Navigation – Plan du site

Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885 – 1914)

Martin Vailly
Aux confins des empires
Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914), Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2018, 312 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 McClellan James, et Regourd François, The Colonial Machine: French Science and Overseas Expansion i (...)

1Derrière l’image de « machines coloniales »1 bien huilées qui se partagent la péninsule Indochinoise, se trouvent des acteurs qui modèlent et agissent sur cet espace au quotidien : des cartographes, des ingénieurs, des militaires, parfois colons et parfois locaux. La construction de la péninsule Indochinoise comme espace colonial est ainsi soumise non seulement à une volonté politique métropolitaine, mais aussi à quantité d’opérations locales, qui révèlent toutes les nuances d’un processus complexe. En se saisissant de cet espace particulier, en étudiant au plus proche les acteurs de la cartographie de ces territoires coloniaux, Marie de Rugy propose une relecture de l’histoire impériale fondée sur les pratiques cartographiques des géographes et explorateurs mobilisés dans la péninsule, saisies dans leur complexité théorique et matérielle.

2Cet ouvrage, tiré d’une thèse de doctorat soutenue en 2016, propose une étude documentée et complète des pratiques cartographiques et de l’administration spatiale dans cet espace indochinois entre 1885 et 1914, alors soumis à plusieurs impérialismes rivaux. À partir d’une approche comparatiste, l’autrice étudie côte-à-côte les pratiques vietnamiennes, chinoises, françaises et anglaises de la construction du territoire colonial. Les différents acteurs impériaux s’entrecroisent au fil des neuf chapitres thématiques qui composent l’ouvrage. L’étude est fondée sur un large corpus documentaire comprenant non seulement du matériel cartographique varié (croquis préparatoires, relevés, cartes manuscrites et imprimées), mais aussi des carnets de relevés topographiques et des compte-rendu d’expédition, permettant un accès privilégié à la cartographie en train de se faire. Le travail de Marie de Rugy entend ainsi éclairer la formation des espaces coloniaux de la péninsule Indochinoise en proposant une enquête alliant aspects administratifs et pratiques de la délimitation et de la cartographie de ces territoires. Il repose sur l’hypothèse suivante : la construction d’un territoire en situation coloniale ne se limite pas à dessiner arbitrairement sur une carte des frontières en définissant les contours d’un espace dominé a priori.

  • 2 Ackermann James (dir.), The Imperial Map. Cartography and the Mastery of Empire, Chicago, Universit (...)

3L’autrice commence par étudier les fondements théoriques et institutionnels de la cartographie de la péninsule Indochinoise (chapitres 1, 2 et 3). Elle pose ici les bases de l’exploration de cet espace en mettant en évidence le rôle des fleuves comme voies d’entrée dans un territoire encore inconnu des colons ; la recherche des sources des fleuves permet de pénétrer en profondeur dans un territoire en profitant des voies navigables. L’hydrographie est la première étape de la construction des savoirs géographiques. La constitution d’une véritable bibliothèque coloniale permet la préparation de ces expéditions : cartes, récits de voyage, géographies sont mobilisés et mis à jour. Marie de Rugy situe cette histoire de la cartographie dans le contexte d’une institutionnalisation progressive fondée sur la supervision des Sociétés de Géographie métropolitaines et l’installation de services géographiques dans les espaces colonisés. En prenant en compte les circulations parfois complexes et dysfonctionnelles des savoirs géographiques entre métropoles et territoires impériaux, elle nuance ainsi la proposition d’une historiographie qui fait de la cartographie la science impérialiste par excellence2.

4Elle observe ensuite de manière rapprochée les conditions de travail des cartographes, en en soulignant la complexité (chapitres 4, 5 et 6). La confrontation quotidienne et parfois violente avec le terrain est au cœur de l’analyse de Marie de Rugy : les cartographes français et anglais doivent composer avec l’altérité d’un espace qu’ils connaissent mal. Des animaux féroces aux intempéries en passant par la traversée de forêts inextricables, l’expédition cartographique tourne parfois à la catastrophe et devient affaire de survie. La méthode de triangulation est elle-même soumise aux aspérités du paysage, et nécessite souvent bien des ajustements pour être menée à bien : trouver des repères géodésiques convaincants, un arbre remarquable ou le toit d’une pagode requiert un investissement en temps et en énergie non négligeable. Le décalage entre la grille de lecture des cartographes et la réalité des lieux s’ajoute aux contraintes climatiques et à la difficile communication avec les populations locales ; la mosaïque d’ethnies résiste à la volonté d’uniformisation portée par la cartographie coloniale. Toutefois, le recours aux cartes et géographies locales doit permettre de diminuer la difficulté de cette entreprise tout en légitimant les prétentions impérialistes des colons.

5Enfin, Marie de Rugy étudie le processus de construction territoriale au travers des marqueurs que sont les routes et les frontières, dans un rapport toujours complexe entre le terrain et sa pratique, les impératifs politiques et les abstractions administratives (chapitres 7, 8 & 9). En étudiant la route comme objet géographique et objet d’histoire, elle souligne la complexité de l’administration pratique d’un espace colonial : certes, la route structure et relie, mais elle facilite les déplacements de troupes adverses et limite la vision des cartographes qui la parcourent et ne s’en écartent pas. Par son impact sur la « distance-temps » (p. 197), la route représente un élément central de la maîtrise territoriale d’un empire et, partant, un lieu de tensions. La frontière est un objet géographique tout aussi complexe, qui oscille entre imposition européenne et négociations ponctuelles. Les discussions avec les élites locales soulignent à quel point la situation de la péninsule Indochinoise est spécifique : les colons doivent composer avec la mosaïque ethnique et négocier avec les pouvoirs en place à leur arrivée. Le territoire résiste par endroits à la logique administrative des colons. Des bandes de brigands ou de révolutionnaires forment des « zones de non-droit » (p. 248) peu à peu cartographiées, et l’altérité de la mosaïque ethnique demeure, malgré les enquêtes ethnographiques menées plus ou moins systématiquement par les colons.

6La richesse de cet ouvrage provient de la plongée qu’il propose dans les rouages de plusieurs machines coloniales, en les confrontant à une altérité qui n’est jamais passive, jamais totalement dominée. Le duo colonisateur / colonisé constitue la colonne vertébrale de ce travail : si l’ouvrage laisse la part belle aux colons Européens, l’autrice n’en écarte pour autant pas l’importance des acteurs indochinois eux-mêmes. Ceux-ci agissent à plusieurs niveaux dans le processus de construction et de cartographie du territoire ; ils et elles peuvent choisir de participer ou bien de résister. La confrontation et le recours à des acteurs locaux se font fréquemment : ils sont recrutés et formés par les colons pour jouer le rôle de géographes adjoints, ou pour arpenter les territoires et réaliser des levés topographiques de manière autonome. Parfois, l’incompréhension entre locaux et cartographes européens pose problème. Par exemple, les signaux géodésiques installés par les Européens sont souvent démontés par les locaux qui les recyclent (p. 123-124). De la même manière, la traduction des toponymes est rarement aisée et sujette à débats ; sans compter qu’Européens et Indochinois ne définissent ni ne décrivent l’espace de la même manière. Enfin, la question des frontières et de leur définition est révélatrice de la richesse des interactions entre colonisés et colonisateurs. Parfois, la frontière est définie en accord avec les élites locales, en respectant - plus ou moins - le maillage d’ethnies. Dans d’autres cas, après des négociations infructueuses, les colons en imposent un tracé. Une fois fixée, il faut la faire respecter : des bandes armées, de résistants ou de rebelles, transgressent les frontières définies par les Européens, qui engagent en réponse des autochtones pour protéger leurs intérêts. Cette attention portée au duo colonisateur / colonisé permet de dépasser le grand récit de l’établissement d’empires coloniaux omnipotents en proposant une vision plus nuancée des interactions en terres occupées.

  • 3 Harley John Brian, « Deconstructing the map », Cartographica, vol. 26, n. 2, 1986, pp. 1-20.

7En s’intéressant tout particulièrement aux pratiques de ses acteurs, aux conditions physiques des levés géographiques, l’autrice propose une relecture des propositions de l’histoire de la cartographie depuis J. B. Harley3, dans le contexte spécifique des entreprises coloniales européennes. Certains des présupposés fondateurs de cette nouvelle histoire de la cartographie sont aujourd’hui discutés et affinés. Ainsi, l’idée que la production d’une carte est un acte de pouvoir symbolique fort sur l’espace cartographié demeure importante à prendre en compte, notamment dans la propagande impériale déployée en métropole, mais perd de sa puissance dès lors que les opérations cartographiques quotidiennes des acteurs sont observées de plus près. La carte peut aussi révéler les faiblesses de l’empire, dans ses blancs ou en indiquant des poches de résistance.

8Le projet de Marie de Rugy d’écrire une histoire spatiale de cette construction des territoires de la péninsule Indochinoise trouve dans cet ouvrage un accomplissement certain. Par instants, la tâche est complexe : l’espace couvert par l’autrice est particulièrement vaste, ce qui force à des mouvements constants dans l’espace et le temps, brouillant parfois les cadres de l’étude spatiale. Toutefois, et c’est la grande force de l’ouvrage, plusieurs chapitres recourent à l’espace comme réel objet de recherches, et non comme simple argument historiographique. La mention de l’idée de « distance-temps » (p. 197) et la prise en compte du terrain sont centrales dans l’écriture d’une histoire proprement spatiale, parce qu’elles rendent compte de l’impact concret des distances, des configurations spatiales, sur les évènements qu’étudient les historien•nes. Se saisir des routes et des espaces frontaliers comme objets d’une histoire spatiale force de même à observer les dynamiques de structuration de l’espace à l’œuvre dans l’histoire des colonisations.

Haut de page

Notes

1 McClellan James, et Regourd François, The Colonial Machine: French Science and Overseas Expansion in the Old Regime, Turnhout, Brepols, 2011 ; Charles Loïc et Cheney Paul, « The Colonial Machine Dismantled », Past & Present, vol. 219, n°1, 2013, pages 127–163.

2 Ackermann James (dir.), The Imperial Map. Cartography and the Mastery of Empire, Chicago, University of Chicago Press, 2009.

3 Harley John Brian, « Deconstructing the map », Cartographica, vol. 26, n. 2, 1986, pp. 1-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Vailly, « Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885 – 1914) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 05 novembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28163

Haut de page

Lieu

Thaïlande

Birmanie

Vietnam

Cambodge

Chine

Inde

France

Royaume-Uni

Haut de page

Rédacteur

Martin Vailly

Doctorant contractuel EUI/EHESS, mon travail concerne les cultures géographiques à la fin du règne de Louis XIV.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page