Skip to navigation – Site map

Jacques-Louis Lantoine, Spinoza après Bourdieu. Politique des dispositions

Jean Zaganiaris
Spinoza après Bourdieu
Jacques-Louis Lantoine, Spinoza après Bourdieu. Politique des dispositions, Paris, Editions de la Sorbonne, series: « La philosophie à l'œuvre », 2018, 144 p., ISBN : 9791035100902.
Top of page

Full text

1L’essai de Jacques-Louis Lantoine est issu d’une thèse de doctorat intitulé L’agent automate. Le concept de disposition chez Spinoza, soutenue à l’ENS de Lyon en novembre 2016. Le parti-pris est intéressant : comment penser l’État de manière « dépassionnée », en s’affranchissant à la fois de « la disposition anarchiste » de l’intellectuel idéalisant la liberté et de son « adhésion spontanée » aux institutions étatiques ? De quelle façon peut-on interroger l’obéissance à l’autorité politique à partir non pas des modes de légitimation du pouvoir chers à Max Weber, mais de ce que Jacques-Louis Lantoine appelle « une anthropologie politique dispositionnaliste » ? Cette approche montre les mécanismes à travers lesquels les agents incorporent socialement et reproduisent la domination : « L’empire des signes et la coutume expliquent l’établissement des pouvoirs et la docilité des sujets, mieux que l’empire de la raison ou de l’intérêt bien compris, pour ne rien dire de la force brute » (p. 12).

2La comparaison entre Spinoza et Bourdieu a le mérite d’insister sur les ressemblances et les différences entre deux penseurs appartenant à des contextes forts éloignés, ayant posé des problématiques qui leurs sont propres et produits des théories distinctes. L’idée est de lire Spinoza à partir de Bourdieu, qui le cite régulièrement dans ses textes sociologiques, mais également de lire Bourdieu à partir de Spinoza pour repenser ses propos sur l’État et l’habitus. Selon Jacques-Louis Lantoine, les deux auteurs se sont penchés chacun à leur manière sur la façon dont la réalité sociale affecte les corps et prédispose les individus à se soumettre au pouvoir à partir de leurs passions, notamment les sentiments d’espérance et de crainte. En combinant les approches philosophique et sociologique, il s’agit de conceptualiser les affects du social et de comprendre dans toute sa complexité le rapport au pouvoir des populations gouvernées.

3Jacques-Louis Lantoine insiste sur le rôle des institutions au sein de la pensée de Bourdieu et celle de Spinoza. Si l’obéissance au pouvoir est précaire en elle-même, les instances médiatrices se chargent de créer des « contre-feux » permettant de canaliser les menaces pesant sur l’État. Que cela soit dans « l’obsequium » chez Spinoza ou dans la « Realpolitik de la raison » chez Bourdieu, les deux auteurs développent une théorie normative de l’État visant à penser la liberté accordée aux individus à travers leur acceptation des institutions et leurs dispositions affectives. Il existe des mécanismes par lesquels l’ordre établi est incorporé et reproduit par les agents. L’obéissance n’est pas innée, elle est le fruit de conditions sociales qui la rendent possible et elle est liée aux affects des agents.

  • 1 Bien entendu, l’auteur répond à cette question en indiquant que tous les individus ne sont pas dupe (...)

4Si Jacques-Louis Lantoine a raison de partir de Hobbes et de Rousseau pour expliquer la façon dont Spinoza élabore sa conceptualisation du pouvoir étatique et les logiques de l’obéissance, la comparaison avec Bourdieu laisse entrevoir un axe d’ouverture possible également avec Foucault. Les propos de l’auteur de Surveiller punir sur la discipline et la gestion du vivant auraient eu toute leur place au sein de cet ouvrage, d’autant plus que Jacques-Louis Lantoine évoque le « marquage des corps » chez Spinoza et « l’apprentissage par corps » des dispositions chez Bourdieu. Si le corps est une « mémoire » dans laquelle le pouvoir inscrit des signes, des normes, des affects, quelle place reste-t-il à la liberté ? L’État est capable d’exercer un dressage des agents en se passant de la force pour se faire obéir et en privilégiant les conditionnements sociaux ou la soumission aux convenances. Les nouvelles techniques managériales, privilégiant une convivialité de façade pour mieux faire accepter des normativités parfois très violentes à ceux qui doivent obéir, s’inscrivent dans ce registre. Si Jacques-Louis Lantoine montre que ces dispositions socialement construites à l’égard de l’obéissance ne sont pas des « états passagers » mais des « structures qui viennent informer notre rapport au monde et à nous-même » (p. 33), il pose également la question de savoir si les agents sont tous dupes quant aux conditionnements dans lesquels on essaie de les enfermer1. Le conatus de Spinoza, cet effort des personnes pour persévérer dans leur être, montre l’ambivalence des mécanismes dispositionnels, que l’on ne peut réduire à de simples logiques déterministes.

5Si chez Bourdieu le système d’incorporation est difficilement muable, il en est autrement chez Spinoza, où l’on trouve de nombreux changements de disposition dans le comportement des agents. Ces derniers sont des « automates incontrôlés » dont les états ne cessent de changer. Leurs dispositions ne sont pas liées, comme chez Bourdieu, à des effets durables exercés sur les corps. Elles sont exposées au changement et possèdent certaines formes de plasticité : « chez Spinoza, l’agent est un automate versatile qui ne cesse de changer d’état, donc de disposition, même si on constate des dispositions récurrentes ; au contraire, chez Bourdieu, l’agent est un stratège régulé, dont les stratégies sont toujours informées par des schèmes » (p. 40). Même si les deux auteurs insistent sur le caractère socialement conditionné de nos actions et sur les structures mentales dominantes existant à un moment de l’histoire, il y a chez Bourdieu une volonté de penser la « constance » des dispositions que l’on ne retrouve pas chez Spinoza. Des ouvrages tels que La distinction montrent que, chez Bourdieu, l’habitus désigne un système de dispositions et de stratégies de reproduction durables et qu’il ne suffit pas de changer de classe sociale pour changer d’habitus. Par exemple, chez certains fonctionnaires, le port de l’habit incarne le respect marqué à l’égard de l’ordre social établi ainsi que la volonté de s’identifier dans la durée à certains modes de vivre et de penser socialement construits par le pouvoir (p. 85).

6Au contraire, chez Spinoza, les « automates » sont déréglés, inconstants, versatiles. La volonté des agents varie en fonction des affects de crainte ou d’espoir que les institutions manient à leur guise. Cette versatilité montre qu’il est difficile de fonder quoi que ce soit sur un rapport des citoyens au pouvoir, lequel peut varier au gré de leurs passions et des circonstances. Le rôle des institutions consiste dès lors à concevoir une structure politique rationnelle qui traite les individus tels qu’ils sont et non tels que les dirigeants de cette structure voudraient qu’ils soient. Les institutions doivent donc prendre beaucoup plus en compte leurs affects que leur raison.

7La force de l’ouvrage est de montrer à travers cette lecture croisée des textes de Spinoza et Bourdieu la complexité des dispositions incorporées par les agents et la fragilité des pouvoirs en place. Comme l’ont indiqué les événements en Tunisie, en Lybie ou en Égypte au cours des années 2010-2012, les régimes autoritaires ne sont pas éternels. C’est pour prévenir de tels risques qui menacent l’ordre social que Spinoza – expurgé dans cet ouvrage des apparats libertaires que lui prêtent certains de ses lecteurs contemporains – écrit dans ses textes politiques qu’il faut « occuper l’imagination de telle sorte que d’autres affects ne viennent pas faire oublier l’obéissance due à l’autorité » (p. 88). C’est également en ce sens que l’on trouverait chez Bourdieu des réflexions sur les « moyens institutionnels d’une politique de la morale » (p. 109). Si aucun de ces deux penseurs ne peut être défini comme révolutionnaire, l’ouvrage n’insiste pas, dans sa comparaison, sur les critiques que Bourdieu développe vis-à-vis les institutions étatiques et de leur logique de reproduction des élites, et qui le démarque peut-être des conceptions spinozistes vis-à-vis de l’État et de la religion. Quoi qu’il en soit, ces remarques n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage et de l’approche comparée entre ces auteurs fondamentaux pour penser le politique.

Top of page

Notes

1 Bien entendu, l’auteur répond à cette question en indiquant que tous les individus ne sont pas dupes vis-à-vis de ces conditionnements.

Top of page

References

Electronic reference

Jean Zaganiaris, « Jacques-Louis Lantoine, Spinoza après Bourdieu. Politique des dispositions », Lectures [Online], Reviews, 2018, Online since 08 November 2018, connection on 19 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28295

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page