Navigation – Plan du site

Laurent Cantet, L’atelier

Jessy Simonini
L'atelier
Laurent Cantet, L'atelier, Paris, Blaq Out, 2018.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Bégaudeau, Entre les murs, Paris, Gallimard, 2007.
  • 2 Assez similaire à L’Estaque, espace privilégié des films de Robert Guédiguian, notamment Marius et (...)
  • 3 Co-écrit avec Robin Campillo.

1L’espace complexe de la classe était déjà au cœur d’un autre film de Laurent Cantet, Entre les murs (2008), tiré du roman éponyme de Frédéric Bégaudeau1. Loin de la banlieue, ce nouveau film s’inscrit dans un contexte géographique fortement connoté, la ville désindustrialisée de La Ciotat, dans le Bouches-du-Rhône2. L’atelier3 met ainsi en scène un groupe de jeunes participants à l’atelier d’écriture d’un roman noir et les dynamiques qui s’instaurent dans ce groupe. En s’éloignant de la dimension du contexte éducatif institutionnel, ce film cherche à sonder d’autres aspects, notamment le rapport d’un groupe d’adolescents à l’écriture et à la mémoire, individuelle et collective.

  • 4 Motif narratif qui renvoie à une expérience similaire, datant de la fin des années 1999, à La Ciota (...)

2Olivia, interprété par Marina Foïs, est une écrivaine parisienne très connue, auteure de plusieurs romans ; elle décide d’animer un atelier d’écriture destiné à un groupe de jeunes en insertion, dans une villa qui domine les belles calanques de la côte marseillaise4. Elle aborde cet atelier comme un défi : pousser des jeunes qui ont eu quelques problèmes dans leurs parcours éducatifs respectifs à écrire un roman collaboratif qui les invite à réfléchir à l’histoire ouvrière de leur ville et à s’interroger sur leur propre identité. Mais Olivia doit faire face à un groupe, très hétérogène, de jeunes qui ne montrent pas, au moins au début, un intérêt explicite pour la littérature et le métier d’écrivain. Au contraire, ils semblent mépriser son accent parisien et les mots recherchés qu’elle utilise trop souvent. En effet, Olivia est une professionnelle de l’écriture, alors que les jeunes ne sont que des amateurs. En outre, elle fait partie d’une bourgeoisie urbaine intellectuelle, alors qu’ils sont presqu’entièrement des enfants des classes populaires, ayant grandi dans un contexte défavorisé. Cette différence de classe et de milieu social, mais aussi de génération, produit une forte tension entre Olivia et le groupe d’adolescents, surtout dans la première partie du film.

3C’est dans le cadre de cette tension qu’émerge le personnage d’Antoine, interprété par le débutant Matthieu Lucci. Malgré l’hostilité d’Antoine envers Olivia et, plus largement, envers toute forme d’autorité, ce personnage semble néanmoins susciter l’intérêt de l’écrivaine, qui veut mieux le connaître. Comme on le découvre au fil du récit, il est proche de l’extrême droite, fasciné par les discours identitaires et violemment racistes d’un leader local, dont il regarde les vidéos relayées à travers les réseaux sociaux. Un rapport d’attirance et répulsion entre Olivia et Antoine s’instaure alors. Si la première partie du film sonde principalement la dynamique qui se produit dans l’atelier, l’intrique de la deuxième partie se resserre ainsi sur la construction de cette relation controversée et conflictuelle entre les deux personnages.

4Olivia, de son coté, cherche à pénétrer dans la vie d’Antoine et à la déchiffrer. Elle se rend chez lui et, ensuite, vérifie son compte sur les réseaux sociaux, où il affiche clairement ses opinions politiques. Dans les scènes finales, la violence et la colère du jeune homme se manifestent : il menace Olivia avec un pistolet et l’enlève. Mais cet enlèvement se conclut par les tirs d’Antoine en direction de la Lune, une métaphore aux contours fortement symbolistes. La caméra de Cantet filme ensuite une scène de travail à l’atelier : Antoine lit son texte, qui témoigne d’un talent remarquable pour l’écriture, puis il quitte le groupe pour toujours. La séquence finale le montre sur un bateau, loin de La Ciotat ; où il s’est embarqué comme ouvrier.

5Pour construire ce personnage, Laurent Cantet semble principalement diriger son intérêt sur la question du corps. Cela apparaît comme évident dans le dévoilement progressif de l’identité narrative du jeune, à travers l’exposition récurrente de son corps nu. Cette exposition, souvent très poussée, peut être considérée comme un moyen de revendiquer l’appartenance de ce personnage à son groupe d’amis – des jeunes issus des classes populaires avec lesquels il partages les rites et les mêmes idées politiques mais aussi de revendiquer sa propre identité.

6Il est peut-être réducteur de considérer ce film comme un film « politique ». Néanmoins, la dimension du politique se manifeste dans le choix de situer l’intrigue dans une ville ouvrière en crise comme La Ciotat, encore hantée par le souvenir de ses chantiers navals et par une tradition politique de gauche. Ce lieu, en effet, est fortement chargé d’une signification politique, qui s’oppose à l’orientation politique d’Antoine et des ses amis. Cette diffraction entre la mémoire ouvrière de La Ciotat et les idées d’extrême droite de l’un des participants à l’atelier semble alors proposer une dimension politique qui traverse tout le film.

  • 5 Les héritiers est un film de Marie Mention-Schaar sorti en 2014 qui raconte de la participation d’u (...)

7Le film de Laurent Cantet dresse ainsi une métaphore qui est à la base du projet narratif : la métaphore de l’écriture dans sa dimension collective. Cette métaphore interroge la question du rapport des jeunes générations à la littérature ainsi qu’à l’histoire de leur ville et de leur classe sociale. La question du rapport au passé, qui a notamment été traitée dans un autre film récent, Les héritiers5 (2014), est ici repensée à travers le mécanisme de l’écriture, dont le but est celui de recomposer une histoire collective. Cette recomposition de –l’histoire d’un groupe, d’une communauté, semble alors être le but de l’atelier organisé par Olivia. L’atelier est donc avant tout un film qui s’interroge sur le rapport des jeunes générations à leur propre histoire et à leur propre identité, individuelle, politique et de classe.

Haut de page

Notes

1 François Bégaudeau, Entre les murs, Paris, Gallimard, 2007.

2 Assez similaire à L’Estaque, espace privilégié des films de Robert Guédiguian, notamment Marius et Jeannette (1997).

3 Co-écrit avec Robin Campillo.

4 Motif narratif qui renvoie à une expérience similaire, datant de la fin des années 1999, à La Ciotat.

5 Les héritiers est un film de Marie Mention-Schaar sorti en 2014 qui raconte de la participation d’une très faible classe d’un lycée de Créteil à un prix national d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessy Simonini, « Laurent Cantet, L’atelier », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 novembre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28121

Haut de page

Rédacteur

Jessy Simonini

Élève du département Littératures et langages de l’ENS de Paris et du Collegio Superiore de Bologne. Médiéviste, il a réalisé un mémoire en histoire médiévale sur John Boswell (Université de Bologne) et il est titulaire d’un master 2 en études médiévales (Paris IV-ENS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page