Navigation – Plan du site

Kate Manne, Down Girl. The logic of misogyny

Laetitia Ramelet
Down girl
Kate Manne, Down girl. The logic of misogyny, Oxford, Oxford University Press, 2018, 368 p., ISBN : 9780190604981.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Kate Manne constitue le premier traitement approfondi du concept de misogynie en philosophie analytique. Il fournit un riche répertoire de définitions et d’hypothèses pour aborder ce phénomène, dans un langage accessible non seulement aux philosophes et spécialistes des études genre mais également à tout public s’intéressant aux structures sociétales défavorables aux femmes. La contribution de Kate Manne a pour objectif principal de faciliter l’identification d’attitudes et comportements misogynes, ainsi que d’en expliquer le fonctionnement.

  • 1 Strawson définit les attitudes réactives comme des « réactions humaines naturelles à la bonne ou ma (...)

2Dans ses trois premiers chapitres, Manne présente le cadre théorique qui l’amène à définir la misogynie comme une division spécifique d’un ordre social encore largement patriarcal : celle qui se charge d’en faire respecter l’idéologie. Telle une police, la misogynie a pour fonction de punir et de réprimer les violations des normes du patriarcat, ainsi que de récompenser les comportements qui y sont conformes. Ainsi, lorsqu’une femme s’aventure à pénétrer le territoire historiquement réservé aux hommes, elle suscitera très probablement des réactions de rancœur, d’indignation et d’hostilité (des « attitudes réactives », à la Strawson1) dues à la misogynie dont tant des hommes que des femmes peuvent faire preuve. S’ensuivront diverses tentatives de la remettre à sa place, à l’aide de stratégies destinées à la décourager, à la ridiculiser, à l’humilier, à la dénigrer, à la discréditer, ou encore à faire allusion à sa sexualité – somme toute, à la faire taire (d’où le titre de l’ouvrage, Down Girl). À titre d’exemple, lorsque l’avocate américaine Sandra Fluke fait une intervention publique en faveur de la prise en charge de moyens contraceptifs par les caisses-maladies d’institutions à affiliation religieuse en 2012, l’animateur Rush Limbaugh la traite de prostituée dans son émission et finit par exiger une vidéo de ses rapports sexuels en échange de sa contribution financière à l’assurance maladie, si cette politique devait être adoptée.

3Selon l’auteur, ceux qui ressentent une menace face à une femme s’écartant des règles patriarcales chercheront souvent à lui attribuer des erreurs et défauts afin de donner un semblant de rationalité à leurs réactions. En témoigneraient les multiples critiques morales adressées à Hillary Clinton lors sa candidature présidentielle, lui faisant reproche, sans fondement concret, d’égoïsme, de corruption ou de cupidité. De manière générale, Kate Manne estime que la femme qui sort du schéma patriarcal sera facilement jugée froide, arrogante, avide de pouvoir, peu fiable et « suspecte moralement » (p. xiv), puisqu’elle vise des biens auxquels elle n’a pas droit et ne remplit pas son rôle de femme dans un système privilégiant l’homme.

4En effet, dans son quatrième chapitre, l’auteure esquisse une conception des normes patriarcales (soit celles dont la misogynie veille à l’application) basée sur une répartition de rôles moraux asymétriques entre hommes et femmes. Dans l’ordre patriarcal, les femmes ont pour mission d’offrir leur soutien affectif et moral aux hommes. Ainsi, elles leur doivent affection, attention, admiration, soin de leur bien-être, de leur famille et foyer, et disponibilité sexuelle. Les hommes ont donc droit à ces services typiquement féminins (« feminine-coded goods »), en plus de tous les avantages typiquement masculins (« masculine-coded privileges », p. 130) : pouvoir, ascension sociale, prestige, reconnaissance et richesse. Dans ce système, la femme est celle qui donne (giver) et l’homme celui qui prend (taker). Pour l’auteure, le massacre d’Isla Vista en 2014 serait un exemple de cette logique poussée à l’extrême. En tendant de pénétrer dans une maison d’étudiantes pour assassiner ses habitantes, l’américain Elliot Rodger a fait 6 morts et 14 blessés, hommes et femmes. Dans le manifeste qu’il a écrit ensuite, il explique avoir voulu se venger de toutes les femmes qui ont refusé de s’intéresser à lui et l’ont ainsi condamné à la solitude alors qu’il s’était toujours comporté en gentleman.

5Selon Kate Manne, il s’avère bien aisé de comprendre pourquoi certains hommes tiennent fermement au maintien de leurs privilèges et gagnent à être misogynes – pas tous, et de loin, Manne répétant tout au long de l’ouvrage son refus de la généralisation. Cependant, il ne serait pas rare que ce soient des tiers (hommes ou femmes) qui manifestent une réaction hostile face à une interaction déviant des normes patriarcales, plutôt que l’homme soi-disant concerné. En revanche, Manne a plus de difficulté à expliquer la participation des femmes à ce système, hormis par le résultat d’oppressions historiques, les conduisant à intérioriser l’idéologie patriarcale qui en assure la pérennité. L’une de ses suppositions est qu’une femme ayant conçu son identité et ses projets de vie en accord avec son statut de donneuse a un intérêt à défendre une dépendance de l’approbation sociale du respect des normes patriarcales. À la question de savoir pourquoi la misogynie continue à opérer alors que la condition féminine a connu des progrès considérables, Manne répond qu’une femme dont les capacités à obtenir des biens masculins deviennent visibles représente une menace d’autant plus concrète pour les partisans de l’ordre patriarcal, ce qui les inciterait à bloquer ses élans.

6Dans son ensemble, la théorie de Manne possède l’atout de clairement distinguer la misogynie d’autres engrenages au service de l’ordre patriarcal. Premièrement, tandis que la misogynie « sert » à en faire appliquer les normes, le sexisme « a pour tâche » de justifier l’idéologie du patriarcat, à travers des stéréotypes et narratifs plaçant les hommes au-dessus des femmes. Deuxièmement, les thèses de Kate Manne permettent de dépasser une compréhension dite « naïve » de la misogynie (p. 18), en tant que haine et mépris des femmes. Selon l’auteure, la misogynie vise uniquement les femmes dérogeant aux normes dominantes. Elle s’avère tout à fait compatible avec une sincère appréciation et admiration des femmes qui respectent les normes. Troisièmement, la misogynie ne se réduirait pas à un déni de l’humanité des femmes, tel qu’il pourrait s’exprimer dans une tendance à les objectiver (ch. 5) : au contraire, les femmes seraient perçues comme « bien trop humaines » (p. 168), dotées de l’autonomie et des ressources indispensables au maintien des privilèges masculins.

  • 2 Selon Fricker, une injustice testimoniale se produit lorsque la crédibilité d’une personne se trouv (...)

7Le chapitre 6 explore deux notions qui permettent de formuler un diagnostic des injustices testimoniales (Fricker2) engendrées par le sexisme et la misogynie : la himpathy et la herasure. La himpathy désignerait une tendance répandue consistant à sympathiser avec l’homme auteur de violences, au point de le percevoir comme « victime de ses propres crimes » (p. 201), particulièrement lorsqu’il appartient à une classe sociale privilégiée. Cette empathie pour le criminel tendrait rapidement à perdre de vue le témoignage et les souffrances de la victime, jusqu’à totalement effacer sa perspective (herasure). D’après Manne, le témoignage de la victime se heurterait en outre à une culture de suspicion des victimes féminines, qui nous prédisposerait à douter du bien fondé de leurs accusations (chapitre 7). On retrouve ici les rouages de la misogynie : les femmes étant censées donner et non exiger leur dû, la crédibilité de celle qui porte plainte s’en verrait d’emblée mise à mal. Par conséquent, la misogynie s’occulterait elle-même : lorsque ses victimes s’y attaquent, il est fort probable qu’elles soient peu écoutées en raison même de la misogynie qu’elles dénoncent.

8Pour conclure, c’est une conception de la misogynie au message porteur et aux contours bien définis qu’a façonnée Kate Manne, ainsi que des outils affinés pour en comprendre le fonctionnement. Nous relèverons peut-être une faiblesse de l’argumentation au moment où Manne prétend orienter sa définition de la misogynie vers ses effets sur ses victimes, plutôt que vers ce qui se passe dans l’esprit de celles et ceux qui la mettent en œuvre, cette dimension demeurant épistémologiquement inaccessible. Si le passage à la perspective des victimes semble bel et bien judicieux, il ne nous semble en revanche pas certain que cette théorie parvienne à se dispenser d’une analyse des motifs et croyances des coupables, puisque Manne parle régulièrement de leurs attentes envers les femmes. Plus généralement, si Manne a déjà accompli un véritable tour de force en saisissant un schéma derrière des dynamiques difficilement palpables, puisque la misogynie se « masque » elle-même (p. xix), il nous aurait paru enrichissant que l’auteure explore quelques pistes pour la combattre, notamment en s’inspirant d’exemples connus. Au-delà de l’identification du phénomène, comment travailler sur les mentalités, sanctionner les comportements misogynes, et assurer une transition vers des rôles moraux équitables ? Reste à espérer que l’appel de Manne nous permette de progresser sur ces questions.

Haut de page

Notes

1 Strawson définit les attitudes réactives comme des « réactions humaines naturelles à la bonne ou mauvaise volonté des autres envers nous » (Strawson Peter, « Freedom and Resentment », in John Martin Fischer et Mark Ravizza (dir.), Perspectives on Moral Responsibility, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1993, p. 53, notre traduction).

2 Selon Fricker, une injustice testimoniale se produit lorsque la crédibilité d’une personne se trouve injustement diminuée parce que ceux qui l’écoutent ont des préjugés défavorables à son égard (Testimonial Injustice, Oxford University Press, 2017, p. 9).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Ramelet, « Kate Manne, Down Girl. The logic of misogyny », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/28767

Haut de page

Rédacteur

Laetitia Ramelet

Doctorante à l’Université de Lausanne, Laetitia Ramelet rédige une thèse de doctorat en philosophie politique sur le concept de consentement chez Grotius, Hobbes et Pufendorf.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page