Navigation – Plan du site

Soline Blanchard, Alban Jacquemart, Marie Perrin, Alice Romerio (dir.), « La résistible institutionnalisation de la cause des femmes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 223, 2018

Justine Muller
La résistible institutionnalisation de la cause des femmes
Soline Blanchard, Alban Jacquemart, Marie Perrin, Alice Romerio (dir.), « La résistible institutionnalisation de la cause des femmes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 223, juin 2018, 92 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-139719-2.
Haut de page

Texte intégral

1Sous l’influence des mouvements féministes, la cause des femmes a fait l’objet d’une institutionnalisation à partir des années 1960, à savoir d’une intégration et d’une prise en charge par des acteurs et actrices au sein de multiples institutions. Issues d’enquêtes empiriques menées dans plusieurs contextes nationaux, les contributions réunies dans ce dossier cherchent à mettre en avant les modalités et les effets de la récupération de la cause féminine par diverses institutions sans pour autant conclure à une rupture entre militantisme et institutionnalisation.

2L’institutionnalisation doit d’abord être replacée dans un contexte sociohistorique. Celui-ci s’avère indispensable pour appréhender la diversité des formes institutionnelles qu’a revêtu la cause des femmes dans les pays du Nord et du Sud, mais aussi leurs similitudes en raison du caractère transnational du processus d’institutionnalisation, lequel s’explique par le militantisme des mouvements de femmes nationaux et transnationaux et par le rôle des institutions internationales.

  • 1 Islah Jad, « L’ONGisation des mouvements des femmes arabes », Cahiers Genre et Développement, n° 7, (...)

3S’interroger sur la place des acteurs et actrices dans ces institutions permet de soulever les ambivalences d’un tel processus, qui implique bien souvent des rapports de domination, notamment dans les pays du Sud où l’institutionnalisation et la globalisation du genre vont de concert. Ranime Alsheltawy souligne ainsi que l’« ONGisation » du mouvement des femmes arabes crée de vifs débats, en particulier car de nombreuses féministes arabes anti-impérialistes refusent la dépendance à des financements en provenance des institutions internationales ou de bailleurs de fonds occidentaux. Le même constat s’impose chez Virginie Dutoya qui mentionne l’importance des conflits et tensions autour de l’institutionnalisation du genre en Inde. Le débat doit évidemment être replacé dans un cadre historique : en raison du passé colonial, l’aide extérieure est envisagée comme un « prolongement de la rencontre coloniale », écrit Islah Jad dans son article « L’ONGisation des mouvements de femmes arabes » paru dans un numéro des Cahiers genre et développement1.

4D’autres formes de domination sont évoquées dans les différentes contributions. À partir d’une enquête auprès des dirigeants masculins de deux administrations françaises, Laure Bereni et Alban Jacquemart concluent que si les cadres se montrent favorables à une rhétorique d’égalité, dans les faits, certaines résistances sont encore bien présentes. Notamment, la loi sur les quotas qui vise à promouvoir autant de femmes que d’hommes dans les postes à responsabilité suscite des critiques masculines. De manière analogue, Clémentine Comer estime que, si le monde agricole a opéré certaines avancées sur le plan symbolique, la classe des possédants agricoles se montre réfractaire lorsque les actions féministes sont inconciliables avec ses intérêts économiques.

5Dès lors, l’institutionnalisation suppose aussi une dépolitisation de la cause des femmes par le biais de l’euphémisation ou de la négation de sa dimension politique. La cause se voit ainsi souvent récupérée et reformulée – à commencer par le mot « genre » lui-même – par l’institution qui l’a intégrée et tend à perdre ses aspects les plus contestataires. Tel est le cas du féminisme porté par le réseau « Agriculture au féminin » (AAF) : Clémentine Comer montre que le principe d’égalité entre hommes et femmes y est instrumentalisé suivant les intérêts économiques de la fraction dominante. De même, Ranime Alsheltawy note que la dépendance des associations de femmes à des financements externes engendrerait, selon certaines féministes arabes anti-impérialistes, un « féminisme apolitique et décontextualisé, associé à la globalisation néolibérale et porté par les agendas onusiens » (p. 45).

6En définitive, l’institutionnalisation de la cause des femmes conduirait à la reproduction d’un système de type hiérarchique et patriarcal ainsi qu’à la perte d’autonomie des militantes. Cependant, l’ensemble des contributions souligne que cette institutionnalisation ne se réduit pas un processus univoque de dépolitisation, mais peut aussi être l’opportunité d’une politisation de la cause féminine, voire l’occasion d’obtenir un pouvoir sans domination au sens où Hannah Arendt entendait ces mots, à savoir un pouvoir politique exercé par un groupe d’individus égaux qui souhaitent œuvrer ensemble pour la défense de la cause des femmes.

7Ainsi, selon Marion Charpenel, après s’être écartées de la sphère politique et avoir abandonné leur militantisme en vue d’être intégrées au champ académique, certaines historiennes des femmes des années 1990, en France, ont accepté de renouer avec une pratique militante au sein de l’université, celle-ci offrant un espace reconnu et dédié à la cause des femmes. De façon identique, Ranime Alsheltawy soutient que l’institutionnalisation de la cause des travailleuses domestiques a permis la naissance d’espaces contestataires investis par ces travailleuses. Autrement dit, la prise en charge par les ONG a entraîné une politisation de la cause par le biais de la création de collectifs militants.

8Au sein même des institutions, la posture de la femme qui travaille ne s’oppose pas toujours à celle de la femme qui milite. Dans son article, Marion Charpenel mentionne un double mouvement : les historiennes adoptent d’une part une position militante pour faire intégrer la cause féminine dans les institutions, et de l’autre maintiennent leur place dans le monde universitaire afin d’alimenter les pratiques mémorielles des militantes. De même, au terme de son enquête menée à Delhi, Virginie Dutoya conclut à une hybridité entre les deux positions : le militantisme peut constituer une ressource professionnelle et, inversement, le travail rémunéré peut être conçu comme une pratique militante.

9Ce dossier nous invite donc à concevoir l’institutionnalisation selon une double dynamique. D’une part, la cause féminine est régulièrement euphémisée et dépolitisée selon les intérêts de l’institution qui la prend en charge. D’autre part, l’institutionnalisation offre également un espace solide et permet la politisation des rapports de genre. En réalité, ce sont les « deux faces d’un même processus qui rappelle que la remise en cause des rapports de genre est toujours politique » (p. 11), la dépolitisation ne se confondant en aucun cas avec l’apolitisation.

Haut de page

Notes

1 Islah Jad, « L’ONGisation des mouvements des femmes arabes », Cahiers Genre et Développement, n° 7, 2010, p. 424.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Muller, « Soline Blanchard, Alban Jacquemart, Marie Perrin, Alice Romerio (dir.), « La résistible institutionnalisation de la cause des femmes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 223, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28537

Haut de page

Rédacteur

Justine Muller

Assistante en langues et lettres romanes à l’Université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page