Navegación – Mapa del sitio

Géraldine Farges, Pierre Guidi et Julie Métais (dir.), « Les conditions enseignantes », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs

Igor Martinache
Les conditions enseignantes
Géraldine Farges, Pierre Guidi, Julie Métais (dir.), « Les conditions enseignantes », Cahiers de la recherche sur l'éducation et les savoirs, n° 17, 2018, 308 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-2456-5.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Mattea Battaglia et Camille Stromboni, « Ecole : le contenu du projet de loi Blanquer », Le Monde, (...)
  • 2 Voir l’analyse qu’en a réalisée la Fédération syndicale unitaire.
  • 3 Voir par exemple François Jarraud, « Que sait-on du temps de travail des enseignants ? », Le Café p (...)
  • 4 Ce dont convient même la presse patronale, voir par exemple Héloïse de Neuville, « Salaire des prof (...)

1Si elles et ils ont parmi leurs prérogatives celle de transmettre des consignes, les enseignant.e.s sont également l’objet de nombreuses injonctions passablement contradictoires. En témoigne la disjonction entre l’intitulé et le contenu du projet de loi présenté récemment par le ministre de l’Éducation français, Jean-Michel Blanquer1 et rejeté par le Conseil supérieur de l’éducation (CSE), « Pour une école de la confiance », qui renforce paradoxalement le contrôle dans la transmission des savoirs et la formation des enseignant.e.s2. Alors que la profession d’enseignant.e fait partie de celles dont le temps de travail contraint est les plus faibles, ce qui n’est pas sans occasionner certaines jalousies, celles et ceux qui la pratiquent dépassent en réalité largement la durée de travail légale comme le confirment les enquêtes qui se succèdent sur la question3. De même, il existe un large consensus autour de la faiblesse relative des rémunérations des enseignant.e.s, contribuant au déficit d’attractivité actuelle de ce métier4. Néanmoins, la condition enseignante ne se résume pas à ces seuls aspects quantitatifs et nécessite des investigations plus approfondies, ainsi que des comparaisons car la première interrogation qui se pose concerne l’homogénéité de la profession au-delà de son intitulé unificateur. En optant pour le pluriel dans le titre de ce dossier, ses coordinatrices.eurs ont d’emblée choisi d’insister sur la diversité et la complexité des contextes de l’enseignement dans le temps, l’espace, mais aussi en fonction des filières et des niveaux d’éducation en la matière. Un sentiment que confirment les différentes contributions réunies.

2Ester Botta Somparé et Abdoulaye Wotem-Somparé nous emmènent ainsi d’emblée au Niger où les grèves se succèdent dans l’éducation depuis le début de l’année 2017 pour demander une revalorisation salariale et statutaire. Ces tensions résultent directement de la concomitance entre une forte hausse des taux de scolarisation lors des trois dernières décennies concomitamment à la mise en œuvre des Plans d’ajustement structurels synonymes de restrictions budgétaires. À partir de leurs entretiens dans différentes écoles du pays, les auteur.e.s confirment ainsi le profond mécontentement des enseignant.e.s et mettent en évidence les stratégies qu’elles et ils mettent en œuvre pour pallier leur manque de ressources, à commencer par l’exercice d’activités complémentaires. Paradoxalement, en milieu urbain notamment, cela les conduit à concurrencer le service public défaillant par la fourniture de cours particuliers privés qui répondent à une forte demande des familles pour une éducation de qualité mais accroît dans le même temps les inégalités d’accès à cette dernière. Une situation qui dépasse largement le cas de ce pays africain.

3Pierre Périer présente quant à lui dans son article les résultats d’une enquête par questionnaires auprès d’étudiant.e.s en dernière année de Licence dans trois grandes villes françaises quant à leur projection ou non dans le métier d’enseignant.e. Il confirme ce faisant l’existence de différences en termes d’origine sociale et de motivations entre celles et ceux qui se destinent respectivement au premier et au seconde degré mais envisage également en conclusion un possible élargissement du recrutement social des professeur.e.s à même de réduire la distance sociale entre ces dernier.e.s et leurs élèves.

4Retour en Afrique, au Niger cette fois, avec la contribution d’Aissata Assane Igodoe, qui s’intéresse aux attentes contradictoires de la part des autorités et des parents d’élèves vis-à-vis des enseignantes dans un contexte de redéploiement de la profession éducative vers les campagnes et de volonté d’accroître la scolarisation des filles. La sociologue montre ainsi que l’identification dominante comme « épouse » et « mère » protège encore les femmes contre des mutations en milieu rural, mais que cette identification peut également jouer en leur défaveur quand elles s’écartent un tant soit peu de ces rôles sociaux.

5Elle-même professeure au collège, Virgiie Volf propose pour sa part de contribuer à la réflexion autour de la distinction entre les identités professionnelles des enseignant.e.s des premier et second degré en France à partir d’une démarche originale : l’observation des conseils école-collège créés par la loi du 8 juillet 2013 complétée par différents entretiens. Elle montre ainsi que tant les « logiques d’acteurs » que les identifications subjectives continuent bel et bien à distinguer ces deux groupes, en dépit de la volonté d’abolir les hiérarchies subsistantes entre leurs statuts et l’affirmation d’objectifs partagés, à commencer par celui de contribuer à former de futur.e.s citoyen.ne.s au-delà du cadre scolaire. Un article en espagnol de Valeria Rebolledo et Elsie Rockwell porte quant à lui sur la question de la diversité linguistique à partir d’observations menées au sein d’une école « unitaire » de la communauté indigène de San Isidro, dans l’État mexicain de Oaxaca. Les chercheuses mettent ce faisant en évidence que si la mise en place d’« espaces de plurilinguisme » complexifie le travail des enseignant.e.s, elle permet néanmoins de briser en partie la « relation impersonnelle » avec le savoir qui caractérise la forme scolaire traditionnelle. Elles appellent ainsi après d’autres à développer les travaux pour trouver d’autres conditions permettant une « co-construction quotidienne [des connaissances] qui tend à transformer les normes scolaires en expériences vécues au sein des écoles » (p. 140).

  • 5 70% des répondant.e.s se déclarent « souvent ou toujours » débordé.e.s et 3% seulement « jamais ».

6Romuald Bodin, Mathias Millet et Émilie Saunier présentent ensuite les résultats d’une enquête originale sur l’enseignement à l’Université à partir d’une étude mêlant un volet quantitatif (administration de questionnaires) et qualitatifs (entretiens et observations de situations d’enseignement). Le trio de sociologues objective ainsi la « triple contrainte » qui pèse sur ces enseignant.e.s entre enseignement, recherche et tâches administratives, à l’origine d’un sentiment extrêmement fréquent de débordement5, mais montre également que les deux premières activités se nourrissent réciproquement bien plus qu’elles ne s’opposent aux yeux des enquêté.e.s, et mettent en évidence des différences selon la discipline dans les dispositifs pédagogiques et d’évaluation mobilisés.

  • 6 Pour plus de détails, voir les résultats complets de l’enquête dans Stéphan Mierzejewski, Sylvain B (...)

7La contribution d’Anna Mesclon propose pour sa part de s’arrêter sur l’opération « Collège au cinéma » mis en place il y a une trentaine d’années et montre ainsi le malentendu existant entre les intervenant.e.s, professionnel.le.s ou bénévoles, extérieurs qui forment les professeur.e.s en amont à l’analyse des films proposés et ces derniers quant aux finalités d’un tel dispositif : alors que les premiers sont animés par une approche esthétique cherchant ainsi à promouvoir « l’art pour l’art », les seconds cherchent au contraire à faire de ces séances un support pédagogique rattaché aux contenus à transmettre dans leurs disciplines. Un cas qui illustre la difficulté récurrente de l’institution scolaire à s’ouvrir sur la Cité en dépit d’injonctions répétées et suggère qu’elle ne tient pas qu’à ses propres agent.e.s. Le dernier texte, rédigé par Stéphan Mierzejewski, Sylvain Broccholichi, Christophe Joigneaux et Rémi Sinthon s’appuie sur les résultats d’une vaste enquête longitudinale, quantitative et qualitative, engagée à partir de 2010 auprès de jeunes professeur.e.s des écoles entrant dans le métier6. Ils mettent ce faisant en évidence le fossé croissant entre les injonctions adressées à ces professionnel.le.s et les réalités de leur pratique. Celui-ci occasionne un « choc de réalité » qui amène ces jeunes à rabattre fortement leurs ambitions et adopter des positionnements qu’elles et ils critiquaient fortement auparavant pour s’adapter. Confronté.e.s à la précarité de leurs postes et à la dépendance fonctionnelle vis-à-vis des routines de fonctionnement mises en place dans les écoles où elles et ils sont affecté.e.s, ces professeur.e.s de primaire « perdent alors plus ou moins vite l’espoir de "faire mieux que leurs aînés" et consentent à des accommodements qu’ils réprouvaient initialement » (p. 211). Reste à savoir si ce « choc » tend ensuite à se résorber avec l’expérience acquise ou se traduit au contraire par une démobilisation durable, suivant des variables que les auteurs espèrent pouvoir isoler par la suite.

  • 7 Voir par exemple, parmi une littérature déjà relativement abondante sur la question, Romain Delès, (...)

8En faisant varier méthodes de recherche et contextes d’enseignement, ce dossier parvient bel et bien à mettre en évidence la grande complexité et diversité des dimensions en jeu derrière la question des conditions enseignantes. Plus encore, loin de clore cette dernière, il ouvre au contraire de nombreuses pistes d’approfondissement et invite à analyser conjointement le contexte réglementaire et matériel du métier d’enseignant.e avec les dispositions incorporé.e.s par ses praticien.ne.s au cours de leur socialisation antérieure, sans oublier les élèves. S’agissant de ces derniers, qui apparaissent trop souvent comme un angle mort dans certaines des contributions regroupées dans ce numéro, on peut également lire avec profit l’article hors-dossier de Florian Olivier qui livre les résultats d’une enquête par questionnaire menée auprès d’étudiant.e.s de différentes filières et positions dans leur cursus quant à leurs attentes vis-à-vis de leur formation. Il bat ainsi en brèche la thèse d’une généralisation d’un rapport utilitariste aux études, notamment de la part d’étudiant.e.s d’origine populaire, en montrant que les motifs « émancipateur » et « hédoniste » occupaient également une place importante dans leurs préoccupations déclarées. Si là encore ces résultats appellent de plus amples investigations, ils n’en soulèvent pas moins des questions importantes quant à la construction des cursus et l’invocation toujours plus forte de la professionnalisation de la part de leurs concepteurs7. Les plus utilitaristes – et finalement les plus « myopes » - ne sont ainsi pas forcément où on le pense.

Inicio de página

Notas

1 Mattea Battaglia et Camille Stromboni, « Ecole : le contenu du projet de loi Blanquer », Le Monde, 13 octobre 2018.

2 Voir l’analyse qu’en a réalisée la Fédération syndicale unitaire.

3 Voir par exemple François Jarraud, « Que sait-on du temps de travail des enseignants ? », Le Café pédagogique, 11 mai 2018.

4 Ce dont convient même la presse patronale, voir par exemple Héloïse de Neuville, « Salaire des profs : le grand bluff de Blanquer », Challenges, 18 septembre 2018.

5 70% des répondant.e.s se déclarent « souvent ou toujours » débordé.e.s et 3% seulement « jamais ».

6 Pour plus de détails, voir les résultats complets de l’enquête dans Stéphan Mierzejewski, Sylvain Broccholichi et Christophe Joigneaux, Le Parcours du débutant. Enquêtes sur les premières années d’enseignement à l’école primaire, Arras, Presses universitaires de l’Artois, 2018.

7 Voir par exemple, parmi une littérature déjà relativement abondante sur la question, Romain Delès, « Le projet professionnel des étudiants : outil de professionnalisation ou injonction ? », Education et sociétés, vol. 39, n°1, 2017, pp. 169-183.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Igor Martinache, « Géraldine Farges, Pierre Guidi et Julie Métais (dir.), « Les conditions enseignantes », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 26 octubre 2018, consultado el 21 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27885

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página