Navigation – Plan du site

Marc Bloch, L'Histoire, la Guerre, la Résistance

Fabienne Federini
L'Histoire, la Guerre, la Résistance
Marc Bloch, L'Histoire, la Guerre, la Résistance, Gallimard, coll. « quarto », 2006, 1094 p., EAN : 9782070775989.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc Bloch, « L'apologie pour l'histoire ou métier d'historien, 1941-1943 », in Marc Bloch, L'histo (...)
  • 2 Fabienne Federini, Ecrire ou combattre : des intellectuels prennent les armes (1942-1944), Paris, E (...)
  • 3 Cf. notamment Jean-Pierre Longre, William Marx, Jean Prévost aux avant-postes, Bruxelles, Les impre (...)
  • 4 Jean Cavaillès est mort fusillé en 1944, Jean Gosset en déportation à Neuengamme dans des circonsta (...)
  • 5 Par exemple, ni Esprit ni la nouvelle NRF ne consacrent aucune ligne à la mort de Jean Prévost.
  • 6 Rendons ici hommage à Georges Canguilhem qui n'a cessé de porter la mémoire de Jean Cavaillès et d' (...)
  • 7 Etienne Bloch, « Souvenirs d'un fils sur son père », in Hartmut Atsma, André Burguière, Marc Bloch (...)

1« Enfin ! », pourrait-on dire. Enfin, un livre de Marc Bloch qui réunit à la fois ses articles d'historien, ses textes d'engagé volontaire lors des deux guerres mondiales et ses écrits clandestins des années 1943-1944. Car Marc Bloch fut plus que le fondateur connu et reconnu de la revue des Annales, il fut aussi parallèlement à son « métier d'historien »1 et sans doute aussi en raison même de la conception qu'il en avait, un combattant engagé volontaire lors des deux guerres mondiales puis dans la résistance armée, comme le furent les philosophes Jean Cavaillès et Jean Gosset2, comme le fut aussi l'écrivain Jean Prévost3. Comme eux4, Marc Bloch ne survécut pas à l'occupation nazie, puisqu'il fut fusillé en 1944. Comme eux, on méconnut longtemps ce qu'il fit durant les années noires. Et on peut légitimement s'interroger sur ce qui a conduit à passer sous silence ces exemples d'intellectuels qui prirent les armes contre l'occupant nazi et qui, souvent, ont existé professionnellement avant la guerre. Pourquoi leur mémoire ne fut-elle portée ni par les écrivains (pour Jean Prévost5) ni par les universitaires (pour Marc Bloch6) ni par les revues au sein desquelles ils furent pourtant des rédacteurs investis (comme Esprit pour Jean Gosset) ? Comment ne pas être frappé par la convergence des propos tenus par les descendants de ces intellectuels ainsi que par l'identité de leur sentiment, pour ne pas dire de leur intime conviction, que ces morts-là dérangeaient sans doute leurs contemporains au point qu'il fut plus facile de les évacuer en en faisant soit des héros soit des martyrs plutôt que d'essayer de comprendre ce qui les avait amenés à s'engager de cette manière-là ; ce qui, a contrario, aurait permis d'éclairer les processus qui en avaient amené d'autres (souvent leurs pairs) à effectuer d'autres « choix » que les leurs. Il faudra bien un jour se pencher sur les raisons d'un tel silence, comme commença de le faire Etienne Bloch à propos de son père : « Est-ce parce qu'il était aberrant aux yeux de beaucoup d'universitaires qu'un professeur proche de la soixantaine, arrivé au faîte des honneurs, abandonne ses chères études pour s'engager totalement dans la Résistance ? Est-ce parce que n'étant ni gaulliste, ni communiste, ni adhérent d'aucun parti, aucune organisation ne désire reconnaître mon père parmi les siens ? Est-ce parce que reconnaître à mon père le rôle très important qu'il a joué dans l'organisation de la résistance risquerait de porter ombrage à ceux qui ont survécu et qui s'attribuent des mérites auxquels ils n'ont pas toujours droit ? Est-ce parce que la solidarité jouant entre les classes dirigeantes, ceux qui font partie aujourd'hui de ces classes dirigeantes et qui sont les fils de ceux qui de son temps dirigeaient le pays, n'ont jamais pardonné à mon père de les avoir considérés comme les responsables du désastre de 1940 et du retard de la France dans son développement économique et social ? »7

  • 8 Marc Bloch, « L'apologie pour l'histoire ou métier d'historien, 1941-1943 », in Marc Bloch, L'histo (...)

2Une des manières d'évacuer le résistant qui encombrait a été de dissocier les œuvres de Marc Bloch de ses combats politiques de citoyen, alors même qu'il y a entre ce qu'il était, ce à quoi il s'intéressait en tant qu'historien et ce qu'il fit comme combattant une si grande et si évidente cohérence. Comme le note Annette Becker dans sa préface, « l'œuvre de Marc Bloch permet une mise en abyme de sa méthode expérimentale, de sa vie à l'histoire : il a fait de ses guerres, et particulièrement de la première, un véritable atelier de sa pensée. » (p. XIII). De même, comment aujourd'hui ne pas lire ce qu'écrit Marc Bloch en 1943 à la lumière de ce que fut son engagement résistant à ce moment-là : « Certes les consciences ont leurs cloisons intérieures, que certains d'entre nous se montrent particulièrement habiles à élever. Gustave Lenôtre s'étonnait inlassablement de trouver parmi les Terroristes tant d'excellents pères de famille. Même si nos grands révolutionnaires avaient été les authentiques buveurs de sang dont la peinture chatouillait si agréablement un public douillettement embourgeoisé, cette stupeur n'en persisterait pas moins à trahir une psychologie assez courte. Que d'hommes mènent, sur trois ou quatre plans différents, plusieurs vies qu'ils souhaitent distinctes et parviennent quelquefois à maintenir telles ? De là, cependant, à nier l'unité foncière du moi et les constantes interpénétrations de ces diverses attitudes, il y a loin. Etaient-ils l'un pour l'autre deux étrangers, Pascal mathématicien et Pascal chrétien ? Ne croisaient-ils jamais leurs chemins, le docte médecin François Rabelais et maître Alcofribas de pantagruélique mémoire ?8 Comment après une telle déclaration continuer à penser qu'il n'y a pas de lien, qu'il n'existe aucune unité entre l'historien Marc Bloc et le résistant Narbonne ? C'est tout l'intérêt de cette si belle et si nécessaire publication.

Haut de page

Notes

1 Marc Bloch, « L'apologie pour l'histoire ou métier d'historien, 1941-1943 », in Marc Bloch, L'histoire, la Guerre, la Résistance, édition établie par Annette Becker et Etienne Bloch, Paris, Gallimard, collection Quarto, 2006, pp. 843-985.

2 Fabienne Federini, Ecrire ou combattre : des intellectuels prennent les armes (1942-1944), Paris, Editions La découverte, 2006.

3 Cf. notamment Jean-Pierre Longre, William Marx, Jean Prévost aux avant-postes, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2006.

4 Jean Cavaillès est mort fusillé en 1944, Jean Gosset en déportation à Neuengamme dans des circonstances non élucidées à ce jour et Jean Prévost dans le maquis du Vercors en 1944.

5 Par exemple, ni Esprit ni la nouvelle NRF ne consacrent aucune ligne à la mort de Jean Prévost.

6 Rendons ici hommage à Georges Canguilhem qui n'a cessé de porter la mémoire de Jean Cavaillès et d'y associer d'autres intellectuels résistants, que ce soit Jean Gosset, Pierre Kaan, Jacques Lautman ou encore François Cuzin.

7 Etienne Bloch, « Souvenirs d'un fils sur son père », in Hartmut Atsma, André Burguière, Marc Bloch aujourd'hui. Histoire comparée et sciences sociales, Colloque international de Paris, 16-18 juin 1986, Paris, Edition de l'EHESS, 1990, pp. 23-37.

8 Marc Bloch, « L'apologie pour l'histoire ou métier d'historien, 1941-1943 », in Marc Bloch, L'histoire, la Guerre, la Résistance..., op. cit., p. 955.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Federini, « Marc Bloch, L'Histoire, la Guerre, la Résistance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 29 avril 2006, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/287

Haut de page

Rédacteur

Fabienne Federini

Fabienne Federini est chargée de recherche au CNRS et membre du GRS (Groupe de recherche sur la socialisation, Université Lumière Lyon 2 / ENS lettres et sciences humaines).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page