Navigation – Plan du site

Laurent Mucchielli, Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance

Gabriel Voisin-Moncho
Vous êtes filmés !
Laurent Mucchielli, Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance, Paris, Armand Colin, 2018, 227 p., ISBN : 978-2-200-62123-0.
Haut de page

Texte intégral

1 Afin d’améliorer la sécurité des communes, les élus français multiplient l’installation de vidéos de surveillance dans les rues. Cela laisse supposer qu’elles sont un moyen efficace pour lutter contre les infractions et la délinquance. Or, quand on regarde le nombre d’enquêtes qui ont été résolues grâce à la vidéo de surveillance, on constate que celui-ci est extrêmement bas. Dans ce cas, pourquoi les communes de France continuent-elles d’investir des sommes importantes dans ce moyen de surveillance qui semble ne pas être aussi efficace que ce qu’affirme le personnel politique ? Voici le questionnement auquel cherche à répondre Laurent Mucchielli dans son ouvrage Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance. Afin de mieux comprendre les enjeux de la vidéosurveillance, le sociologue a tout d’abord recours à des données historiques, juridiques et administratives. Il s’appuie également sur l’enquête de terrain effectuée avec son équipe qui est plus amplement détaillée et analysée dans la seconde partie de l’ouvrage.

2 Dans un premier temps, l’auteur se penche sur la place de la vidéo de surveillance ainsi que son rapport à la politique et aux politiques. Par une brève histoire de la vidéo de surveillance aux États-Unis, en Angleterre puis en France, il expose les implications de celle-ci dans nos sociétés. Il relève, par exemple, que les différents attentats terroristes ayant eu lieu dans ces pays ont généré l’installation massive de caméras sur les voies publiques. Or, les attaques terroristes du métro londonien en 2005, du Marathon de Boston en 2013 ou de Nice en 2016 viennent interroger la réelle efficacité de ce moyen de surveillance. Ce questionnement est renforcé par les faibles taux de résolution d’enquêtes qu’il permet. De plus, en soulignant que 50% du budget du Home Office de 1995 était consacré aux vidéos de surveillance, ou en rapprochant l’endettement important de Levallois-Perret et de Nice avec leur politique pro-vidéo de surveillance, le sociologue pose déjà la question du coût de ce système. Laurent Mucchielli souligne ensuite la place grandissante des vidéos de surveillance dans la société française. Entre 2010 et 2016 leur nombre aurait augmenté de 126% et atteindrait le nombre de 1,5 millions d’appareils dont 150 000 sur les voies publiques en 2018. Entre 80 et 90% des communes de zone urbaine possèderaient un réseau de caméras pour surveiller leurs rues.

3Le chapitre trois démontre que ce développement massif intensifie la confrontation de deux « techno-mythes » (p. 33). D’un côté, se démarque la vision « Big Brother » d’associations telles que  « Privacy France» , « Souriez vous êtes filmés » ou la Ligue des Droits de l’Homme, qui critiquent ces politiques et leurs auteurs. Elles soulèvent, outre le coût important de tels aménagements, des questions morales, notamment celles de la vie privée et des limites de la surveillance, considérées comme mises volontairement à l’écart du débat politique. Ces associations dénoncent aussi la manipulation des politiques qui font usage d’une « novlangue » afin de bonifier l’image de ces politiques sécuritaires, comme le montre le changement de terminologie opéré par Brice Hortefeux en 2010, qui substitue au terme « vidéo de surveillance » celui de « vidéo de protection » dans les documents officiels. Laurent Mucchielli signale quelques limites à ces mouvements telles que la référence parfois abusive à l’œuvre d’Orwell ou l’absence de dénonciations concernant la surveillance inégalitaire de ce système qui se concentre sur la délinquance de rue ignorant celle en col blanc. Il souligne toutefois que « le rôle des associations apparait […] crucial, d’une part pour veiller au respect des droits et des libertés des citoyens, d’autre part pour exercer une forme de surveillance ou de contrôle démocratique du pouvoir » (p. 42). D’un autre côté, on trouve la vision dite « Vidéo-Flag », selon laquelle la vidéosurveillance est un moyen efficace de combattre la délinquance, cette efficacité s’avérant en constante amélioration grâce aux progrès technologiques. Les développements suivants mettent en exergue la « propagande gouvernementale » (p. 43) renforcée par la « complicité fréquente des médias » (p. 44), tout en soulignant le soutien apporté par l’État à certains lobbies tel que « l’Association des villes vidéosurveillées » (AN2V).

4Le quatrième chapitre revient sur les moyens de se servir de la vidéo de surveillance pour faire de la politique. Le sociologue montre que c’est avant tout un outil de rhétorique même si les causes de ce choix politique restent multiples : la recherche de crédibilité, des raisons financières (l’État prenant en charge 50 % du coût de l’installation du système, les élus sont moins réticent à le mettre en place), l’influence de la police municipale, celle des maires des communes voisines ou des commerçants. C’est aussi un moyen pour le maire de s’affirmer dans le millefeuille territorial. Enfin, et surtout, c’est un outil électoral.

  • 1 Le Goff Tanguy, Heillmann Éric, « Vidéosurveillance : un rapport qui ne prouve rien », Délinquance, (...)

5 La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur son enquête qui concerne trois villes anonymes aux caractéristiques différentes de par leur taille, leur couleur politique et leur situation socio-économique. Sont ainsi étudiés un petit village devenu une ville-dortoir suite à un phénomène de périurbanisation, une ville moyenne qui est la commune-centre d’une agglomération de 70 000 habitants et une grande métropole portuaire. Ce travail scientifique est rendu nécessaire du fait des contradictions de certains rapports officiels ou plutôt de leur utilisation médiatique et politique. Par exemple, en 2009, Brice Hortefeux s’appuyait sur le « Rapport sur l’efficacité de la vidéo-protection » pour justifier ce système comme moyen de combattre les infractions. Or, le sociologue Tanguy Le Goff et le chercheur en science de l’information Éric Heilmann ont mis en lumière la même année les nombreuses erreurs méthodologiques de l’enquête en question, qui rendent les conclusions du rapport inexploitables1. Afin de pouvoir réfléchir sur l’efficacité de la vidéo de surveillance pour réduire les infractions, il est nécessaire de produire un travail qui articule les données quantitatives avec les observations qualitatives, dans le but de tendre vers l’impartialité. Le travail du sociologue doit associer « l’éthique et la technique de la science » (p. 105-106) pour répondre à la question posée.

6Ainsi, ces enquêtes permettent de confirmer que dans ces villes l’installation de vidéos de surveillance est davantage justifiée par un sentiment d’insécurité plutôt que par un réel problème de sécurité. Ce sentiment s’intensifie au sein d’une population vieillissante et va de pair avec l’amoindrissement de la proximité entre habitants, que peuvent connaitre les villages ou les petites villes. Elles vont également s’intéresser aux individus derrière le dispositif de surveillance en soulignant par exemple l’ennui du personnel en charge de la surveillance des caméras lié souvent au sentiment d’une utilité relativement faible.

7La vidéo de surveillance apparaît donc être un outil coûteux, peu efficace et qui sert surtout politiquement à répondre au sentiment d’insécurité qui serait sans doute mieux tempéré par une présence humaine. De plus, il est intéressant de constater que l’installation de caméras n’est jamais citée en priorité dans les sondages d’opinion comme moyen de combattre les infractions. De fait, la population estime que le moyen le plus utile pour lutter contre la délinquance reste la prévention envers les jeunes et la lutte contre le décrochage scolaire.

  • 2 Expression qu’il reprend à Ellul Jacques dans Le Bluff technologique, Paris, Fayard, 2010 (1ère éd. (...)
  • 3 Sur cette question on peut, entre autres, se référer à l’ouvrage de Combessie Philippe, Sociologie (...)

8En conclusion l’auteur estime que ces politiques de surveillance sont un « bluff technologique » (p. 188)2. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la technologie n’est pas le moyen le plus efficace pour répondre aux problèmes de nos sociétés. Cependant, les enjeux économiques et politiques relatés expliquent que ce moyen est favorisé car il est plus simple à mettre en place qu’une refonte de l’organisation sociale et économique dans le cadre d’une vision à long terme. Cette analyse est transposable à d’autres politiques sécuritaires comme celle concernant la construction de prisons supplémentaires3.

9On pourrait reprocher à cet ouvrage de laisser transparaître certaines des opinions politiques de son auteur, notamment l’accusation latente de la droite qui serait la principale responsable de l’engouement pour cette politique. Cependant, le livre de Laurent Mucchielli reste un bel exemple du travail de sociologue qu’il décrit lui même comme la déconstruction, l’analyse et la reconstruction d’un élément de la société afin de mieux cerner les enjeux qui gravitent autour de celui-ci. La question de la vidéo de surveillance est présentée avec clarté sans pour autant éluder les aspects techniques de la recherche. Ceux-ci sont d’ailleurs l’occasion de revenir, tout au long du livre, sur des questions épistémologiques qui vont de la production des données jusqu’au rôle de la sociologie. Ainsi, sans être un sujet majeur de la vie sociale, la vidéosurveillance se révèle être un moyen pertinent de s’interroger sur les actions entraînées par l’articulation des intérêts politiques, sociaux et économiques, pouvant s’opposer ou se compléter mais qui sont le miroir d’une certaine structure sociale.

Haut de page

Notes

1 Le Goff Tanguy, Heillmann Éric, « Vidéosurveillance : un rapport qui ne prouve rien », Délinquance, justice et société, 24 septembre 2009, disponible en ligne : https://www.laurent-mucchielli.org/public/Videosurveillance.pdf.

2 Expression qu’il reprend à Ellul Jacques dans Le Bluff technologique, Paris, Fayard, 2010 (1ère éd. 1988).

3 Sur cette question on peut, entre autres, se référer à l’ouvrage de Combessie Philippe, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, 2018 (4e éd.) ; compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures: https://journals.openedition.org/lectures/875.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Laurent Mucchielli, Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 novembre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28341

Haut de page

Rédacteur

Gabriel Voisin-Moncho

Étudiant en sociologie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page