qu’à la préparation de la soutenance et à l’étape d’archivage et de diffusion du travail de recherche.

  • 7 À savoir : d’une part la prégnance des notions d’interdisciplinarité et de transversalité, et d’aut (...)

5Cet ouvrage fonctionne à la fois comme un volume à lire d’un bout à l’autre, comme un précis méthodologique, et comme une ressource pouvant être consultée ponctuellement pour répondre à une interrogation survenant en cours de recherche. On y note un décalage par rapport à l’ambition théorique des précédents ouvrages d’Yves Chevrel sur les grands principes du comparatisme. On peut par exemple lire dans La littérature comparée de longs développements sur la prise en considération par cette discipline de la question de l’altérité, ou de celle du rapport « national » que les sociétés peuvent entretenir avec leurs littératures, tandis que ces réflexions trouvent une place mineure dans le présent ouvrage – même si la formation comparatiste des deux auteurs influence certains choix de présentation des orientations de la recherche en littérature7 et donne à l’ouvrage quelques airs de manifeste comparatiste.

6Bien qu’étant un guide pratique, cet ouvrage s’inscrit sans nul doute dans l’actualité universitaire, politique et même sociétale. Dès le prologue, une « note sur le féminin et le masculin » prend par exemple le contre-pied de l’écriture inclusive. En effet, Yves Chevrel et Yen-Maï Tran-Gervat font un choix étonnant et qui pourra « [faire] sourire » : « les fonctions (étudiant/étudiante) et les titres (directeur/directrice) sont au féminin dans les chapitres impairs (1, 3, 5, 7), au masculin dans les chapitres pairs (2, 4, 6) » (p. 9). Avec une touche d’humour, le paragraphe relatif à « la féminisation des noms de fonctions et de titres » dans la rédaction des travaux de recherche en littérature surenchérit alors : « à ces [consignes énoncées précédemment], ajoutons celle-ci, qui pourra sembler paradoxale : ne pas suivre la pratique qui consiste à rédiger les chapitres, alternativement, au féminin et au masculin… » (p. 162).

7À vocation pédagogique, ce guide propose, dans le contexte politique actuel, où la question des choix d’orientation post-bac est brûlante, d’accompagner les étudiants. Aussi trouve-t-il sans doute une place pertinente en « démythifiant » la littérature – et notamment la littérature comparée – auprès des étudiants souhaitant ou déjà engagés dans ce cursus universitaire, et en montrant a contrario une certaine réalité, certes artisanale et technique, mais rendue, par le regard que portent les deux auteurs sur leur discipline, proprement passionnante. Selon eux : « il y a des degrés dans la pratique de la recherche, mais une initiation à celle-ci doit se faire le plus tôt possible, comme l’ont bien compris la plupart des universités » (p. 19).

8Enfin, cet ouvrage est en prise avec l’actualité dans la mesure où sa conception de la littérature tient compte de la mondialisation et de ses effets, au moment même où plusieurs universités s’attachent à réduire la distinction disciplinaire entre « littérature française » et « littérature étrangère » pour faire émerger des départements de « littérature » – parallèlement à une conscience et une étude grandissantes des connexions entre différentes aires linguistiques. Jugeant les frontières disciplinaires trop étriquées, les auteurs s’adressent donc à tout étudiant francophone qui s’inscrit dans un cursus de « littérature » au sens le plus large du terme.

9Malgré l’enjeu pratique mis en avant dès l’introduction, ce guide permet de nouer considérations techniques et pragmatiques, qui sont autant de biais pour cerner ce que devient la recherche en littérature aujourd’hui – prenant en compte les dynamiques internationales, mais aussi la place grandissante du numérique au sein de l’université et de la société. Dès lors, par son ambition d’exhaustivité, par ses choix bibliographiques, ou encore par l’ampleur des considérations abordées, ce texte peut se lire tout à la fois comme un guide pratique et comme un manifeste au service des principes actuels de la recherche universitaire en littérature.

Haut de page

Notes

1 Anne-Isabelle François et Yen-Maï Tran-Gervat, Guide pratique des exercices comparatistes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011.

2 Yves Chevrel, L’Étudiant chercheur en littérature : guide pratique, Paris, Hachette, 1992.

3 Yves Chevrel, La littérature comparée, Paris, Presses Universitaires de France, 1989.

4 Cet ouvrage a été réédité à plusieurs reprises, et traduit dans de très nombreuses langues, dont l’anglais, mais aussi l’albanais, le chinois, le coréen, l’italien, le japonais, ou encore le persan.

5 Des exemples autour du cas des Regrets de Joachim Du Bellay, ou encore de Madame Bovary de Gustave Flaubert, permettent alors de pointer l’enjeu d’une recherche bien menée.

6 Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (dir.), La Traversée des thèses. Bilan de la recherche doctorale en littérature française du XXe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005.

7 À savoir : d’une part la prégnance des notions d’interdisciplinarité et de transversalité, et d’autre part l’importance des nouvelles technologies et de la révolution numérique pour l’approche contemporaine des textes. De plus, les questions de réécriture et de traduction occupent une place importante et le choix même de considérer le texte littéraire dans un contexte mondialisé, comme produit de transferts culturels indéniables et comme objet à lire en articulant recherche en littérature et études culturelles (gender studies notamment), peut laisser songer à un présupposé comparatiste. Et, sur un tout autre plan, on notera la pertinence des références bibliographiques proposées – de Fiction et Dicton de Gérard Genette jusqu’à l’incontournable recension de Death of a Discipline de Gayatri Spivak par Tiphaine Samoyault – qui témoignent également du référentiel comparatiste des deux auteurs de ce guide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Rousselet, « Yves Chevrel, Yen Maï Tran-Gervat, Guide pratique de la recherche en littérature », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27667

Haut de page

Rédacteur

Cécile Rousselet

Cécile Rousselet est doctorante en littérature comparée sous la direction de Carole Matheron (Sorbonne Nouvelle) et Luba Jurgenson (Sorbonne Université). Elle enseigne la littérature à l’université et rédige une thèse sur « les personnages féminins face à l’histoire et à la mémoire dans les romans yiddish et russe entre 1930 et 1980 » avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. En 2018, elle a codirigé avec Fleur Kuhn-Kennedy Les Expressions du collectif dans les écritures juives d’Europe centrale et orientale, paru aux Presses de l’Inalco.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page