Navigation – Plan du site

David McKitterick, Textes imprimés et textes manuscrits. La quête de l’ordre (1450-1830)

Tanguy Lemoine
Textes imprimés et textes manuscrits
David McKitterick, Textes imprimés et textes manuscrits. La quête de l'ordre 1450-1830, Lyon, ENS Éditions, coll. « Métamorphoses du livre », 2018, 358 p., 1ère éd. 2003, trad. Oristelle Bonis et Lise Pomier, ISBN : 978-2-84788-986-4.
Haut de page

Texte intégral

1« Le mot imprimé est fixe. Le mot manuscrit est flexible. Les mots qui apparaissent sur l’écran de l’ordinateur sont fugaces et mobiles » (p. 327) : telles sont quelques-unes des idées reçues que David McKitterick, bibliographe de renom à l’université de Cambridge, souhaite battre en brèche dans cet ouvrage, premièrement paru en 2003. Si son étude porte principalement sur les débuts de l’imprimerie, elle entre en résonnance avec des interrogations contemporaines quant aux conséquences de la révolution numérique sur l’édition, la transmission et la conservation des textes. En 1455 est publiée par Gutenberg la célèbre « Bible à quarante-deux ligne », que de nombreux historiens et bibliographes considèrent comme l’œuvre inaugurale d’une « révolution de l’imprimerie » en Europe. Or, la thèse principale de David McKitterick est de montrer que cette expression est vide de sens et trompeuse, en insistant notamment sur le fait que la tradition manuscrite a perduré bien après le XVe siècle. Il apparaît en effet que les procédés manuscrits et imprimés ne rentrent pas en concurrence directe, et peuvent même coexister au sein d’un même ouvrage. Bien sûr, l’évolution est très nette entre un texte imprimé du XVe siècle et un autre du XIXe, mais pour correctement la saisir, il faut prendre en compte les quatre siècles au cours desquels les techniques de l’imprimerie mais aussi ses usages et représentations sociales se sont progressivement transformés. Plus particulièrement, David McKitterick montre que la stabilité du texte, dont on donne souvent le crédit à l’imprimerie, n’est pas un critère pertinent pour l’analyse de ses débuts ; il consacre d’ailleurs une part importante de son étude aux erreurs et à la notion de perfection dans l’édition. L’exploration très minutieuse des premiers pas de l’imprimerie en Europe invite alors à une remise en question des paradigmes de recherche de la discipline bibliographique et de l’histoire du livre.

  • 1 Bühler Curt, The fifteenth-century book. The scribes, the printers, the decorators, Philadelphie, U (...)
  • 2 L’auteur étudie cette pratique à la bibliothèque de Cambridge dans McKitterick David, Cambridge Uni (...)

2Cet ouvrage s’inscrit en effet dans un débat interne la discipline bibliographique sur la pertinence d’une ligne de partage nette entre le manuscrit et l’imprimé : David McKitterick choisit de parler d’une « coopération » entre les deux, plutôt que d’un effacement de l’un au profit de l’autre. Considérer l’imprimerie comme une « révolution » ne semble pas fondé, car l’imprimerie a puisé dans les pratiques de la tradition manuscrite. Le deuxième chapitre, intitulé « l’interdépendance des talents et des techniques », en apporte la démonstration. Les premiers imprimés sont certes le fruit d’une technique nouvelle, mais cette technique n’a pas immédiatement changé le rapport que les auteurs et les lecteurs entretiennent avec le livre : l’imprimerie devait fréquemment se plier à des demandes particulières, pour respecter les préférences ou les besoins personnels des auteurs – c’est d’ailleurs ce qui conduit les imprimeurs à créer différentes polices de caractères. Les caractères d’imprimerie reproduisent alors les tracés des scribes et des enlumineurs et, selon l’auteur, les « lecteurs des XVe, XVIe et XVIIe siècles [sont] moins frappé[s] par les différences entre manuscrit et imprimé que par leurs ressemblances » (p. 62). L’importance couramment accordée à la « révolution » de l’imprimerie lui apparaît comme un regard construit a posteriori qui occulte le point de vue des premiers lecteurs confrontés aux textes imprimés. David McKitterick rejoint ainsi la position de Curt Bühler : « quiconque s’intéresse aux débuts de l’imprimerie serait bien avisé de voir dans la nouvelle invention ce que les premiers imprimeurs y ont vu, rien d’autre qu’une autre forme d’écriture »1. Pour les premiers imprimeurs, la plume était aussi essentielle que l’encre : les impressions devaient souvent être complétées par des ajouts manuscrits. Par exemple, l’iconique « Bible à quarante-deux lignes » de Gutenberg a été imprimée avec des espaces blancs permettant de rédiger à la main les conseils au lecteur ou de rehausser certains passages avec une encre de couleur. Comment expliquer alors la représentation courante d’une ligne de fracture entre manuscrits et imprimés ? Il s’agirait d’un héritage méthodologique des bibliographes du XIXe siècle, qui classaient scrupuleusement à part ces livres (au nom d’une efficacité accrue des services dans les bibliothèques), quitte à disloquer des ouvrages reliés au XVe siècle pour en séparer les parties manuscrites et imprimées2.

  • 3 David McKitterick cible ici plus particulièrement l’historienne américaine Elizabeth Eisenstein. Vo (...)

3David McKitterick consacre ensuite une partie importante de son livre à l’instabilité inhérente aux textes imprimés et à la notion de perfection les concernant. Que ce soit au stade de l’écriture, de la fabrication, de la publication ou lors de la réception, les textes ne cessent de changer. De nombreux auteurs se plaignaient des erreurs d’impression et ajoutaient, le plus souvent en tête d’ouvrage, des mots d’excuse accompagnés d’un errata. Cependant, très peu mesuraient l’importance des différences entre les exemplaires, et ils fournissaient aux lecteurs plutôt un avis général et assez flou sur la publication : « l’histoire de l’imprimerie entre le XVe siècle et le début du XIXe siècle témoigne d’une acceptation générale […] de la réalité technologique et économique qui voulait que les différents aspects de l’imprimerie […] s’accommodent des variations inévitables du texte, même au sein d’une série d’exemplaires apparemment semblables » (p. 176-177). Si, pour les textes récents, un chercheur peut mentionner une source en spécifiant l’édition qu’il a consultée, pour les textes anciens, il doit nécessairement préciser l’exemplaire qu’il a étudié. De ce fait, l’auteur estime que l’on ne peut souscrire aux nombreuses analyses3 de l’histoire de l’imprimerie qui opposent la standardisation du texte imprimé à la non-standardisation du manuscrit : l’imprimerie entraînait aussi la diffusion massive des erreurs, et les fréquentes corrections effectuées à tous les stades de l’impression compliquent la détection de celles-ci – si l’uniformisation du texte était bien recherchée à l’époque par les auteurs et les lecteurs, c’est l’accélération de la production qui frappait les observateurs du XVe siècle. Ce n’est qu’avec l’arrivée des presses mécaniques que les variations entre les exemplaires d’une même édition se sont raréfiées car, une fois le processus d’impression mis en route, la rapidité de ces machines rendait impossibles les corrections de dernière minute. Pour les auteurs, les imprimeurs et les lecteurs, comme c’était le cas pour le copiste et le livre manuscrit, le livre imprimé était « un compromis ». Les termes utilisés, la ponctuation et la présentation du manuscrit de l’auteur étaient flexibles, en partie laissés à la discrétion de l’imprimeur.

  • 4 Par exemple le Manuel typographique de Pierre-Simon Fournier (publié en 1764-1765) attira l’attenti (...)
  • 5 Selon l’auteur, la plupart de ces publications « étaient marquées par l’enthousiasme plus que par l (...)

4À partir de la fin du XVIIe siècle, les notes des imprimeurs s’excusant des défauts du livre se font de plus en plus rares. Un changement de culture semble s’amorcer et le métier d’imprimeur devient plus impersonnel, pour des raisons qui ne se réduisent pas aux progrès technologiques mais concernent également les modes de pensée. En France, par exemple, la langue est un objet de débats importants, c’est le siècle des premiers dictionnaires monolingues et des tentatives de stabilisation de l’orthographe. L’auteur commence à acquérir un statut social reconnu qui lui procure un pouvoir plus important dans l’établissement des textes. De plus, « l’art de l’imprimerie » devient un objet d’étude et les divers ouvrages qui proposent des descriptions détaillées des technologies de l’imprimerie connaissent un grand succès4, à mettre en perspective avec la culture du progrès du XVIIIe siècle5. Dans les mentalités, le manuscrit et l’imprimé ne peuvent plus être sur un pied d’égalité, car le premier renvoie à une étape antérieure dans l’histoire (téléologique) du livre, dont l’imprimerie constitue l’aboutissement. Les savoirs sur les techniques d’impression du livre se diffusent dans les cercles savants et la qualité du livre imprimé devient alors un critère déterminant pour les auteurs comme pour les lecteurs, et bien sûr pour les imprimeurs ou les graveurs qui cherchent à se démarquer dans un contexte de concurrence de plus en plus rude. Si les grandes innovations concernant l’imprimerie se situent principalement au XIXe siècle, la seconde moitié du XVIIIe siècle est un temps d’intenses expérimentations. Prenons l’exemple de l’imprimeur John Baskerville (1706-1775), qui dessine de nouveaux caractères, essaye un nouveau type de papier et fait de nombreuses corrections en cours d’impression pour parvenir à un texte toujours plus fidèle. Sa démarche par tâtonnements est en fait assez proche de celle des imprimeurs du XVIe siècle, mais au lieu d’inviter le lecteur à corriger le texte à la plume si nécessaire, John Baskerville dresse une liste exhaustive des erreurs découvertes pendant l’impression et modifiées à la dernière minute – cette attitude est clairement différente et montre le passage à l’ère moderne. Les changements technologiques qui ont permis d’améliorer grandement la qualité des publications (comme la première presse mécanique à cylindre, inventée par Friedrich Koenig et Andreas Bauer en 1811) ne sont en fait arrivés que dans un deuxième temps, après que les mentalités ont évolué vers cette recherche de la perfection de l’imprimé ; ils sont peut-être même la conséquence de ces nouveaux besoins.

  • 6 Portée par l’Institut d’histoire du livre.
  • 7 Signalons notamment sur le site de Lectures : Roy Michaël, Textes fugitifs. Le récit d'esclave au p (...)

5L’ouvrage de David McKitterick permet de saisir avec précision comment la collection, l’étude et la gestion des ouvrages se répercutent sur la perception de l’histoire du livre. Il expose et illustre avec de très nombreux exemples les interactions des questions technique, économique, bibliographique et sociale dans l’examen des imprimés. C’est une étude qui a une grande portée polémique, car elle incite les bibliographes (mais également les historiens de la littérature) à renouveler leurs méthodes d’analyse de cette période centrale dans l’histoire du livre en Europe qu’est le XVe siècle. Si la lecture de cet ouvrage dense et pointilleux est très enrichissante, elle peut se révéler ardue pour les non-spécialistes de la bibliographie historique : il est difficile de bien saisir la portée polémique de la thèse de l’auteur sans avoir une certaine connaissance des théories bibliographiques majeures, qu’il ne rappelle que très succinctement ; les références et les exemples sont très nombreux, au risque parfois de dérouter le lecteur ; enfin, être latiniste est un prérequis pour comprendre les citations latines, qui ne sont pas traduites. L’auteur annonce couvrir la période de 1450 à 1830 dans le titre de son livre, mais l’étude porte principalement sur les XVe et XVIe siècles : pour la période moderne, il se réfère rarement à des publications d’époque et les exemples concrets se font plus rares – il s’appuie plutôt sur des références scientifiques contemporaines. Si David McKitterick s’adresse principalement à ses collègues bibliographes, il offre tout de même au néophyte persévérant une vision nuancée et très précise des débuts de l’imprimerie et des implications du processus de fabrication sur la compréhension du livre, aussi bien dans son contenu textuel que dans son aspect social. Enfin, le lecteur de cette traduction publiée dans la collection « Métamorphoses du livre » d’ENS Éditions pourra profiter d’une mise en page particulièrement soignée et aérée, qui laisse une place de choix aux nombreuses illustrations, nécessaires à la compréhension du propos de l’auteur. Cette collection6 constitue un apport précieux pour toute personne intéressée par l’histoire du livre ou par les enjeux d’édition7.

Haut de page

Notes

1 Bühler Curt, The fifteenth-century book. The scribes, the printers, the decorators, Philadelphie, Université de Pennsylvanie, 1960, p. 16 ; cité par l’auteur p. 69.

2 L’auteur étudie cette pratique à la bibliothèque de Cambridge dans McKitterick David, Cambridge Université Library. A history. The eighteenth and nineteenth centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 663-664.

3 David McKitterick cible ici plus particulièrement l’historienne américaine Elizabeth Eisenstein. Voir Eisenstein Elizabeth, La révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, Paris, La Découverte, 1991 [édition originale : The printing revolution in early modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983].

4 Par exemple le Manuel typographique de Pierre-Simon Fournier (publié en 1764-1765) attira l’attention des érudits dans toute l’Europe. Son objectif était de produire un savoir utile aussi bien à l’imprimeur qu’à l’auteur ou au lecteur, car « la théorie d’un art [l’imprimerie] si utile ne devrait être ignorée d’aucun de ceux à qui l’usage des livres est familier » (Manuel typographique utile aux gens de lettres, I, p. ix ; cité par l’auteur p. 269).

5 Selon l’auteur, la plupart de ces publications « étaient marquées par l’enthousiasme plus que par le souci d’informer ». Dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, l’imprimerie est désignée comme un moyen d’expression qui allait « durer autant que le soleil, & ne se perdre que dans le bouleversement universel de la nature » (article « Imprimerie »).

6 Portée par l’Institut d’histoire du livre.

7 Signalons notamment sur le site de Lectures : Roy Michaël, Textes fugitifs. Le récit d'esclave au prisme de l'histoire du livre, Lyon, ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, coll. « Métamorphoses du livre », 2018 (compte rendu de Sébastien Zerilli pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24510) ; Butcher William, Jules Verne inédit. Les manuscrits déchiffrés, Lyon, ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, coll. « Métamorphoses du livre », 2015 (compte rendu de Nicolas Bareit pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/17836) ; Volpilhac-Auger Catherine, Un auteur en quête d'éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, coll. « Métamorphoses du livre », 2011 (compte rendu de François-Ronan Dubois pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/13032).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tanguy Lemoine, « David McKitterick, Textes imprimés et textes manuscrits. La quête de l’ordre (1450-1830) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28097

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page