Navigation – Plan du site

Lionel Thelen, L'exil de soi. Sans-abri d'ici et d'ailleurs

Frédérique Giraud
L'exil de soi
Lionel Thelen, L'exil de soi. Sans-abri d'ici et d'ailleurs, FU Saint-Louis, coll. « Travaux et recherches », 2006, EAN : 9782802801672.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Site des Publications des Facultés universitaires Saint-Louis

Texte intégral

1L'exil de soi est la version abrégée d'une thèse doctorale intitulée : « Du déni des autres à l'exil de soi. Le sans-abrisme en Belgique, en France et au Portugal » Il s'agit comme le titre l'indique d'une approche comparative des conditions de vie des personnes sans-abri dans ces trois pays au travers d'une expérience « incorporée » de deux à trois mois chaque fois. Cette recherche cherche à mettre en évidence le commun dénominateur liant les sans-abri dans les trois pays mentionnés, à travers un prisme de référence qui est la désocialisation du sans-abri de long terme.

  • 1 Goffman, E, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus. Paris, Mi (...)
  • 2 Humphreys L., Tearoom Trade Impersonal Sex in Public Places, New York, Aldine de Gruyter, 1975
  • 3 Publié dans le Journal of Distress and the Homeles, vol 5, 1996

2Le sans-abri de long terme a dû s'acclimater vaille que vaille aux conditions de vie particulières du monde de la rue. Il s'agit ici de rendre compte des transformations de l'individu inhérentes à la situation de sans-abrisme. Cet enjeu impose une certaine méthodologie. Selon Lionel Thelen, qui expose dans le second chapitre de l'ouvrage l'ensemble des enjeux méthodologiques propres à son objet, pour comprendre la personne sans-abri, il faut expérimenter le quotidien des sans-abri et effectuer la recherche « en tant que » sans-abri. Il s'agit de tenter de comprendre de l'intérieur les difficultés, les manques mais aussi les stratégies et les options inhérentes à ce mode de vie. C'est par le partage du vécu de ces personnes que l'auteur cherche à donner corps à ses expériences propres ainsi qu'aux observations et entretiens réalisés. Le choix d'une expérience incorporée qui implique de ne pas révéler son identité professionnelle aux sans-abri, ni aux membres des organisations pose un problème déontologique et éthique. Thelen se réclame ici de la perspective adoptée par Goffman lui-même dans Asiles.1 L'enjeu méthodologique de cette enquête mobilise aussi bien Goffman et la tradition de recherche qu'il ouvre avec Asiles, que le travail de Laud Humphreys sur les pratiques sexuelles homosexuelles dans les toilettes des parcs publics américains.2 Lionel Thelen n'a pas effectué tout le travail de terrain « en tant que » sans-abri, il combine à ses expériences incorporées, des expériences de terrain où il œuvre comme chercheur, c'est-à-dire des terrains où il se trouve du côté des bénévoles et des soignants et où il découvre son identité professionnelle. Lionel Thelen se situe, dans le chapitre introductif, par rapport à la tradition de recherche sur les sans-abris qui englobe aussi bien Les Naufragés de Declerck, que les travaux de Turner et Burner The Anthropology of Experience (1986) ou ceux d'Anderson « Homeless violence and the informal rules of street life »3 Depuis quinze ans, les sciences sociales s'intéressent à cette problématique, l'ouvrage s'inscrit parfaitement dans la lignée de ses prédécesseurs en renouvelant la voie de la recherche dans ce domaine d'une façon très stimulante.

3Lionel Thelen consacre trois chapitres à ses trois expériences de terrain. Il relate chacune des expériences de façon autonome de façon à lui conférer une individualité, mais en préservant de façon bien visible les éléments de la comparaison entre les terrains. Chacun de ses chapitres consacrés au terrain nous plongent dans l'univers de la nuit des sans-abri et de la débrouille. Il commence par le cas français qui a pris place à Nanterre durant l'été 1999 au CHAPSA, Centre d'hébergement et d'accueil des personnes sans-abri. Le portrait qu'il dresse de ce centre n'est pas glorieux. Le CHAPSA comme abri de nuit devrait théoriquement veiller à la sécurité des sans-abri ; il se trouve au contraire que les usagers étant laissés à eux-mêmes dans le dortoir central qui est considéré comme une zone franche, au sein du dortoir sont reproduites les conditions d'insécurité existant dans la rue. Des usagers volent impunément ceux qui dorment, un climat de tension règne de façon continue.

4Le cas Portugais est investi à partir d'un travail de terrain effectué à Lisbonne à la Santa Casa da Misericordia, institution catholique qui a les pleins pouvoirs en matière d'aide aux sans-abri à Lisbonne. Deux institutions se partagent la place à Lisbonne : l'Armée du Salut et le centre d'accueil de Xabregas, abri de nuit « trois étoiles » comparativement au CHAPSA de Nanterre. L'encadrement des individus y séjournant y est beaucoup plus strict. Lionel Thelen relève à travers une analyse poussée de l'abri de nuit la façon dont les sans-abri sont traités. Le troisième terrain de Lionel Thelen est en Belgique à Bruxelles au sein des l'abri de nuit Pierre d'Angle et à l'intérieur du Samu social.

5Chacun de ces chapitres laisse voir les déboires des institutions chargées d'accueillir et de s'occuper des sans-abri. Ces chapitres sont très instructifs en eux-mêmes, très faciles à lire et imprégnés de l'expérience de terrain de l'auteur, on perçoit l'atmosphère propre à ces abris.

6Après ces trois chapitres consacrés au terrain, deux autres chapitres plus théoriques s'efforcent d'analyser et de synthétiser les expériences communes aux sans-abri des trois terrains. Comment survivre dans la rue ? Comment devient-on sans-abri de long terme ? Pour répondre à ces questions, l'auteur forge trois concepts permettant de rendre compte de l'expérience du sans-abri et des stratégies qu'il emploie pour continuer à vivre.

7Les deux derniers chapitres L'adaptation à la rue : le déni des autres et L'exil de soi: de la nudité sociale à la versatilité du Soi mettent en lumière les adaptations par lesquelles les sans-abri doivent passer afin de se conformer aux exigences de la rue. L'auteur recense les conditions préalables à l'adaptation à la vie dans la rue : un manque d'affection, la violence intrafamiliale... Deux stratégies permettent aux individus de survivre dans la rue. Le déni des autres est une stratégie de défense du sans-abri, qui essaie d'échapper à l'humiliation en fuyant tout contact avec autrui. Le sans-abri est peu à peu amené à limiter ses interactions sociales à la seule combine, c'est-à-dire l'instrumentalisation d'autrui et à « l'oubli du corps », c'est à dire des manières élémentaires d'hygiène et de santé. L'exil de soi est un habitus spécifique à la rue, un habitus de survie, qui consiste à restreindre à a fois ses besoins et sa vison du monde de telle sorte que l'on se trouve en adéquation avec les conditions de vie offertes par la rue. Ces deux derniers chapitres permettent de donner sens aux adaptations et stratégies des sans-abri déployées dans un souci d'eux-mêmes.

8Cet ouvrage est roboratif et dresse un panorama instructif sur le sans-abrisme. Le ton est juste, sans misérabilisme et le lecteur a l'impression d'y voir plus clair.

Haut de page

Notes

1 Goffman, E, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus. Paris, Minuit, 1968.

2 Humphreys L., Tearoom Trade Impersonal Sex in Public Places, New York, Aldine de Gruyter, 1975

3 Publié dans le Journal of Distress and the Homeles, vol 5, 1996

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Lionel Thelen, L'exil de soi. Sans-abri d'ici et d'ailleurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/283

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page