Navigation – Plan du site

Régine Delamotte (dir.), Mixités conjugales aujourd’hui

Oumy Aubert Sow
Mixités conjugales aujourd'hui
Régine Delamotte (dir.), Mixités conjugales aujourd'hui, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Plurilectal », 2018, 310 p., ISBN : 9791024009896.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gabrielle Varro, qui intervient également dans l’ouvrage présent, a notamment : Gabrielle Varro, So (...)
  • 2 Ainsi que, nous le verrons, aux couples composés d’une personne entendante et d’une personne sourde

1Depuis la fin du XXsiècle, les couples mixtes sont de plus en plus étudiés, en France et ailleurs dans le monde1. Comme le soulignent Sophie Devineau et Ellie Mevel, cette « nouvelle figure de la mondialisation et de la globalisation des échanges » qu’est le « fonctionnement des couples mixtes » est un « objet d’étude particulièrement intéressant si l’on veut connaître les mécanismes sociaux de mélange des langues et des cultures » (p. 235). Bien que la notion de « couple mixte » reste changeante et variée, elle renvoie principalement dans cet ouvrage aux couples qui ne partagent pas la même nationalité ou la même langue2. Ces couples sont encore souvent mal perçus, difficilement acceptés par la sphère publique comme par leur entourage proche. Régine Delamotte considère que « les membres d’un couple mixte ont à résoudre les mêmes problèmes que ceux qui se présentent à tout couple » mais pas seulement : ils « ont aussi affaire à des problèmes spécifiques » (p. 10). C’est pour rapporter et questionner ces problèmes spécifiques que Delamotte a dirigé l’ouvrage Mixités conjugales d’aujourd’hui, qui réunit des témoignages variés, recueillis et étudiés par treize linguistes et sociologues. Les témoignages sont ceux d’individus provenant de tous continents, ce qui permet à l’ouvrage d’offrir un regard global sur la mixité. Au fil des onze articles du recueil, le lecteur découvre les défis que rencontrent les membres des couples mixtes en tant qu’individus, et remarque par ailleurs que les dynamiques de pouvoir qui se jouent au sein de tout couple sont mises en exergue lorsque celui-ci est bilingue, binational et/ou biculturel. De surcroît, le recueil offre un éclairage nouveau sur la mixité en ce qu’il s’interroge particulièrement sur son aspect linguistique.

2Trois thématiques principales traversent le recueil d’un bout à l’autre : les représentations de soi par soi et par les autres, l’importance du sexe/genre et les enjeux des langues.

  • 3 On peut aussi lire à ce sujet Claudine Philippe, Liberté, égalité, mixité... conjugales, Paris, Ant (...)

3En ce qui concerne les représentations de soi par soi et les autres, Zeineb Touati commence par évoquer l’image des couples mixtes dans les médias. Elle constate que la presse ne s’intéresse qu’aux mariages blancs, aux fraudes et aux violences. Ainsi, les couples mixtes apparaissent presque toujours comme des relations risquées, où les femmes sont le plus souvent présentées comme les victimes3.

  • 4 Zittoun Tania, « Symbolic competencies for developmental transitions. the case of the choice of fir (...)

4Sandrine Burgat, quant à elle, s’attaque à un sujet rare et pourtant de poids : elle analyse, entre autres, la façon dont les relations entre sourds et entendants apparaissent dans la fiction. Concernant les films, Burgat constate que « les personnages entendants apprennent rapidement à communiquer en langue des signes (LS), ce qui donne la représentation que la LS est facile à apprendre. Les relations sourds-entendants sont représentées comme des relations difficiles dans lesquelles tout oppose les deux membres du couple » (p. 73). Là encore, les représentations du couple mixte sont donc réduites, peu mélioratives ou tout simplement idéalisées. Seule la littérature jeunesse vient nuancer ce tableau peu honnête : Burgat note en effet que les « romans destinés à la jeunesse abordent plus facilement et de manière réaliste […] la question des sourds et entendants […] sans doute parce qu’ils ont une visée pédagogique et qu’ils essaient d’encourager les jeunes à la mixité et au “vivre-ensemble” » (p. 75). Pour le couple, l’attribution du prénom de ses enfants est aussi une façon de se représenter, ou d’exprimer ce à quoi il aspire. « À travers le choix du support langagier qu’est le prénom », écrit Cécile Desoutter, « ces couples expriment “de quelle sorte d’enfant ils veulent être les parents”4 » (p. 229). Le prénom de l’enfant est « l’élément premier et concret pendant sa petite enfance pour prendre conscience de son identité, de sa personnalité […]. N’oublions pas qu’il sert aussi d’adresse. Les parents se soucient par conséquent de la réception de ce prénom par l’enfant lui-même et par les autres » (p. 221). C’est pourquoi les articles de Devineau et de Mevel (p. 235) étudient également les prénoms des enfants de couples mixtes. La question est encore évoquée dans l’article de Touati (p. 17). Les témoignages relevés par Desoutter et Touati montrent à quel point les parents sont conscients des enjeux : ils prennent en compte la difficulté de prononciation du prénom, son orthographe, le racisme potentiel que le prénom pourrait susciter, etc. Par ailleurs, les enquêtés de Devineau et Mevel accordent une grande place, si ce n’est la place majeure, à l’héritage culturel, et ce de manière bien plus marquée et significative que les couples non mixtes.

5L’usage des langues au sein des couples mixtes est l’enjeu majeur de l’ouvrage. Catherine Adam s’intéresse à la perpétuation de la langue régionale qu’est le Breton. Sandrine Burgat s’intéresse aux couples sourds-entendants, et à la difficulté d’articulation entre la langue des signes et la langue orale. Enfin, Delamotte établit une différence entre les couples mixtes (composés d’un homme ou d’une femme vivant dans son pays d’origine et d’un(e) immigré(e), c’est-à-dire un couple bilingue) et les couples double-mixtes (composés de deux individus immigrés dans un pays qui leur est étranger à tous les deux, c’est-à-dire un couple trilingue).

6Quelle(s) langue(s) parle-t-on dans ces foyers ? Si le choix de la langue entre conjoints et ses conséquences sont longuement analysés, ce qui retient le plus l’attention des chercheurs est la transmission des langues aux enfants. En effet, il s’agit d’un enjeu de taille : Gabriella Gamberini-Zimmermann rappelle que « l’arrivée des enfants déclenche habituellement chez le couple binational une réflexion qui l’incite à prendre des décisions beaucoup plus drastiques pour garantir le bilinguisme » (p. 192). Elle ajoute que le bilinguisme « participe en effet pour ces jeunes parents d’un projet éducatif qui relève à la fois de l’affect et de l’intellect » (p. 192). Le plus souvent, les parents ont d’abord envie de transmettre leurs langues respectives à leur progéniture, et espèrent avoir un enfant bilingue – projet qui ne se réalise pas toujours, comme en attestent les témoignages et les statistiques.

7Le genre, enfin, a une influence considérable sur la vie des couples mixtes. La domination masculine se fait ressentir à travers toutes les situations. En règle général, la langue parlée à la maison est la langue du pays de résidence – lequel est bien souvent le pays d’origine de l’homme (parmi les couples mixtes interrogés par Desoutter, par exemple, 80% des maris sont des Italiens et leur femme une étrangère, contre seulement 20% de femmes italiennes mariées à des étrangers). De plus, l’article de Véronique Miguel Addisu semble démontrer que les femmes s’investissent davantage pour apprendre la langue de leur conjoint. Les couples interrogés « évoquent tous des efforts de traduction multiformes et coûteux, mais qui sont au bénéfice de l’époux » (p. 107).

8Quant aux enfants, l’attribution des prénoms révèle là aussi une différence de genre. En effet, Devineau et Mevel remarquent que « l’initiative du prénom revient le plus souvent aux pères qui dans les déclarations des mères ont été le plus souvent à l’origine du choix » (p. 244). Les chercheuses relèvent également qu’il y a davantage de négociations au sein des couples pour choisir les prénoms féminins que les prénoms masculins. Il semblerait que les mères laissent le père choisir le prénom lorsque l’enfant est un garçon, mais que les pères refusent de laisser choisir les mères lorsque l’enfant est une fille. « L’altérité, source au départ d’intérêt et d’attraction pour le partenaire étranger, peut devenir avec le temps source d’incompréhension, et donc de souffrance », écrit Gamberini-Zimmermann (p. 207). À la fois richesse et facteur de complications, l’altérité est toujours originale. C’est ce que tout l’ouvrage cherche à analyser, à comprendre. Sont questionnés dans le recueil de Delamotte l’influence des représentations des foyers mixtes dans les médias, le statut du père dans la famille mixte, les enjeux liés aux enfants, et les tensions entre les langues « en position d’infériorité » (langues régionales, dialectes, langue de l’immigré) et la langue dominante de l’autochtone.

  • 5 Cf. Raja Chennoufi-Ghalleb, p. 178.
  • 6 Cf. Devineau et Mevel, p. 251.

9Le recueil permet de relever quelques traits communs intéressants, tel que le fait que les individus formant des couples mixtes tendent à être éduqués, diplômés. Beaucoup ont déjà voyagé et parfois, même, leurs parents étaient déjà un couple mixte5. Pour tous les enquêtés, la question de la pratique des langues au sein de la famille demeure un terrain périlleux et mouvant, de même que le jonglage avec l’héritage culturel des deux lignées. Par ailleurs, on constate que les couples mixtes demeurent des couples « traditionnels » en ce qu’ils reproduisent le modèle patriarcal de leur société (le choix du prénom revient au père, le pays de résidence et la langue parlée au foyer sont plus souvent ceux du père, etc.6). Néanmoins, ce recueil d’entretiens et d’analyses révèle avant tout une grande disparité de comportements et, comme l’écrit Delamotte, chacun vit son couple mixte différemment. Lorsqu’il est question de mixité, il faut « Ne pas conclure, en effet, car la diversité et l’inattendu sont au rendez-vous » (p. 274).

Haut de page

Notes

1 Gabrielle Varro, qui intervient également dans l’ouvrage présent, a notamment : Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité, Paris, Belin, 2003.

2 Ainsi que, nous le verrons, aux couples composés d’une personne entendante et d’une personne sourde.

3 On peut aussi lire à ce sujet Claudine Philippe, Liberté, égalité, mixité... conjugales, Paris, Anthropos, 1998.

4 Zittoun Tania, « Symbolic competencies for developmental transitions. the case of the choice of first names », Culture and Psychology, vol. 10, n° 2, 2004, p 131-161.

5 Cf. Raja Chennoufi-Ghalleb, p. 178.

6 Cf. Devineau et Mevel, p. 251.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oumy Aubert Sow, « Régine Delamotte (dir.), Mixités conjugales aujourd’hui  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28399

Haut de page

Rédacteur

Oumy Aubert Sow

Doctorante en littérature, à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada). Champ de recherche : l’intersectionnalité au sein des couples mixtes et les dilemmes rencontrés par l’enfant de couple mixte dans les textes littéraires.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page