Navigation – Plan du site
Le formalisme russe cent ans après

Le formalisme russe cent ans après

Catherine Depretto, John Pier, Philippe Roussin (dir.), « Le formalisme russe cent ans après », Communications, n° 103, 2018, 292 p., Paris, Seuil, ISBN : 9782021406467.
Notice publiée le 05 novembre 2018

Présentation de l'éditeur

Proches des avant-gardes artistiques à leurs débuts, les formalistes russes ont révolutionné l’étude de la littérature, entre 1915 et 1930. Ils ont également joué un rôle essentiel et pionnier dans le développement des études de folklore, de la théorie du cinéma et de l’anthropologie structurale. Réduit au silence par le pouvoir, en URSS, à la fin des années 1920, le mouvement a ensuite en partie poursuivi et déplacé ses activités à Prague, entre 1929 et 1939.

C’est seulement à partir du milieu des années 1960, dans le contexte du « dégel », que les recherches des formalistes ont été progressivement redécouvertes et reconnues à l’Est comme à l’Ouest et que s’est opéré le grand tournant de la prise de conscience de leur importance. Les découvertes du mouvement comptent aujourd’hui au nombre des acquis fondamentaux des sciences humaines du siècle passé. Cent ans après l’éclosion du formalisme, cinquante ans après son premier moment de diffusion en Occident, trente ans après l’ouverture relative des archives en Russie, le temps était venu d’évaluer son héritage et de réexaminer le contexte historique et culturel de ses travaux.

Sommaire
- Catherine Depretto, John Pier, Philippe Roussin – Présentation.

- Tzvetan Todorov – Dernier retour sur les formalistes.

- Boris Tomaševskij, présenté, traduit du russe et annoté par Catherine Depretto – La méthode formelle (en guise de nécrologie).

- Roman Jakobson, Viktor Šklovskij, Jurij Tynjanov, traduit du russe, présenté et annoté par Catherine Depretto – Correspondance, 1928-1929.

- Frédérique Matonti – Premières réceptions françaises du formalisme. Retour sur Théorie de la littérature.

- Wolf Schmid – Energeia, an Underestimated Facet of Šklovskij’s Concept of Sujet.

- Christine Noille – Rhétorique de la composition. La forme du roman du point de vue attentionnel.

- Philippe Roussin – Qu’est-ce qu’une forme littéraire ?

- Sylvie Archaimbault – Grigorij Vinokur et la « culture de la langue ».

- Catherine Depretto – Formalisme et poétique. Boris Tomaševskij, le formaliste oublié

- Natalia Avtonomova, traduit du russe par Alexis Berelowitch, Catherine Depretto – Considérations sur la « branche cadette » du formalisme russe : Mixail Gasparov, Boris Jarxo, Gustav Špet.

- Nadia Podzemskaia – La notion de faktura dans les arts visuels en Russie, années 1910-1920. Au croisement des approches formalistes et phénoménologiques.

- Michel Espagne  – Un formalisme germano-russe : le cas de Viktor Žirmunskij (1891-1971).

- Aage A. Hansen-Löve, traduit de l’anglais par Nelly Valtat, et Philippe Roussin – Genèse vs théorie de l’évolution. Tynjanov, Darwin et la lutte des genres littéraires pour la survie.

- Tomáš Kubícek, traduit de l’anglais par Nelly Valtat, et du tchèque par Laurent Vallance – L’évolution littéraire selon Tynjanov et Jakobson au tournant des années 1920-1930.

- Tomaš Glanc, traduit du russe par Stéphanie Cirac, et revu par Philippe Roussin – Une généalogie du structuralisme.

- Michał Mrugalski, traduit de l’anglais par Jérémie Conan, et Philippe Roussin – Le « formalisme » polonais et l’héritage du formalisme russe.

- Caryl Emerson, traduction en français revue par Catherine Depretto, et Philippe Roussin
 – Mixail Baxtin redécouvre les formalistes au sortir de la nuit stalinienne.

- Katalin Kroó – From the Formalist to the Semiotic Theory of Literature.

- John Pier – Monde narratif et sémiosphère.
 

Haut de page

Auteurs

Catherine Depretto (dir.)

 Centre de recherches sur les cultures et littératures d’Europe centrale, orientale et balkanique, EA 4084, Paris-Sorbonne

John Pier (dir.)

Professeur d’anglais à l’Université de Tours, John Pier est membre associé du CRAL et l'un des fondateurs de la collection Narratologia (Walter de Gruyter).

Philippe Roussin (dir.)

Philippe Roussin, directeur de recherche au CNRS,enseigne dans le cadre de la mention « Théories et pratiques du langage et des arts » du master et de la formation doctorale « Arts et langages » de l’EHESS ainsi que de la spécialité « Théorie littéraire » du master Lettres de l’E.N.S.

Publications du même auteur

Haut de page