Navigation – Plan du site

Marie-Emmanuelle Chessel, Nicolas de Bremond d’Ars et André Grelon, L’entreprise et l’Évangile. Une histoire des patrons chrétiens

Antoine Vernet
L'entreprise et l'Évangile
Marie-Emmanuelle Chessel, Nicolas de Brémont d'Ars, André Grelon, L'entreprise et l'Évangile. Une histoire des patrons chrétiens, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Histoire », 2018, 332 p., ISBN : 9782724622300.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quelques exemples de ces travaux : Colloque de l’Association française d’histoire religieuse contem (...)

1Le croisement des champs disciplinaires est une pratique féconde : l’étude historique et sociologique des relations entre religions et économie renouvelle la compréhension de ces thématiques. La société industrielle des XIXe et XXe siècles, et plus spécifiquement celle de la France qui n’avait alors pas oublié son passé de « fille aînée de l’Église », a déjà motivé quelques travaux relatifs à l’influence de la théologie chrétienne sur l’action ou la pensée économique, ou portant sur le fait religieux en entreprise1. La publication de L’entreprise et l’Évangile cible une autre réalité, qui tient autant du syntagme que du concept heuristique : le patronat chrétien.

  • 2 Trimouille Pierre, Léon Harmel et l’usine chrétienne du Val des Bois (1840-1914), Lyon, Centre d’hi (...)

2Encouragés par différents textes pontificaux – de l’encyclique Rerum Novarum (1891) aux résurgences régulières de la doctrine sociale de l’Église –, des laïcs, inspirés par un catholicisme dit social, s’engagent en faveur de l’amélioration de la moralité et des conditions d’existence des populations. Cet apostolat s’incarne dans une action individuelle ou collective. Au-delà de l’expression du paternalisme2, le souci d’atténuer les antagonismes de classes participe à la promotion de formes spécifiques d’organisations professionnelles. Cet effort est à l’origine de la création en 1926 de la Confédération française des professions (CFP). Ce syndicat est devenu en 1948 un « mouvement de pensée », le Centre français des patrons chrétiens (CFPC), rebaptisé depuis 2000 Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC).

  • 3 Pour une synthèse désormais datée : Grelon André, « Le patronat chrétien », in Daumas Jean-Claude, (...)

3L’entreprise et l’Évangile comble les lacunes partagées jusqu’alors tant par les travaux d’histoire du patronat que par ceux d’histoire religieuse3. L’ouverture des archives de l’organisation résulte d’une démarche initiée par les EDC en 2010. Les auteurs ont également pu s’appuyer sur des sources privées ainsi que sur de nombreux témoignages d’adhérents anciens ou actuels. Les archives diocésaines (Paris, Lille, Nantes, Lyon), ainsi que celles de la province de France des jésuites, complètent ce corpus. Le travail de recherche mobilise des publications liées au mouvement ou aux acteurs du patronat chrétien et du catholicisme social.

4L’ouvrage, rédigé à six mains, comporte sept chapitres. Le premier chapitre, d’André Grelon, et le dernier, rédigé par Nicolas de Bremond d’Ars, ciblent des chronologies spécifiques : respectivement, la genèse du CFPC (avant 1948) et son devenir à partir des années 1980. Le cœur de l’étude porte sur la période comprise entre les décennies 1950 et 1980. Les cinq contributions de Marie-Emmanuelle Chessel – le chapitre 5 étant coécrit avec Nicolas de Bremond d’Ars – se concentrent sur différentes thématiques : le travail identitaire mené par le CFPC dans les décennies 1950 et 1960, les relations avec un épiscopat préoccupé par le monde ouvrier au cours des « années 68 », l’implication du patronat chrétien dans la formation patronale, les logiques organisationnelles du CFPC tant à l’échelle nationale que dans les sections locales, et la question de la « vision chrétienne » de l’entreprise.

5Le livre souligne l’importance des engagements croisés dans la socialisation des élites chrétiennes. L’adhésion à la CFP, puis au CFPC, est souvent le fruit d’un processus lié à l’action catholique spécialisée – notamment l’Action catholique des milieux indépendants –, même si le mouvement s’ouvre aux patrons protestants. Le publiciste Joseph Zamanski, fondateur de la CFP, privilégie ces réseaux dès l’entre-deux-guerres. Ce mode de socialisation explique la mobilisation de ressources militantes utiles à l’organisation du mouvement, et de répertoires d’action déjà établis, qui diffèrent de ceux des syndicats patronaux.

6L’étude démontre que la spécificité du CFPC, par contraste avec la nébuleuse des mouvements de jeunesse et des organisations professionnelles d’inspiration chrétienne, repose sur une relation de distance vis-à-vis des institutions religieuses. À travers les rapports noués avec les évêques, les prêtres ou les congréganistes, le patronat chrétien maintient un lien fort avec la spiritualité. L’attachement des dirigeants d’entreprise à leur liberté, tant sur un plan économique qu’intellectuel, met cependant en question ces relations. Les velléités de « contrôle doctrinal » des débats et des publications, manifestées par certains conseillers ecclésiastiques au cours des années 1950-1960, mécontentent la direction nationale, incarnée par le commerçant nantais Émile Décré (1957-1964) puis par l’éditeur et permanent patronal Yvon Chotard (1965-1970).

7Dans le contexte du concile Vatican II (1962-1965), puis des « années 68 », l’épiscopat privilégie la Mission ouvrière, alors sensible à la thématique de la lutte des classes, au détriment du CFPC. C’est le temps des « incompréhensions réciproques » entre les patrons chrétiens et l’Église. Les auteurs mettent l’accent sur l’incompatibilité de leurs objectifs et vocabulaires respectifs, qui expliquerait que les premiers se sentent trahis par la seconde. Ceci motive l’émancipation progressive du mouvement. Conserver l’appui de l’épiscopat demeure cependant primordial pour le CFPC, afin d’inscrire la vie des sections dans leur environnement social.

8L’ouvrage s’intéresse aussi aux rapports de force au sein du CFPC. La direction nationale, soucieuse de se démarquer de l’action catholique au cours des années 1950, se pense comme un groupe d’intérêt. Cette orientation suscite une opposition interne puisque, d’un autre côté, la dimension spirituelle n’a cessé de croître au sein des sections locales depuis le début des années 1940. Le conflit est durable entre les partisans des deux tendances. L’évolution du CFPC, puis des EDC, renforce les défenseurs de la primauté de l’engagement spirituel. La prééminence de ces derniers au sein du mouvement se manifeste à travers l’activité d’André Courtaigne, président de l’organisation entre 1984 et 1988. Les témoignages des dirigeants chrétiens sur leur activité professionnelle, prononcés lors des réunions de sections, prennent une importance renouvelée dans le fonctionnement du CFPC. Ils facilitent la « conversion personnelle » des patrons, c’est-à-dire la mise en adéquation de leur propre pratique de direction d’entreprise avec une éthique chrétienne.

9Les sections locales ont toutefois acquis depuis la décennie 1950 une véritable autonomie organisationnelle. Cette décentralisation se traduit dans le renversement des dynamiques relationnelles, achevé au cours des années 1970. D’une logique descendante – la direction oriente le travail des sections –, le CFPC se convertit à une coordination ascendante. Cette évolution est à rapprocher de l’attachement du patronat chrétien au principe de subsidiarité dans la mise en œuvre des politiques publiques : l’accord contractuel plutôt que la loi, la planification concertée plutôt que le dirigisme. Les jésuites, principaux aumôniers des élites catholiques françaises, sont familiers de cette idée, bien que celle-ci soit surtout portée par les dominicains, acteurs marginaux dans l’histoire du mouvement.

10Les auteurs s’intéressent enfin à l’articulation entre le CFPC et la doctrine sociale de l’Église. Le corporatisme, la communauté et l’autorité, principes formalisés pendant l’entre-deux-guerres, demeurent des valeurs fondamentales pour l’organisation des patrons chrétiens. L’enjeu du « rôle social » des dirigeants d’entreprises, déjà vif au moment du Front populaire, motive leur engagement en faveur du perfectionnement professionnel. L’École du chef d’entreprise, destinée aux dirigeants de petites et moyennes entreprises, peine cependant à consolider son rôle au sein du marché concurrentiel des établissements de formation au gestion.

11La question des buts de l’entreprise est régulièrement posée par les membres du mouvement. Le CFPC promeut la participation et l’intéressement des salariés. L’intérêt des dirigeants chrétiens pour le thème de la réforme de l’entreprise révèle un autre aspect essentiel : la nécessité de réunir, autour d’un vocabulaire partagé par les différentes franges du patronat, des avis parfois opposés. La confiance ainsi que l’appui moral et intellectuel qui lient les membres du CFPC favorisent une libre parole. Si l’organisation permet des débats internes, elle se refuse à endosser les avis exprimés publiquement par ses membres, qui doivent donc assumer seuls leurs positions.

12Le mouvement patronal chrétien constitue un cadre plutôt qu’une ligne politique ; c’est un espace d’échanges critiques, sans doctrine arrêtée ni dispositions coercitives. L’évolution récente du mouvement renforce cette orientation. Le cadre collectif ainsi que l’engagement routinier – qu’interroge d’ailleurs la présence des épouses au sein de l’organisation – permettent aux entrepreneurs d’inscrire leurs pratiques individuelles dans un référentiel commun. Obtenir la reconnaissance de ses pairs, comme dirigeant et comme chrétien, est un objectif qui s’apparente à l’obtention d’un label, observent les auteurs. Cette pratique concrétise un retournement initié au cours des années 1980 : le soutien du mouvement à l’évangélisation de l’entreprise ne consiste plus à promouvoir la diffusion des principes de la doctrine sociale de l’Église, mais à donner au dirigeant des références à même de justifier sa pratique de l’économie.

13L’entreprise et l’Évangile apparaît comme une contribution remarquable à une histoire des engagements socioéconomiques motivés par le sentiment religieux. Sa lecture nécessite cependant quelques connaissances préalables sur la structuration du champ patronal et des organisations chrétiennes. L’intérêt de l’ouvrage est cependant plus large que son seul objet – déjà caractérisé par sa pluralité de thèmes, de périodes et d’approches. Il transcende les disciplines et les objets d’étude, de la « boîte noire » des organisations à la place des religions au cœur des pratiques socioéconomiques, de la réflexion sur la « troisième voie à la française » aux ressorts de l’action collective.

Haut de page

Notes

1 Quelques exemples de ces travaux : Colloque de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, Les chrétiens et l’économie. Paris, Centurion, 1991 ; Loty Laurent, Perrault Jean-Louis et Tortajada Ramón (dir.), Vers une économie « humaine » ? Desroche, Lebret, Lefebvre, Mounier, Perroux, Au prisme de notre temps, Paris, Hermann, 2014 ; Chessel Marie-Emmanuelle et Pelletier Denis (dir.), « Entreprises et religions », Entreprises et histoire, n° 81, 2015.

2 Trimouille Pierre, Léon Harmel et l’usine chrétienne du Val des Bois (1840-1914), Lyon, Centre d’histoire du catholicisme, 1974.

3 Pour une synthèse désormais datée : Grelon André, « Le patronat chrétien », in Daumas Jean-Claude, Chatriot Alain, Fraboulet Danièle, Fridenson Patrick et Joly Hervé (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 1055-1060.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Vernet, « Marie-Emmanuelle Chessel, Nicolas de Bremond d’Ars et André Grelon, L’entreprise et l’Évangile. Une histoire des patrons chrétiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28313

Haut de page

Rédacteur

Antoine Vernet

ATER en histoire contemporaine à Sorbonne Université Lettres, doctorant en histoire contemporaine à l’Université Lyon 2, UMR 5206 Triangle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page