Navigation – Plan du site

Luc Chantre, Pèlerinages d’empire. Une histoire européenne du pèlerinage à La Mecque

Jean-David Richaud
Pèlerinages d'empire
Luc Chantre, Pèlerinages d'empire. Une histoire européenne du pèlerinage à La Mecque, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Bibliothèque historique des pays d'islam », 2018, 500 p., ISBN : 9791035100681.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Luc Chantre nous propose de comprendre comment, au XIXe et au XXe siècle, les Européens se sont progressivement intéressés à la pratique du hajj (le pèlerinage à La Mecque) et comment ils ont participé au façonnement du pèlerinage actuel. Le hajj est une obligation inscrite dans le Coran. Tous les musulmans qui le peuvent doivent accomplir une fois dans leur vie ce pèlerinage à La Mecque, au cours du douzième mois du calendrier lunaire. Le hajj a toujours occupé une place centrale dans les sociétés musulmanes, que ce soit pour des raisons politiques ou économiques. Il était officiellement au XIXe siècle sous le contrôle des Ottomans à deux titres : le sultan était aussi calife et la région du Hedjaz était sous la tutelle d’Istanbul. Mais les principales « puissances musulmanes » sont au même moment les puissances européennes dont les empires coloniaux sont avant tout musulmans. Le hajj attire dès lors les regards des capitales européennes qui n’avaient eu jusque-là qu’un intérêt limité pour cette région.

2Le premier chapitre évoque l’installation progressive et très lente des Européens dans la péninsule arabique. S’ils connaissent le Hedjaz de longue date, jusqu’au XIXe siècle, leur intérêt pour la région est relativement faible. L’expédition de Bonaparte en Égypte et le développement du commerce via la mer Rouge poussent les puissances européennes à progressivement installer des représentations diplomatiques à Djeddah, le principal port du Hedjaz. Les Européens, au début du XIXe siècle, montrent également les premiers signes de méfiance envers le pèlerinage et commencent à vouloir l’encadrer. Cette installation est néanmoins compliquée par le fait que les Mecquois montrent une hostilité aux tentatives européennes de pénétrer dans les Lieux saints et que les Ottomans sont réticents à laisser les Européens se mêler du hajj.

3Les chapitres 2 et 3 traitent des deux raisons qui poussent les empires coloniaux à se méfier du hajj et à vouloir le contrôler : la question sanitaire et le panislamisme. Ces deux thèmes reviennent comme des leitmotivs dans les rapports des Européens au pèlerinage. L’amélioration des moyens de transports entre La Mecque et le reste du monde musulman augmente en effet de manière significative le nombre de pèlerins qui fréquentent annuellement les Lieux saints. Ces flux de hâjjî, toujours plus importants, accélèrent la propagation de certaines maladies comme le choléra, qui déciment les pèlerins non seulement au Hedjaz mais aussi dans les colonies. Une telle diffusion épidémique inquiète les métropoles européennes et les pousse à réunir de nombreuses conférences internationales. Les mesures proposées sont très lentes à être appliquées en raison des multiples réticences des Ottomans, des pèlerins ou de certaines puissances européennes. Les Européens redoutent également un deuxième risque, cette fois beaucoup plus imaginaire : le panislamisme que le hajj diffuserait. Cette peur d’un panislamisme qui pourrait entraîner une révolte des musulmans dans les empires est renforcée en Angleterre par les révoltes des Cipayes de 1858, et en Europe par les affirmations du sultan ottoman Abdülhamid II (r. 1879-1909), qui joue cette carte pour tenter d’enrayer la perte d’influence des Ottomans sur la scène internationale. Si le hajj est incontestablement un moment où les pèlerins vivent pendant quelques temps une unité de la Umma (ensemble de la communauté musulmane), il semble que ce sentiment n’a jamais pu se concrétiser en un mouvement de révolte. Face à la menace panislamiste, les Européens tentent de s’affirmer comme de dignes puissances protectrices des musulmans. Leur intérêt pour le hajj recouvre le souci d’apparaître comme prestigieux auprès des sujets musulmans.

4Le quatrième chapitre met en évidence la difficulté pour les Européens d’affirmer leur présence au Hedjaz. L’interdiction faite aux non-musulmans d’entrer à La Mecque et les sentiments anti-européens poussent les consuls à rester dans le quartier européen de Djeddah. Les chancelleries européennes ont d’ailleurs bien du mal à maintenir une activité consulaire constante, tant les candidats à ce poste sont peu nombreux. En outre, l’organisation concrète du hajj leur échappe, faute de moyens humains ou financiers et du fait que son organisation relève avant tout des chérifs de La Mecque. Ces limites n’empêchent par les Européens de vouloir encadrer, de manière plus ou moins directive, les pèlerins en amont du débarquement à Djeddah, comme Luc Chantre le montre dans le cinquième chapitre. Si, pour éviter de mécontenter les musulmans d’Inde, les Anglais ont comme principe de laisser les pèlerins indiens s’organiser, les Français tentent d’organiser de manière plus directe le hajj des Maghrébins. Cette organisation n’est cependant pas très constante tant cette question divise les différentes administrations en charge des territoires musulmans. En parallèle de ces diverses tentatives d’encadrement officielle, les différentes lignes maritimes s’intéressent à l’important marché que représente le transport de milliers de pèlerins.

5Le premier conflit mondial marque un tournant dans la question du hajj (chapitre 6). Tout d’abord les puissances anglaises et françaises organisent plusieurs pèlerinages de prestige : des navires affrétés par les gouvernements et escortés par les marines militaires conduisent les musulmans au Hedjaz ; là, les pèlerins sont reçus par les autorités mecquoises qui témoignent leurs sympathies envers les puissances coloniales. Les Ottomans perdent en outre le contrôle du Hedjaz au profit des Hachémites qui sont les principaux acteurs de la révolte arabe de 1916. Le soulèvement permet enfin à cette famille mecquoise de revendiquer le titre de roi. Les Anglais s’imposent alors comme les soutiens du nouveau monarque alors que les Français prennent leur distance envers un souverain qui souhaite la formation d’une grande fédération arabe allant de l’Arabie jusqu’en Syrie, aux dépens des ambitions françaises en Syrie et au Liban. La monarchie hachémite doit cependant faire face à ses rivaux wahhabites, regroupés autour d’Ibn Saoud (chapitre 7). Ce dernier parvient assez vite à s’imposer et conquiert les Lieux saints en 1925.

6Les chapitres 8, 9 et 10 s’intéressent au hajj durant l’entre-deux-guerres. Pendant les vingt ans qui séparent les deux conflits mondiaux, la sociologie du pèlerinage évolue : les pèlerins maghrébins deviennent moins nombreux. Alors que les pèlerins indigents étaient très nombreux pendant le XIXe siècle, les pèlerins du XXe siècle sont principalement des musulmans aisés, qui profitent du hajj pour visiter le Moyen Orient. Cette évolution est par ailleurs encouragée par les puissances européennes qui développent l’organisation de pèlerinage de prestige, hérités de la Première guerre mondiale. Ces pèlerins doivent autant magnifier la puissance colonisatrice auprès des Saoudiens qu’auprès des musulmans de leurs colonies. Durant l’entre-deux-guerres, la monarchie saoudienne entreprend aussi la modernisation du pèlerinage avec l’introduction des automobiles pour transporter les hâjjî entre La Mecque et Médine ou entre Djeddah et La Mecque.

7Le second conflit mondial est marqué par un effondrement du nombre de pèlerins (chapitre 11). Les puissances européennes tentent de renouer avec les pratiques de la Grande guerre et des pèlerinages officiels, avec un succès bien moindre. La fin du conflit consacre des changements radicaux dans l’organisation du hajj (chapitres 12 et 13). L’accord commercial entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite en 1945 augmente significativement les extractions d’or noir et les revenus qui y sont liés. Fort de cette nouvelle rentrée d’argent, le royaume saoudien se lance dans une modernisation de Djeddah et des Lieux saints. Les pétrodollars permettent aussi aux Saoudiens de développer une politique d’influence dans le monde arabo-musulman et de diffuser les doctrines wahhabites auprès des pèlerins, notamment nord-africains et de l’AOF. Le pèlerinage devient aussi un lieu de contestation de la puissance colonisatrice, laquelle abandonne progressivement toute tentative d’encadrement de ce hajj qui ne cesse de lui échapper.

8On peut regretter que l’auteur passe rapidement sur certaines questions. On aurait par exemple apprécié une étude prosopographique du corps consulaire ou une étude plus détaillée des sociétés de navigation qui se chargent du transport des pèlerins. On peut enfin trouver dommage certains choix éditoriaux qui sont susceptibles de désorienter des lecteurs néophytes sur la culture arabo-musulmane. En effet, la translitération satisfera sans doute les chercheurs les plus exigeants mais elle risque de désorienter le profane, d’autant plus que la graphie arabe est utilisée y compris pour certains mots qui ont un équivalent français (par exemple, šayḫ pour cheikh). En outre, l’auteur ne revient pas sur le déroulé d’un pèlerinage.

9Ces quelques petits regrets ne doivent cependant pas cacher le grand intérêt que représente Pèlerinages d’empire. Si certains points sont étudiés rapidement, l’ouvrage présente l’ensemble des questions politiques, économiques, diplomatiques et idéologiques que se posent les Européens vis-à-vis du hajj. Il faut souligner l’extrême complexité d’un tel travail et remarquer que l’historien parvient à produire une étude riche et particulièrement pertinente. Proposer une histoire européenne du pèlerinage implique de travailler et de comparer de nombreux empires coloniaux aux fonctionnements complexes et très divers. Une étude comparatiste à deux termes est déjà fastidieuse ; or, il s’agit ici de comparer jusqu’à cinq termes, les empires anglais, français, russe, hollandais et italien, et de traiter des certaines sources hedjaziennes. En cela, l’ouvrage se révèle être un exemple d’histoire connectée intelligible et riche d’enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Richaud, « Luc Chantre, Pèlerinages d’empire. Une histoire européenne du pèlerinage à La Mecque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28745

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page