Navigation – Plan du site

Pourquoi les pauvres n’aiment pas les impôts, et pourquoi les riches s’en accommodent fort bien

Arthur Jatteau
Résistances à l'impôt, attachement à l'État
Alexis Spire, Résistances à l'impôt, attachement à l'État. Enquête sur les contribuables français, Paris, Seuil, 2018, 310 p., ISBN : 9782021367683.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Robert Delorme et Christine André, « Deux siècles de finances publiques. De l’État circonscrit à l’ (...)
  • 2 En 2017, les prélèvements obligatoires représentaient 45,4 % du PIB.

1Pas un jour sans qu’il soit question dans les médias de fiscalité ou d’intervention de l’État de l’économie, et le plus souvent des deux. Par l’intermédiaire des prélèvements obligatoires, l’État est aujourd’hui un acteur incontournable de l’économie. Ça n’a pas toujours été le cas. À l’« État circonscrit » du long XIXe siècle, dont le poids dans le PIB oscillait autour de 10 %, succède, après une période de transition pendant l’entre-deux guerres, l’ « État inséré »1 tel qu’on le connait depuis l’après Seconde Guerre mondiale. Désormais, il compte pour environ la moitié du PIB, et cette approche comptable minore d’autres formes d’intervention non monétaires, comme la législation. Cet accroissement du poids de l’État dans l’économie a été rendu possible par une hausse dans des proportions équivalentes des prélèvements obligatoires, essentiellement composés des impôts et des cotisations sociales. Se pencher sur la fiscalité, c’est donc se pencher sur près de la moitié de l’économie française2.

2Ces quelques éléments contextuels cherchent à donner la mesure de l’objet d’étude que se donne Alexis Spire depuis plusieurs années, et qui occupe le présent ouvrage. La compréhension du fonctionnement du système fiscal est un enjeu majeur politiquement. À première vue, la fiscalité est un sujet technique dont l’étude échoit soit au juriste (à travers le droit fiscal, mais également le droit du travail et le droit social) parce qu’il serait question de lois et de règles, soit à l’économiste (à travers l’économie des inégalités, la théorie de la taxation optimale…) parce qu’il serait question d’argent. Que vient donc faire un sociologue en cette galère ?

  • 3 Alexis Spire, Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir, 2012, 134 p.

3Les textes juridiques se traduisent par des pratiques que la sociologie permet de saisir. Entre la loi et son application, il y a un écart dans lequel la sociologie peut s’engouffrer pour dépasser la vision d’un système fiscal basé uniquement sur des règles juridiques et proposer une vision réaliste de la fiscalité, telle qu’elle est appliquée et vécue par les contribuables. Dans un précédent ouvrage3, Alexis Spire mettait à bas de manière convaincante l’idée d’égalité devant la loi (fiscal), en montrant qu’aux guichets de l’administration fiscale, les riches et les pauvres n’étaient pas traités de la même manière, les possibilités d’arrangement offertes aux premiers étant bien plus nombreuses que celles proposées aux seconds. Résistances à l’impôt, attachement à l’État prolonge ce travail en se penchant sur le rapport que les contribuables entretiennent à la fiscalité.

4Les résultats d’Alexis Spire invitent à nuancer fortement les explications avancées par la théorie économique standard, qui s’appuie essentiellement sur l’hypothèse d’un choix rationnel des agents économiques. Le choix de payer ou non un impôt serait ainsi le résultat d’un calcul et l’excès d’imposition réduirait la propension à payer, suivant la fameuse courbe de Laffer, dont les vérifications empiriques restent encore à trouver. Alexis Spire propose, et en un sens oppose, une autre voie en évoquant la conformation à des routines, construites dans une forme de socialisation fiscale.

  • 4 Cette question n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle posée par Thomas Frank dans Pourquoi les pa (...)
  • 5 Magali Beffy et al., La protection sociale en France et en Europe en 2015, Paris, Direction de la r (...)
  • 6 La taxation des successions dépendant du montant de l’héritage et du lien que l’héritier entretient (...)

5De manière plus originale et plus intéressante encore, l’ouvrage cherche à rendre compte d’un paradoxe saisissant, que l’on pourrait résumer ainsi, de manière certes caricaturale mais non dénuée de vérité : pourquoi les pauvres sont-ils davantage hostiles aux impôts que les riches4 ? Et, pour reprendre le titre de cette note critique, pourquoi les pauvres n’aiment-ils pas les impôts, pourquoi les riches s’en accommodent-ils fort bien ? Pour comprendre le paradoxe que cela peut constituer, il faut se rappeler que les plus pauvres sont les premiers bénéficiaires de prestations sociales (les prestations sociales représentent près des trois quarts du revenu disponible du premier décile de niveau de vie en 20155). En s’appuyant sur une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population française métropolitaine et âgée de 18 à 75 ans, Alexis Spire note que 85 % des enquêtés sont défavorables aux droits de succession, alors même que seul un tiers sont concernés6. Si aucun autre impôt n’atteint une défiance telle que celui sur les successions, les pauvres sont de manière générale plus enclins à critiquer le système fiscal, ce qui signifie que les riches lui sont les plus favorables. Comment le comprendre ? En saisissant la fiscalité telle qu’elle se fait et telle qu’elle est vécue et perçue par les contribuables.

6Pour mener à bien son enquête, Alexis Spire a recours à des méthodes qualitatives et quantitatives. Les premières sont fidèles à celles qu’il a développées dans ces précédents ouvrages et consistent, d’une part, à observer des interactions entre contribuables et agents publics aux guichets de l’administration fiscale et, d’autre part, à réaliser des entretiens avec ces mêmes contribuables. Cela permet de saisir comment la fiscalité se joue sur le terrain, et non pas simplement comment elle est censée être appliquée si l’on s’en réfère uniquement au cadre législatif. On peut néanmoins se demander si circonscrire ses entretiens aux contribuables rencontrés dans les locaux des impôts ne risque pas d’introduire un biais quant à la constitution de l’échantillon. On peut en effet penser que ceux qui se rendent à ces rendez-vous sont plus contestataires que les autres, ou plus à l’aise dans les interactions avec l’administration. Ce ne sont là que des hypothèses, difficilement étayables, mais on peut regretter que les rencontres avec les contribuables ne trouvent leur source qu’aux guichets fiscaux.

7Le volet quantitatif s’appuie sur une enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de la population française, dans le cadre du panel ELIPSS (Étude longitudinale par Internet pour les sciences sociales), réalisée en février 2017. Dans cette enquête ont été posées des questions relatives à la fiscalité.

Les différences sociales dans le rapport à l’impôt

L’injustice fiscale ressentie par les classes populaires

8La question de l’impôt n’a jamais représenté une revendication majeure du mouvement ouvrier. Il faut rappeler que les prélèvements obligatoires, s’ils pouvaient peser dans le budget des classes populaires, sont restés relativement faibles pendant longtemps, si on les compare à ce qu’ils sont aujourd’hui. De plus, les contribuables les plus pauvres ne sont historiquement pas soumis à l’impôt le plus commenté, l’impôt sur le revenu. La lutte s’est longtemps faite pour un meilleur partage des revenus primaires, c’est-à-dire de la valeur ajoutée, et non de la redistribution a posteriori de ces différentes parts.

9Néanmoins, les classes populaires aujourd’hui bénéficient dans des proportions non négligeables des dépenses publiques, que ce soit à travers des prestations sociales ou des services publics. Dans la mesure où il n’y a pas de redistribution sans prélèvements, on pourrait donc penser, si l’on adhère au modèle de l’homo oeconomicus, qu’elles seraient favorables à l’impôt. Comme on l’a dit, il n’en rien, et ses membres y sont davantage hostiles que ceux des autres classes sociales.

10Pour le comprendre, Alexis Spire avance deux pistes. La première tient dans les rapports qu’entretiennent les classes populaires avec l’administration fiscale. En observant l’interaction entre les contribuables de cette classe et des agents de l’administration fiscale, l’auteur note combien les premiers sont désemparés face à la logique qui structure ces échanges. La faible maîtrise du vocabulaire spécifique de la fiscalité et la complexité des calculs à l’œuvre les enferment dans un sentiment d’injustice, auquel Alexis Spire donne d’ailleurs un fondement objectif en montrant que les membres des classes populaires sont ceux qui obtiennent le moins souvent satisfaction lors de désaccords avec l’administration fiscale. Plus qu’un rejet de l’impôt, il s’agit d’un rejet de l’injustice dont ils s’estiment victimes. Cette injustice est doublement vécue : du côté des prélèvements comme du côté des usages qui en sont faits. Les premiers ne sont pas pensés comme la contrepartie des seconds dont ils seraient bénéficiaires, mais comme une simple ponction.

11L’attachement au travail constitue une autre dimension explicative dans le rapport que les classes populaires entretiennent à l’impôt. Gagner sa vie par le travail constitue une forme d’honneur auquel s’opposent les prestations sociales (surtout assistantielles) financées par la fiscalité. Payer des impôts, ce serait ainsi payer pour ceux qui ne travaillent pas. Une double peine en quelque sorte : celle de travailler quand d’autres s’en dispensent, et celle de devoir s’acquitter d’impôts pour ces « assistés ». On retrouve ainsi chez les classes populaires le discours patronal, comme on a pu le voir lors des manifestations des « bonnets rouges » contre l’écotaxe, où la fiscalité est considérée comme un obstacle au travail. On est ici pleinement dans la vision des cotisations, et plus généralement de tout type de prélèvements (car on y inclut implicitement la CSG, qui est un impôt), comme des « charges ». L’attachement au travail permet également d’expliquer, selon Spire, la défiance des classes populaires à l’égard des droits de succession, perçus comme un impôt sur le revenu « au carré », puisqu’ils taxent non pas une année de revenus, mais toute une vie de labeur.

Les classes moyennes, l’impôt malgré elles

  • 7 Alexis Spire, op. cit.

12Pour caractériser le lien que les classes moyennes entretiennent à l’impôt, Alexis Spire parle de « rapport contractuel ». L’observation des guichets de l’administration fiscale7 montre que la règle fiscale est remise en jeu au gré des interactions entre contribuables et agents du fisc. Aussi existe-t-il des possibilités d’arrangement, que l’on trouve directement dans le droit fiscal ou dans l’espace laissé entre la règle et son interprétation. Cet espace est investi par les classes moyennes qui s’en servent le cas échéant pour essayer de réduire le montant de leur imposition. Alexis Spire souligne qu’il contribue également à accroître l’acceptation de la fiscalité. Cette flexibilité fiscale de l’administration contribue en effet à renforcer l’adhésion ou, si l’on veut, à diminuer la non-adhésion de cette classe dans laquelle se reconnaît la majorité des enquêtés.

13Le constat que dresse Alexis Spire est à mettre en miroir de l’existence des fameuses niches fiscales, ces dispositifs dérogatoires au droit commun fiscal qui permettent de réduire les impôts versés. Ces niches ne profitent pas qu’aux plus riches puisque les membres des classes populaires y ont également recours. La prise en compte de la vision que semblent avoir les classes moyennes des impôts – dont il ne faut d’ailleurs pas exagérer à ce sujet l’unité (le clivage public/privé étant particulièrement probant en la matière) – permet de considérer sous un nouveau jour le débat autour de ces niches fiscales. Si, dans une optique économique, afin d’accroître les rentrées fiscales, ou dans une optique de justice (pourquoi est-ce qu’on réduirait les impôts de celles et ceux qui emploient un travailleur à domicile en particulier ?), on peut vouloir sinon leur disparition du moins leur diminution, dans un objectif d’accroissement ou même de maintien de l’acceptation de l’impôt, elles semblent jouer un rôle non négligeable, y compris auprès des classes moyennes.

La réappropriation de l’impôt par les classes supérieures

14Les classes supérieures ont un rapport apaisé à l’impôt. De manière surprenante de prime abord, Alexis Spire constate que les contribuables y appartenant sont les plus nombreux à qualifier les différents impôts de « justes », y compris l’impôt sur le revenu qui est pourtant théoriquement progressif et auquel ils sont donc proportionnellement davantage soumis que les autres. Les critiques généralisées et organisées de la fiscalité de la part des plus riches sont plutôt rares et ne prennent jamais des formes aussi explicites que les contestations portées par certains travailleurs indépendants, comme nous allons le voir. Là encore, un paradoxe se fait jour : les riches sont les moins critiques à l’égard des impôts, alors qu’ils sont censés en payer le plus.

15Comment l’expliquer ? Par la possibilité qu’ils ont de « transformer la contrainte en choix » (p. 117). Le droit fiscal offre maintes possibilités d’arrangements pour qui a les moyens de le comprendre et de s’y retrouver. Abattements, exonérations, défiscalisations sont autant de dispositifs dont se saisissent les classes dominantes, le plus souvent en toute légalité. Cet accommodement de la loi fiscale suppose de ne pas la subir passivement. Ce faisant, les plus riches réalisent un double mouvement dont ils tirent profit, à tous les sens du terme : en utilisant les multiples dérogations existantes (en particulier les niches fiscales), ils se soumettent à leur obligation fiscale, mais en jouant sur leurs possibilités, ils peuvent dans une certaine mesure choisir la façon de payer leurs impôts (dons aux associations, constitution d’un patrimoine immobilier à travers les dispositifs Duflot ou Pinel…). Il s’agit de trouver, dans le maquis fiscal, comment transformer des obligations en opportunités.

La méfiance des indépendants vis-à-vis des impôts

16Les indépendants constituent un groupe à part, très hétérogène, ce qui lui vaut un traitement particulier de la part de l’auteur, comme s’il transgressait les classes sociales. Il est vrai que l’on trouve d’un côté des « petits indépendants », des commerçants ou des artisans qui peinent à dégager des revenus décents pour vivre, et d’un autre des professions libérales, comme les médecins et les avocats, qui comptent parmi les professions les plus rémunératrices. Mais ce qui semble unir ces différentes catégories, si l’on en croit l’enquête menée par Alexis Spire, c’est leur méfiance commune vis-à-vis de la fiscalité.

17Si rien ne les distingue des salariés en matière d’imposition sur le revenu, ce n’est pas le cas pour les cotisations sociales. Celles-ci sont prélevées directement sur la feuille de paie des salariés et ce prélèvement apparaît indolore. À l’inverse, les indépendants doivent les verser a posteriori, c’est-à-dire après avoir encaissé leurs rémunérations. Il s’agit donc là d’un décaissement, ce qui rend d’autant plus visible leur paiement et qui explique en partie la vision négative qu’ils en ont.

18De plus, les indépendants partagent l’idée forte qu’ils ne perçoivent pas de prestations à hauteur des cotisations qu’ils versent, notamment en matière de pensions de retraite. Il faut donc « faire sa retraite » soi-même, par exemple par l’intermédiaire d’investissements immobiliers.

19Cette « survisibilité » des cotisations sociales et l’impression de ne pas vraiment en bénéficier constituent les deux griefs majeurs des indépendants à l’égard de la fiscalité. Certains indépendants parviennent toutefois à tirer avantage de la temporalité des prélèvements. Jouer sur certaines règles fiscales leur permet de minimiser les sommes dues, en étalant dans le temps certains versements, en s’appuyant sur des artifices comptables ou en modulant leur rémunération (dividendes, salaires, prestations en nature…). La fraude fiscale, notamment à travers la minimisation du chiffre d’affaires rendue possible par le paiement en liquide, constitue une autre voie suivie par les indépendants. Loin de constituer à leurs yeux une entrave à la morale, elle représente au contraire une réparation des injustices fiscales qu’ils estiment subir.

L’État contre lui-même

20Alexis Spire, dans une démonstration particulièrement convaincante, montre comment les gouvernant successifs, et plus généralement la sphère politique dans son versant le plus médiatique, contribuent à amoindrir le consentement à l’impôt. Ce processus se déroule en deux temps : il s’agit d’abord d’orienter dans un sens particulier la perception qu’ont les contribuables de la structure fiscale et ensuite d’affaiblir la légitimité même de l’impôt.

L’invisibilité sociale de la structure fiscale

21En étudiant notamment la place de différents impôts dans les journaux télévisés du soir, l’auteur montre que leur poids médiatique ne correspond pas à leur poids dans l’ensemble des prélèvements obligatoires : les contribuables ont une vision biaisée de la structure fiscale. Ainsi certains impôts sont-ils invisibilisés, comme la CSG, prélevée à la source, alors que son poids n’a cessé de croître ces dernières années et dépasse largement celui de l’impôt sur le revenu. Dans les journaux télévisés de 2015, l’impôt sur le revenu occupait une place disproportionnée, focalisant 58 % des apparitions sur la fiscalité, contre 8 % pour la CSG et 34 % pour la TVA, qui est pourtant l’impôt qui rapport le plus à l’État. Ainsi Alexis Spire parle-t-il de « débat fiscal en trompe-l’œil » (p. 26). Pour compléter le tableau, il faudrait également évoquer la méconnaissance des « niches fiscales », fort nombreuses et qui coûtent chaque année plusieurs dizaines de milliards d’euros au budget de l’État, sans que leur efficacité ne soit toujours attestée.

22Au final, les contribuables ont une perception fantasmée du système fiscal, en le pensant plus progressif qu’il n’est réellement. L’impôt sur le revenu pèse plus dans leur imaginaire fiscal que la TVA ou la CSG, dont les montant sont pourtant plus élevés. Mais ces dernières sont également plus indolores, puisque la TVA est invisibilisée par le fait qu’elle est incluse dans les prix et que la CSG est prélevée à la source. Ce point doit éclairer le changement à venir du mode de prélèvement de l’impôt sur le revenu. Il n’est pas impossible que les salariés, voyant sur leur fiche de paie deux impôts de nature différente, l’un proportionnel (la CSG), l’autre progressif (l’impôt sur le revenu), se demandent les raisons de l’existence d’une telle différence. Dès lors que les deux sont prélevés à la source, pourquoi ne pas basculer l’un dans l’autre ? Une approche progressiste en matière de justice fiscale appellerait ainsi à une « progressivisation » de la CSG, qui peut passer par sa fusion avec l’impôt sur le revenu.

Le travail de délégitimation de l’impôt

23D’où vient cette invisibilisation de la structure fiscale ? Sans prétendre épuiser cette question, Alexis Spire se tourne vers l’État et plus exactement vers ses différents représentants, en pointant leur travail de sape contre l’impôt. Autrement dit, c’est l’État lui-même qui se dépossède de l’arme fiscale, alors qu’il s’agit d’un des domaines pour lesquels sa souveraineté est la plus établie, là où les marges budgétaires sont limitées par les traités européens et la politique monétaire abandonnée depuis le passage à la monnaie unique.

24Les différents gouvernants qui se sont succédés ces dernières années ont tous affirmé leur volonté de baisser les impôts, dans une rare unanimité, comme il s’agissait là d’une évidence. Dans le même temps, ils oublient de préciser les services publics et les prestations sociales auxquels il faudrait alors renoncer. Des responsables politiques, à gauche comme à droite, ont ainsi repris à leur compte le « ras-le-bol fiscal » que ressentiraient les Français, et dont l’enquête sur laquelle s’appuie Alexis Spire montre qu’il s’agit plutôt d’un ras-le-bol de l’injustice fiscal, ce qui est bien différent. Côté dépenses, ils pointent plus volontiers du doigt des prestations sociales, comme le RSA, dont le poids total est pourtant très faible, contribuant à une vision déformée de ce qu’est l’État, avec un décalage entre le poids réel de certaines dépenses (relevant essentiellement de l’assistance) et le poids que leur accordent beaucoup de contribuables. Ainsi, de nombreux bénéficiaires d’aides sociales n’en ont pas conscience, comme ils ignorent l’existence des niches fiscales. Alexis Spire parle à ce sujet d’une « production sociale de l’ignorance » (p. 258).

25Ce travail de délégitimation de l’impôt par l’État lui-même aboutit au résultat surprenant que nous avons déjà évoqué : plus on monte dans la hiérarchie sociale, moins on critique l’impôt. Ce simple fait devrait pourtant interpeller, en ce qu’il en dit long sur la perte de progressivité de notre système fiscal, et surtout du manque de confiance à son égard de la part des classes populaires. Notons que ça n’a pas toujours été le cas, puisqu’auparavant, ce n’était pas les plus pauvres les plus hostiles à l’impôt, mais les plus riches.

Quelles perspectives politiques ?

26On ne peut faire le reproche à Alexis Spire de s’en tenir à son rôle de sociologue, mais la tentation est grande de dégager des perspectives politiques de son travail, si l’on pense que l’adhésion à la fiscalité est un ciment de notre démocratie et une condition indispensable au progrès social, par le financement des services publics et des prestations sociales qu’elle permet. Il est en effet possible de tirer de cette enquête des enseignements utiles pour qui souhaite changer les choses en matière fiscale.

  • 8 Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998, 271 p.

27Alexis Spire montre qu’un certain nombre d’enquêtés pratiquent simultanément fraude et civisme fiscal. En paraphrasant Bernard Lahire8, on pourrait dire que l’homme fiscal est un homme pluriel. La fraude est souvent vécue sur le mode de la réparation, du rétablissement d’une certaine forme de justice : fraude fiscale, mais pas fraude morale. C’est dans cette tension que l’on peut trouver, nous semble-t-il, une piste de solution. Les Français ne sont pas opposés à l’impôt par principe, hormis peut-être les indépendants qui y sont les plus rétifs. C’est bien l’injustice fiscale ressentie par les contribuables qui pose problème, injustice dont le corolaire est une fraude fiscale jugée acceptable par certains parce qu’elle contribue précisément à rétablir une forme de justice. Il s’agit donc là d’un premier enseignement : pour accroître le consentement à l’impôt, il faut accroître le sentiment de justice qui y est attaché.

  • 9 Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez, Pour une révolution fiscale. Un impôt sur le reve (...)

28Améliorer le sentiment de justice fiscal passe d’abord par une réforme de la fiscalité vers une plus grande progressivité9. Mais l’enquête d’Alexis Spire nous permet également de pointer une autre piste : celle d’un travail de pédagogie fiscale visant à démystifier l’impôt aux yeux des contribuables, en particulier des classes populaires et des classes moyennes. Les classes supérieures ont les moyens, tant financiers qu’intellectuels, de comprendre et de décrypter le système fiscal. Cela leur permet de profiter au mieux des possibilités d’allègements qu’il offre, ce qui explique pourquoi elles sont les classes les plus favorables aux impôts. Il s’agirait donc ici de mener un travail de production sociale de compréhension du système fiscal, qui peut s’appuyer sur une simplification du droit fiscal (limitation des niches fiscales, notamment) et de ce qu’il permet. Ce dernier volet ne doit pas être oublié, il convient de bien voir qu’à chaque recette fiscale correspond une dépense publique qui doit être également mise au jour et commentée.

Un apport salutaire à la sociologie économique

Combler l’insuffisance de la théorie économique de la fiscalité

  • 10 Neil J. Smelser et Richard Swedberg (dir.), The handbook of economic sociology, Princeton, Princeto (...)

29Depuis les années 1980, ce que l’on a appelé la « nouvelle sociologie économique » n’a eu de cesse de montrer qu’une « perspective sociologique appliquée aux phénomènes économiques », selon la définition qu’en donnent Neil Smelser et Richard Swedberg10, était salutaire. Dans les différents travaux qu’il a entrepris sur la fiscalité, Alexis Spire suit avec rigueur cette voie sur un sujet que la technicité apparente réserve pourtant le plus souvent aux économistes ou aux juristes.

  • 11 C’est particulièrement bien mis en avant dans un travail antérieur d’Alexis Spire, op. cit.

30Il montre que la fiscalité mérite d’être considérée comme un fait social et d’être étudiée comme telle. Les modèles théoriques que l’on trouve par exemple dans la littérature sur la fiscalité optimale échouent à prendre en compte les différentes dimensions, notamment symboliques, que revêt pourtant la fiscalité. On peut songer sur ce point à la délicate appréhension de l’impôt sur les successions, dont le rejet quasi généralisé ne saurait procéder d’un pur calcul rationnel, quand on sait que la part de ceux qui y sont défavorables excède bien largement celle de ceux qui y sont assujettis. Si la fiscalité ne saurait être simplement réduite à des équations, elle ne se résume pas davantage aux textes législatifs qui l’encadrent. Il y a certes un code général des impôts, mais il y a surtout la manière dont il est appliqué11 et celle dont il est vécu et ressenti par les contribuables, dont le présent ouvrage rend bien compte.

31Pour saisir complètement les effets de la fiscalité sur la société, il s’agit donc d’en faire, comme le propose Alexis Spire, un terrain au sens sociologique du terme. « Tout est terrain », pourrait-on dire, en particulier les domaines qui résonnent le plus souvent comme économiques. Au vu de leur importance dans le fonctionnement actuel de notre société, ils ne doivent pas être négligés.

Revoir le grand partage entre économie et sociologie

32Ce livre pose en creux une question épistémologique importante qui renvoie aux frontières disciplinaires. Il montre tout d’abord qu’il n’y a pas d’objets qui soient définitivement dévolus à telle ou telle discipline, mais qu’il y a simplement des objets qui, à certaines périodes, dans une certaine configuration, sont plutôt considérés par telle ou telle discipline. La fiscalité n’est pas un thème aussi populaire chez les sociologues que la famille ou l’école, mais il est pourtant particulièrement fécond, comme le montre cet ouvrage.

  • 12 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, traduit par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1976, (...)
  • 13 David Graeber, Dette. 5000 ans d’histoire, traduit par Françoise et Paul Chemla, Paris, Les liens q (...)

33Dans le même temps, le livre invite donc à repenser les frontières disciplinaires. Si l’on s’accorde à dire que, pour penser la fiscalité, l’économie et le droit ne suffisent pas, puisque la sociologie apporte des éléments de compréhension incontournables (mais on aurait pu aller voir du côté de l’histoire12 ou de l’anthropologie13), alors il faut penser la fiscalité de manière pluridisciplinaire. Plus généralement, il est permis d’appeler à la construction d’un réflexe pluridisciplinaire dans l’étude des faits sociaux.

Haut de page

Notes

1 Robert Delorme et Christine André, « Deux siècles de finances publiques. De l’État circonscrit à l’État inséré », Revue d’économie financière, 1991, p. 51‑64.

2 En 2017, les prélèvements obligatoires représentaient 45,4 % du PIB.

3 Alexis Spire, Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir, 2012, 134 p.

4 Cette question n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle posée par Thomas Frank dans Pourquoi les pauvres votent à droite, traduit par Frédéric Cotton, Marseille, Agone, 2013, xxv+412 p.

5 Magali Beffy et al., La protection sociale en France et en Europe en 2015, Paris, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère des Solidarités et de la Santé, 2017.

6 La taxation des successions dépendant du montant de l’héritage et du lien que l’héritier entretient avec le donateur.

7 Alexis Spire, op. cit.

8 Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998, 271 p.

9 Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez, Pour une révolution fiscale. Un impôt sur le revenu pour le XXIe siècle, Paris, Seuil, 2011, 133 p.

10 Neil J. Smelser et Richard Swedberg (dir.), The handbook of economic sociology, Princeton, Princeton University Press, 2005, 736 p.

11 C’est particulièrement bien mis en avant dans un travail antérieur d’Alexis Spire, op. cit.

12 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, traduit par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1976, 328 p ; Nicolas Delalande et Alexis Spire, Histoire sociale de l’impôt, Paris, La Découverte, 2010, 125 p.

13 David Graeber, Dette. 5000 ans d’histoire, traduit par Françoise et Paul Chemla, Paris, Les liens qui libèrent, 2013, 621 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jatteau, « Pourquoi les pauvres n’aiment pas les impôts, et pourquoi les riches s’en accommodent fort bien », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2018, mis en ligne le 06 novembre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28273

Haut de page

Rédacteur

Arthur Jatteau

Maître de conférences en économie et en sociologie à l’Université de Lille (Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques – Clersé).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page