Navigation – Plan du site

Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d’ego-histoire

Nicolas Guyard
Pérégrinations ibériques
Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d'ego-histoire, Madrid, Casa de Velazquez, coll. « Essais », 2018, 134 p., ISBN : 9788490962138.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les égo-histoire publiées récemment de Georges Duby, Paul Veyne ou encore Guillaum (...)

1Dans un moment de regain d’intérêt pour le phénomène des égo-histoires, que ce soit du point de vue des individus ou dans un contexte plus collectif et sériel1, l’ouvrage de Bartolomé Bennassar, publié en 2018 dans la collection « Essais » des Éditions de la Casa de Velazquez, surprend, tant par son contenu que par sa forme. Développée par Pierre Nora en 1987, l’égo-histoire relève d’une écriture réflexive, l’auteur appliquant à lui-même les méthodes de l’histoire et plus largement des sciences sociales pour analyser son parcours. Ici, la figure même de l’historien suscite l’intérêt de la lecture. Les ouvrages de Bartolomé Bennassar, spécialiste de l’Espagne et de son Empire à l’époque moderne, ont en effet marqué des générations d’étudiants, d’étudiantes et de chercheurs et chercheuses, notamment son fameux XVIe siècle, rédigé avec Jean Jacquard et publié en 1972, L’Homme espagnol (1975) ou encore, écrit avec son épouse, Les Chrétiens d’Allah (1989).

2À première vue, pourtant, l’originalité ne semble pas être de mise. Le plan suivi est rigoureusement chronologique, depuis l’enfance de l’historien jusqu’à sa retraite, et le propos s’achève sur ce qui ressemble au crépuscule de l’individu, sa « fin de parcours ». L’aveu est franc et émouvant : à près de 90 ans, il est de plus en plus difficile à Bartolomé Bennassar de s’astreindre à de longues sessions de travail, et l’auteur décrit sans complaintes les conséquences du vieillissement sur son esprit et sur son corps.

3Un peu moins d’un siècle – 90 ans pour être précis – est donc retracé dans le récit d’une vie intime et universitaire, traversant les évènements du XXe siècle : la Seconde Guerre Mondiale, Mai 68 et autant de joies et de drames familiaux et amicaux. Car ce qui fait incontestablement la valeur et l’originalité de ce texte, c’est bien la sincérité qui s’y déploie, ne négligeant ni les aspects de la vie universitaire, ni ceux de la vie personnelle. Cette écriture de l’intime tranche avec la mise en scène assumée dans la plupart des ouvrages de ce type.

4Bartolomé Bennassar restitue son parcours dans toute sa contingence, rassurant sans nul doute les historiens et les historiennes en devenir. Plusieurs heureux hasards et chances – pour reprendre les mots de l’auteur – jalonnent en effet sa carrière. Issu d’un milieu social modeste, originaire d’une famille espagnole, sans lien avec le monde universitaire, le cheminement estudiantin du jeune Bennassar n’a rien d’évident, devant concilier la nécessité de financer ses études et son aspiration à poursuivre le plus longtemps possible son cursus. Il raconte également le hasard dans le choix de l’histoire au détriment de la géographie, qu’il privilégie pourtant dans ses premières années. Ce même hasard est à l’origine de la rencontre lors du concours de l’Agrégation avec Fernand Braudel, alors au sommet de son influence sur la recherche historique en France, et maître incontesté des Annales. Cette récurrence du thème autobiographique du hasard sous la plume de l’auteur souligne l’humilité de la démarche, cachant souvent les mérites et les qualités de l’historien. La chance, elle se manifeste dans le choix du fameux sujet de thèse, délivré par le Maître Braudel lors d’un rendez-vous parisien : « Valladolid au Siècle d’Or », travail toujours très lu aujourd’hui et surtout à l’origine d’un formidable renouveau historiographique des études hispaniques sur la période moderne, autant dans l’Université française qu’espagnole. Dans le récit de ses années de thèse, Bartolomé Bennassar n’occulte rien. Il avoue les difficultés du jeune chercheur inexpérimenté face à la paléographie souvent obscure du XVIe siècle, mais aussi les choix personnels et familiaux parfois houleux, les problématiques matérielles, le bouleversement de l’arrivée du premier enfant, la place du couple et de la famille dans la recherche.

5L’auteur revient ensuite longuement sur ses années à l’Université de Toulouse Le Mirail, en tant qu’enseignant et chercheur. L’association de ces deux fonctions apparait sous sa plume comme évidente, au regard des fonctions qu’il a pu exercer et de sa production scientifique qui fit sa réputation et qui appartient désormais au monde des classiques. À ce titre, il apparait comme un enseignant-chercheur avant l’heure, toujours en quête d’innovations pédagogiques, face à un monde étudiant en évolution. Il avoue par ailleurs, avec une grande humilité, son incapacité à anticiper puis à comprendre le mouvement de mai 1968. La restitution de son parcours professionnel, qui le conduisit à la fonction de président de l’Université de Toulouse-le-Mirail, entre en cohérence avec les récits plus familiaux : goût de la transmission, fidélité et amitié, curiosité. Là encore, Bartolomé Bennassar ne présente pas son cheminement comme une implacable cohérence. La contingence y joue un rôle non négligeable, l’emmenant vers le Brésil, le ramenant vers l’Espagne, lui donnant accès à d’autres champs de recherches, et d’autres mondes professionnels, comme celui de la fiction, avec son roman Le dernier saut, adapté au cinéma en 1970 par Édouard Luntz. L’auteur insiste également dans un chapitre à part sur ses engagements internationaux, à travers des partenariats, des projets communs, que ce soit avec des universités ibériques, mais également en Amérique latine, avec des séjours de travail notamment en Argentine et au Chili. Ce qu’il nomme « l’Internationale des historiens », c’est-à-dire l’inscription du travail universitaire dans un dialogue constant avec d’autres chercheurs et chercheuses, permet de comprendre la richesse d’un parcours, véritables pérégrinations, notamment à travers les objets historiques et les historiographies.

6L’ouvrage, enfin, se termine par l’aveu d’une blessure incommensurable, liée à la mort prématurée de son fils, qu’il affirme porter comme une douleur jusqu’à ses dernières années. Et il pose une question essentielle : au final que reste-t-il ? Bartolomé Bennassar, au crépuscule de sa vie, a fait son choix. Pour lui, rien ne vaut l’intensité des liens familiaux et amicaux face à une carrière professionnelle, aussi brillante fut-elle. L’aveu clôt l’ouvrage, comme l’évènement qui résonne, seul, à la fin.

7Pérégrinations ibériques se lit ainsi comme un bloc, celui d’une tranche de vie, témoin d’un pan monumental de l’historiographie française, mais aussi d’une époque. Bartolomé Bennassar, en publiant son égo-histoire, ne restitue pas seulement son parcours universitaire d’enseignant et de chercheur. Il produit un véritable témoignage, sur ce que faire de l’histoire signifie, intégré dans son temps, dans sa vie. Là se trouve l’originalité de l’ouvrage, qui concentre toutes les qualités de l’auteur : le choix de l’humilité, le regard acéré sur lui-même, sur son cheminement et sur son œuvre. Plus qu’un énième essai d’égo-histoire, les lecteurs et lectrices trouveront dans cet ouvrage le récit d’une vie pleine, et une interrogation constante sur la place que doit occuper la vie professionnelle dans la vie familiale et amicale. À travers ce livre, Bartolomé Bennassar témoigne de sa réussite dans la conciliation de ces deux mondes, ce que se sont souvent refusés d’évoquer de nombreux auteurs d’égo-histoire, comme Georges Duby.

8Peu après la sortie de son livre, Bartolomé Bennassar s’est éteint le 8 novembre 2018, à Toulouse.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les égo-histoire publiées récemment de Georges Duby, Paul Veyne ou encore Guillaume Cuchet. Il existe un projet ANR consacré à ce sujet : Histinéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Guyard, « Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d’ego-histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28738

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Guyard

Nicolas Guyard est docteur en histoire moderne, ayant soutenu en 2017 une thèse portant sur les reliques dans le Royaume de France du XVIe au milieu du XIXe siècle. Il est actuellement professeur agrégé d’histoire/géographie au Lycée Guillaume Budé (94).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page