Navigation – Plan du site

Jean-François Bert, Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer

Sophie Maunier
Comment pense un savant ?
Jean-François Bert, Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer, Paris, Anamosa, 2018, 221 p., ISBN : 979-10-95772-44-6.
Haut de page

Texte intégral

1C’est un petit livre plaisant tant à lire qu’à feuilleter que nous proposent les éditions Anamosa avec la publication de Comment pense un savant ? de Jean-François Bert. Avec son style alerte, l’auteur nous entraîne dans les méandres de la pensée d’un savant suisse du 18e siècle, Georges-Louis Le Sage (ou Lesage), réputé pour l’abondance de ses archives qui ont la particularité d’être constituées de 35 000 cartes à jouer. Ces dernières sont classées par sujets dans des sachets, eux-mêmes rangés dans des caissettes en bois numérotées. Pourquoi se pencher sur un tel savant davantage connu pour ses archives que pour ses découvertes et rares écrits ?

  • 1 Pour une réflexion pour la pensée par cas, nous renvoyons les lecteurs aux ouvrages suivants : Pass (...)

2Au-delà de l’intérêt purement historique consistant à découvrir la vie et la pensée d’un savant au sein de la communauté scientifique genevoise de cette époque, Bert entend décrire la science en train de se faire dans l’infraordinaire, au ras de l’écrit, à partir d’un cas1, Le Sage. Dans cet objectif, l’auteur a lu « ses milliers de cartes au plus près des inscriptions du physicien en se concentrant sur celles qui donnent à voir ses habitudes de travail et de pensée » (p. 27), sans que nous en sachions plus sur la méthodologie suivie. Ce qui donne un livre que Bert qualifie lui-même de montage et de mille-feuillage, dans lequel s’entrelacent les citations nombreuses de Le Sage, au risque de paraître anecdotique. De ce fait, notre compte-rendu reflète les partis pris de l’auteur dont l’ouvrage s’apparente à un récit sociobiographique.

  • 2 Cf. un autre ouvrage de l’auteur sur la question : Bert, J.-F. (2017). Une histoire de la fiche éru (...)

3Le Sage n’est pas le seul à utiliser des cartes pour prendre des notes, rassembler des idées ou références. C’est une pratique plutôt commune du fait du format pratique de la carte, facilement transportable dans une poche2. Son originalité provient de la systématicité de l’usage de la carte pour répertorier et accumuler ses pensées, digressions, références, aigreurs, récits biographiques, sentiments, émotions, état physique tout le long qu’a duré son archivage, soit environ cinquante ans. Le Sage va se perdre dans son usage intensif de la carte, au point de ne rien avoir ou peu écrit (deux ouvrages). Ses contemporains déploraient son goût pour les détails épars et les questions sans fin, au point de l’affubler de quolibets tels que « cribleur » ou « ficheur ». D’ailleurs Le Sage lui-même se questionne sur ses pratiques et s’interroge sur son statut : est-il un savant ou pas ?

4Le Sage se voyait en nouveau Newton. Il se cherche une étiquette et finit par se décrire comme un « démocrito-baco-newtonien » (p. 82). Le Sage n’est pas un savant humble : curieux certes, mais aussi (surtout ?) imbu de sa personne, orgueilleux et obstiné. Sa renommée est faible à son vivant malgré une correspondance nourrie. Il s’efforce de défendre sa théorie de la gravité qu’il voulait comme une autre voie que celle proposée par Newton. Quand il publie à compte d’auteur son livre soutenant sa théorie gravitationnelle, un silence, vécu comme un mépris de la part des savants avec lesquels il correspond, le déprime. Il se querelle à propos d’une accusation de plagiat. Ce qui le pousse à accroître encore son fichage, afin d’avoir des informations exactes et datées à portée de mains. Lui-même a peur d’être plagié et il adopte pour se défendre une série de stratégies comme ne plus faire état de ses découvertes lors des conversations mondaines ou dans sa correspondance. Il plaide pour l’existence d’un droit de propriété (nous dirions droit d’auteur aujourd’hui) avant la lettre.

5Le Sage tente de comprendre sa vie savante au regard de sa vie tout court. Il s’épanche sur sa situation et va jusqu’à s’interroger sur l’« histoire de [ses] conjectures successives [qui] sont la cause de [son] peu de succès » (p. 32). Il se lance dans ce qu’il va appeler tour à tour une « noogénie » et une « idioautobiographie », afin d’établir le processus et les moyens par lesquels un savant produit des découvertes. Ainsi, pour Le Sage, connaître les ratés favorise la découverte et l’innovation.

6Pour approfondir ses réflexions sur ce qu’est un savant et ce qui le caractérise, Le Sage dévoile ses manières de penser, de faire et finalement d’être au gré des cartes. Le savant sans attache n’existe pas. Aussi Le Sage s’épanche sur ses liens avec le microcosme savant genevois, ainsi qu’avec ses parents et s’appesantit sur son enfance. De ses liens avec le milieu intellectuel genevois, Le Sage évoque un isolement de plus en plus prononcé. Il déplore la « petitesse » de ce milieu tout en se conformant à ses rituels pour « ménager les amours-propres de certaines familles, qui se croyaient supérieures aux autres » (p. 47). Les listes de noms de ses correspondants et fréquentations témoignent des amitiés devenues inimitiés par les noms raturés. Le Sage n’est guère plus tendre avec sa famille quand il aborde l’influence de ses parents pour saisir ce qui fait de lui un savant. De son père, il reproche le peu de rigueur et de constance, un enseignement décousu. Et selon lui, la discipline imposée par sa mère a rendu difficile son développement physique.

7Pour Le Sage, faire de la science c’est se poser des questions et tenter d’y répondre en formulant des hypothèses, qui doivent être nettes. S’il recourt à l’expérimentation, il procède également par analogie. Comme le souligne Bert, « le mot de ‘ tâtonnement ’résume parfaitement ce rapport particulier de Le Sage avec la méthode scientifique » (p. 176), qui ne se réduit pas à « une stricte application de la raison, à la seule accumulation des faits, ou encore à la multiplication de démonstrations mathématiques » (p. 176). Une place doit être laissée à l’imagination.

8Le choix des mots, la recherche de la justesse de leur utilisation, tout comme les questionnements tournent à l’obsession chez Le Sage. Tout en circonscrivant ce qui définit un savant – curiosité, attention, justesse d’esprit- en suivant le modèle de Newton, Le Sage fustige les savants qui se regardent « les uns les autres comme des rivaux dans la carrière de la fortune et des distinctions plutôt que comme des émules dans la recherche de la vérité » (p. 74-75). De même, « [il s’]aperçoi[t] que la plupart des physiciens modernes sont plus habiles à saisir le vice des hypothèses qu’on leur présente qu’à imaginer de nouvelles « (p. 174). Il se plaint des jeunes qui ne cherchent plus à comprendre, dédaignent les gros ouvrages et tendent à mettre « un peu de tout partout » (p. 174). Les cartes de Le Sage, tout de fiel remplies, rendent compte de l’amertume et de l’aigreur accumulée au fil des ans, au fur et à mesure de son isolement croissant.

9Le Sage est, pour Bert mais également aux yeux de ses contemporains, un ficheur plus qu’un écrivain. Ses écrits sont forcément fragmentaires du fait du support choisi. Et si Le Sage voyait dans les fiches un moyen simple de consigner références et réflexions, il se retrouve submergé par la tâche fastidieuse du classement et de l’organisation physique de ses fiches. Les cartes sont réparties dans trois types de sachets : celui qui rassemble les citations et extraits historiques provenant d’hommes morts; un autre associe les extraits et citations d’auteurs contemporains; le dernier sachet accumule les cartes sur lesquelles Le Sage retranscrit ses propres réflexions. Mais Le Sage s’éparpille du fait de l’hétérogénéité de ses réflexions et de ses perpétuels questionnements. Alors, celui-ci passe tout son temps à classer, empaqueter, étiqueter, d’autant qu’il modifie sans cesse ses choix de classification et de nomination selon les pensées du moment, comme le montrent les changements de titres sur les sachets, les ratures et les reprises. Et non seulement il passe un temps fou au fichage, il y laisse aussi peu à peu sa santé, au point de perdre la vue et sa santé mentale.

10L’ouvrage de Bert, bien documenté, original, tant par sa facture que son sujet, nous livre le portrait d’un savant par lui-même, tout « en fragments et lambeaux » (p. 209) et dont les cartes illustrent une époque et un milieu. Centré sur Le Sage et ses cartes, l’ouvrage ne relève pas de l’histoire ou de la sociologie des sciences. C’est au lecteur de s’emparer (ou non) du cas Le Sage pour nourrir sa réflexion épistémologique personnelle.

Haut de page

Notes

1 Pour une réflexion pour la pensée par cas, nous renvoyons les lecteurs aux ouvrages suivants : Passeron, J.-C et Revel, J. (2005). Penser par cas. Paris : EHESS. Becker, H. (2014). La bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales. Paris : La Découverte.

2 Cf. un autre ouvrage de l’auteur sur la question : Bert, J.-F. (2017). Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne. Compte rendu du livre par Louis Georges : https://journals.openedition.org/lectures/22525

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Jean-François Bert, Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 octobre 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27935

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page