Navigation – Plan du site

Grey Anderson, La guerre civile en France, 1958-1962. Du coup d’État gaulliste à la fin de l’OAS

Nicolas Lepoutre
La guerre civile en France, 1958-1962
Grey Anderson, La guerre civile en France, 1958-1962. Du coup d'État gaulliste à la fin de l'OAS, Paris, La Fabrique, 2018, 304 p., trad. Éric Hazan, ISBN : 9782358721677.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Créée en 1961, l’OAS fut une organisation politique et militaire clandestine. Elle s’opposa violemm (...)

1Le 4 octobre 2018, le président de la République française, Emmanuel Macron, se plie à l’un des grands rituels de la Ve République : l’hommage à Charles de Gaulle. Il se rend à Colombey-les-Deux-Églises, lieu de naissance et de mort de son illustre prédécesseur, pour fêter les 60 ans de l’adoption de la Constitution actuelle par référendum. Au demeurant, le choix d’associer le général de Gaulle au 4 octobre 1958 plutôt qu’aux événements de mai 1958, qui le portent au pouvoir, n’est pas anodin. Le phénomène de l’oubli de mai 1958 – autrement dit, son occultation progressive – constitue ainsi le point de départ de l’ouvrage de Grey Anderson, historien américain spécialiste notamment de l’histoire politique et militaire de la France contemporaine. Dans La guerre civile en France, 1958-1962, ouvrage issu de sa thèse soutenue en 2016 à l’université de Yale, Grey Anderson propose le récit des quatre années qui séparent l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle de la fin de l’Organisation de l’armée secrète (OAS)1. Il y analyse la difficile affirmation du régime gaulliste et son travail concomitant de « neutralisation » (p. 15) du coup d’État de mai 1958.

2Dans cette recherche, Grey Anderson s’appuie entre autres sur de nombreux documents d’époque (principalement des communications officielles puisées dans différents fonds d’archives institutionnels et des articles de presse), sur la production écrite pléthorique des principaux acteurs politiques (particulièrement leurs mémoires), ainsi que sur les travaux les plus récents de ses confrères. Adoptant un plan chronologique, il montre comment Charles de Gaulle et ses partisans parviennent à déstabiliser le régime de la IVe République à la faveur des « événements » d’Algérie et à tirer profit du mécontentement d’une partie de l’armée qui se sent insuffisamment soutenue par le pouvoir politique. Le 13 mai 1958, les généraux d’Algérie forment un Comité de salut public appelant à la démission du gouvernement et à l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle : ce coup d’État permet à l’ancien héros de la Seconde Guerre mondiale de fonder la Ve République. Il s’émancipe toutefois rapidement des hauts gradés qui lui ont permis de s’imposer à la tête du pays et entre en négociation avec le mouvement indépendantiste algérien, le Front de libération nationale (FLN), suscitant de nouvelles tensions avec les partisans les plus acharnés de l’Algérie française. La rupture entre de Gaulle et cette frange de l’armée s’aggrave tout au long des années étudiées, jusqu’à se cristalliser autour d’une nouvelle tentative de coup d’État des généraux d’Algérie en avril 1961, qui échoue et les pousse à la formation d’une organisation terroriste : l’OAS. En 1962 néanmoins, de Gaulle parvient à la fois à mettre fin à la guerre en Algérie, qui devient indépendante, et à écraser définitivement l’OAS.

  • 2 En témoignent par exemple certains manuels d’histoire à destination des classes de première, tels q (...)
  • 3 Comme Léon Delbecque, ancien de la France libre nommé au cabinet du ministre de la Défense en 1958, (...)

3Si cet ouvrage semble à première vue très factuel, proposant une narration chronologique assez classique des événements, il met toutefois en avant de nombreux éléments fort intéressants. Ainsi, Grey Anderson montre bien comment les gaullistes tentent d’imposer un nouveau récit des événements de mai 1958 : ils ne cherchent pas à faire apparaître le général de Gaulle comme l’un des responsables de la chute de la IVe République, principal bénéficiaire du coup d’État, mais au contraire comme un arbitre, comme un rassembleur qui viendrait clore une période d’instabilité et sauver la France en péril. L’historien américain n’est certes pas le premier à révéler les modalités de l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle, mais l’entreprise n’en demeure pas moins nécessaire tant le discours public s’avère ambigu à son sujet2. Par ailleurs, le livre permet aussi de mieux comprendre la rapide dégradation, de prime abord surprenante, de ses relations avec les officiers qui l’ont porté au pouvoir : il montre que le général Salan est en réalité réticent à la perspective de former un Comité de salut public et que ce sont les gaullistes3 qui lui imposent l’idée d’un recours à de Gaulle. Plus largement, l’ouvrage met en lumière des intérêts parfois divergents au sein de nombreux groupes – qu’il s’agisse des militaires putschistes de 1958 ou des différentes factions de l’OAS. Ce sens de la nuance et l'attention systématiquement portée au contexte permettent alors à l’auteur d’analyser finement certains événements. Il en est ainsi de la réaction, relativement timide, du gouvernement face à l’insubordination des militaires en mai 1958 : loin de céder immédiatement, le gouvernement Pflimlin tente en réalité pendant plusieurs semaines de contrer l’action des militaires – même s’il refuse de s’appuyer sur le Parti communiste français en pleine guerre froide et de rompre ouvertement avec l’armée par peur de déclencher une guerre civile qu’il n’affronterait pas en position de force.

  • 4 Les effectifs français déployés en Algérie furent supérieurs à 450 000 soldats pendant la seconde m (...)

4On pourra sans doute regretter le choix de privilégier le récit sur l’argumentation, ceci d’autant plus que l’introduction et la conclusion de l’ouvrage n’apparaissent ni comme les passages les plus clairs, ni comme les plus convaincants. Grey Anderson défend en effet l’idée que « la violence coloniale et la modernisation sociale et économique » sont sous la IVe République « deux processus jumeaux » (p. 15), sans que cette thèse ne soit ensuite étayée dans l’ouvrage. De même, la thèse de l’invention par de Gaulle d’un clivage artificiel entre les « modernisateurs » (réalistes devant l’impossibilité de conserver l’Algérie et favorables à une politique d’indépendance nationale appuyée sur l’arme nucléaire) et les « traditionalistes » (incapables de tourner la page impériale, pervertis par l’OTAN et attachés à un folklore dépassé) aurait mérité d’être appuyée par une analyse plus approfondie des discours du pouvoir. Enfin, dans la conclusion, le lien de causalité directe entre mai 1958 et « la politique étrangère militariste » (p. 313) de la France mériterait d’être plus longuement interrogé : est-il question d’aller jusqu’à interpréter les interventions militaires françaises récentes, telles que les opérations Barkhane ou Chammal, comme autant de formes de néocolonialisme ? S’agit-il d’affirmer que le concept de guerre révolutionnaire mobilisé par les militaires français d’Indochine et d’Algérie – et dont l’auteur souligne à juste titre la « longue vie » (p. 308) – serait toujours d’actualité ? Sans rejeter d’emblée la thèse de l’historien américain, force est de constater que les contextes politiques et les moyens humains engagés sur le terrain sont peu comparables4.

5Ces quelques faiblesses, peut-être explicables par le format plutôt court de l’ouvrage, sont toutefois largement compensées par son accessibilité – et n’empêchent aucunement la thèse de Grey Anderson d’emporter la conviction de ses lecteurs. De plus, les parallèles dressés par l’auteur s’avèrent riches en perspectives : la normalisation des législations d’exception à la fin de la guerre d’Algérie résonne aujourd’hui indéniablement en écho avec l’intégration dans le droit commun de dispositions liées à l’état d’urgence de 2015.

Haut de page

Notes

1 Créée en 1961, l’OAS fut une organisation politique et militaire clandestine. Elle s’opposa violemment aux négociations engagées entre le gouvernement français et les nationalistes algériens sur la question de l’indépendance de l’Algérie. Active jusqu’en 1962, elle commit de nombreux attentats et tenta à plusieurs reprises d’assassiner le général de Gaulle, de même que d’autres personnalités politiques de premier plan.

2 En témoignent par exemple certains manuels d’histoire à destination des classes de première, tels que celui des éditions Belin, mentionnant pudiquement les « événements d’Alger » à l’issue desquels le général de Gaulle est « appelé au pouvoir », mais n’explicitant jamais les manœuvres de déstabilisation des précédents gouvernements par les gaullistes, ni la formation du Comité de salut public ou le projet militaire de prise de contrôle de Paris par la force (opération Résurrection). Seuls quelques documents, peu commentés, y laissent entrevoir l’existence d’une opposition à Charles de Gaulle (voir Colon David (dir.), Histoire 1re L, ES, S. Nouvelle édition, Paris, Belin, 2015).

3 Comme Léon Delbecque, ancien de la France libre nommé au cabinet du ministre de la Défense en 1958, ou encore Jacques Soustelle, qui fut gouverneur général de l’Algérie entre 1955 et 1956.

4 Les effectifs français déployés en Algérie furent supérieurs à 450 000 soldats pendant la seconde moitié de la guerre. Pour ce qui est de l’opération Chammal, en février 2018 le ministère de la Défense a avancé le chiffre de 1 100 militaires français mobilisés (dossier de présentation consulté le 23 octobre 2018 sur le site du ministère : https://www.defense.gouv.fr/operations/chammal/dossier-de-presentation/operation-chammal).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Grey Anderson, La guerre civile en France, 1958-1962. Du coup d’État gaulliste à la fin de l’OAS », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 23 octobre 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27863

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page