Skip to navigation – Site map

A l'épreuve du scandale

Emmanuel Brandl
A l'épreuve du scandale
« A l'épreuve du scandale », Politix, n° 71, 2005, 224 p., De Boeck, EAN : 9782200920685.
Top of page

Full text

1Ce numéro de la revue Politix, s'inscrit dans le prolongement des travaux initiés dans le cadre de la sociologie politique et morale de Luc Boltanski, sans, toutefois, s'y limiter. En effet, il s'agit moins ici de mettre en œuvre un mode de construction de l'objet déjà bien constitué, ou encore de reproduire à l'identique un cadre d'analyse pour l'éprouver sur un « nouveau terrain » d'enquête (ici les scandales), que de prolonger une réflexion collective (laquelle déborde d'ailleurs le cadre de ce groupe de recherche) sur les conditions de renouvellement des cadres théoriques de la discipline sociologique.

2On ne s'étonne donc pas de voir, en ouverture à cette livraison, un article de synthèse des différents travaux effectués en anthropologie, en histoire, en sociologie et en science politique sur la notion de « scandale ». Cette synthèse va en effet offrir aux auteurs, Damien de Blic et Cyril Lemieux, les moyens de clarifier la définition de leur objet, de définir les concepts fondamentaux sur lesquels s'appuieront leurs recherches (et les articles du numéro), et de privilégier une orientation théorique, celle d'une « sociologie pragmatique ». Cet article apparaît comme un véritable liminaire théorique à un programme de recherche.

3De la sorte, le « scandale » n'est plus considéré comme un simple révélateur de transformations plus « profondes » de la société. Il est considéré en lui-même et pour lui-même et sera analysé comme un moment de transformation sociale. En effet, ne serait-ce qu'en explicitant des normes implicites, en rendant visible une transgression par une action publique, en forçant les acteurs à se positionner et à réaffirmer (ou à modifier) explicitement des valeurs implicitement partagées et à les inscrire dans des textes réglementaires, en forçant des refontes organisationnelles (ré)affirmant l'autonomie des sphères du social, etc., le scandale ne laisse jamais « les choses en l'état ». En un mot, le scandale enferme en lui-même une « force instituante » (p. 11) que révèlera la question toute pragmatique : « qu'est-ce que fait le scandale ? ». En ce sens, le scandale est entendu comme un « test » ou mieux, une épreuve (au sens de Boltanski) pour les valeurs transgressées, et il ne peut être entendu que comme un moment d'incertitude relative, dont le déroulement et l'issue ne sont jamais donnés à l'avance ni, de fait, entièrement prévisible. L'enquête prête alors un intérêt tout particulier aux techniques de publicisation utilisées par les acteurs, au premier rang desquelles on trouve aujourd'hui les médias de masse, lesquels permettent, contrairement aux « sociétés pré-médiatiques », de rendre visible une contradiction au-delà de la communauté d'inter-connaissance.

4La méthode consiste alors, en bonne méthode pragmatique, à « suivre les acteurs dans leur façon de relever publiquement les contradictions » (p. 15), à analyser les « réactions suscitées » (ou leur absence) par l'acte de dénonciation publique (moment fondateur du scandale) : « c'est aux acteurs et à eux seuls qu'il reviendra de nous montrer, à travers leurs réactions indignées ou leurs attitudes de relativisation, si la faute en est une » (p. 16). Et ce sont les attitudes des acteurs qui vont aussi permettre de distinguer « scandale » et « affaire » en ce sens que l'« affaire » n'est plus dénonciation unanime de valeurs transgressées, mais opposition entre deux groupes sur la question de la transgression des valeurs.

5Les modalités d'analyse que nous proposent Damien de Blic et Cyril Lemieux veulent éviter deux écueils : le fonctionnalisme et le stratégisme ; les analyses fonctionnalistes insistent sur le caractère non arbitraire et même socialement obligatoire de l'indignation quand le stratégisme réduit les coups des joueurs à une recherche de placement d'intérêts particuliers. Ainsi donc, il s'agit ici d'éviter de proposer à la fois une analyse qui prête trop de poids aux structures sociales et une analyse qui focalise son attention sur les seules stratégies des acteurs : il y a une dépendance de la stratégie à l'égard de la routine et une vulnérabilité de la structure à l'égard de l'action collective. D'où un intérêt porté sur « l'ancrage situationnel des acteurs » (p. 27) et sur une approche en terme de « régimes d'action » (p. 27).

6Selon les auteurs, ce mode de construction de l'objet présuppose alors, contrairement aux autres approches sociologiques, tel l'objectivisme - qui dénonce une situation plus qu'il ne l'objective -, que soit appliqué le « principe de symétrie » : le chercheur se doit de traiter symétriquement des positions asymétriques, ce qui suppose donc « de relever la position des petits et des perdants à hauteur des grands et des gagnants » (p. 38). Toujours selon les auteurs, cette posture sociologique oblige alors le chercheur à entretenir un degré plus élevé de réflexivité dans son rapport à l'objet.

7Chacun à leur façon, les huit articles qui composent le reste de cette livraison mettent à l'épreuve (sic), à partir d'une multiplication des terrains d'enquête, ce programme de recherche. En effet, la diversité des échelles d'observation (du comportement d'électeurs locaux à la répercussion du scandale Sun Zhigang - étudiant emprisonné mort en détention - sur la prise de parole publique en Chine), des échelles temporelles (longues dans le cas de l'art, courtes dans le cas d'élections locales), des moments pris en considération (du scandale des Bacchanales à Rome en 186 av. JC à l'affaire du sang contaminé), des pays où se déroulent des scandales (Allemagne, France, Chine, Autriche...), et enfin des objets d'enquête à proprement parlé (l'homosexualité à la cour de Guillaume II, les happenings contemporains, les concerts de Shönberg...), fait toute la richesse de ce numéro. Cette diversité tend ainsi à valider la pertinence (c'est-à-dire la valeur heuristique) du modèle d'analyse, et à élever le « scandale », cet « universel anthropologique » (p. 30), au rang de principe dynamique premier de transformation des sociétés.

  • 1 Pour une réflexion approfondie sur cette question et celle de l'objectivation sociologique, je renv (...)

8Au final, on voit donc très bien ce que produit le scandale. Cependant, et malgré une tentative (réussie) de Nathalie Heinich pour analyser les conditions d'émergence des scandales en art par l'état des régimes de valorisation artistique (« régime de communauté » vs « régime de singularité »), on voit mal ce qui produit le scandale. La publicisation, ou encore l'accusation publique par un acte de langage, nous livre des éléments de compréhension de la mise en place et du développement d'un scandale particulier. Mais comment se fait-il qu'à un moment donné du temps et de l'espace puisse émerger une « pulsion » sociale (au sens de Elias) qui fasse que les acteurs se mobilisent suffisamment et s'emparent de techniques de diffusion pour faire d'une situation un scandale ? Ou, dit autrement, comment se constitue le champ du pensable scandaleux ? En outre, on ne sait qui sont socio-logiquement ces acteurs du scandale. L'absence de démarche et d'éléments d'analyse sociologique autre que descriptifs, a tendance à faire verser l'approche privilégiée vers une forme ou une autre de l'histoire sociale qui, si elle remplie une fonction heuristique pour une question en terme de « comment », livre peu d'éléments de réponse à la question du « pourquoi » ? Enfin, il nous semble que l'inégalité des positions sociales, des ressources objectivement mobilisées et mobilisables, participe (encore) de la réalité des faits à analyser. Si l'on souscrit à l'idée qu'une analyse trop strictement objectiviste (et par là mécaniste) est aujourd'hui intenable (mais qui soutiendrait le contraire ?), il apparaît que « relever la position des petits et des perdants à hauteur des grands et des gagnants » participe moins d'un mode de construction de l'objet que d'une déclaration d'intention, puisqu'il s'agirait moins, alors, d'analyser la réalité sociale et vécue des acteurs, que de confondre le monde tel qu'il est avec le monde tel que le sociologue voudrait qu'il soit1.

9Ce numéro ne laisse donc pas indifférent. En effet, il questionne l'état des modes de construction des objets sociologiques. Ainsi, il force l'argumentation et la réflexion, et nourrit activement les débats actuels qui animent la sociologie contemporaine. Il est donc vivement conseillé de lire ce numéro car, quoi qu'il en soit de ses propres orientations théoriques, il permet de « mettre à l'épreuve », précisément, son sens critique...

Top of page

Notes

1 Pour une réflexion approfondie sur cette question et celle de l'objectivation sociologique, je renvoie à la lecture du livre de Bernard Lahire, L'esprit sociologique, La Découverte, 2005, notamment les pages 97-105 ; 108 ; 124-125 ; 128-137.

Top of page

References

Electronic reference

Emmanuel Brandl, « A l'épreuve du scandale », Lectures [Online], Reviews, 2006, Online since 05 April 2006, connection on 21 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/282

Top of page

About the author

Emmanuel Brandl

CSRPC-ROMA, Université Pierre Mendès France, Grenoble 2.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page