Navigation – Plan du site

James M. Blaut, Le Modèle des colonisateurs du monde. Diffusionnisme géographique et histoire eurocentrique

Marie Lécuyer
Le modèle des colonisateurs du monde
James M. Blaut, Le modèle des colonisateurs du monde. Diffusionnisme géographique et histoire eurocentrique, Créteil, Calisto, 2018, 440 p., traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Verdrager, ISBN : 979-10-94562-02-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Said Edward, L’Orientalisme, Paris, Seuil, 2005 [1978] ; Amin Samir, L’Eurocentrisme, Paris, A (...)

1Les années 1980 et 1990 ont vu éclore les subaltern et les postcolonial studies dans les champs universitaires anglophones, en réponse au colonialisme et au néocolonialisme des États classiquement dits occidentaux. L’influence de ces deux courants historiographiques est perceptible dans cet essai documenté, où J. M. Blaut propose une réinterprétation de l’histoire du monde et des relations entre les régions du globe, sur le temps long et à l’échelle macro-spatiale. Traduit pour la première fois en français, mais publié initialement en 1993, l’ouvrage constitue le premier volet d’une trilogie consacrée à la critique de l’eurocentrisme, laissée inachevée par l’auteur à son décès, en 2000. Anthropologue et géographe, Blaut s’inscrit dans la lignée des tenant-es de l’histoire globale, qui ont cherché à déconstruire les histoires écrites du seul point de vue des vainqueurs occidentaux. Si les arguments ne sont pas forcément neufs1, ils sont rassemblés dans un texte homogène et nourris par une bonne lecture des historiographies issues de ce que l’on appelait encore le Tiers-Monde.

2Du XVe siècle à nos jours, les États européens ont colonisé ou dominé les autres populations de la planète. Pour James M. Blaut, c’est là la thèse centrale de l’essai, les Européens ont justifié cette domination par une théorie eurocentrique de la diffusion des processus culturels autour du globe. En d’autres termes, les idées, techniques, modèles sociaux et économiques, etc. se diffuseraient depuis l’Europe vers le reste du monde. C’est le « diffusionnisme eurocentrique » (p. 9). Cette théorie est eurocentrique au sens où les populations européennes, et notamment les universitaires, postulent que l’essor de l’Europe serait dû aux qualités propres de ce continent et de ses habitants. Ainsi, cet essor serait interne et autonome du reste du monde. La position de Blaut consiste à déconstruire ce diffusionnisme à deux niveaux d’argumentation. Premièrement, en expliquant pourquoi les Européens pensent de la sorte. Deuxièmement, en décrivant dans quelles conditions l’essor de l’Europe s’est réellement produit à partir de 1492. Il s’agit de montrer que les sociétés européennes ne disposaient pas d’une avance particulière au plan technique, économique et politique, et qu’elles ne doivent leur développement qu’à la colonisation d’autres sociétés.

3L’ouvrage est structuré en quatre parties. Intitulée « L’histoire à l’envers », la première sert d’introduction, définit le concept de théorie diffusionniste et reconstitue sa généalogie. Ainsi le diffusionnisme a-t-il été élaboré dès le XVIe siècle, quoique sa formalisation et sa mise par écrit ne datent que des XIXe et XXe siècles. L’auteur distingue le diffusionnisme classique du diffusionnisme moderne. La théorie classique présente le colonialisme comme un fait social naturel, au moyen de diverses fictions : celle des terres « vierges » où la propriété est inconnue avant l’arrivée des colonisateurs en est un exemple. La théorie moderne correspond à une reformulation du discours suite à la décolonisation : elle présente la modernisation des anciens États colonisés, sous l’influence des anciens colonisateurs, comme vertueuse et naturelle.

4Puis l’auteur adopte une démarche ethnographique pour décrire le processus par lequel les élites européennes des XIXe - XXsiècles ont produit des croyances alors acceptées comme des faits. Parmi celles-ci, l’idée que l’Europe serait le lieu du progrès humain tandis que le reste du monde ne serait pas entré dans l’histoire, ce progrès résidant dans une mentalité occidentale particulière et dans une inventivité spéciale (l’Europe aurait ainsi inventé la révolution néolithique, le monothéisme, la démocratie, les sciences, l’État moderne, le capitalisme, l’industrie). Ces différentes croyances sont validées par les sociétés européennes parce qu’elles sont compatibles avec les autres opinions, et conformes aux valeurs et intérêts de ses élites : elles justifient la colonisation, c’est-à-dire l’un des intérêts socio-économiques les plus importants de l’histoire de l’humanité. Cette partie de l’argumentation reste abstraite car elle n’est pas adossée à des exemples concrets.

5Dans la partie suivante, « Le mythe du miracle européen », l’auteur s’appuie sur la littérature scientifique afin de réfuter systématiquement les arguments avancés pour prouver une aptitude spéciale de l’Europe au progrès. Ces arguments, mobilisés à différentes époques entre le XIXe et nos jours par des penseurs et d’autres membres des classes dominantes, sont : la supériorité de la race blanche, l’exceptionnalité démographique, l’environnement naturel européen, la rationalité, l’inventivité technologique, la marche vers le capitalisme et la modernité impulsés par l’État-nation, l’Église, la société de classes ou le modèle familial européen. Cette réfutation s’inscrit dans une critique plus large de la théorie de la modernisation. Par « modernisation », Blaut entend l’idée selon laquelle la diffusion des idées et des produits européens permettrait le développement économique du monde. Depuis les années 1950, cette idée est âprement contredite par des chercheurs du Tiers-Monde qui y voient au contraire la cause du sous-développement dans leurs pays respectifs ; Blaut se place explicitement dans cette filiation intellectuelle.

6La troisième partie, « Avant 1492 », constitue un bref argumentaire autant fondé sur la documentation disponible que sur les hypothèses suggérées par l’auteur à propos des régions du monde qui n’ont pas encore été étudiées « avec assiduité » (p. 272). Il s’agit de montrer qu’à la fin du Moyen Âge, des pôles protocapitalistes maritimes ont existé en plusieurs endroits de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie. Ces pôles communiquaient entre eux et étaient connectés par des flux de marchandises et de personnes. Il n’y a donc pas de spécificité particulière de l’Europe, et c’est tout l’hémisphère Est qu’il faut reconsidérer comme un « ensemble pertinent » (p. 290), où les transformations et innovations se diffusent sur de grandes distances : intensification de la production agricole génératrice d’excédents, progrès de la navigation océanique.

7La dernière partie est consacrée à ce que l’auteur considère comme une date de rupture majeure et à ses conséquences : « Après 1492 ». L’argumentation procède encore une fois d’une revue de la littérature. Dans un premier temps, Blaut suggère que l’Amérique a été conquise par les Européens non pas à cause d’une quelconque supériorité, mais du fait d’un simple avantage géographique : il est plus facile de rejoindre le continent américain depuis l’Europe que depuis l’Asie ou l’Afrique. Ensuite, l’auteur insiste sur l’idée que le succès de la conquête repose essentiellement sur un petit avantage militaire et sur les pandémies qui ont décimé les populations précolombiennes. Enfin, il soutient que c’est l’afflux de métaux précieux américains, puis les lucratives plantations de sucre et la traite des esclaves qui ont permis à l’Europe de devenir capitaliste, cependant que les autres pôles protocapitalistes déclinaient. Dans la lignée de l’école historiographique caribéenne, l’auteur souligne l’importance des plantations coloniales, en tant que premières grandes entreprises industrielles. Elles ont permis l’enrichissement de la classe bourgeoise européenne, l’affirmation de cette classe lors de révolutions politiques (la première étant celle de 1688 en Angleterre) puis de révolutions industrielles au XIXe siècle. L’ouvrage se conclue sur la double dynamique mise en place à partir de 1492 : les sociétés européennes se développent tandis que la colonisation empêche les autres sociétés de se développer.

8Construit comme un texte de combat cohérent, l’ouvrage n’évite pas toujours les approximations conceptuelles. On regrette que les notions de progrès et de développement ne soient jamais franchement définies, bien que le lecteur ou la lectrice devine la prévalence d’une vision économique du développement chez l’auteur. Le progrès est considéré comme une réalité bien admise ; le contenu de ce progrès, la manière dont on peut le mesurer et la pertinence même du concept ne sont, par contre, guère questionnées. On regrette également que l’auteur utilise de manière interchangeable les concepts géographiques d’« Europe » et de « Grande Europe », entendus respectivement comme le continent européen stricto sensu et l’Occident largo sensu. Une explicitation manque quant aux conditions et aux conséquences de l’élargissement diachronique de l’Europe à la Grande Europe : quand doit-on considérer que l’Amérique du Nord ou encore le Japon intègrent cette Europe étendue ? Cela est d’autant plus dommageable que, la plupart du temps, l’auteur ne désigne guère que cinq États coloniaux sous ce nom d’Europe : le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas. Il est enfin difficile de recevoir les arguments des deux dernières parties sans une certaine distance critique, en raison de la part importante d’extrapolation historique à laquelle se livre l’auteur ; on doit souvent se borner à admettre avec lui que des régions entières du monde ont été sous-étudiées.

9Le modèle des colonisateurs du Monde est à prendre pour ce qu’il est : un appel stimulant à proposer des recherches historiques neuves, sur des espaces largement mis à l’écart des recherches. L’essai porte très haut l’exigence intellectuelle et éthique de refus des biais eurocentriques, qui imprègnent plus ou moins consciemment les esprits. Vingt-cinq ans après la parution de l’ouvrage, le climat intellectuel eurocentrique reste dominant dans les universités européennes et nord-américaines. On salue donc la publication d’une version traduite qui, on l’espère, relancera les réflexions autour d’un paradigme non-diffusionniste de recherche : postuler l’égale inventivité des êtres humains, chercher les causes des inégalités de développement et abandonner définitivement l’opposition fallacieuse entre la Grande Europe et ce qui serait extérieur à cette aire.

Haut de page

Notes

1 Voir Said Edward, L’Orientalisme, Paris, Seuil, 2005 [1978] ; Amin Samir, L’Eurocentrisme, Paris, Anthropos, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lécuyer, « James M. Blaut, Le Modèle des colonisateurs du monde. Diffusionnisme géographique et histoire eurocentrique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28103

Haut de page

Rédacteur

Marie Lécuyer

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, doctorante en géographie à l’université Montpellier 3 Paul Valéry.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page