Navigation – Plan du site

Giulia Mensitieri, « Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode

Stéphane Olivesi
"Le plus beau métier du monde"
Giulia Mensitieri, "Le plus beau métier du monde". Dans les coulisses de l'industrie de la mode, Paris, La Découverte, 2018, 280 p., ISBN : 978-2-7071-9540-1.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie de l’EHESS, le livre de Giulia Mensitieri se présente comme une plongée dans le monde de la mode, avec ses manifestations récurrentes, ses nombreux protagonistes, les spécificités de son économie. L’ambition de l’ouvrage consiste à mettre au jour l’envers du décor pour mieux cerner le décalage existant entre l’image très idéalisée de cette industrie du rêve et la réalité quotidienne de ceux qui évoluent dans ce monde. Il apparaît très rapidement que, plus qu’en d’autres mondes sociaux, les effets de croyance structurent le vécu des acteurs. Supportant de nombreuses contradictions et une relative précarité, ces derniers communient dans les représentations enchantées qu’ils contribuent à produire et à diffuser.

2L’ouvrage fait d’ailleurs de ce secteur « un terrain privilégié pour l’étude du capitalisme, autant dans ses dynamiques globales et ses dimensions imaginaires que dans l’organisation du travail, les subjectivités et les modes d’assujettissement qu’il produit » (p. 22). Ce point appelle une précision. L’auteure ne propose pas une analyse de l’économie de la mode mais une immersion dans ce monde se focalisant sur deux dimensions en particulier : d’une part, les conditions de travail qui se caractérisent par la précarité à laquelle un nombre significatif de salariés en France et dans le monde sont confrontés ainsi que par la pénibilité, tout autant subjective qu’objective, qui s’y rattache ; d’autre part, l’imaginaire de la mode au sens de la construction d’images spécifiques, mais aussi de l’emprise de celles-ci sur ceux qu’elle attire à elle.

3On découvre ainsi au fil de l’enquête ethnographique de nombreux acteurs, surtout féminins, évoluant dans cet univers et y exerçant des fonctions diverses, depuis le mannequin jusqu’à l’ouvrière sans oublier tous les acteurs de la médiatisation de la mode sans lesquels ce monde d’images n’existerait tout simplement pas.

4Au fil des pages, l’auteure propose au lecteur de s’arrêter sur ses rencontres, de restituer des portraits parfois décrits en focalisation externe, parfois restitués à partir de récits de vie recueillis en entretien. La restitution ethnographique parvient à faire partager au lecteur le malaise ressenti par l’enquêtrice face à des mannequins amaigris, aux corps quasiment mortifiés, qu’il est bien difficile de percevoir conformément à ce que la camera obscura de cette industrie du rêve voudrait faire croire. Plus inquiétant encore, l’auteure rapporte le cas d’une enfant de sept ans, utilisée comme mannequin, pour une séance de photos de mode. Ce cas confronte le lecteur à l’absurdité de critères esthétiques conduisant à imposer des traitements inhumains à une fillette rêvant de ce monde et se conformant, pour parvenir à ses fins et à celles de sa mère, à l’injonction de maigreur. Ces épinglages de cas ne surprendront peut-être pas le lecteur, surtout s’il éprouve déjà un certain malaise face au spectacle de jeunes femmes dont les corps amaigris évoquent davantage une esthétique morbide de la tyrannie de la représentation et de la soumission du corps au capital qu’une apologie de la joie et de la vie. Ils invitent cependant à réfléchir sur ce que signifie socialement une telle esthétique et sur ce qu’implique économiquement une telle production d’images.

5L’auteure dresse les portraits de nombreux autres acteurs de ce monde. Certains peuvent déjouer les préjugés, comme celui consistant à supposer que les ouvrières de ce secteur, en raison de compétences rares ou spécifiques, bénéficieraient de conditions de travail et de rémunérations avantageuses. Plusieurs cas présentés au fil de l’enquête viennent neutraliser cette idée et montrent que, là comme ailleurs, la concurrence internationale et la précarisation du salariat ont conduit à n’épargner aucun salarié, que la compétence professionnelle et « le métier » ne constituent plus des garanties suffisantes. L’ouvrage et les analyses proposées suggèrent d’ailleurs que le secteur de la mode abrite deux types de productions : celles des objets de la mode (les vêtements principalement) et celle des images de la mode, la seconde conditionnant l’existence même de la première. Dans un cas comme dans l’autre, les acteurs sont confrontés à une grande précarité qui revêt cependant, pour le second, des formes quasiment caricaturales, bien mises en lumière au fil du récit.

6Sans résumer la diversité des cas mentionnés, on peut retenir deux exemples. À une extrémité, on retrouve la figure du « stagiaire », prêt à payer de sa personne et parfois de sa poche pour s’intégrer dans ce monde plein de promesses. Le phénomène s’explique notamment par le développement incontrôlé d’une offre de formation qui conduit à former beaucoup plus d’individus que le secteur ne peut en accueillir. À l’autre extrémité, on rencontre des figures d’acteurs (stylistes, photographes, coiffeurs, créateurs, journalistes, etc.) nettement mieux socialisés, donnant quelques signes de réussite sociale, se donnant aussi à eux-mêmes comme gratifications quelques gages d’appartenance à cet univers enchanté. Revendiquant son cosmopolitisme, indice de son appartenance au monde des élites mondialisées, « Mia », journaliste de mode indépendante puis « styliste photo », principale informatrice de l’auteure, incarne de manière exemplaire la culture, les valeurs et le mode de vie des acteurs de la mode. Elle fréquente les hôtels les plus prestigieux de la planète, voyage à grands frais, dispose de vêtements de luxe, mais s’avère paradoxalement confrontée à une forme de précarité liée aux aléas des modes de rémunération, aux sollicitations aléatoires des commanditaires, aux coûts de la vie dans une ville comme Paris qui la contraint à devoir cohabiter dans un petit appartement et à s’interroger de manière récurrente sur sa destinée professionnelle.

7Le lecteur découvrira aussi les arcanes contemporains des défilés et des séances de shooting. Il cernera le petit monde de celles, peu nombreuses, qui acquièrent des vêtements de haute couture. Souvent originaires de pays tels que la Chine, la Russie, le Brésil ou issues du monde arabe, ces riches acheteuses font bien plus qu’acquérir des objets de luxe. Elles rejoignent un monde fermé déjà peuplé de célébrités, d’héritières, de princesses, etc., et jouissent ainsi d’une reconnaissance sociale à la mesure de leurs achats dispendieux et de leurs actions de mécénat qui conditionnent leur accès à ce monde.

8Au terme de la lecture, la richesse de l’information recueillie au moyen de l’enquête ethnographique laisse néanmoins subsister quelques interrogations. On peut en effet regretter que l’auteure n’ait pas davantage approfondi la dimension comparative de son étude et mis en parallèle la mode avec un ou plusieurs autres secteurs, obéissant également aux règles d’une économie du luxe (le monde de l’art contemporain ou le secteur des vins et spiritueux, par exemple), afin de faire ressortir les éventuelles spécificités de celle-ci. On regrettera également que les liens économiques entre la mode (luxe) et le prêt-à-porter ne soient pas davantage explorés, tant sous l’angle strictement financier que sous celui symbolique de la valorisation des marques et des produits, au moyen de la médiatisation de la mode. Enfin, faire de la mode une vitrine du capitalisme mondialisé, comme l’indique l’auteure, aurait justifié d’approfondir la réflexion sur les logiques de formation du capital dans le secteur du luxe, sur la place de ce secteur dans le capitalisme contemporain et, enfin, sur les mécanismes sociaux de création de la valeur qui passent, comme semble le suggérer l’ouvrage, par l’édification d’un imaginaire et d’une gestion contrôlée du désirable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Giulia Mensitieri, « Le plus beau métier du monde ». Dans les coulisses de l’industrie de la mode », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 novembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28333

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page