Navigation – Plan du site

André D. Robert et Françoise Carraud, Professeurs des écoles au XXIe siècle. Portraits professionnels

Jean Bernatchez
Professeurs des écoles au XXIe siècle
André D. Robert, Françoise Carraud, Professeurs des écoles au XXIe siècle. Portraits socioprofessionnels, Paris, PUF, coll. « Education et société », 2018, 231 p., ISBN : 978-2-13-073395-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 André D. Robert et Françoise Carraud sont enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation à l’Uni (...)
  • 2 L’échantillonnage considère l’âge des professeurs, leur localisation (village, ville, etc.) et le c (...)

1Cet ouvrage d’André Robert et de Françoise Carraud1 présente la profession de professeur des écoles, apparue en France en 1989, qui a peu à peu remplacé celle d’instituteur. Les professeurs du premier degré dispensent un enseignement polyvalent dans les écoles maternelles et élémentaires. Ils peuvent également devenir « directeur d’école, maître formateur, psychologue scolaire, enseignant spécialisé, inspecteur de l’Éducation nationale, enseignant au collège ou au lycée » (p. 11). L’ouvrage a pour objectif de tracer « des portraits socioprofessionnels des professeurs des écoles en exercice, permettant d’approcher une ou des identités enseignantes du premier degré au début du XXIe siècle » (p. 23). Une revue des écrits scientifiques et des résultats d’enquêtes couplée à l’analyse de 69 entretiens semi-directifs permet de délimiter la profession à travers la description de leurs activités professionnelles et la parole vivante de professeurs des écoles. Une annexe présente les caractéristiques de ces entretiens2. Le livre s’adresse aux sociologues de l’éducation (en formation ou confirmés), aux professeurs des écoles et aux personnes concernées ou intéressées par l’éducation. Il est organisé en huit chapitres.

  • 3 L’accountability est un des termes consacrés de la nouvelle gestion publique qui désigne l’obligati (...)

2Le premier chapitre propose des éléments de compréhension théorique. La notion de « professionnalité » apparaît dans les années 1990 avec les premiers référentiels de compétences proposés dans de nombreuses professions. En France comme ailleurs, l’obligation de résultats et l’accountability3 marquent un changement paradigmatique et orientent les nouvelles politiques de l’éducation. « Contrairement à la qualification, qui est définitivement acquise, la professionnalité est fragile, toujours à recréer en situation, dans des contextes eux-mêmes instables » (p. 24). Le concept de professionnalisation revêt principalement trois dimensions : « la constitution d’un groupe social autonome (professionnalisation-profession), l’accompagnement de la flexibilité au travail (professionnalisation-efficacité au travail) et le processus de fabrication d’un professionnel par la formation (professionnalisation-formation) » (p. 25). La professionnalisation est aussi associée à la notion de développement professionnel, qui désigne la dynamique de formation continue liée à l’emploi ou à la profession.

3Le deuxième chapitre s’intéresse à la morphologie et à la psychosociologie des professeurs des écoles. Cette population est féminine à 83 %. Elle est composée à 75 % de personnes de moins de 50 ans ; 40 % de la population a entre 35 et 45 ans. Ces statistiques mettent en avant une jeunesse relative par rapport aux autres corps professionnels et confirment un renouvellement générationnel de grande ampleur. Une forte attirance pour le métier (aspect vocationnel) et le désir d’être au contact d’enfants sont les raisons qui justifient ce choix de profession. Si les nouveaux titulaires se disent heureux et fiers de leur choix professionnel, ils reconnaissent leurs lacunes pédagogiques et 82 % d’entre eux déplorent l’absence de perspectives de carrière par la voie de l’avancement ou celle de la promotion.

4Le chapitre 3 porte sur les effets de la formation et de la prescription par les instances ministérielles qui cadrent le travail des professeurs des écoles. L’élévation constante du degré requis pour accéder à la profession doit « être versée au registre de l’amélioration du statut, des gains matériels et symboliques et des bénéfices identificatoires » (p. 67), ce qui marque une avancée en termes de professionnalisation. L’universitarisation de la formation des enseignants s’est traduite par l’intégration des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) aux universités en 2005, leur remplacement par les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) en 2013, et par la mastérisation de tous les métiers du professorat (à bac + 5) à compter de 2010. Beaucoup de professeurs des écoles vivent difficilement les prescriptions administratives et bureaucratiques auxquelles ils sont soumis par les instances ministérielles ou locales, qui les éloignent du cœur de leur métier.

5La notion de « cœur de métier » est d’ailleurs l’objet du chapitre 4. Ce concept fait référence à ce qui est fondamental dans un métier. Le cœur de métier de professeur des écoles consiste à porter attention aux élèves, à leur travail, à leurs besoins et à leurs lacunes. Les entretiens semi-directifs le démontrent : la relation avec les enfants est à l’origine du choix de profession et constitue la principale source de satisfaction des professeurs des écoles. Cependant, selon une personne rencontrée en entrevue, « il ne faut pas exprimer ce sentiment souvent dénigré, voire ridiculisé, par les inspecteurs ou les formateurs selon qui aimer les enfants ne serait pas une compétence professionnelle » (p. 90). Les professeurs des écoles évoquent en outre une routinisation du travail enseignant, nécessaire pour tenir dans le métier, mais parfois démotivante.

  • 4 Les maîtres formateurs sont des professeurs en charge de classe, mais aussi formateurs à temps part (...)

6Le cinquième chapitre questionne la segmentation du métier en fonction des publics et des tâches. L’école maternelle n’est pas obligatoire, mais elle est néanmoins très fréquentée par les jeunes enfants. Ce sont 26 % des enseignants du premier degré qui y travaillent. Tout professeur des écoles peut être nommé en maternelle, même si les compétences mobilisées dans ce contexte sont différentes de celles qui le sont à l’école élémentaire. La fonction de direction d’école a longtemps été associée à une promotion professionnelle, mais ce n’est plus le cas. En effet, il est de plus en plus difficile de recruter des candidats en raison de la lourdeur de la tâche, mais aussi à cause de l’importance accrue du volet administratif de la fonction, au détriment du volet pédagogique. La situation des enseignants spécialisés qui œuvrent auprès des élèves avec des besoins particuliers ou en situation de handicap, de même que celle des maîtres formateurs4, illustre aussi la segmentation des métiers accessibles aux professeurs des écoles. Cependant, les entretiens semi-directifs mettent en évidence l’existence d’un socle identitaire commun de la profession de professeur des écoles, par-delà les différenciations en cours de carrière.

  • 5 « La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales (...)

7Le chapitre 6 présente les contextes d’exercice du métier. Au total, 65 % des écoles publiques françaises sont considérées comme petites, comprenant une à cinq classes. Le métier implique des approches différentes selon qu’il s’exerce en zone urbaine ou en zone rurale. Ainsi, les comportements des enfants en zone rurale semblent plus proches des attendus scolaires et posent moins de problèmes de violence : les élèves sont plus calmes et disposent de plus de repères que dans les zones urbaines. C’est ce qu’explique un professeur au cours d’un entretien. L’exercice de la profession en éducation prioritaire5 présente aussi des défis particuliers, d’autant que la plupart des professeurs des écoles débutent leur carrière dans ce contexte.

  • 6 Mancur Olson (1932-1998) est un économiste étatsunien qui a contribué au développement de la théori (...)

8Le chapitre 7 illustre une représentation syndicale morcelée et fragilisée chez les professeurs des écoles : « le défi actuellement lancé aux organisations syndicales est donc de trouver les ressources pour enrayer le paradoxe d’organisations respectées, mais peu à peu désertées » (p. 175). Les auteurs font référence au paradoxe de Mancur Olson6 : les organisations syndicales tendent à devenir des organisations sans adhérents. Les entretiens mettent aussi en évidence que les clivages politiques entre les adhérents syndiqués s’atténuent tandis que les enjeux liés aux conditions de la pratique professionnelle prennent davantage d’importance.

9Le huitième chapitre dresse les rapports que les professeurs des écoles entretiennent avec la politique. Ils affichent des positions contrastées sur des questions telles que le recours à la grève, la performance du système et les réformes de l’éducation, ou encore les rythmes scolaires. Il ressort néanmoins de l’enquête que l’élévation de l’origine sociale des professeurs des écoles, attribuable entre autres à l’universitarisation de la formation des maîtres, participe au fait que « [les] représentations politiques de droite [occupent] une plus grande place que par le passé dans ce milieu » (p. 180).

10En somme, l’ouvrage d’André D. Robert et de Françoise Carraud se présente comme une excellente synthèse sur la profession de professeur des écoles en France depuis le début du XXIe siècle, « une sorte de miroir […] à un moment t, permettant [au professeur des écoles] de donner éventuellement de nouvelles inflexions à son “projet” dont les contours apparaissent plus ou moins conscientisés selon les contextes » (p. 15). La bibliographie est très riche. L’analyse est fondée sur des entretiens qui constituent un matériau de recherche original, mais aussi sur de nombreuses autres enquêtes et écrits scientifiques. L’ouvrage est accessible par sa forme et par son contenu, et il saura intéresser toute personne préoccupée par l’évolution de la profession de professeur des écoles maternelles et élémentaires, en France et au-delà.

Haut de page

Notes

1 André D. Robert et Françoise Carraud sont enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2. Ils ont aussi une expérience d’enseignants (1er et 2e degrés) et de formateurs d’enseignants. Ils sont membres du laboratoire Éducation, Cultures, Politiques.

2 L’échantillonnage considère l’âge des professeurs, leur localisation (village, ville, etc.) et le contexte dans lequel ils travaillent (les différents types d’écoles).

3 L’accountability est un des termes consacrés de la nouvelle gestion publique qui désigne l’obligation pour une organisation de rendre compte de ses activités, d’en assumer la responsabilité et de divulguer ses résultats de manière transparente.

4 Les maîtres formateurs sont des professeurs en charge de classe, mais aussi formateurs à temps partiel d’étudiants stagiaires.

5 « La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales », site du Ministère de l’Éducation nationale, 2018.

6 Mancur Olson (1932-1998) est un économiste étatsunien qui a contribué au développement de la théorie des choix publics (public choice). En étudiant le fonctionnement de groupes d’individus (par exemple de syndicats), il observe que pour chaque individu appartenant au groupe, toute action a un coût et peut procurer des bénéfices. Or, les membres du groupe ont tendance à minimiser voire neutraliser leur coût et à maximiser leur profit. Le paradoxe est donc le suivant : malgré l’existence d’un consensus sur les objectifs et les moyens, un groupe de grande taille aura tendance à rester inorganisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « André D. Robert et Françoise Carraud, Professeurs des écoles au XXIe siècle. Portraits professionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 08 novembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28307

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page