Navigation – Plan du site

Isabelle Coutant, Les migrants en bas de chez soi

Bénédicte Apouey
Les migrants en bas de chez soi
Isabelle Coutant, Les migrants en bas de chez soi, Paris, Seuil, 2018, 222 p., ISBN : 978-2-02-139158-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chargée de recherche au CNRS à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (I (...)

1Entre juillet et octobre 2015, des migrants, principalement originaires d’Afghanistan, d’Erythrée et du Soudan, ont occupé un lycée désaffecté du quartier de la Place des fêtes dans le XIXe arrondissement de Paris. Leur nombre a rapidement augmenté au fil des semaines, passant d’environ 150 à leur arrivée en juillet à 1404 lors de l’évacuation du lycée en octobre. Si la sociologue Isabelle Coutant1 s’est intéressée à cet évènement, c’est d’abord parce qu’elle s’est sentie directement concernée, en tant qu’habitante du quartier et mère d’un adolescent scolarisé dans le collège voisin du lycée. À ses yeux, dans le contexte de la « crise migratoire », cette occupation constitue « une rencontre avec l’Histoire, un évènement au sens fort du terme » (p. 9). Elle ne cache pas avoir éprouvé des émotions ambivalentes lors de cette occupation, l’empathie pour les réfugiés se mêlant au sentiment que les institutions abandonnaient le quartier, pourtant déjà fragilisé. L’originalité de l’ouvrage, qui questionne les « conditions sociales de la tolérance » (p. 14), réside justement dans l’articulation d’une réflexion sur la cause des exilés et sur celle des quartiers. Le travail s’appuie essentiellement sur des données qualitatives issues d’entretiens avec des migrants, leurs soutiens et des riverains. Ces multiples récits, qui permettent à la sociologue d’approcher une certaine objectivité, font, à notre avis, toute la richesse de ce livre.

  • 2 Ce collectif s’est constitué en soutien aux réfugiés du campement à La Chapelle dans le XVIIIe arro (...)

2Après avoir brièvement présenté la recherche en sciences sociales sur la cause des réfugiés et des quartiers, l’ouvrage s’ouvre sur un état des lieux qui met en évidence la tension entre l’occupation du lycée et les enjeux locaux de la Place des fêtes (chapitre 1). En juillet 2015, des militants politisés du collectif « La Chapelle en lutte »2 et des migrants commencent à occuper l’ex-lycée Jean-Quarré. Quelques jours plus tard, la Ville de Paris déclare qu’elle tolère cette occupation et qu’elle compte transformer le lieu en centre d’hébergement d’urgence. La sociologue souligne que cette déclaration va à l’encontre des intérêts de certains habitants du quartier. En effet, pour remédier au manque d’équipements collectifs, il avait été décidé en 2014 qu’une médiathèque verrait le jour sur le site du lycée. Certains riverains se sentent par conséquent floués par la déclaration de la Ville. Ils sont persuadés que l’occupation est tolérée par les autorités parce qu’elle se déroule dans un quartier populaire et que les choses se seraient passées différemment dans un quartier favorisé ou touristique. Les élus locaux demandent à la mairie de Paris de tenir ses engagements concernant la médiathèque, tout en apportant leur soutien aux migrants.

3Isabelle Coutant montre que le quartier populaire et multiculturel de la Place des fêtes se trouve déstabilisé par l’occupation. Les pouvoirs publics et les associations classiques sont peu présents dans le lycée. Négligeant le quartier, le collectif La Chapelle prône l’autogestion des migrants afin d’éviter l’écueil du colonialisme et du paternalisme. Cependant, pour la chercheuse et les riverains, cette utopie engendre une grande désorganisation à l’intérieur du lycée (amoncellement de poubelles, bruit, etc.). Dans ce contexte, et du fait de l’augmentation du nombre de migrants, la situation dans le lycée se dégrade. Une certaine incompréhension s’installe entre le collectif et les habitants du quartier.

4La sociologue souligne aussi qu’à la faveur de l’occupation, de belles histoires de solidarités locales voient le jour (chapitre 2). En effet, dans l’immeuble immédiatement voisin de l’ex-lycée, naît une mobilisation (« Solidarité migrants place des fêtes »), dont l’objectif est de porter non seulement la cause des réfugiés mais aussi celle du quartier. Il s’agit notamment d’éviter que la situation ne dégénère dans le squat, tout en limitant la propagation de fantasmes qui pourraient être instrumentalisés par le Front National. En réaction à la dégradation de la situation et à la survenue de bagarres, ce groupe envoie une lettre aux occupants et interpelle la mairie du XIXe arrondissement sur l’absence de prise en charge par les pouvoirs publics. Le groupe apporte également une aide concrète aux occupants (distribution de nourriture, aide administrative, cours de français, etc.). L’analyse sociologique montre que les personnes impliquées dans ce groupe ont des parcours intimes qui les prédisposent à cet engagement : expérience personnelle du rejet lié au racisme, déracinement... Outre ces résonnances personnelles, l’engagement individuel est rendu possible par le capital d’autochtonie des riverains et s’inscrit dans la continuité de « sociabilités militantes locales » (p. 79). En particulier, des membres du groupe s’étaient déjà engagés pour défendre la mixité dans les écoles du quartier. Dans un passé récent, certains d’entre eux avaient œuvré pour le maintien du collège en Réseau d’Education Prioritaire (REP).

5L’auteure tourne ensuite son regard vers les occupants et leurs soutiens à l’intérieur du lycée (chapitre 3). Si les occupants sont dans leur écrasante majorité des hommes, les soutiens sont surtout des (jeunes) femmes. La sociologue rend compte de l’hétérogénéité des parcours et des situations. Ainsi, les Afghans (ou Pakistanais) viennent de milieux sociaux divers et les soutiens ont des motivations variées : certains sont très politisés tandis que d’autres le sont moins. La chercheuse relève que les discussions entre les femmes bénévoles et les hommes migrants ne sont pas sans ambiguïtés. Les tentatives de séduction et les questions sur sa place et sa vie de femme font dire à la sociologue que « jamais elle n’a [je n’ai] eu le sentiment que le déroulement de l’enquête était à ce point conditionné par son [mon] sexe » (p. 113).

6À mesure que le nombre d’occupants augmente, la situation devient problématique, dans un contexte de détresse et de dénutrition des migrants. L’auteure analyse les deux visions de l’occupation qui se font face : une approche politique, portée par le collectif La Chapelle, et dont l’objectif est de « promouvoir la cause des réfugiés et des sans-papiers de manière beaucoup plus globale » (p. 118), et une vision humanitaire, défendue par le voisinage, et compatible avec le maintien d’un certain ordre dans le quartier. L’évacuation du lycée se déroule en octobre 2015 et certains bénévoles sont choqués par la froideur administrative de cette opération.

7L’ouvrage s’intéresse aussi aux traces laissées par l’évènement, chez ceux qui se sont engagés pour aider les migrants mais aussi chez les riverains hostiles à l’occupation (chapitre 4). La chercheuse montre que l’engagement pour les migrants a été le fait de personnes appartenant à des catégories établies, alors que les catégories fragilisées ont plus souvent mal vécu l’occupation. Au sein des personnes hostiles, la sociologue voit assez peu de « facteurs communs », hormis la peur du déclassement, une dureté vis-à-vis de soi et des autres et un certain isolement local. Ces personnes semblent parfois souffrir d’un isolement social lié au vieillissement. Si certaines font part de leur peur de l’islam, d’autres craignent, paradoxalement, d’être rabaissées par la présence des migrants tout en s’identifiant à eux.

8Un chapitre est dédié au récit de la rencontre entre des exilés et des collégiens du quartier, après l’évacuation (chapitre 5). La sociologue demande à quelques Afghans de venir au collège raconter leur parcours et leurs conditions de vie actuelles. Cet échange semble d’autant plus important que les collégiens avaient été choqués par la violence d’une bagarre qui avait éclatée dans le lycée et que leurs familles sont généralement aussi issues de l’immigration. Les migrants se montrent désireux de livrer leur histoire qui met en lumière les épreuves qu’ils ont traversées et les incertitudes qui pèsent sur leur avenir.

9L’auteure souligne un autre effet positif de l’occupation dans le quartier, à savoir la remobilisation locale (chapitre 6). Si le groupe Solidarité migrants ne s’investit pas dans les activités du centre d’hébergement officiel pour demandeurs d’asile qui ouvre en 2016, il ressort soudé de l’occupation et se remobilise pour défendre la cause du quartier dans le but de sortir de l’entre-soi. En lien avec une association, émerge alors l’idée d’un café associatif (Cafête), qui noue progressivement des liens avec les mères africaines et les jeunes du quartier.

10Si le quartier est sorti grandi de l’évènement et si la sociabilité s’y est intensifiée, la sociologue rappelle cependant que les choses auraient pu mal se passer dans d’autres contextes. Cela la conduit à promouvoir des mesures qui articulent « la prise en compte de la cause des réfugiés et celle des quartiers populaires » (p. 214). En élargissant la focale, elle invite à repenser les politiques d’hospitalité au niveau européen et explique que de telles politiques ont été menées avec succès par le passé (accueil des boat-people dans les années 1970).

11Devant les défis posés par les mobilités internationales, Isabelle Coutant livre une analyse de grande qualité d’un évènement particulier qui éclaire des enjeux plus vastes (désorganisation des institutions dans l’accueil des migrants, nécessité de penser le lien entre migrations et quartiers, etc.). Dans un contexte de repli des États-Nations et de crise de l’accueil public, qui attestent d’un refus de prendre acte de l’évolution du monde, les belles histoires de solidarités présentées dans l’ouvrage soulignent l’efficacité de l’hospitalité civile et donnent des raisons de rester optimiste.

Haut de page

Notes

1 Chargée de recherche au CNRS à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Elle a notamment travaillé sur les quartiers populaires en Ile-de-France.

2 Ce collectif s’est constitué en soutien aux réfugiés du campement à La Chapelle dans le XVIIIe arrondissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Apouey, « Isabelle Coutant, Les migrants en bas de chez soi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 28 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/27957

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Apouey

Chercheuse en sciences sociales et chargée de recherche au CNRS à l’Ecole d’Economie de Paris. Elle s’intéresse aux inégalités sociales, en particulier dans le domaine de la santé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page