Navigation – Plan du site

Anne-Catherine Wagner, Vers une Europe syndicale. Une enquête sur la Confédération européenne des syndicats

Marie Cartier
Vers une Europe syndicale
Anne-Catherine Wagner, Vers une Europe syndicale. Une enquête sur la Confédération européenne des syndicats, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2005, 160 p., EAN : 9782914968102.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la « mondialisation » est souvent perçue comme un ensemble de forces abstraites s'imposant aux sociétés nationales, A-C. Wagner envisage ce processus en termes de rapports sociaux : après avoir étudié dans un précédent ouvrage l'internationalisation des élites dirigeantes et du pouvoir économique et financier, elle s'est intéressée au syndicalisme européen. Comment fonctionne-t-il et pour quels résultats ? Tout autant que l'Europe politique, l'Europe syndicale est mal connue et souvent décriée. Cet ouvrage met de côté les débats idéologiques et les jugements de valeur pour observer ce que sont les institutions syndicales européennes, qui sont leurs acteurs et ce qu'ils font et notamment comment ils s'efforcent de surmonter ces obstacles à la construction d'une solidarité transnationale que sont la diversité des langues et des cultures syndicales mais aussi la concurrence par rapport à l'emploi entre salariés de divers pays.

2L'enquête de terrain, menée dans plusieurs sites (sièges des confédérations et fédérations syndicales françaises, Confédération européenne des syndicats à Bruxelles, locaux syndicaux d'entreprises, manifestations européennes) combine entretiens approfondis avec des syndicalistes et observation directe (réunions internationales, sessions de travail, séances de formation syndicale sur l'Europe). Ce dispositif permet d'objectiver les spécificités du travail syndical européen (contraintes et marges de manœuvre, trajectoires des acteurs, ressources mobilisées, modes d'action) et de comprendre la genèse des critiques dont il fait l'objet.

3Depuis sa création en 1973, la Confédération européenne des syndicats, en partie financée par la Commission Européenne, a pour mission de représenter les intérêts des travailleurs dans l'élaboration de la politique sociale européenne. Elle a ainsi contribué à faire intégrer la Charte des droits fondamentaux au projet de traité constitutionnel européen. Mais comme il s'agit d'un domaine dans lequel l'Union Européenne n'a que peu de prérogatives, la CES est un « partenaire social » aux moyens d'action par définition limités. Le syndicalisme européen par exemple ne peut pas intervenir dans le domaine des rémunérations qui reste du ressort des Etats. Située à Bruxelles, dans un bâtiment dont le décor aseptisé fait peu de place aux affiches militantes, la CES organise des réunions auxquelles le recours à des interprètes professionnels comme la recherche systématique du consensus impriment une tonalité diplomatique et un rythme très lent.

4C'est avec cet univers déroutant que des militants d'expérience et de confiance, mandatés pour représenter leur organisation dans les instances européennes, doivent se familiariser. Alors que les élites sont préparées à maîtriser cet espace international, ces syndicalistes ne deviennent européens qu'au prix d'un patient travail sur soi : apprentissage des codes des institutions européennes mais aussi des spécificités nationales en matière de relations professionnelles, acquisition de compétences linguistiques, développement de liens par delà les diverses centrales d'appartenance, mise à distance des catégories de pensée et d'action nationales. Les dispositions internationales qu'ils acquièrent progressivement sont différentes de celles des dirigeants internationaux. Les langues sont apprises de façon autodidacte et la familiarité avec d'autres cultures se nourrit de l'expérience de l'immigration, de l'exil politique ou encore d'une pratique professionnelle de la mobilité géographique. Mais les réussites de ce travail syndical européen en constituent aussi les limites. Ainsi, des ressources militantes internationales comme la capacité à s'inscrire dans une relation d'égalité avec les dirigeants ou la capacité à relativiser la concurrence intersyndicale éveillent dans les appareils nationaux suspicion et critiques envers le « tourisme syndical » et les « syndicalistes institutionnels », « trop proches de la direction ».

5Dans la confrontation entre pays inégalement riches et entre syndicats dont la force et la légitimité se mesurent de façon différente (faible en nombre d'adhérents, le syndicalisme français revendique sa force militante et combative), s'affirme la prééminence du syndicalisme allemand et d'un modèle syndical privilégiant la coopération avec le patronat et le pouvoir politique, et l'expertise en lien avec la technicité croissante du travail syndical européen. Aux côtés des syndicalistes issus des appareils militants, plutôt des hommes aux environs de la cinquantaine et d'origine populaire, apparaissent de plus en plus de jeunes experts (souvent des femmes issues des classes moyennes intellectuelles), recrutés pour leurs compétences universitaires. A l'opposé de cette tendance à la professionnalisation du syndicalisme européen, les Comités d'entreprise européens institués par une directive communautaire de 1994 ont entraîné l'accroissement du nombre de syndicalistes conduits à participer aux activités européennes alors même qu'ils n'en avaient guère l'expérience.

6Les Comités d'entreprise européens donnent à voir tout à la fois l'ampleur des obstacles que doit surmonter le mouvement syndical européen et les ressources nouvelles dont il peut se saisir. L'internationalisation de l'économie a renforcé les rapports de domination dans les entreprises et ces institutions, destinées à permettre l'information et la consultation des salariés à l'échelle européenne, ont souvent été captées par les directions. Fragilisés par les difficultés de communication entre des délégués ne parlant pas la même langue et n'ayant pas les mêmes pratiques de représentation des salariés (la notion même d'“information et consultation” ne signifie pas la même chose d'un pays à l'autre) et par la méfiance entre des salariés qui se sentent en concurrence par rapport à l'emploi, les comités d'entreprise européens ont souvent vu leur rôle réduit à celui d'une simple “chambre d'enregistrement” des stratégies patronales. Raillées pour le faste dont on y entoure les syndicalistes au point de les empêcher de faire leur travail, ces institutions suscitent tout particulièrement la méfiance des syndicalistes français à cause de leurs prérogatives peu claires, mais aussi parce qu'elles heurtent le schème profondément ancré de la division syndicale en obligeant par exemple les différentes centrales à coopérer pour désigner un seul et même représentant français. Cependant, les comités d'entreprise européens illustrent aussi la possible appropriation militante des instances européennes. Ils permettent en effet l'activation des ressources liées à l'immigration. On peut citer le cas de ce militant de la CGT d'origine portugaise contacté par le secrétaire du comité d'entreprise européen d'un grand groupe afin d'aider à trouver un délégué portugais plus “fiable” que le non syndiqué que la direction cherche à imposer. Ils favorisent surtout la création de nouveaux liens de sociabilité et de solidarité internationale. La participation à ces réseaux peut conférer une autorité nouvelle face aux patrons locaux comme ouvrir l'accès à de nouvelles sources d'information. Elle rend surtout possible des mobilisations internationales qui, sans les institutions européennes, ou plus précisément, sans l'appropriation militante de ces institutions, seraient restées improbables. Les grèves et manifestations européennes organisées suite à l'annonce de la fermeture de Renault-Vilvorde en 1997 en ont donné l'exemple,

7Analyse nuancée d'institutions européennes d'autant plus critiquées qu'elles sont peu familières, cet ouvrage propose une sociologie du syndicalisme européen qui évite la dénonciation comme la célébration. Mettant au jour avec finesse les nouvelles ressources militantes internationales qu'élaborent progressivement les syndicalistes européens, il attire en même temps l'attention sur les processus qui, tels la professionnalisation des acteurs de la Confédération européenne des syndicats ou les usages patronaux des Comités d'entreprise européens tendent à couper ce syndicalisme de ceux dont il est censé défendre les intérêts. L'élargissement de l'enquête centrée sur des syndicalistes français à des syndicalistes d'autres pays permettrait sans doute d'étayer encore davantage cette remise en cause des cadres de pensée nationaux, qui est un des principaux apports du syndicalisme européen comme de ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Cartier, « Anne-Catherine Wagner, Vers une Europe syndicale. Une enquête sur la Confédération européenne des syndicats », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 13 mars 2006, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/279

Haut de page

Rédacteur

Marie Cartier

Marie Cartier est maître de conférences à l'Université de Nantes. Elle est l'auteure de Les facteurs et leur tournée. Un service public au quotidien (La Découverte, 2003).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page