Navigation – Plan du site

Olivier Fillieule, Isabelle Sommier (dir.), Marseille années 68

Maxime Launay
Marseille années 68
Olivier Fillieule, Isabelle Sommier (dir.), Marseille années 68, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 594 p., ISBN : 9782724622256.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rioux Jean-Pierre, « Un cinquantenaire couleur de muraille », Le Débat, 2018/4 (n° 201), p. 139-148 (...)

1Alors que le cinquantenaire de Mai 68 s’achève, les multiples publications qui ont émaillé l’année 2018 illustrent que, si la commémoration de l’événement reste difficile et sa mémoire s’épuise un peu plus à chaque décennie1, le travail des chercheurs en sciences sociales se poursuit quant à lui, à l’aide de méthodes et de sources renouvelées. À ce titre, le renouvellement des générations de chercheurs n’y est peut-être pas pour rien.

  • 2 Projet blanc-2012-SOMBRERO, SOciologie du Militantisme, Biographies, REseaux, Organisations. Voir h (...)
  • 3 Collectif de la Grande Côte, Lyon en luttes dans les années 68. Lieux et trajectoires de la contest (...)
  • 4 Voir également Dormoy-Rajramanan Christelle, Gobille Boris et Neveu Érik (dir.), Mai 68 par celles (...)
  • 5 Zancarini-Fournel Michelle, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008.

2Rassemblement de politistes et de sociologues, Marseille années 68 représente l’aboutissement d’un vaste projet de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche2 consacré à cinq métropoles régionales (Lille, Lyon, Nantes, Rennes et Marseille) qui doivent, au terme du projet, toutes faire l’objet d’une publication3. Mobilisant cinq laboratoires de recherche et une trentaine de chercheurs, cette enquête de grande ampleur trouve ici sa déclinaison marseillaise. Rompant avec une histoire qui a été longtemps écrite par ses témoins attitrés, ce travail prend le pari que cinquante ans après l’événement, il est possible de proposer une analyse sociologique de 68, bénéficiant d’archives foisonnantes et plus accessibles, ainsi que de témoignages oraux encore disponibles4. Les anonymes, les humbles, les oubliés, retrouvent ici un visage, une parole et une logique d’action, les auteurs se donnant pour objectif d’aller contre le sens commun sur Mai 68 (un événement parisien, étudiant et festif), ce qui les amène à porter leur regard vers des luttes polymorphes, décloisonnées et décalées géographiquement. En cela, cet ouvrage invite à décentrer le regard en changeant tant l’échelle du temps que celle de l’espace observé, une approche désormais privilégiée depuis plus d’une dizaine d’années par une historiographie appelant à dépasser l’analyse du seul « Mai français »5.

  • 6 Sur l’importance des archives des autorités voir 68, les archives du pouvoir, catalogue de l’exposi (...)

3L’originalité de cette enquête tient plutôt à ses sources, en ce qu’elle permet de retracer une perspective historique et d’en livrer ensuite une analyse tant quantitative que qualitative. Le dépouillement des archives déclassifiées des Renseignements généraux, associées aux fonds recueillis auprès des militants, celles des associations et syndicats et enfin celles des institutions comme le cabinet du préfet et celui du maire démontrent, s’il était encore nécessaire, que l’ouverture des archives publiques permet non seulement de mieux documenter l’objet étudié mais aussi de renouveler son analyse6. À ces archives inédites s’ajoutent les sources orales, fondées sur un corpus de soixante entretiens biographiques avec des militants et militantes ordinaires, interrogé selon la méthode du récit de vie. Ils se répartissent en trois grands groupes qui posent le cadre de l’ouvrage : les syndicalistes, les militants des gauches alternatives et les féministes.

  • 7 Dans ce travail de contextualisation on peut regretter l’absence de référence au travail d’Anne-Lau (...)

4Délaissant le récit des événements du Mai 68 marseillais, les auteurs se proposent d’analyser ces trois familles militantes en les resituant dans un contexte socio-politique élargi aux années 1968. Si le choix discutable d’écarter les principaux partis de gauche de l’enquête (le Parti socialiste, bien que parti de gouvernement, n’a-t-il pas su attirer en partie les aspirations et les militants soixante-huitards autour de son programme adopté en 1972 ?), les auteurs ont préféré, face à l’océan des matériaux accumulés, offrir une connaissance synthétique des mouvements et organisations d’une période effervescente au sein de l’extrême gauche. Refusant en effet de verser « dans l’ambition illusoire de l’exhaustivité » (p. 22), ils parviennent toutefois à brosser le contexte marseillais dans le premier chapitre, soulignant l’importance du clivage entre le « système-Defferre » et l’implantation forte mais en déclin du Parti communiste7. La crise économique qui frappe précocement la ville, conséquence des effets combinés de la décolonisation et de la désindustrialisation, déstabilise une CGT jusqu’alors dominante, fragilisée par la mutation des systèmes productifs et concurrencée par des groupes d’extrême gauche. La convergence entre les nouvelles luttes portant sur les immigrés (chapitre 5) et les droits des femmes (chapitre 6), ne se fait pas aisément. Le panorama dressé de cette gauche anticapitaliste indique que si le PSU et la LCR demeurent faibles, les groupes comme Révolution ! et le Parti communiste marxiste-léniniste sont très présents et sur de très nombreuses luttes. L’exemple de la lutte antimilitariste montre cependant que, si elle fut la spécialité de la LCR, elle sut faire converger ponctuellement d’autres organisations comme la CFDT, l’UNEF et d’autres partis de gauche. Plus généralement ces années 68 se distinguent par le caractère initiateur des mobilisations locales, à l’instar de l’ampleur des MLAC et du rôle crucial des universités d’été homosexuelles.

5Le livre, ce n’est pas la moindre de ses qualités, propose au-delà de la présentation des sources et de la bibliographie en fin d’ouvrage, des annexes riches de cartes et d’une chronologie synoptique, permettant au lecteur peu familier de Marseille de resituer spatialement et temporellement les événements de la décennie 68. Plus globalement, l’ouvrage regorge de données chiffrées, de tableaux comparatifs, de statistiques, autant de données empiriques puisées au sein des archives administratives et policières et qui, traitées au sein d’une base de données, offrent au lecteur une connaissance sans pareil de l’histoire sociale et politique du Marseille des années 1960 aux années 1980. Aux sources démographiques classiques de l’INSEE (taux de chômage, distribution des catégories socio-professionnelles et des secteurs d’activités, niveau d’études) et aux résultats électoraux (élections municipales, législatives et présidentielle) s’ajoutent en effet des données inédites sur les manifestations dans les Bouches-du-Rhône (nombre de manifestations organisées par les différents mouvements, évolution de la participation, évolution des effectifs syndicaux). Leur traitement informatique à travers une analyse multidimensionnelle des données apporte de précieux renseignements sur les relations entre les différentes organisations politiques et syndicales, leur occupation de l’espace public et l’évolution de la densité de leurs réseaux : centralité du pôle syndical autour de la CGT ; émergence de mouvements sectoriels liés à la mouvance gauchiste (mouvements en faveur des immigrés, luttes internationales) ; isolement de certaines luttes (antimilitariste, écologiste, MLAC). Au total, les auteurs remarquent que « la multiplication des groupes gauchistes et de leurs dissensions représente une poussée relativement éphémère de la densité de l’occupation de l’espace public et de la différenciation entre groupes. Mais elle montre aussi, outre la permanence de revendications syndicales de base, l’émergence de nouvelles revendications en partie intégrées par les grandes organisations syndicales et politiques » (p. 127).

6Si l’ouvrage apparaît d’abord comme un dossier rigoureux voire rugueux, l’introduction relativement courte étant suivie de l’étude des trois grands groupes d’acteurs choisis sans qu’ils ne laissent place à une conclusion finale, l’enquête parvient à être pédagogique et soucieuse des acteurs et actrices, autant à travers la dizaine de portraits qui émaillent le texte, qu’avec la quarantaine d’encadrés, alternant point méthodologique, rappel historique et focus sur une source captivante. Enfin, la vingtaine d’illustrations, puisées aux meilleures sources (fonds privés et bulletins locaux, archives départementales des Bouches-du Rhône), reflète la diversité des luttes et de leurs acteurs. En cela, fort de leur pari de les réhabiliter, les auteurs contribuent à se départir de la vulgate officielle sur la « génération 68 ».

Haut de page

Notes

1 Rioux Jean-Pierre, « Un cinquantenaire couleur de muraille », Le Débat, 2018/4 (n° 201), p. 139-148. URL : https://www.cairn.info/revue-le-debat-2018-4-page-139.htm

2 Projet blanc-2012-SOMBRERO, SOciologie du Militantisme, Biographies, REseaux, Organisations. Voir http://www.agence-nationale-recherche.fr/Projet-ANR-12-BSH1-0015

3 Collectif de la Grande Côte, Lyon en luttes dans les années 68. Lieux et trajectoires de la contestation, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2018 ; Collovald Annie (dir.), Les Années 1970 à Nantes : des années tumultueuses ?, Éditions du Croquant, 2018 ; Collectif lillois, Les Années 68 à Lille, Lille, Presses du Septentrion (en préparation) ; Collectif rennais, Après 68. Les Devenirs pluriels des militantes et militants rennais (en préparation).

4 Voir également Dormoy-Rajramanan Christelle, Gobille Boris et Neveu Érik (dir.), Mai 68 par celles et ceux qui l'ont vécu, Ivry-sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 2018.

5 Zancarini-Fournel Michelle, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008.

6 Sur l’importance des archives des autorités voir 68, les archives du pouvoir, catalogue de l’exposition, Archives nationales et L’Iconoclaste, 2018. L’ouvrage de Ludivine Bantigny mobilise massivement les archives nationales et départementales, mais a fait le choix d’écarter les sources orales : Bantigny Ludivine, 1968. De grands soirs en petits matins, Paris, Seuil, 2018.

7 Dans ce travail de contextualisation on peut regretter l’absence de référence au travail d’Anne-Laure Ollivier, « Gaston Defferre. Un socialiste face au pouvoir, de Marseille à l'élection présidentielle de 1969 », thèse de doctorat en histoire, ENS Cachan, 2011. Sur le sujet, on peut aussi se reporter à la synthèse de Michel Peraldi, Claire Duport, Michel Samson, « III. La ville perfusée », dans Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, 2015, p. 41-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Launay, « Olivier Fillieule, Isabelle Sommier (dir.), Marseille années 68 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 28 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27950

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page