Navigation – Plan du site

François Cusset, Le déchaînement du monde. Logique nouvelle de la violence

Laure Gillot-Assayag
Le déchaînement du monde
François Cusset, Le déchaînement du monde. Logique nouvelle de la violence, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2018, 237 p., ISBN : 978-2-7071-9815-0.
Haut de page

Texte intégral

1À l’encontre des discours lénifiants sur la pacification des sociétés et le déclin de la violence, François Cusset, historien des idées et spécialiste en civilisation américaine, insiste au contraire sur sa prégnance et son actualité dans nos sociétés. L’auteur a pour ambition d’en éclairer les nouveaux ressorts et modalités ainsi que la transformation d’accident à système. C’est donc moins la genèse de la violence que sa rationalité et son évolution qui sont l’objet du livre. François Cusset se proposer de donner une lecture inédite de la violence comme un phénomène englobant.

2L’introduction pose des jalons d’une définition de la violence, conçue comme effraction et atteinte à la vie. Selon les dires de l’auteur, la violence est un « impensé » des sciences sociales ; or, elle nous semble plutôt être un concept saturé. François Cusset met en garde contre l’élasticité du terme et son effet écran, qui oblitère le temps long de la causalité au profit du moment de l’irruption de la violence.

Les deux premières parties explorent les formes inédites de la violence et ses légitimations renouvelées. Véritable topographie de la violence planétaire, le relevé s’étend des conflits oubliés d’Amérique centrale à la prolifération anarchique des armements, sans oublier la destruction des espèces animales et les actes de violence ordinaire. François Cusset cherche à démontrer l’idée selon laquelle la réduction de la violence après 1945 est illusoire. Point n’est question pour lui de gel de la violence mondiale car le capitalisme entretiendrait un rapport intrinsèque à la violence et à la prédation. Ainsi, l’auteur définit le terrorisme comme « l’extase consumériste [transformée] en passion de détruire » (p. 33), et en rappelle les racines, des révoltes des Zélotes en Palestine aux anarchistes du XIXe siècle. Il souligne de ce fait le tournant sécuritaire des démocraties modernes et en dégage certains effets : la mutation de l’arsenal militaire à l’échelle mondiale, la hiérarchie planétaire du coût des morts, qui tend à ne comptabiliser comme « perte » que celle des citoyens occidentaux. En découle une typologie des victimes expiatoires en trois groupes fortement racisés : les Noirs, les musulmans et les indigènes des ex-colonies. La violence à l’encontre des femmes n’est pas oubliée, avec ce chiffre glaçant : selon l’ONU, 70 % des femmes seraient confrontées à des violences, dont plus de la moitié avant 18 ans (p. 59). On ignore toutefois sur quelles bases concrètes et sur quel critère de violence sont constituées ces statistiques. À force d’être omniprésente, la violence (domination sexuelle, destruction de l’environnement, paranoïa sécuritaire) finirait par se faire oublier. Selon François Cusset, la violence s’immisce encore dans des situations aussi diverses que la gestion néolibérale des entreprises, la recherche de profits, les suicides des salariés, l’exil des migrants, ou encore l’écocide des baleines de l’Atlantique. Le droit, défini par l’auteur comme instrument d’émancipation et barrière contre la violence, serait désormais le bras armé d’une violence systémique, dont les plus avisés utiliseraient les failles et les ressorts pour opprimer les plus démunis. Cependant, François Cusset ne situe pas dans le temps ce « retournement » du droit, pas plus qu’il ne l’interroge. Pourtant, Max Weber et Paul Ricœur, pour ne citer que ces auteurs majeurs, ont longuement analysé ce rapport consubstantiel du droit à la violence, dans son édiction comme dans sa mise en application.

3Les deux parties suivantes de l’ouvrage reviennent sur la notion de « pacification » de la société, en mettant au jour le circuit neuf de la violence. La violence se serait effectivement redéployée dans la société, en changeant de forme. Sont en cause une nouvelle économie affective des pulsions, générant un rapport inédit au désir et à la frustration, et des contraintes nouvelles de civilité pour assurer sa canalisation, tel un nouvel épisode de La civilisation des mœurs de Norbert Elias. François Cusset pointe avec beaucoup de précision et de justesse le paradoxe de l’abondance : la dépense énergétique, promesse de satisfaction, nous laisse en réalité épuisé, inapaisé, exsangue, sans ressources. Citant les théories de la dépense de Georges Bataille, il montre finement la manière dont l’homme est pris dans une dynamique de destruction de l’excédent, avant d’être détruit par lui. On assiste ainsi à une forclusion du désir, qui s’anéantit par sur-sollicitation et mène les hommes aux frontières de l’existence, les laissant englués dans un mouvement de consommation. L’énergie ne s’échappe plus, mais ronge violemment les sujets de l’intérieur.

4Mais la dernière partie retourne l’argument d’une violence fondamentalement destructrice, pour interroger ce que serait, au contraire, une violence émancipatrice. En effet, l’idée forte de François Cusset n’est pas d’éradiquer la violence, mais de légitimer celle qui relève de l’insubordination ou due droit à la révolte. Revalorisée comme vertu, la violence peut alors devenir libératrice. Ainsi, il souligne la polarité mythique entre le mouvement des droits civiques et le mouvement du Black Power, même s’il ne cache pas son doute sur les pratiques non violentes – qui ont été pourtant, par exemple aux États-Unis, particulièrement efficaces et décisives pour l’avancée des droits. Le propos se conclut par une certaine reconnaissance de la violence que peuvent nécessiter certains actes et gestes de libération.

5Fournir un panorama de la violence mondiale est un projet ambitieux. Le souffle du livre est indéniable et le lecteur est emporté dans une traversée échevelée du siècle. Mais l’envers de cette démarche est consubstantiel à son ampleur. À défaut d’un dénominateur de « violence » nettement défini et relativement précis, les faits comparés demeurent fortement hétérogènes et les types de violence peu analysés dans leur singularité. Est-il pertinent d’unifier sous le même label des phénomènes aussi divers que la violence envers les femmes, celle envers les salariés, et la violence génocidaire, ou faut-il au contraire réfléchir à l’idée de degrés et de types de violences, ainsi qu’aux conséquences impliquées par une telle démarche ? Dans quelle mesure, et avec quelle méthodologie et outils, historiques, sociologiques, philosophiques, peut-on véritablement rendre compte de la « nouveauté » de la systématicité de la violence, qui se trouve au cœur de l’argumentaire de François Cusset ? Construire une méthodologie solide pour rendre compte de la brutalité systémique des violences, au pluriel, demeure un chantier ouvert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Gillot-Assayag, « François Cusset, Le déchaînement du monde. Logique nouvelle de la violence  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28449

Haut de page

Rédacteur

Laure Gillot-Assayag

Doctorante en études politiques, EHESS, CESPRA.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page