Navigation – Plan du site

Fanny Pigeaud, Ndongo Samba Sylla, L’arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA

Natacha Guay
L'arme invisible de la Françafrique
Fanny Pigeaud, Ndongo Samba Sylla, L'arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2018, 227 p., ISBN : 978-2-348-03739-9.
Haut de page

Texte intégral

1Selon les Nations Unies, en 2015 plus de 162 millions de personnes utilisaient les francs CFA et comorien. Vestige de l’époque coloniale, ces monnaies sont controversées : la France argue qu’elles favorisent les échanges et limitent l’inflation dans les pays concernés tandis qu’aux yeux de plusieurs économistes et dirigeants africains, elles sont au contraire un frein au développement des pays. Dans cet ouvrage, Fanny Pigeaud et Ndongo Samba Sylla s’interrogent : comment le franc CFA perpétue-t-il le contrôle de la France sur certaines de ses ex-colonies africaines et quel lien peut-on établir entre cette monnaie et la souveraineté des pays qui l’utilisent ? En sept chapitres, les auteurs montrent que « [l]’histoire du franc CFA, qui mêle colonialisme, économie, business, géopolitique, diplomatie, le tout sur fond de répression, visible ou discrète, est finalement à la fois celle d’un pays, la France, qui n’a pas encore tourné le dos à son passé colonial et celle d’États africains dont les dirigeants tardent à “couper le cordon” et à porter politiquement les aspirations de leurs peuples » (p. 9).

  • 1 La zone franc est constituée de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale où sont u (...)
  • 2 Ici, la politique commune des changes fait référence à un ensemble de règlementations concernant le (...)
  • 3 Union économique et monétaire ouest-africaine et Communauté économique et monétaire de l’Afrique ce (...)

2L’ouvrage débute sur l’historique des relations entre la France et l’Afrique et explique comment la France a réussi à imposer une monnaie à ses colonies. En interdisant les monnaies locales et en instaurant un impôt colonial, elle a posé un « pacte colonial » empêchant les colonies de s’industrialiser et donnant un monopole à la métropole sur leurs importations et exportations. L’année 1939 a vu la création de la « zone franc »1 et d’une politique commune des changes2. Dans cette lignée, le franc des Colonies françaises d’Afrique (CFA) – ensuite renommé franc de la « Communauté française d’Afrique » est institué en 1945. Sa trop forte valeur était problématique, les produits de la métropole étant meilleur marché que ceux des autres pays européens, ce qui a induit d’une part une augmentation des importations de produits français par les colonies et d’autre part une augmentation des prix des biens africains. Les pays de la zone franc n’ont eu d’autre choix que se tourner vers la France pour importer des produits finis. Le mouvement anticolonial des années 1950 a politisé les questions économiques liées au franc CFA et a permis aux pays d’exprimer leurs revendications. En conséquence, certains pays ont pu quitter la zone franc mais quinze autres n’ont pu s’en extraire et forment aujourd’hui l’UEMOA et la CEMAC3.

  • 4 La fixité des parités signifie que les francs CFA et comoriens sont rattachés à une « monnaie d’anc (...)
  • 5 Par libre transfert, les auteurs entendent le fait que : « Les transactions courantes et les mouvem (...)
  • 6 Il est possible d’échanger les francs CFA et comorien contre de la monnaie française sans restricti (...)
  • 7 En contrepartie de la convertibilité illimitée, les avoirs extérieurs des banques centrales (la BEA (...)
  • 8 BEAC : Banque des États de l’Afrique centrale. Cette banque gère la politique monétaire des États d (...)
  • 9 BCEAO : Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Cette banque gère la politique monétaire (...)

3Le chapitre 2 détaille le fonctionnement du système CFA et des institutions qui assurent son efficacité. Quatre grands principes le sous-tendent : la fixité des parités4, le libre transfert5, la convertibilité illimitée6 et la centralisation des réserves de change7. Leur application passe par l’usage d’un compte bancaire spécifique dit « compte d’opérations », créé par la France pendant la période coloniale. Tout achat ou toute vente de devises contre des francs CFA passe par ce compte et les banques centrales des pays de la zone franc doivent respecter un taux d’avoir minimum à placer dessus (de 50 % en moyenne), sous peine de devoir reverser des intérêts au Trésor français. Le compte d’opération est très rigide et contraignant pour les pays de la zone franc mais permet à la France de voir et de contrôler les opérations extérieures des pays africains. Le lien entre le franc CFA et la politique monétaire imposée par les Banques centrales (la BEAC8 et la BCEAO9) que les pays de la zone franc sont obligés de suivre apparait avec acuité.

  • 10 Président du Togo ayant milité activement contre le franc CFA.

4Ndongo Samba Sylla et Fanny Pigeaud donnent ensuite des exemples de tentatives africaines de résistance et de négociation auxquelles la France n’a pas cédé. Sont ainsi abordés le cas de l’opération Persil en 1959 en Guinée, la sortie provisoire du Mali de la zone franc et des représailles qui ont suivi, l’assassinat de Sylvanus Olympio10 en 1963, les négociations vaines du Niger, de la Mauritanie et du Congo en 1972, le cas de Madagascar ayant quitté la zone franc et retrouvé sa souveraineté en 1973 et la rébellion en 1984 de Thomas Sankara, chef d’État du Burkina Faso, assassiné trois ans plus tard. Les auteurs révèlent ainsi jusqu’où la France peut aller pour garder la mainmise sur ses ex-colonies.

5Les chapitres 4 et 5 font état de la manière dont la France impose à son profit ses décisions depuis Paris pour maintenir un franc CFA qui pénalise l’Afrique. D’une part, cette monnaie permet d’extraire d’importantes ressources du continent africain grâce à la libre circulation. D’autre part, elle permet à la France de revendiquer une place diplomatique de choix sur la scène internationale puisqu’elle dispose d’un débouché non négligeable : quinze pays africains. Le franc CFA permet également d’avoir des moyens de contrôle politique et de répression contre les pays de la zone franc. Ce contrôle passe par la création d’institutions, le placement de représentants français dans les institutions africaines et l’instrumentalisation de l’autorité du FMI pour préserver le franc français puis l’euro au détriment du franc CFA (notamment lors de la dévaluation de 1994), qui sont autant de points détaillés dans ces chapitres. La manière dont la France évite subtilement d’appliquer la garantie de convertibilité est également abordée.

  • 11 À ce titre, voir l’ouvrage : Joseph Tchundjang Pouemi, Monnaie, servitude et liberté. La répression (...)

6Le chapitre 6 déconstruit l’argumentaire de la France sur le système CFA et s’intéresse aux problèmes subis par les pays concernés11. Non seulement le franc CFA n’est pas un facteur de développement, n’instaure pas de stabilité macroéconomique et n’intègre pas les pays de la zone franc dans le commerce fait avec l’Union Européenne, mais il instaure quatre handicaps majeurs : un régime de change trop rigide, un ancrage problématique à l’euro (qui favorise la dépendance), un faible financement des économies et une liberté de transfert qui encourage le drainage des ressources africaines vers l’extérieur.

  • 12 À ce titre, l’activiste Kemi Seba constitue un exemple radical. Voir : Carole Kouassi, « Interview (...)

7Enfin, les auteurs reviennent sur l’actualité des contestations à l’égard du franc CFA12 pour proposer des alternatives à son utilisation. Des pays pourraient individuellement sortir de la zone franc et battre leur propre monnaie, dans un élan nationaliste ; ils pourraient également sortir collectivement de la zone franc, dans un mouvement panafricaniste. Une autre alternative serait d’arrimer le franc CFA à plusieurs monnaies pour tenir compte du fait que l’Afrique ne commerce pas qu’avec la France. Sont également abordés la question de la création d’une monnaie unique pour les pays africains et celle de la solidarité entre les monnaies nationales qu’ils pourraient utiliser.

  • 13 Kako Nubukpo, Martial Ze Belinga, Bruno Tinel, Demba Moussa Dembélé (dir.), Sortir l’Afrique de la (...)
  • 14 Bassambié Franck Bationo, Politiques monétaire et de change. Le franc CFA, un choix optimal pour l’ (...)

8Principalement porté sur l’explication de mécanismes économiques, l’ouvrage brille par sa pédagogie et on apprécie les encarts explicatifs sur des points d’économie, qui facilitent la lecture. Pour autant, il semble reproduire les thèmes de prédilection de la littérature sur le sujet13 et aurait gagné à apporter des prolongements inédits. Si le manque d’industrialisation des pays africains est régulièrement invoqué dans le livre, il aurait été intéressant de développer ce thème en tant que tel, ainsi que l’impact de la prépondérance du secteur primaire sur l’organisation du travail dans ces pays. Mais de telles questions relèvent sans doute plus de la sociologie que de l’économie. Une comparaison du système CFA avec d’autres régimes de change dans le monde, comme dans l’ouvrage de Bassambié Franck Bationo14, aurait également permis d’étayer la réflexion finale. Il demeure que l’ouvrage, intéressant et riche, et constitue une bonne initiation à la question du franc CFA.

Haut de page

Notes

1 La zone franc est constituée de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale où sont utilisés les francs CFA et comorien : d’une part, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, qui ensemble constituent l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ; d’autre part le Cameroun, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad, qui forment la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ; enfin, les Comores où circule le franc comorien.

2 Ici, la politique commune des changes fait référence à un ensemble de règlementations concernant les transactions en devises entre la zone franc et l’extérieur.

3 Union économique et monétaire ouest-africaine et Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.

4 La fixité des parités signifie que les francs CFA et comoriens sont rattachés à une « monnaie d’ancrage » (le franc français puis aujourd’hui l’euro), qui leur garantit un taux de change fixe quelle que soit la conjoncture économique. Ainsi, depuis 1999, 1 euro vaut 655,957 francs CFA.

5 Par libre transfert, les auteurs entendent le fait que : « Les transactions courantes et les mouvements de capitaux sont libres au sein de la zone franc (c’est-à-dire entre les pays africains et entre ces derniers et la France). Ces transferts de fonds ne sont pas soumis à des restrictions en matière de change » (p. 38).

6 Il est possible d’échanger les francs CFA et comorien contre de la monnaie française sans restrictions. Cette convertibilité se concrétise uniquement sous la supervision du Trésor français, ce qui signifie qu’il n’est pas possible d’échanger de la monnaie CFA ailleurs que dans sa zone d’émission. Depuis 1993, le franc CFA et le franc comorien ne sont même plus librement convertibles entre eux.

7 En contrepartie de la convertibilité illimitée, les avoirs extérieurs des banques centrales (la BEAC, la BCEAO et la BCC) doivent être déposés en France, au Trésor français.

8 BEAC : Banque des États de l’Afrique centrale. Cette banque gère la politique monétaire des États de la CEMAC.

9 BCEAO : Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Cette banque gère la politique monétaire des États de l’UEMOA.

10 Président du Togo ayant milité activement contre le franc CFA.

11 À ce titre, voir l’ouvrage : Joseph Tchundjang Pouemi, Monnaie, servitude et liberté. La répression monétaire de l’Afrique, Paris, Menaibuc, 1980.

12 À ce titre, l’activiste Kemi Seba constitue un exemple radical. Voir : Carole Kouassi, « Interview Kémi Séba : “Pourquoi CNN qui a participé à la diabolisation de Kadhafi diffuse ce documentaire maintenant ?” », Africanews, 23/11/2017, en ligne : http://fr.africanews.com/2017/11/23/interview-kemi-seba-pourquoi-cnn-qui-a-participe-a-la-diabolisation-de-kadhafi// ; Kemi Seba, « L’Afrique libre ou la mort », s.l., New african cultures editions, 2018.

13 Kako Nubukpo, Martial Ze Belinga, Bruno Tinel, Demba Moussa Dembélé (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, Paris, La Dispute, 2016 ; compte-rendu d’Elieth Eyebiyi pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/22322.

14 Bassambié Franck Bationo, Politiques monétaire et de change. Le franc CFA, un choix optimal pour l’Union monétaire ouest-africaine ?, Paris, l’Harmattan, 2018, coll. « Études africaines ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Guay, « Fanny Pigeaud, Ndongo Samba Sylla, L’arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28617

Haut de page

Rédacteur

Natacha Guay

Étudiante en master 2 recherche de sociologie à l’Université Toulouse 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page