Navigation – Plan du site
Les internés du ghetto

Les internés du ghetto

Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire
Manuel Boucher, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, L'Harmattan, coll. « Recherche et transformation so », 2010, 422 p., Préface de Didier Lapeyronnie, EAN : 9782296120235.
Notice publiée le 23 octobre 2010

Présentation de l'éditeur

Sans nier la réalité des phénomènes de décomposition sociale, politique et culturelle en oeuvre dans des zones urbaines périphériques en voie de ghettoïsation sociale et ethnique, ce livre rompt avec le traitement médiatique des quartiers populaires, oscillant sans cesse entre une description dramatisante des " banlieues " et de leurs habitants, sous l'emprise de " lois propres aux ghettos ", et une présentation " moralement correcte ", radicalement optimiste. Grâce à la réalisation d'une enquête ethnographique et à la mobilisation d'une " sociologie des turbulences ", Manuel Boucher tente de comprendre la production et la régulation des phénomènes de violences dans une " cité ghetto " (la Cité des enfants perdus). Il analyse l'expérience sociale d'habitants qui font peur, notamment des jeunes considérés comme des " figures de désordre ". II nous montre comment ces jeunes développent des interactions frictionnelles, entretiennent des rapports paroxystiques et complexes avec des " forces de sécurisation " et des " pacificateurs indigènes ", c'est-à-dire, des acteurs institués et émergents d'encadrement des classes populaires. En définitive, ce livre montre que les " internés du ghetto ", qu'ils soient " pacificateurs" ou " rebelles ", vivent tous de nouvelles épreuves de la domination mais réagissent et déploient également des stratégies individuelles et collectives pour sortir d'un processus de " réification réciproque "

Haut de page