Navigation – Plan du site

Ioana Popa, Joseph Morsel, Isabelle Backouche (dir.), « Terrains érudits, territoires savants », Genèses, n°110, 2018

Laure Mouchard
Terrains érudits, territoires savants
Ioana Popa, Joseph Morsel, Isabelle Backouche (dir.), « Terrains érudits, territoires savants », Genèses, n° 110, mars 2018, 174 p., Paris, Belin, ISBN : 9782410014112.
Haut de page

Texte intégral

1Inscrit dans le domaine de l’histoire des sciences sociales, ce numéro de la revue Genèses dirigé et introduit par Ioana Popa, Joseph Morsel et Isabelle Backouche comprend trois contributions qui s’attachent chacune à décrire des « territoires savants ». Cette formule, initiée dans l’introduction, permet de rendre compte du caractère historiquement constitué, et par ailleurs incertain, des constructions et arrangements disciplinaires. Loin de s’opposer à la notion même de « disciplines », les auteurs entendent souligner l’avantage heuristique à les considérer dans leur émergence, dans leur labilité, permettant ainsi d’échapper à une « vision essentialiste » et de les « considérer comme monolithiques ou indivisibles. » (p. 6). Les trois contributions présentées dans ce numéro rendent manifeste, au travers d’entrées très spécifiques (un site archéologique marocain, l’édition d’un manuscrit médiéval et l’espace de la sinologie parisienne au XIXe siècle), l’apport de ce cadrage clairement étayé dans l’introduction, par ailleurs riche de références auxquelles pourront se reporter les lecteurs.

2Clément Fabre étudie dans son article une controverse née de la publication en 1874 par le sinologue français Paul Perny d’un pamphlet accusant certains de ses homologues de charlatanisme et mettant en doute leurs capacités à pratiquer la langue chinoise. Connue des historiens, cette accusation à l’encontre de deux sinologues légitimés par leurs institutions, Stanislas Julien et le marquis d’Hervez de Saint-Denys (le second succède au premier au Collège de France), avait le plus souvent été lue comme une anecdote et mobilisée comme telle dans l’histoire de la sinologie. Pourtant, se jouent ici selon Clément Fabre des enjeux qui la dépassent, permettant d’appréhender le processus conflictuel par lequel la sinologie s’est institutionnalisée et les diverses « arènes » (p. 28) auxquelles elle s’est référée. C’est qu’en effet, « deux sinologies que tout oppose » (p. 12) co-existent alors sur la scène parisienne : la première tend à mobiliser de manière prépondérante un « impératif de scientificité philologique » (p. 18) et une étude des textes anciens quand la seconde, que représente l’abbé Paul Perny, met en avant la pratique du chinois contemporain, objet de l’École Spéciale des Langues Orientales et surtout diplomatiquement nécessaire dès la Première Guerre de l’opium en 1839. L’un des intérêts majeurs de cet article est la mise en lumière de la constitution de la sphère publique comme actrice de la dé-légitimation de la sinologie « de cabinet ». En effet la presse, dont la forme moderne se développe d’ailleurs de façon quasi contemporaine à cette affaire, prend part au débat sur l’« intérêt public » de l’étude des langues, a fortiori du chinois. L’article permet donc d’éclairer tout à la fois l’histoire de la constitution conflictuelle et concurrentielle de la sinologie au XIXe siècle, et la progression dans les sphères administratives, savantes, publiques et profanes, de l’idée d’une science d’« utilité publique » et d’intérêt général, liée ici à celle du « terrain » et de la pratique.

3Clémentine Gutron et François-Xavier Fauvel, par une « lente approche qui fait advenir les vestiges » (p. 34), rendent compte des pratiques qui constituent un site en objet d’intérêt archéologique, de leurs historicités et des contextes qui les rendent possibles et imaginables. Relative à la cité médiévale de Sijilmâsa, leur contribution qui s’inscrit dans une temporalité longue présente l’histoire de ce lieu et de ses appréhensions multiples, en soulignant qu’« un site archéologique ne préexiste pas au processus qui en fait un ensemble de structures et de relations soumis à la technique de l’archéologue » (p. 33). Ils rendent compte des divers investissements dont le site a été l’objet, jusqu’au leur propre (tous deux font partie de la mission franco-marocaine qui enquête sur le site). C’est tout d’abord l’histoire d’un souvenir-fantasme, celui d’une glorieuse cité perdue, qu’ils mettent en exergue, évoquant notamment le travail d’Émilien Renou en 1846. Si le géographe réussit à circonscrire l’espace du site, il ne l’a pour ainsi dire jamais pratiqué et revendique l’usage des textes anciens pour s’y référer. Le contexte colonial va profiter à l’approche de terrain et c’est un militaire, le lieutenant-Colonel Jean-Hyacinthe Dastugue, qui déterminera en 1867 l’emplacement des ruines. Se joue donc, entre 1846 et 1867, la requalification du site : de souvenir d’une cité fantasmée, Sijilmâsa devient petit à petit ruines. Mais ces appréhensions ne varient pas seulement dans le temps, elles se distinguent aussi dans l’espace puisqu’à la fin du XIXe, le site est par ailleurs un haut lieu de mémoire pour les souverains marocains qui s’y rendent en pèlerinage. L’histoire de Sijilmâsa, au XXe siècle, croise cependant celle d’un « désintérêt pour les choses du sous-sol, qui place la ligne de mire de l’observateur au niveau des élévations préservées à hauteur d’homme » (p. 39), ce qui ne lui bénéficie pas. En effet, l’archéologie se veut alors monumentale et la cité de Sijilmâsa, médiévale, composée et recomposée successivement d’un matériau peu pérenne (le pisé), rend quant à elle nécessaire la fouille. Si les sous-sols commencent à être explorés dès la fin des années 1960, il faudra attendre la création de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine marocain en 1985 pour que Sijilmâsa soit l’objet d’un intérêt national. En soulignant en creux la non-évidence de la prise en compte de la ruine comme objet de science (les sites archéologiques ne sont pas toujours-déjà des sites archéologiques), l’article de Clémentine Gutron et François-Xavier Fauvel rejoint la contribution de Joseph Morsel consacrée aux « modalités de mise à disposition des documents anciens » et au caractère « illusoirement transparent » (p. 56) qu’on leur a attribué.

  • 1 Ginzburg Carlo, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, n°6, 1980 (...)

4L’auteur retrace l’histoire du registre de l’officialité de Cerisy de 1314-1315 et de l’édition dont il a fait l’objet. Les registres d’officialité collectionnent les divers écrits et enregistrent les diverses pratiques des Officialités, ces tribunaux d’Église formés aux alentours de 1200 et régis par les principes de la plainte, de la requête mais aussi de l’enquête (inquisitio) notamment en matière d’infractions matrimoniales. Détruit en 1944 sous les bombardements de Saint-Lô où il était conservé aux Archives Départementales, le registre de Cerisy avait fait l’objet d’une édition précoce en 1880 par Gustave Dupont. Cette publication, heureuse pour les médiévistes puisqu’elle demeure quasiment la seule « trace » de la source originale, a été réalisée à partir d’une transcription manuscrite établie par Delisle trois décennies plus tôt (détruite elle aussi) et rend compte avec force de la pratique historienne de la fin du XIXe siècle et de ce qu’étaient les « historiens avant leur institutionnalisation » (p. 60). L’édition de Dupont elle-même est peu loquace quant aux opérations qui l’ont fondée et aux modifications qu’il a fait subir, depuis la transcription de Delisle, au manuscrit original. L’appareil méthodologique et documentaire, en somme, est quasiment absent des paratextes, d’ailleurs succincts, qui entourent la transcription. Or, les travaux historiques qui ont mobilisé cette édition de 1880 ont pour ainsi dire laissé de côté ces « indices »1 de transformation du manuscrit que Joseph Morsel révèle, et l’ont utilisé comme si « la procédure d’édition était une technique neutre » (p. 59) : comme la source elle-même, « gisement de données » (p. 63) permettant d’éclairer le crime au Moyen-âge. À la faveur d’une planche de fac-similé du manuscrit original produite à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1878, Joseph Morsel souligne la transformation structurelle que, dans une logique toute chronologique (et par ailleurs fondée sur quelques appréciations malheureuses de chiffres romains), G. Dupont a opéré, recomposant le manuscrit selon un déroulement qui lui paraissait le bon. Son édition ne reproduit donc pas l’ordre temporel initial du manuscrit et les crimes sont exposés, dans certaines sections, avant que les enquêtes ne les aient révélés. Ainsi, alors que l’édition de Dupont mobilisée depuis les années 1970 par les historiens éclairait sur l’histoire des crimes au Moyen-Age, la même édition lorsqu’elle est critiquée et contrôlée éclaire sur l’histoire de « la norme qui fabrique le crime » (p. 69) et sur la « logique proprement criminogène de l’inquisitio » (p. 70).

  • 2 Appadurai Arjun (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Londres-New (...)

5Cet « exercice du doute » (p. 64) mis en œuvre par Joseph Morsel et qu’il appelle de ses vœux, réaffirme que les éditions de sources produisent de « nouvelles sources » et qu’il convient d’en apprécier les variations à l’original auquel elles ne peuvent se substituer. Il s’agit là d’un impératif pour comprendre d’abord les pratiques historiennes qui les ont mises en œuvre, puis les pratiques historiennes qui les ont mobilisées, enfin, les pratiques mêmes dont les documents originaux sont censés rendre compte, en somme la « vie sociale »2 de l’objet. En plus d’un éclairage sur cet objet très particulier que constitue le registre de Cerisy, les lecteurs apprécieront les nombreuses références bibliographiques relatives à la fabrique des archives et aux méthodes « d’exploitation des textes » (p.63) que l’auteur offre à lire.

6Cas particuliers, comme autant de « coups de sonde » (p. 3) dans l’histoire des sciences sociales, toutes ces contributions soulignent la nécessité de penser et de comprendre la labilité des objets en jeu dans les pratiques savantes et érudites. Clémentine Gutron et François-Xavier Fauvelle soulignent clairement la longue entreprise de qualifications successives que le site Sijilmâsa a supporté ; Clément Fabre rend manifeste que les sinologies de terrain et de cabinet ne réfèrent finalement pas tout à fait au même objet d’étude. À l’instabilité des objets en jeu, répond par ailleurs l’impératif de prendre en compte la frontière « souple, poreuse et fluctuante […] entre ceux que l’on tient respectivement pour des professionnels et pour des amateurs de la ‘‘science’’ » (p. 4), que l’introduction met clairement en lumière. On ne peut, à la lecture de ce dossier, que souscrire à cette phrase conclusive de Joseph Morsel : « L’évidence n’est jamais qu’une histoire tombée dans l’oubli » (p. 72).

Haut de page

Notes

1 Ginzburg Carlo, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, n°6, 1980, p. 3-44.

2 Appadurai Arjun (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Londres-New York, Cambridge University Press, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mouchard, « Ioana Popa, Joseph Morsel, Isabelle Backouche (dir.), « Terrains érudits, territoires savants », Genèses, n°110, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 novembre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28287

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page